L160-2 5.8G FPV racing, le test

32
2247

Dsc_0034-600Avec son armature bien plus isolante que de simples protections d’hélices, le L160-2 5.8G FPV racing est un racer qui affirme sa différence. L’intérieur de la machine, à vrai dire, est assez classique, mais c’est sa frame qui le distingue de la concurrence. Et ça fonctionne ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil nous a été donné par la boutique HobbyGaGa. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La structure

Le L160-2 est livré dans une mallette de transport assez pratique, qui contient le quadricoptère, sa batterie, son chargeur, mais aussi sa radiocommande et un écran pour le retour vidéo en temps réel. Pratique ! Dsc_0006-600L’appareil est constitué de deux plaques de fibre de carbone (ou composé), de 1,5 mm d’épaisseur pour celle du bas, et de 0,9 mm pour celle du haut. Ce sont là des épaisseurs bien faibles par rapport à celles des racers classiques. La rigidité du L160-2 est en fait assurée par les entretoises qui solidarisent les deux plaques. Il y en a 7 par moteur, plus 1 commune à deux moteurs. Soit un total de 7 x 4 + 2 = 30 entretoises, d’une hauteur de 3 cm. Les dimensions complètes ? 22,8 cm de longueur, 24,9 cm de largeur, et 5,4 cm de hauteur. Le poids est de 254,3 grammes sans la batterie (mais avec tous les composants en place). L’appareil est livré entièrement monté, prêt à voler.

Tour du propriétaire

Dsc_0049-600La structure est évidemment prévue pour que le L160-2 soit résistant aux chocs. En effet, les hélices sont protégées dans leurs cages, ce qui évite qu’elles soient bloquées en cas de collision avec un obstacle, ce qui signifie d’ordinaire une chute inévitable. Au centre de la frame se trouve une plaque de distribution du courant, surmontée par le contrôleur de vol, un CC3D. Les ESC sont des modèles de 6A de petite taille, fixées sur les bras moteurs à l’intérieur de la structure, qui pilotent des moteurs brushless 1306 à 3100 KV (2 CW et 2 CCW). Les hélices sont des 4 pouces (4045). A l’avant se trouve, bien protégée par la structure, une petite caméra 700TVL avec un FOV de 127° déjà branchée sur la plaque de distribution pour son alimentation, et vers l’émetteur vidéo, situé lui à l’arrière. Mais également protégé par la structure. Seule dépasse l’antenne champignon. Il est décrit sur la documentation comme un modèle 5,8 GHz à 8 canaux et 25 à 1000 mW. Des valeurs bizarres, que nous allons vérifier…

Suite du tour

Juste derrière la caméra, toujours à l’intérieur, se trouve le récepteur radio (en PWM). Et la batterie ? C’est le seul élément qui se trouve entièrement à l’extérieur du L160-2. Il s’agit d’une Lipo 3S 11,1V dont la capacité en mAh n’est pas indiquée. Dsc_0015-600Probablement 1000 ou 1200 mAh. La présence d’un scratch montre que c’est sous l’appareil que le constructeur propose de placer la batterie. Dans la mallette sont fournis plusieurs scratchs, destinés à être placés sur vos batteries. Un chargeur à brancher sur le secteur est également fourni, avec un adaptateur pour les prises françaises. La radiocommande est un modèle d’entrée de gamme, très plastique, mais qui fonctionne plutôt bien. Elle ne comporte pas d’écran, mais dispose de deux interrupteurs. La mallette contient aussi un écran de 4,3 pouces (11 cm) de diagonale, avec un support pour le placer sur la radiocommande, ainsi qu’une antenne champignon et une batterie Lipo 2S 7,4V de 450 mAh. Pour clore l’inventaire de ce qui se trouve dans la mallette, notons la présence d’un testeur de batterie, qui fait aussi office d’alarme (testé ici).

Ce qui manque ?

