DJI Goggles RE (Race Edition), OcuSync Air, troisième prise en main

21
7513

Voler à plusieurs ?

Il est difficile de voler à plus de 4 avec des outils vidéo analogiques en France, avec une qualité acceptable tout en respectant la réglementation. Est-ce possible avec le système OcuSync Air ? Je n’ai malheureusement pas la réponse, puisque je n’avais qu’un seul exemplaire en test. Mais la documentation laisse place à tous les espoirs ! Passons rapidement sur le mode de choix de fréquence automatique, qui permet selon la documentation d’accéder 105 canaux en 5,8 GHz et 63 en 2,4 GHz. Le choix manuel est plus intéressant : il donne accès à 12 canaux en 5,8 GHz et 7 en 2,4 GHz.

Ce qu’en dit DJI ?

« A la différence des transmissions vidéo analogiques, ces canaux ont été prévus pour minimiser les interférences entre canaux proches. Là où des transmissions analogiques souffrent de fortes interférences, la solution OcuSync Air permet d’utiliser jusqu’à 19 appareils simultanément ». Si c’est vrai, et d’ailleurs même si la moitié de la promesse seulement (9 appareils simultanément) est tenue, c’est une petite révolution dans le monde des vols en immersion ! Quelle frustration de ne pas pouvoir vérifier tout cela ! DJI, seriez-vous ok pour nous prêter 19 masques Goggles Race Edition avec 19 systèmes OcuSync Air ? Parce que nous avons quelques tests à mener…

Les points de détail

L’antenne à visser sur le masque est-elle indispensable pour profiter de la solution OcuSync Air. A priori non, dans la mesure où les antennes OcuSync se trouvent à l’intérieur du masque, celle-ci n’est nécessaire que pour la réception de signaux analogiques. Mais cela reste à vérifier. En pratique, je n’ai pas subi de perte de portée en retirant l’antenne. Peut-on utiliser une autre caméra que celle fournie dans le kit ? Non. Mais elle est de qualité très correcte, y compris lord de changements brusques de luminosité. Peut-on utiliser ses propres antennes sur le boitier OcuSync Air ? Oui, mais il les faut au format MMCX, ou utiliser un adaptateur MMCX vers SMA ou RP-SMA. Il n’y en avait qu’un seul, vers du RP-SMA, dans le pack que nous avons testé.

Les défauts ?

La trappe pour la carte microSD sur le boitier OcuSync n’est pas protégée. En cas de choc, elle peut être éjectée… et bon courage pour la retrouver ! Une solution consiste à la sécuriser avec de l’adhésif ou un élastique, mais ce n’est pas une idée formidable car la carte dépasse un tout petit peu du boitier. J’ai fait l’essai avec du scotch : sa pression a fini par s’éjecter de son logement tout en y restant coincée, avec pour résultat l’absence de vidéo à l’atterrissage. Est-ce que le boitier OcuSync Air chauffe ? Oui, mais ce n’est pas catastrophique. Il faut tenir compte du volume imposant du boitier vidéo et prévoir suffisamment de place à bord pour l’accueillir. Sans oublier qu’il faut anticiper l’agencement du matériel pour placer 2 antennes vidéo, au lieu d’une seule habituellement en analogique. Il faut garder en tête que le poids de l’ensemble est de 83,5 grammes au minimum (caméra et câble, boitier vidéo, câble d’alimentation, 2 antennes dipôle).

Les défauts, suite

Capture d’une vidéo enregistrée sur le boitier en 1280 x 720p.

Le défaut le plus gênant, c’est la mauvaise qualité des enregistrements vidéo. Celle à bord du masque, passe encore. Mais c’est surtout celle enregistrée à bord, dans le boitier OcuSync Air, qui chagrine. Une compression moins marquée aurait assuré de belles vidéos. Or en l’état, il est indispensable de faire appel à une caméra additionnelle de type GoPro, RunCam, etc., pour revenir de vol avec de belles images. C’est terriblement frustrant ! Un autre défaut, nous l’avons vu, c’est la latence constatée pendant les vols. Si vous pratiquez le FPV racing ou le Freestyle à haut niveau, c’est-à-dire si vous avez besoin d’une latence ultra réduite, passez votre chemin, même avec le réglage en 480p, la solution OcuSync Air ne conviendra pas. A titre de comparaison, la latence est assez proche, un peu supérieure à celle de la caméra RunCam Split.

