Eachine Fury Wing, le test

18
3601

Il n’y a pas que les multirotors dans la vie, il y a aussi les ailes volantes. Des bestioles qui offrent de jolies sensations en vol, que ce soit à vue ou en immersion. La Fury Wing de Eachine repose sur (ou copie, c’est selon) un principe élaboré par la MiniRaceWing, sous la forme d’un projet Kickstarter, en janvier 2017. Plutôt qu’une aile entièrement en EPP, l’idée est que la partie centrale qui contient la motorisation et l’électronique soit solide, faite d’une armature en carbone. Le but est évidemment de protéger les pièces les plus plus fragiles et les plus onéreuses comme l’électronique. Que vaut-elle en vol ? Réponse dans cette chronique. Notez que la Fury Wing nous a été donnée par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

La Fury Wing est livrée à monter. Il n’y a, à vrai dire, pas grand-chose à faire. Il faut simplement monter les deux dérives sur les deux ailes en EPO, maintenues par un tube en plastique, à coller pour assurer leur rigidité. La version testée est la PnP : elle est pré équipée des deux servos qui contrôlent les ailerons, le tout étant entièrement câblé, prêt à l’emploi. La partie principale de la Fury Wing, le fuselage central, est faite d’une plaque inférieure en carbone de 2 mm et de deux plaques verticales, également en carbone de 2 mm. L’ensemble est solidarisé par 10 entretoises.

Suite du tour

A l’arrière est fixé un moteur brushless 2216 de 2000KV, relié à un ESC placé au premier tiers avant de la structure, un modèle de 40A pour des batteries de 3S ou 4S avec connecteur XT60. Pour fixer les ailes, Eachine a installé 4 supports munis d’aimants et fournit une clef d’aile qui maintient les deux parties. Les dimensions ? 30 cm de longueur, 5,8 de hauteur et 4,5 de largeur pour le fuselage, avec un poids de 243,5 grammes (sans l’hélice). Chaque aile pèse 102,8 grammes, la barre de maintien 20,7 grammes et l’hélice 4,9 grammes. Soit au total 474,7 grammes. L’envergure est de 103 cm. Deux plots amortisseurs en EPO se trouvent sous chaque aile, pour amortir les chocs à l’atterrissage. Eachine fournit aussi une plaque d’autocollants : à vous de les mettre (ou pas).

Que faut-il ajouter ?

Il faut installer un récepteur radio. J’ai placé à l’arrière un D4RII de FrSky, directement branché sur la prise servo de l’ESC, et les deux prises servos des ailerons. J’ai installé une batterie 3S de 2200 mAh : un grand logement est prévu pour cela. Je ne l’ai pas équipé d’un système FPV pour son premier vol. Ce qu’il faut vérifier ? Que le centre de gravité soit placé au bon endroit. Pour s’en assurer, Eachine indique où placer les doigts avec la mention CG sous les ailes. Il faut jouer avec l’emplacement de la batterie pour bien équilibrer l’aile – c’est indispensable pour qu’elle vole correctement. Notez que des emplacements pour des servos sont prédécoupés dans les deux dérives, si l’envie d’ajouter une voie à l’appareil vous tenaillait.

Premier décollage

Mon tout premier vol n’a pas duré longtemps, j’ai simplement pu constater que l’aile était lourde, et qu’il fallait par conséquent pousser sérieusement les gaz pour la maintenir en l’air. Un simple ralenti du moteur a mis fin au vol, un décrochage heureusement sans dégâts. Ce « maiden » n’a pas dépassé les 30 secondes. Pour l’essai suivant, j’ai confié les manettes à Hugo Madignier, un pilote chevronné. Histoire de ne pas ruiner l’appareil avec mes piètres talents de pilote d’aile, et pour recueillir ses impressions.

>>>> la suite de cette chronique se trouve ici <<<<

18 COMMENTAIRES

  1. C’est bien là le problème de ces engins, charge alaire bien trop élevée, vitesse balistique, ce qui gâche le plaisir d’un vol FPV où l’on peut admirer le paysage 🙁
    Quid des atterrissages en immersion, toujours une loterie .

  2. Une aile delta en pilotage celà surprend un peu au début ,au décollage plein pot ,ensuite dès l’altitude de sécurité acquise on peut réduire la vitesse ,mais il faut garder des watts au derrière ou devant suivant le cas.
    Pour du Fpv ,le paysage faut pas trop y penser c’est pas tip top en admiration et puis le but initial de ces engins s’est la vitesse ou alors faut pas jouer avec !!!!!!;par contre en tonneau,rotation ,déclenché et le reste un régal

  3. @fpv_67: Les attero fpv doivent avoir plus d’allure que les attero fpv sur quad racer avec angle caméra importants. 😉
    J’ai déjà testé il y a plusieurs années (en électrique et même en thermique), ça ne pose pas de soucis, par contre stress en vol de perdre la vidéo…

  4. Le concept peut paraitre astucieux à la base, mais sur une aile le poids est critique, chaque gramme compte, en voulant faire un système détachable pour être plus solide, cela fait un avion plus lourd qui sera plus fragile, cela se mord la queue. Une aile classique de cette taille ne coute presque rien, il est donc bien plus efficace de transplanter toute l’électronique sur une nouvelle aile quand l’actuelle est trop endommagée. De plus ce genre d’appareil se destine aux pilotes de quads qui n’ont pas tous l’habitude d’essayer d’éviter les crashes dans la mesure du possible… 😉

  5. C pas le même prix, mais pour débuter facilement, rien ne vaut la parrot disco. J’ai volé avec tout l’été. C’est un réel plaisir.