Une documentation. Il n’y aucune aide de fournie pour débuter avec le L160-2. Ce n’est pas très grave, puisque l’appareil est prêt à décoller, sans besoin de pratiquer le moindre réglage. Mais si vous avez des doutes sur l’un des éléments, c’est à vous de partir à la pêche aux informations. Contrairement à l’habitude, aucun jeu d’hélices supplémentaire n’est fourni. Dsc_0217-600Vous vous en doutez un peu, la conception de la frame permet d’éviter la surconsommation d’hélices. Une habitude dans le monde des racers…

Premier décollage

Allumez la radiocommande, branchez la batterie, posez l’appareil au sol, armez les moteurs… En l’absence de documentation, les débutants resteront au sol. A moins de penser à placer la manette de gauche vers la droite. Les hélices ne démarrent pas toutes seules, il faut pousser les gaz – sans trop attendre, puisque le désarmement est automatique au bout de quelques secondes d’inactivité. Le L160-2 décolle… en dérapant un peu, le temps de s’échapper de l’effet de sol. Une fois en l’air à quelques dizaines de centimètres, il se révèle assez stable. Les dérives se compensent assez facilement avec les trims. Mais on préférera modifier le comportement de l’appareil avec les réglages du contrôleur de vol CC3D. Plus tard. En attendant, le vol se révèle assez agréable : l’appareil répond bien, sans l’inertie que l’on pourrait craindre au vu de l’imposante structure. On peut déjà conclure que le L160-2 est parfait pour effectuer des vols de précision.

Accélération…

Dsc_0206-600Le L160-2 n’apprécie pas les accélérations trop violentes : il se cabre et perd l’équilibre. Quelle est la raison ? Difficile à dire, mais on peut soupçonner les montants de la structure placés sous les hélices de créer des mouvements d’air parasites. Qu’à cela ne tienne, on oublie les coups de gaz trop violents. L’accélération progressive permet de maintenir l’assiette et de prendre de la vitesse, mais un temps seulement ! Lorsque la machine accélère, elle a tendance à plonger vers le bas, sans doute là-encore à cause de la surface bien plus étendue que sur un racer classique. Le freinage, avec la machine qui se cabre, a tendance à la faire grimper très vite, probablement pour la même raison. Plus gênant, le L160-2 est déséquilibré lorsqu’il prend un peu de vitesse et qu’il y a du vent. La punition ? L’appareil fait un salto arrière et tombe. Nouvelle conclusion : le L160-2 a beau être qualifié de « racer », il n’est pas fait pour la vitesse. N’espérez pas profiter de sa structure de protection pour remporter des courses de FPV racing, c’est sans espoir… L’autonomie est de 6 minutes pile avec une batterie de 1300 mAh. Et avec la 1500 mAh fournie ? Nous ne le saurons jamais : elle était défectueuse.

Le contrôleur de vol

Pour modifier le comportement du L160-2, par exemple pour le rendre un peu plus nerveux ou, au contraire, assouplir ses réactions, il faut régler le contrôleur de vol CC3D. Il est flashé avec OpenPilot, et vous pouvez y accéder avec l’outil disponible sur la plupart des plateformes (Windows, Mac OS, etc.) simplement en branchant un câble USB. La prise, située à l’intérieur de la frame, n’est pas facilement accessible – mais il n’est pas nécessaire de démonter quoi que ce soit. Dsc_0066-600Les paramètres d’OpenPilot révèlent que l’interrupteur de choix du mode de vol, à deux positions seulement, n’offre que le choix entre un mode Attitude et le mode… Attitude. Pour ne pas être cantonné à ce seul mode et profiter du mode RAttitude, qui permet de déclencher les acrobaties en fin de course des joysticks, il suffit de paramétrer l’interrupteur dans OpenPilot. Et pour le mode Acro+, celui sans stabilisation qu’affectionnent les pilotes de FPV racing ? L’inter n’offre que deux positions. Il faut donc choisir deux modes parmi les trois disponibles (par exemple Attitude et Acro+), ou jongler avec le deuxième interrupteur – ce que nous n’avons pas réussi à faire. Pour bien gérer les paramètres du CC3D sous OpenPilot, il faut soit connaître le contrôleur de vol sur le bout des doigts, ou aller hanter les forums pour trouver des conseils. Il est possible de flasher le CC3D avec CleanFlight… une manipulation que nous n’avons pas tentée.