Les points forts ?

Capture vidéo enregistrée sur le masque en 1280 x 720p.

Il faut relativiser l’impact de la latence. Même en volant de manière agressive, vous ne la ressentirez pas forcément. Dans ce cas, la solution OcuSync Air est tout simplement bluffante ! Vous profitez d’une image très grand format, en 1280 x 720p au moins, mais, surtout, vous volez sans souffrir de parasites. Quand on a supporté pendant plusieurs années les images médiocrissimes des vols en immersion, c’est une libération ! La jolie portée, même derrière des obstacles, permet de piloter bien plus sereinement. Le système OcuSync Air peut aussi donner satisfaction sur une aile volante ou un avion. Il y a aussi la facilité d’emploi, particulièrement agréable avec ce kit complet masque Goggles Race Edition, caméra et boîtier OcuSync Air. Plus la promesse, non vérifiée pour l’instant, de voler à plusieurs !

Faut-il l’acheter ?

Vous l’aurez compris à la lecture des deux derniers paragraphes, OcuSync Air ne convient pas à tout le monde. Son prix, d’ailleurs, est élevé puisqu’il faut compter 1000 € chez DJI pour le masque et le kit OcuSync Air à installer. Mais il ne faut pas oublier que le masque convient aussi pour d’’autres usages, en retour vidéo analogique 5,8 GHz et avec toutes les caméras volantes de DJI, le Mavic Pro en tête. Chez Studiosport par exemple, le masque seul est proposé à 600 €, le système caméra et émetteur OcuSync seul est à 365 €. A titre d’information, l’émetteur seul est à 170 € et la caméra à 80 €. Si cher que ça ? Oui, bien sûr, surtout en comparaison avec des solutions analogiques. Mais profiter d’une image superbe et sans parasite pendant les vols, c’est un luxe qu’on peut avoir très envie de s’offrir… Avant d’acheter ? Il est recommandé de l’essayer…

Une vidéo

Quelques explications sont nécessaires. Les premières séquences montrent l’enregistrement de la vidéo à bord du multirotor, puis sur le masque, et présentent les 2 images simultanément. La synchronisation n’est pas facile, puisque l’image 960p sur le masque est en 60 fps, alors que celle à bord est en 50 fps. Les pertes de frames constatées sur la vidéo du masque ne se sont pas traduites par des parasites pendant le vol. La pixellisation observée sur la vidéo à bord n’est pas apparue non plus pendant le vol. La séquence filmée par le masque en 640 x 480 pixels montre que les images sont totalement dépourvues de parasites pendant le vol, même s’éloignant pas mal. A partir de 3’12, 6 séquences montrent la latence avec différents réglages. A partir de 3’54, vous trouverez un test de la portée (au sol) en espace dégagé puis en sous-bois.

D’autres photos

 

21 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Est-ce que l’émetteur est compatible avec les DJI goggle 1ère version ?
    Peut-on l’utiliser sans l’enregistrer auprès de DJI (comprendre de façon anonyme…) ?

  2. @ Bernard : Je n’avais pas de G1 pour faire l’essai. Il faudrait vérifier si une mise à jour ajoute le menu de connexion à OcuSync Air.
    Le boitier demande à faire une mise à jour dès le premier branchement, il faut donc être connecté à un compte DJI pour la faire. Ce n’est par conséquent pas anonyme, non. En revanche, l’usage ne transmet pas de données.

  3. Merci pour la réponse !
    Mais malheureusement pour l’anonymat, oui je crois qu’il y a forcément la transmission du numéro de série ou équivalent entre les goggle et le Tx, et vu que c’est détectable par Aerospace…
    Est-ce que je me trompe ?
    Bon d’autre part sans OSD adaptable avec horizon artificiel, home point and co, pour un avion en FPV c’est pas forcément l’idéal.
    En tout cas je suis toujours bluffé par les performances de l’Occusync au vu de sa puissance d’emmission.

  4. @ Bernard : Pour AeroScope, oui, c’est très probablement détectable (je n’ai pas la valise magique pour essayer). Chacun son avis sur le sujet. Pour ma part, si ça permet de détecter un appareil qui va traverser un site sensible, ça me va. AeroScope ne trouvera pas le quidam qui fait son vol un peu loin en montagne ou en rase campagne, ce n’est pas le principe. Mais ça se discute, évidemment.
    Pour l’OSD, il y a de quoi faire entrer des données sur le connecteur…

  5. Salut,
    Est ce que le module OcuSync Air peut être utilisé avec la première version des dji goggles ?
    Merci.
    Oursinou.

  6. Moi ce qui m’étonne particulièrement c’est le fait que les antennes soient les mêmes en 5.8 ou 2.4 … Parce que ça me semble techniquement impossible alors que tests ne semblent pas montrer de soucis particulier. Là franchement ça pique ma curiosité ^^

    Sinon le Sbus du Vrx sert à récupérer les info d’un contrôleur de vol ? Connais-tu les compatibilité éventuelles et l’utilité exact (affichage de la télémétrie etc.) de ce connecteur ?

  7. Merci pour ce retour !
    Visiblement pour un racer, ça va être très compliqué à cause de la latence. La solution de chez connex semble être celle qui reste la plus facilement utilisable, au détriment sans doute d’une dégradation de l’image en mode HX.

  8. @ Barry : Il semble que les antennes soient également les mêmes dans un P4 (les 2 dans l’avant du train), qui fonctionnent en 2,4 et 5,8 GHz. Mais je ne sais pas comment expliquer que cela ne pose pas de problème.
    Pour le connecteur, je te renvoie vers le manuel qui répondra mieux que moi 🙂

  9. @Fred merci pour les précisions, je ne savais pas pour le P4 (après je ne connais pas du tout la gamme DJI). Mais quand même des antennes compatibles 2.4 et 5.8 ça m’interpelle ^^
    Enfin pour le port sbus il ne précise pas avec quoi c’est compatible, mais il y a très peu d’info qui sont récupéré dans l’OSD du coup. Bref pas convaincu même pour un usage en voilure fixe (pour lequel je m’orienterai plus vers le fpv blue).

  10. Est-ce qu’il serait possible (ou peut être existe t-il déjà) d’avoir un article sur les effets des ondes sur le corps, surtout au niveau de la tête avec ces engins.

    Merci

  11. @ Lbenoits : Aie, je ne connais déjà pas d’étude satisfaisante pour la téléphonie mobile et le wifi, il se dit tout et son contraire… Alors sur de multiples fréquences, puissances, distances, etc., c’est encore plus complexe.
    Je serais bien incapable de m’attaquer au sujet, d’autant que je n’ai pas le début d’une méthodologie valable…

  12. On peut constater un bel engouement pour le fpv en HD 😀

    Il y a le ez wifibroadcast qui fonctionne bien en DIY/Open source aussi qui est sympa, un article/review dessus un de ces quatre ? 😉

  13. Il serait intéressant de faire un comparatif avec les autres solution HD comme le Prosight de chez Connexe.

  14. Hello sympa de voir que les tests se font en partie au pont de la Caille, je n ai jamais pris le temps d’y faire voler mon Mavic un peut la honte habitant à 5kms, bref on peu y installer sur une moto ?( pour la piste par exemple)
    Bonne journée

  15. Bonjour, mercii pour ces 3 essais, par cotre je n’ai pas vu de liens direct entre eux !

    J’ai une question car pour ce n’est pas térs clair !

    si j’opte pour un mavic pro et un googles RE, j’ai tout ce qu’il faut pour faire du FPV numérique légerment latenceu ^^ ou j’ai encore besoin d’acheter le pack caméra en plus ?

    MErci pour votre réponse !

  16. @ vlx360 : Le masque RE te permet de piloter la gamme Mavic en immersion, avec un retour vidéo numérique, sans autre achat nécessaire : les Mavic sont équipés du système OcuSync. Le pack caméra est requis si tu veux équiper un appareil non-DJI du système OcuSync, par exemple un racer.

  17. Bonjour Fred
    Question: Il me semble que l’Ocusync Air Module n’est pas équipé de GPS. Est-il possible d’adjoindre un GPS embraqué et d’avoir le retour en OSD sur les Goggles RE?
    Merci d’avance

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.