Caméra Dimika, le test

10
503

Dsc_0424 - Copie-600Pour filmer depuis un multirotor, la caméra star, c’est la Gopro. Mais ses 74 grammes ne lui permettent pas d’être montée sur tous les appareils. Trop lourde pour le Blade 200QX (qui parvient à la soulever, mais très peu de temps), trop lourde pour les appareils spécialisés dans les vols low-riding. L’autre star, moins connue du grand public, mais caméra à succès dans le monde du modélisme, c’est la Mobius (voir le test ici). Elle n’avait pas de concurrente… jusqu’à maintenant ! Car voici la caméra Dimika. Un appareil imaginé en Allemagne – Dimika veut dire « Die Mini Kamera » – mais réalisé en Asie pour, comme toujours, des questions de coût. La Dimika ressemble beaucoup à la Mobius. Voici son banc d’essai !

Tour du propriétaire

Dsc_0401-600La caméra mesure 3,8 cm de largeur, 6,5 de longueur et 1,6 d’épaisseur. En comparaison avec la Mobius, elle est un tout petit peu plus large, un tout petit peu moins longue et épaisse. Le poids ? 37,2 grammes (avec une carte mémoire MicroSD), à comparer aux 38,8 grammes de la Mobius (avec MicroSD aussi). Le revêtement de la caméra est de type « peau de pêche », doux au toucher. Sur le dessus figurent les deux seuls boutons de contrôle de la caméra et une diode. Sur la façade avant se trouve l’objectif (qui n’est pas saillant) et le micro. Sur la façade arrière, on trouve une autre diode. Il n’y a rien sur le côté droit. Sur le côté gauche, en revanche, on trouve un connecteur de type MicroUSB, une trappe pour accueillir une carte MicroSD et un trou qui sert à réinitialiser la caméra. Sous la Dimika se trouve un pas de vis compatible avec les pieds photo.

Les caractéristiques techniques

Dsc_0402-600La Dimika filme dans une résolution maximale de 1920 x 1080 pixels (soit du Full HD) à 30 images par seconde. Elle peut aussi filmer en 1280 x 720 pixels (HD Ready) à 30 ou 60 images par seconde. Côté photographie, elle est capable de prendre des clichés dans une résolution maximale de 4000 x 3000 pixels, mais aussi en 3648 x 2736, 3264 x 2448 et 2560 x 1920. Mais attention, ce sont des résolutions interpolées, la résolution du capteur n’est que de 2480 x 1536, soit 3 mégapixels. Ce n’est pas la peine de « monter » en résolution, la qualité ne sera pas meilleure, autant rester en 2560 x 1536 pixels. L’angle de prise de vue est de 140° environ. Elle enregistre le son, en mono. La batterie intégrée et non amovible est une Lipo de 600 mAh.

Configuration

dimika-soft-01C’est une étape indispensable avant d’utiliser la caméra. Les réglages reposent sur un petit logiciel pour Windows (pas de version Mac), à télécharger sur le site de Dimika (ici). Il faut brancher la caméra au PC avec l’aide du câble USB (fourni), qui assure à la fois la connexion à l’ordinateur et la recharge de la batterie. Lancez le logiciel : il ne se passe rien. Appuyez la touche On/off de la caméra, elle produit un bip… et le logiciel montre les paramètres. Libre à vous de modifier la résolution des photos, de choisir d’intégrer ou pas l’incrustation de la date et de l’heure, de gérer les deux modes vidéos, l’intervalle du time-lapse, la balance des blancs, le buzzer, etc. Que veulent dire toutes ces informations ? Prenez le temps de les étudier toutes, pour bien maîtriser la caméra. Un point important : les réglages ne sont pas stockés sur la carte mémoire, mais dans une mémoire intégrée. Ce qui signifie que la caméra conserve vos choix quelle que soit la carte mémoire que vous utilisez.

