Les drones de l’IBC

1
488

entrée IBC 2014-600Chaque année, les professionnels de l’audiovisuel se réunissent au Palais des Expositions d’Amsterdam pour découvrir les dernières nouveautés. Cette année, les organisateurs ont annoncé 55 092 visiteurs. Cela semble peu, mais la plupart des professionnels de l’image ont fait le déplacement, c’était l’endroit où les nouveautés ont été dévoilées. Pierre-Edouard Laurent, le boss de l’agence Image Djinn, a fait le tour des exposants spécialisés dans les drones pour Helicomicro !

Où sont les drones ?

En 2013, les drones envahissaient les gigantesques halls du RAI, le Palais des Expositions Amstellois. Cette année, pourtant, il faut s’armer de patience pour en trouver. Pourquoi ? Probablement parce que le tarif des stands est très élevé et surtout parce que les professionnels sont plus exigeants. Exit les nombreuses petites sociétés spécialisées en captation audiovisuelle.

Première participation de DJI

Parallèlement à ces disparitions, un « petit nouveau » arrive à l’IBC. Malgré son impressionnante force de frappe marketing, DJI n’avait jamais été présent à ce salon réservé aux professionnels. Il indique, en participant à l’édition 2014, sa volonté de compter parmi les principaux fournisseurs de solutions d’images aériennes. Le constructeur asiatique attirait curieux et spécialistes sur son stand, situé en face de celui de… GoPro ! Etrangement, les modèles professionnels, S900 et S1000, n’étaient pas particulièrement mis en avant. En revanche, les populaires Phantom 2 était très visibles. Certes, le système de télétransmission HD Lightbridge était présenté, mais sans démonstration sur smartphone ou tablette.

Le stand DJI à l'IBC 2014-600
Le stand DJI à l’IBC 2014
DJI en face de GoPro-600
DJI en face de GoPro
Avalanche de Phantom 2 sur le stand DJI
Avalanche de Phantom 2 sur le stand DJI
Système vidéo HF Lightbridge et S900-600
Système vidéo HF Lightbridge et S900
Le S1000 avec gimbal 3 axes-600
Le S1000 avec gimbal 3 axes

Ronin !

La nouveauté se trouvait plutôt dans le Ronin. Amis dronistes, petite précision, le Ronin ne vole pas. C’est une sorte de steadycam pour caméra pro à prix « léger » – l’appareil ne coûte pas plus de 2500 €. Un produit taillé pour les cadreurs avec une électronique tout droit sortie des nacelles 3 axes de DJI. Le constructeur ne cache pas dans ces brochures commerciales que le Ronin hérite du savoir-faire des Zenmuse, les nacelles avec moteurs brushless. Le constructeur a transposé son expertise de la stabilisation aérienne de caméras et caméscopes dans un produit pour les pros de la vidéo. Le résultat est satisfaisant. Il est amusant de voir que la télécommande pour piloter le Ronin à distance ressemble comme deux gouttes d’eau à celle d’un Phantom.

La nouveauté de DJI, le Ronin-600
La nouveauté de DJI, le Ronin
Le DJI Ronin de dos
Le DJI Ronin de dos
Le Ronin avec une caméra RED, le savoir-faire DJI dans la stabilisation
Le Ronin avec une caméra RED, le savoir-faire DJI dans la stabilisation

FreeFly

Déjà présent l’année dernière, FreeFly présentait ses dernières nouveautés. Rappelons que la société est spécialisée en systèmes de stabilisation de caméra. A côté des drones roulants, des gimbals à la Ronin, on pouvait voir le Cinestar 8. Comme son nom l’indique, c’est un octocoptère capable de stabiliser une caméra RED Epic (plus de 2 kilos sans optique) ou un reflex Canon 5D Mark III par exemple. La radiocommande MōVI Controller est un petit bijou avec télémétrie, modification de l’iris, zoom, résolution, pan/tilt dans son boîtier en fibre de carbone. Cette commande a une portée de 360 mètres environ et être branchée sur un moniteur.

La radiocommande MoVI Controller de Freely
La radiocommande MoVI Controller de Freely
Cinestar 8 de Freefly
Cinestar 8 de Freefly

Aerialtronics

Un autre stand attirait les regards, celui d’Aerialtronics. Cette fois, rien à voir avec l’industrie du cinéma, on est dans le drone utilitaire : de la surveillance anti-feu à la cartographie. La société néerlandaise exposait son Alura Zenith ATX8. Un octocoptère constitué d’un cadre 4 bras en fibre de carbone. Ses batteries haute capacité de 16600 mAh autorisent jusqu’à 35mn de vol sachant qu’il peut embarquer jusqu’à 2,9 kilos de charge. Il se pilote avec une radiocommande ou une tablette. Cependant l’Altura Enviar (basée sur une tablette Vislink) permet de visionner l’image en temps réel sur son écran de 12’’ en qualité Full HD. La transmission vidéo est cryptée pour plus de sécurité.

L'octocoptère Altura Zenith d'Aerialtronics
L’octocoptère Altura Zenith d’Aerialtronics

Les autres stands avec des drones

Atomos, qui produit des enregistreurs vidéo, vantait la légèreté de son Ninja Star (130 grammes) avec un Phantom. L’appareil est dédié en effet au stockage de rushs provenant d’une mini-caméra type GoPro. Dans le même ordre d’idées, Streambox mettait en avant la compacité de son système de transmission vidéo sans-fil en 3G, 4G ou WiFi, parfait pour être fixé sous un Phantom. Il permet de diffuser en temps réel sur internet les images prises par le drone. Des solutions assez onéreuses, réservées aux professionnels de l’audiovisuel. L’italien HPRC montrait un flightcase conçu spécialement pour le populaire Phantom.

L'enregistreur Atomos Ninja Star sur un Phantom
L’enregistreur Atomos Ninja Star sur un Phantom
Un DJI Phantom avec streambox Drone
Un DJI Phantom avec streambox Drone

 

1 commentaire

  1. Tu as raté celui de LS Télécom….. Je t’expédie la photo si tu souhaites. C’est un drône pour les mesures HF (tiens.. il me semble que j’avais parlé de cela 😉 )

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.