Simtoo Moment 007Pro, le test

2
4298

Frustrant

L’interface ne permet pas les mouvements fluides, on procède par petits à-coups, avec une commande à la fois. Il est possible d’augmenter la sensibilité pour plus de nervosité avec les choix « Primary », « Intermediate », « Advanced ». Sympa, mais ça ne suffit pas pour rendre le pilotage agréable. Quel dommage que cet appareil ne soit pas livré avec une radiocommande ! L’interface propose le « Point Mode ». Ce n’est pas un outil de pilotage, mais d’orientation de l’appareil et de sa caméra dans la direction que vous lui indiquez en touchant l’écran. Une sorte d’aide au cadrage, le drone restant sur place en stationnaire.

Le retour vidéo

La caméra à bord filme, et les images sont transmises en wifi à votre smartphone. Sympa, mais la latence est très élevée, beaucoup trop pour piloter en immersion. Au vu de la portée, de toute manière, vous n’iriez pas bien loin. L’inclinaison de la caméra est pilotable depuis le smartphone, soit avec le « Point Mode », soit avec une icône dédiée à cette fonction. Mais l’inclinaison est saccadée, tout-à-fait incompatible avec des vidéos aériennes. En l’absence de stabilisation, aussi bien numérique qu’analogique, les images sont très chahutées. Les protections des hélices ont une telle prise au vent que l’appareil passe son temps fortement incliné.

Des images penchées, la bougeotte ?

Le résultat n’est pas terrible… Notez la présence d’une fonction appelée LDC dans les réglages de la caméra. Elle n’est pas documentée dans le manuel papier ni celui dans l’app, et refuse d’être activée. Peut-être est-ce la fameuse stabilisation numérique manquante ? Le processeur au cœur du Moment 007Pro est un Snapdragon 801 de Qualcomm : c’est le même que celui du Dobby de Zerotech, il est donc en théorie capable de stabilisation numérique. Espérons que la fonction soit activée dans une mise à jour à venir…

Les différentes définitions

Extrait d’une vidéo en 4K / 25. Faites un clic droit pour la voir en taille réelle.

En vidéo, il est possible de filmer en 4K (3840 x 2160 pixels) à 25 images par seconde, en 2,7K (1920 x 1440 pixels) à 30 fps, en Full HD (1920 x 1080 pixels) à 30 et 60 fps, en 720p (1280 x 720 pixels) à 30, 60 et 120 fps. Le débit varie entre 60 Mbps en 4K et 15,5 Mbps en 2,7K. Assez de chiffres, quel est le résultat ? La définition 4K promise est effective lorsqu’on étudie le fichier vidéo (mp4 en h.264), mais on est loin du compte à l’écran ! Les images sont pixellisées, avec des effets d’escaliers, et desservies par une compression forte qui introduit des zones floues. Il est fort probable que les images soient à la fois interpolées et trop compressées. Ajoutez à cela de fortes vibrations parasites, de type effet Jello, en extérieur même sans vent. Le résultat est donc très médiocre, et se détériore encore plus avec une faible luminosité.

Et les photos ?

Exemple de photo prise avec le Moment 007Pro. Faites un clic droit pour voir l’image à taille réelle.

Elles sont plus réussies que les vidéos, d’une définition maximale de 4608 x 3456 pixels. Mais la compression est très visible et du bruit est introduit, même avec une luminosité assez forte. Plus un effet de fringing très prononcé qui entoure les zones sombres d’un liseré blanc et crée une transparence bleutée sur des détails comme des feuilles d’arbres. L’effet Fish Eye qui déforme les lignes droites en dehors du centre de l’image est également très présent. Bref, les photos sont un peu meilleures que les vidéos, mais pas beaucoup. Photos et vidéos peuvent être téléchargées sur le smartphone. Les photos peuvent être éditées pour des retouches comme l’éclaircissement, la rotation, des effets de couleurs, des filtres, une retaille. Une excellente initiative, mais pas de miracles, cela ne sauve pas les clichés…

Les plus, les moins…

L’autonomie du Moment 007Pro est de 10 minutes environ. C’est sans doute le point fort de cet appareil face à ses concurrents de type Selfie. L’inclinaison de la caméra est pilotable de deux manières. La première est accessible en appuyant sur une icône qui affiche des flèches haut-bas. Dommage : on ne peut plus piloter quand on gère l’inclinaison. Plus gênant encore : l’inclinaison s’effectue par à-coups. Elle accélère, puis ralentit, puis accélère. L’effet obtenu est particulièrement désagréable. La seconde est le « Point Mode » déjà évoqué : la caméra s’oriente vers le point que vous touchez à l’écran. Les transitions sont un peu plus douces. Le Moment 007Pro permet de prendre 3 photos à la volée, d’actionner un compte à rebours de 10 secondes avant de prendre une photo, et de shooter de courtes vidéos de 10 secondes. Sympa, mais il manque un mode Time Lapse pour automatiser les prises de vues à intervalles réguliers.

Les plus, les moins, suite…

La gestion de la hauteur est correcte, mais près du sol, elle s’appuie sur le sonar plutôt que sur le baromètre altimétrique. Le résultat, ce sont des variations de hauteur en fonction du relief. Vous passez au-dessus d’une table : l’appareil grimpe brusquement. Idem si vous placez la main dessous. Les cages des hélices protègent vraiment les hélices… A vrai dire, elles protègent surtout l’environnement face à ces hélices. On peut saisir l’appareil à la main en vol sans risque. Evidemment, il ne faut pas aller glisser un doigt dans les cages, mais la protection est assurée de manière très satisfaisante.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

2 COMMENTAIRES

  1. Bon faudra attendre que tout cela mûrisse un jour, mais au train ou vont les choses, à oublier et attendre une machine qui fera mieux pour moins cher 🙁 Encore un drone Kleenex de plus …

  2. Avec un peu de chance la mode du selfie aura passé avant qu’un constructeur réussisse à sortir un quad qui marche 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.