La partie vidéo

La caméra FPV se révèle assez agréable : son angle est suffisamment large, mais pas trop, elle réagit vite aux changements de luminosité. Elle se débrouille plutôt bien dans la très faible luminosité, passant au noir et blanc avec un fort bruit, mais en conservant une image exploitable – parfait pour les vols en parkings non éclairés. Dsc_0053-600Elle est montée sur une plaque qui peut être placée à la verticale, légèrement inclinée vers le haut (c’est le montage par défaut) ou un peu plus inclinée encore. Pour changer l’angle, il faut desserrer les 4 vis les plus proche pour que la partit supérieure de la structure prenne du jeu, bouger la plaque de la caméra et resserrer les vis. Pratique. Cette caméra est reliée à un émetteur vidéo en 5,8 GHz. Nos soupçons sur le nombre de canaux et la puissance étaient justifiés : il s’agit d’un émetteur LT200. 200 comme 200 mW, et pas 25 ou 1000. Un bouton poussoir permet de choisir la fréquence d’émission parmi 32 canaux (et pas 8). Une pression courte passe d’une fréquence à une autre dans une bande, une pression longue passe d’une bande à une autre.

>>>> La suite de la chronique se trouve ici <<<<

32 COMMENTAIRES

  1. rigolo comme châssis, je m’inquiète pour les ESC : 6A pour des hélices 4045 en 3S sur des moteurs 3100kv ça fait super juste… ou les vendeurs de kits actuels jouent à nous surarmer pour rien ? Des littlebee 20A sur le Evo mini par exemple…

  2. @estya : Le salut des ESC vient probablement du fait que tu ne peux pas les pousser à fond, et qu’à régime élevé la prise de vitesse finit par mal se terminer… En gros, ils sont peu sollicités.

  3. @Fred, c’est ton nouveau loft ? 🙂
    Sinon machine stable bien pour les transitions brushed=>brushless :)… La cam FPV pas tip top pour les constrastes de lumière

  4. @SeByDocKy : Sympa l’endroit, hein ? 😉
    Pour la caméra, je l’ai justement trouvée assez rapide à s’adapter aux changements de lumière. Dans le loft, le haut était beaucoup plus lumineux que le bas. Elle gère plus difficilement la présence de zones très lumineuses en même temps que des zones très sombres – mais dans cet exercice, il n’y a pas beaucoup de caméras qui s’en sortent…

  5. @SeByDocKy : Non, je n’ai pas cette chance. J’ai mentionné dans le texte et la vidéo, le vol a eu lieu dans les studios SupaMonks à Arcueil…
    Pas d’info sur la cam, non. Pas d’info sur rien, d’ailleurs 🙁

  6. Sinon j’avais trouvé je sais plus ou des protection d’hélices pour quad 250, si il y en a que cela intéresse Google 😉

    Moi aussi Seb question pour le Duplex sur Youtune 🙂

  7. Youpeee, mes filles et moi sommes céleb’!! On nous voit dans une vidéo sur Helicomicro. C’est la consécration!! 😉

  8. @Fred,
    Quelques réglages du pitch dans OpenPilot ( ne pas hésiter à mettre des valeurs hautes: au delà de 100 suivant son niveau…)permettent de bien le stabiliser et je le trouve tout à fait apte à la course.
    Ne pas oublier que pour gagner, il faut avant tout finir les tours…;-)
    Maintenant, est-ce que ce type de chassis sera accepté, ou bien considéré comme une protection d’hélice?

  9. @Fred,
    C’est vrai…Sinon, Sais-tu si ce type de cadre passe, par rapport au nouveau règlement et aux protections d’hélices?

  10. Est-ce possible de lui rajouter un module GPS pour avoir par exemple la fonction RTH ?

    Quels sont les différents modes du CC3D ?
    Merci d’avance 🙂
    Sinon très bon test/boulot comme d’hab”

  11. Bonjour, je voudrais acheter un quadcopter pour utiliser en extérieur, mais je n’y connais rien. Je voudrais un qui résiste un peu au vent, avec ou sans fpv ( je prendrais une cam à pars sinon) dans un budget allant jusqu’à 100 150euros
    J’ai repéré le syma x5c et le hubsan x4 h107d, auriez vous des avis ?
    Merci beaucoup

  12. Salut Tom,
    J’ai commencé avec un x5c (45€ sur amazon + 20€ pour un kit 5 batteries) et je le recommande pour debuter. Un bon rapport qualite prix, ca reagit bien (lis le test sur helicomicro) et vu le prix, on n’a pas trop de peur de le casser (meme si il a resisté à toutes les chutes qu’il a subit)
    Par contre, il est tres leger (un peu moins de 100gr) donc paz de sortie en cas de vent. Pas de video non plus. Il y a bien une camera dessus mais la qualite est bof et l’appareil vibre bcp
    Fais signe si tu as des questions

  13. Bonjour à tous,

    J’aimerais acheter un drone pour un ami qui ne débute pas dans les véhicules radiocommandés et qui bricole un peu.

    L’idée serait qu’il puisse se faire un peu plaisir niveau pilotage, mais aussi et surtout (quitte à changer quelques éléments dans le temps) profiter de pouvoir enregistrer des vidéos et éventuellement faire quelques photos dans un contexte de sport aquatique.
    Le hic : le budget qui se situe aux alentour de 300€.

    J’ai vu dans les nombreux tests présents sur ce site (merci aux auteurs) ce drone qui me semble répondre à pas mal de critères moyennant l’achat d’un DVR.
    J’ai quand même, une question qui n’a pas été abordée lors de ce test : quelle est son autonomie ?

    Mon choix est-il le bon?
    Avez-vous d’autres modèles à me suggérer ?

    Merci d’avance

    PS: une réponse par mail est possible également.

  14. @m4sk1m : Si si : “L’autonomie est de 6 minutes pile avec une batterie de 1300 mAh”. 🙂
    Mais ce modèle est assez spécial avec son carénage, mieut vaut partir sur qqchose de plus classique, comme le Eachine Racer 250…

  15. Bonjour fred.

    Merci pour la rapidité de cette réponse. Effectivement le eachine racer 250 était un modèle que j’avais également repéré. Le problème, pour l’un comme pour l’autre est que l’aquisition vidéo avec enregistrement n’est pas d’origine si je ne me trompe pas. Je ne m’y connais pas suffisamment pour choisir le matériel adéquat à cela, peux-tu m’orienter un peu?
    Le principal objectif étant la prise de vue (vidéos mais aussi éventuellement photos) pendant des cessions de wakeboard, j’aimerai quand même quelque chose qui enregistre…
    Après le copain en question a une gopro, je me dit qu’il est peut être possible de la monter dessus et, en orientant la caméra embarquée correctement, “voir” ce que l’on film.
    Je pose beaucoup de questions, mais même s’il m’attire, le monde des drones reste flou pour moi

  16. Ps: j’ai vu que Hubsan aller sortir un modèle (le h501 si je ne me trompe pas), est-il un éventuel choix intéressant? Il a l’air assez correspondant à l’utilisation que je recherche non?

  17. Un topic sur quoi ? et ou stp, j’ai fait pas mal de pages de ce site, mais n’ai pas trouvé les informations qui m’intéressées.

    Merci d’avance

  18. Ah ok,

    oui j’avais vu ça, dommage qu’il ne soit qu’en précommande…
    Pour en revenir au eachine racer 250, j’ai trouvé une offre qui m’a l’air intéressante :
    LIENS
    mais si je comprend cette offre, elle ne contient pas de quoi enregistrer la vidéo, c’est à ce niveau que j’aimerai un peu d’aide svp :
    – faut-il prendre un boitier en plus, et si oui lequel ou quel genre ?
    – faut-il changer d’offre en prenant le drone seul, puis une télécommande, puis un retour vidéo qui enregistre ? et si cette solution est la meilleure, quel matériel prendre?

    Désolé je suis vraiment novice, encore une fois cet achat est pour un cadeau pour un ami.

    Merci d’avance

    m4sk1m

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.