  6. Salut Fred :

    – La “tige centrale”, je pense que tu fais référence à la “clef d’aile” ?
    – Concernant le comportement pataud de l’aile, un truc à savoir : bien souvent les machines asiatiques ont un centrage préconisé notice beaucoup trop avant. D’où l’impression de piloter un bombardier plutôt qu’une machine agile. Cela peut jouer sur le décrochage aussi, sachant que les ailes volantes sont très sensibles au centrage. Cela vaudrait surement le coup de rentrer les cotes de la cellule dans le logiciel PredimRC pour calculer des valeurs de centrage correctes.
    A vue de nez, le poids annoncé ne semble en effet pas délirant, je ne pense pas que la charge alaire soit si élevée que ça.

  7. PS : J’oubliais un point de détail, pour éviter la casse des hélices à l’atterrissage et en plus faciliter le vol plané, il faut programmer le frein moteur sur l’ESC.

  8. Ohhh ! Quelle agréable surprise ce matin de voir un test de voilure fixe ici ^^
    Il faut dire que cette machine lorgne vers les amateurs de multi avec sa structure carbone …

    Pour en revenir au test je suis d’accord avec TB250, la masse ne me parait pas incohérente le centrage made in china est parfois à coté de la plaque complet. Vu qu’une aile centrée arrière ne vole pas, le centrage est volontairement placé (très voir trop) avant dans certains cas. A voir selon le ressenti d’Hugo.
    Enfin, réaliser un test de voilure fixe est pas évident car cela se joue beaucoup au ressentie en vol.
    Juste une petite critique, je ne trouve pas que parler de vol longue distance avec une telle machine soit cohérent … Après il faut voir ce qu’on entend par “longue distance” mais je ne pense clairement pas que ce genre de machine soit faite pour ça, plus pour faire le cake au raz du sol et pleine vitesse ^^

  9. @ Barry : Je viens d’aller jeter un œil sur les retours des acheteurs sur banggood, il semble unanime que le CG est trop avant. Quelqu’un a même reculé le CG de… 2 cm. Il faut préciser, pour ceux qui ne sont pas habitués aux voilures fixes, que c’est un décalage énorme sur une machine de cette envergure !

  10. Ça fait plaisir de voir un test d’aile volante ! Je veux m’y mettre depuis longtemps, mais ce ne sera donc pas avec ce modèle…
    Et une petite question : quelle est l’autonomie avec la batterie 2200mAh ? (Je ne crois pas avoir eu l’info dans le test)

  11. Bonjour,
    j’ai testé plusieurs ailes (jusqu’à la X8 de 2,12 m d’envergure) et avions ou motoplaneurs de configuration classique en FPV et franchement je ne vois pas l’intérêt des ailes. Elles ne sont pas très fines et l’autonomie s’en ressent.
    Pour info mon Mini Talon de 1m et quelque d’envergure (je n’ai plus en tête le chiffre exact mais il semble à peine plus grand que l’aile testée ici) consomme en palier 5A en 4S ce qui lui donne une autonomie de plus de 1h30 avec son 8000 mAh (et 35A plein gaz pour le décollage sans aucun stress).
    Je l’ai bien sûr équipé d’un pilote auto avec RTH, route programmable, etc… etc…
    Quant aux Tx video et RC… disons que les fréquences et puissance d’émission sont en adéquation avec les performances mais c’est un autre débat 🙂 🙂 🙂
    Bref, tout ça pour vous dire que si vous vous voulez vraiment faire du FPV sympa ailleurs qu’au-dessus de vos têtes, non seulement il y a autre chose que les multirotors (que j’adore quand même !) mais surtout autre chose que les ailes volantes aussi.
    Bon vols à tous, prudents, en sécurité et… avec discrétion !

  12. 480gr pour une aile de 103cm sans FPV c’est super lourd, surtout que la partie centrale de vole pas, donc c’est plutôt une 95cm.
    Une aile classique de taille similaire ferait dans les 300-350gr.
    Et le moteur est vraiment très gros.

  13. @Olivier C. il faut comparer aux ailes dites racing (catégorie dont cette aile fait partie selon moi) qui ne sont clairement pas dans la catégorie légère et possèdes des masses semblables. Nous ne sommes pas sur le même produit qu’une wing wing par exemple, mais ce n’est pas le même objectif non plus.

    @TB250 effectivement 2cm c’est beaucoup, beaucoup trop ! Après je sais que pour mes machines j’aime bien être centré un poil avant (très légèrement quoi), je trouve le comportement plus accrocheur et joueur surtout en virage.

  14. @ Hugo Pietri : Ca fait 15 minutes environ. Je dis environ parce que je n’ai pas poussé jusqu’au bout, je me suis arrêté à 10 minutes.

  15. C’est sympas en raz-motte 🙂

    Par contre, ça à l’air de beaucoup bouger… C’est pas un peu vomitif les ailes fpv en général ?

  16. @terry cela va dépendre des ailes …
    Le profil de l’aile joue énormément dans le comportement de l’aile. C’est d’ailleurs ce que j’aime particulièrement en voilure fixe: il est très difficile de trouver deux ailes aux comportement en vol identique. Après certains profiles ont des tendances aux oscillations et la à part atténuer le tout avec une stab (donc quelque part brider la machine) il n’ y aura jamais de miracle.

    Pour en revenir à cette aile oui elle semble être sujette à de belles oscillations, Est-ce que c’est à vomir ? Ca va dépendre de toi 😉
    Après il existe des ailes qui sont très peu sujette à ce problème, voir qui sont comme visser sur un rail et là la question ne se pose plus ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE