ZOHD Dart, le test

12
5139

Amusante, cette aile en flèche inversée qui selon son constructeur permet une meilleure stabilité à basse vitesse. C’est aussi un modèle facile à balader. Car bien qu’elle mesure 63,5 cm d’envergure et 40,6 cm de longueur, ses deux ailes se déboitent, tout comme les deux pièces qui constituent la dérive. La version que j’ai testée était équipée d’un contrôleur de vol capable d’assurer un vol stabilisé. Ce modèle est donc tout particulièrement destiné aux débutants. Notez que la Dart de ZOHD nous a été donnée par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

La Dart est entièrement faite d’EPP. Les ailes sont fixées avec des aimants, et rigidifiées avec une barre de carbone. Les dérives à l’arrière sont également aimantées : il suffit de les poser dans les trous creusés dans les ailes pour qu’elles soient maintenues en place. Les servos de 4,3 grammes sont déjà intégrés dans l’aile, et reliés aux ailerons par une tige filetée. La connexion électrique est assurée par des mini connecteurs. Il n’y a rien à faire quand on fixe les ailes, ces connecteurs sont automatiquement emboités. Simple et très efficace.

Suite du tour

Le moteur qui anime la Dart est fixé à l’arrière, c’est un modèle brushless 2006 à 2600KV avec une hélice bipale de 6 pouces. Le moteur est piloté par un ESC situé dans le fuselage, un 30A. L’électronique se trouve à l’avant. Un capot, aimanté lui-aussi, permet d’accéder à la grande trappe. On y trouve le contrôleur de vol, propriétaire. Je l’ai associé à un récepteur radio 2,4 GHz en PWM, en branchant 4 voies : les 3 voies pour le contrôle de l’appareil (aileron et alimentation, profondeur, gaz) et 1 voie pour gérer le mode de vol. Notez que l’aile peut aussi être branchée en PPM et en DSM2. Un velcro permet de fixer une batterie à l’avant, perpendiculaire au sens de la marche, avec un connecteur XT30.

Avant de décoller

Il faut retirer l’hélice par mesure de sécurité, brancher un récepteur radio et s’assurer que les commandes sont bien configurées. Le switch correspondant au mode de vol permet de choisir entre un vol sans stabilisation (LED rouge allumée) ou avec (LED bleue allumée). L’appareil est prêt pour le vol à vue. Si vous voulez le piloter en immersion, il reste à ajouter une caméra et un émetteur vidéo. Un trou à l’avant permet de laisser passer l’objectif d’une caméra FPV. Il y a de la place, à l’intérieur, pour placer un émetteur vidéo. Mais il faut prévoir des câbles assez longs pour rejoindre la caméra : la batterie se trouve entre les deux. Pour mes premiers vols, j’ai opté pour une solution temporaire plus simple : un combo caméra émetteur vidéo à l’extérieur, fixé avec de l’adhésif double-face.

Le centre de gravité

Trouver le bon équilibrage pour une aile est généralement la clé d’un premier vol réussi. Un indicateur CG indiqué en relief sur l’aile montre où placer les doigts pour vérification. Le poids de la Dart est assez élevé à l’arrière, il est donc fortement recommandé de placer une batterie 3S qui ne dépasse pas 7 cm de longueur pour qu’elle puisse être logée correctement à l’avant. Si vous comptez placer une caméra HD, elle devra être placée à l’extérieur. Veillez à ce qu’elle ne modifie pas (trop) le centre de gravité, sous peine de voir votre aile dans une mauvaise posture dès le décollage.

Premier vol

Le premier essai est pratiqué en vol à vue, avec la stabilisation, pour vérifier que le centre de gravité est correctement placé, de telle sorte que le décollage se passe correctement et que les commandes soient fonctionnelles. Evitez de lancer la Dart en la tenant comme un planeur, par le fuselage, c’est un excellent moyen de se couper avec l’hélice de queue. Préférez la tenir par une aile et la lancer sans mouvement brusque. Même si l’aile ne part pas droit, laissez la stabilisation faire son travail ! Le contrôleur de vol est très efficace, il rétablit l’aile pour la placer à plat sans intervention du pilote. C’est rassurant pour les débutants !

>>>> la suite de cette chronique se trouve ici <<<<

12 COMMENTAIRES

  1. Une bonne petite approche sans se ruiner. j’adhère !
    (bien vu le rappel de mise en garde pour maintenir l’aile au moment du décollage)
    Merci pour ce test Fred. Cool et toujours le plus objectif que possible.

  2. Un peu curieux ce choix de flèche inversé… Cela ne favorise pas du tout la stabilité, au contraire, mais la manœuvrabilité.

    Le modèle a l’air sympa pour le prix par contre.

  3. L’aile inversé à surtout un avantage sur le décrochage à basse vitesse.
    L’emplanture décroche avant le bout d’aile, contrairement à une aile “normale”.
    La partie centrale ne vole plus alors que les bouts d’ailes portent toujours.
    Donc l’avion aura plutôt tendance à chuter dans l’axe, au lieu que de partir violemment sur le coté.
    C’est beaucoup plus sécurisant, quel que soit le niveau du pilote.

  4. Perso, je trouve toujours que ces “petits” avions ont un vol balistique pas toujours confortable pour du FPV 🙁
    Maintenant pour le prix pourquoi pas essayer 🙂

  5. Intéressante pour le prix, et ça a l’air de bien voler. En plus les ailes dans cette position jamais essayé.
    Elle a pas l’air trop trop bruyante en plus), me laisserais surement tenter.
    Merci pour le test

  6. Pour avoir fabriqué plusieurs ailes flèche inversée, la vidéo à elle seule rassure sur la stabilité de la ZOHD DART, je vous conseil l’expérience !! Évitez seulement de trop tirer sur la profondeur dans les virages serrés, perte d’altitude rapide voir décrochage ( mode accro )
    Je prépare l’aile version kit comme Fabien
    moteur KING KONG 2205 2300 kv
    servos protonik 77350/métal numérique
    contrôleur de vol omnibus f4/gps ( INAV of course )
    batterie 3s li ion 18650
    A noter que l’aile est lestée avec 20 gr de plomb a gagner dans le nez ( voir RC GROUPS )
    Renforts carbon, impression 3D ect…
    Que du bonheur pour cette plateforme fpv de poche.

  7. Merci pour ce test, je vais me laisser tenter avant d’investir dans un kit d’Aile volante TBS Caipirinha 2.
    Pour le prix il n’y a pas grand risque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.