JJRC H67 Flying Santa Claus, le test

6
1371

C’est un nano multirotor très saisonnier, puisqu’il est destiné à agrémenter la période de Noël… et de Nouvel An, comme nous allons le voir. Il est tout naturellement rouge et blanc. Son look vous dit quelque chose ? Evidemment, c’est un clone de Tiny Whoop avec son carénage incluant les protections d’hélices et ces hélices quadripales. Mais si vous suivez régulièrement Helicomicro, vous lui trouverez une furieuse ressemblance avec le E011 de Eachine (voir ici). Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique. Notez que le JJRC H67 Flying Santa Claus m’a été donné par la boutique Geekbuying. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

Je vais faire assez court : le Flying Santa Claus est presque totalement semblable au E011 de Eachine. La description est donc proche du copier-coller. La structure est en plastique assez résistant, les hélices sont des quadripales classiques, les moteurs sont des brushed 716 plus puissants que ceux des Tiny Whoop (dérivés de l’Inductrix de Horizon Hobby). Ils tournent à 60.000 rpm, soit 16200KV avec la batterie 1S 3,7V. Le contrôleur de vol est propriétaire, stabilisé et dépourvu du mode Acro. La radiocommande est un modèle de type jouet, petit format, en mode 2 (gaz à gauche). La batterie est une Lipo 1S de 260 mAh avec un connecteur JST PH 2.0 mm. Avec l’appareil est livrée une figurine à monter.

Les différences ?

La figurine, à fixer par emboitage façon Lego, n’est pas le chevalier du E011, mais un Père Noël avec des bras articulés qui peuvent tenir des objets. Dommage, il n’y en a pas de livrés dans la boite. L’appareil est prévu pour Noël ? Oui, et pas qu’un peu : dès que la batterie est branchée, il joue de la musique ! Un haut-parleur diffuse « Jingle Bells » suivi de « We wish you a Merry Christmas (and a Happy New Year) ». L’appareil vole correctement, mais on sent que la figurine constitue un surpoids qui réduit la maniabilité. Il y a bien 2 modes correspondant à des débattements plus ou moins grands. On passe de l’un à l’autre avec une pression de 3 secondes (jusqu’à entendre un bip) sur le bouton droit de la radiocommande. Il y a plus simple : retirer le Père Noël donne un coup de fouet à l’appareil ! On gagne en effet 4 grammes.

La musique ?

Plutôt qu’une musique, c’est un joli son nasillard façon DSP 8 bits qui sort du haut-parleur, avec un volume plutôt fort. Combien de temps ça dure ? CA NE S’ARRETE JAAAAAAMAIIIIIS ! Oui, vous avez bien lu, le haut-parleur continue à brailler les 2 chansons sans discontinuer. De quoi devenir nerveux, rapidement… Et comment on l’arrête ? ON NE PEUT PAS ! GNNIIIIIIIIII… Pour ne pas que les 2 chansons vous poursuivent toute la journée, pour votre santé mentale, et pour ne pas commettre un acte irréparable, une petite opération chirurgicale s’impose.

Opération à haut-parleur ouvert

Retirez le capot en plastique, tenu par de simples ergots, puis ôtez les 2 vis de la plaque électronique. Les fils d’alimentation des moteurs sont reliés à des connecteurs, bien pratique puisqu’il n’y a pas besoin de soudure pour remplacer les moteurs. Débranchez-les en prêtant attention à ne pas arracher les connecteurs, ils sont assez fragiles. Sous la plaque se trouve le haut-parleur responsable des chants de fin d’année. Un conseil ? Arrachez tout simplement les fils à leur base sur la plaque électronique. Ne comptez pas sur eux pour alimenter un combo FPV : ils ne fournissent pas une tension suffisante… Une fois le haut-parleur retiré, vous avez gagné en tranquillité, et le nano multirotor s’est allégé de 2,6 grammes.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

6 COMMENTAIRES

  1. Hé alors c’est le premier drone testé, qui intègre le signalement sonore imposé par les règles à venir … Et tu te plains ! Une LED qui clignote et tu as la signalisation lumineuse.. Bon pour y coller une immatriculation ce sera plus coton … 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here