Un nouvel incident entre drone et avion en Argentine ?

8
1647

C’est en tous cas ce que rapporte le blog Desde El Patio, qui décrit un incident survenu le 22 décembre 2017 sur le vol Aerolinas 1283 parti de Santiago du Chili, à l’approche de l’aéroport Jorge Newbery de Buenos Aires. Des photos montrent les pales endommagées d’un réacteur, ainsi que des impacts sur la tôle. Pas d’indications, du moins pour le moment, sur la position et la hauteur au moment de l’impact. Voir ici pour le vol sur Flightradar24. Cela vous rappelle quelque chose ? Un incident présumé avait eu lieu il y a quelques semaines, au même endroit, toujours avec un appareil d’Aerolinas (voir ici). L’enquête sur ce vol AR1865 du 11 novembre 2017 n’a pas encore apporté de conclusions.

Ce n’est pas tout

Un autre rapport d’incident le 22 décembre dernier, le même jour que celui du vol AR1283, a été publié par le site Herald. L’équipage du vol AR1368 d’Aerolinas aurait fait état d’un choc avec un objet au décollage, à une hauteur de 2000 pieds (600 mètres), qui a contraint l’appareil à interrompre son vol, vider son carburant et revenir se poser sur un autre aéroport, celui de Ezeiza, toujours à Buenos Aires (voir ici pour la description de l’incident, et là pour le vol sur Flightradar24). Un drone ? L’équipage n’a rien dit à ce sujet.

C’est vrai ?

Il est impossible de l’affirmer pour le vol AR1283, les photographies des pales brisées ne délivrant pas d’informations décisives. Il est trop tôt pour en savoir plus sur le vol AR1368, et l’enquête au sujet du vol AR1865 du 11 novembre n’a pour le moment apporté aucun élément probant. Les collisions restent donc à l’état de suppositions. Les photos des pales endommagées sont à comparer avec les modèles informatiques de l’étude de la FAA (à voir ici), et plus particulièrement ceux qui figurent dans ce document

Une anecdote ?

Un employé d’une compagnie d’assurances, qui ne désire pas que je mentionne ni son identité ni le nom de sa société, m’avait contacté suite à la présentation de l’outil de détection AeroScope de DJI sur Helicomicro. Il m’a indiqué que les collisions avec des drones étaient désormais un sujet préoccupant pour son employeur. Par crainte d’un accident majeur ? Pas du tout : les inquiétudes concernent les soupçons d’arnaques de la part de compagnies aériennes par absence de rapports d’enquêtes exploitables.

Photos : lauchaensucia
Source : Desde El Patio

8 COMMENTAIRES

  1. La dernière phrase résume exactement ce que je pensait : depuis le temps aucun test n’a été réalisé pour connaître les dégâts potentiels que peuvent infliger un “drone” sur un réacteur ? Sérieusement, je me demande ce qu’un oiseau type pélican peut faire comme dégât par rapport a un “drone”…

  2. LOL,

    il ne faut pas se voiler la face, les collisions vont arriver,

    il ne faut pas se voiler la face, les entreprises commerciales vont vouloir en tirer profit!

    DO LOVE HUMANITY!

  3. @Jordan Carrier : pourtant, des petits oiseaux faits de chair et d’os arrivent à détruire ces pales en titane 😉
    Ce qui importe n’est pas la matière (le plastique ou autre), mais l’énergie cinétique au moment de la collision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.