Les 4 modes

Dsc_0404-600Allumez la caméra (avec la carte mémoire MicroSD installée) en appuyant sur le bouton On/off. Chaque pression sur les touches s’accompagne d’un bip discret (qui peut être coupé dans les réglages). La diode passe au vert, signe que la caméra est en attente, et en mode vidéo 1. Si vous appuyez sur la touche signalée par un rond orange, l’enregistrement débute et la diode verte clignote. Une autre pression et il s’interrompt, la diode repasse au vert fixe. Si vous appuyez brièvement sur le bouton On/off, la diode passe au bleu : vous êtes en mode vidéo 2. Quelle est la différence avec le mode vidéo 1 ? C’est vous qui le choisissez, avec le logiciel de réglage sur PC. La configuration la plus classique ? C’est un mode video 1 en 1920 x 1080 pixels et un mode vidéo 2 en 1280 x 720 pixels à 60 images par seconde. Si vous appuyez encore sur le bouton On/off, la diode passe au rouge : vous êtes en mode photo. A chaque pression sur la touche avec le rond orange, vous prenez un cliché. Dsc_0403-600Appuyez encore sur la touche On/off : la diode reste rouge, mais une autre fonction est activée, le time-lapse. Si vous appuyez sur la touche avec le rond orange, la caméra prend une photo automatiquement à intervalles réguliers. Intervalles que vous indiquez dans le logiciel de réglage. L’intérêt de cette fonction ? Lancez l’enregistrement automatique de photos, décollez et volez. A l’arrivée, vous disposerez de photos prises en vol, et vous n’aurez plus qu’à faire le tri. Si vous appuyez encore sur la touche On/off, la diode repasse au vert : vous êtes revenu au mode vidéo 1. Pour éteindre la caméra, faites une pression de 2 secondes sur le bouton On/off. La diode clignote en rouge puis s’éteint.

La qualité des enregistrements

Les vidéos produites par la Dimika se révèlent très proche de celles que l’on obtient avec la Mobius. La première bonne surprise concerne les couleurs, qui se révèlent assez justes, sans accentuer certaines d’entre elles au détriment d’autres. La Mobius souffre d’un défaut parfois gênant, qui n’a été corrigé que partiellement avec les dernières mises à jour : les couleurs sont changeantes selon la luminosité. Un sol en terre battue, par exemple, peut passer en quelques secondes de l’ocre au jaune paille. Les vidéos filmées par la Dimika sont exemptes de ce défaut ! Elle donne tout particulièrement satisfaction lors des changements brusques de luminosité : passer du sombre d’un sous-bois à la clarté d’un terrain en terre battue ne prend qu’une fraction de seconde. La seconde bonne surprise concerne les détails : la caméra, avec le « data rate » configuré en « high », produit des images précises, avec très peu de flou. Lequel n’apparait que lorsque les mouvements sont très rapides, sans doute à cause de la compression plus forte. On distingue parfaitement des feuilles, des herbes, des cailloux… Et en photo ? Là aussi, la qualité est au rendez-vous, avec des clichés réussis. Cette première impression est très bonne ! Le mode 720p à 60 images par seconde se révèle beaucoup moins enthousiasmant. A la différence du même mode sur la Mobius, il ne restreint pas l’angle de manière sévère, mais conserve les 140°. Bon point. En revanche, l’image souffre d’une forte compression, que l’on constate particulièrement bien sur les contours des objets. Bref, tout l’intérêt du mode à 60 images par seconde pour produire des ralentis est pénalisé par une qualité d’image médiocre. Dommage.

dimika-extrait-03 dimika-extrait-02

dimika-extrait-01 dimika-extrait-04

Les bonus

L’autonomie de la batterie intégrée atteint 55 minutes en vidéo continue ! C’est assez impressionnant. La recharge de la batterie prend environ 2 heures et 35 minutes. Deux bonus de cette caméra sont rendus possibles par la présence d’un capteur de mouvement. Le premier permet d’automatiser le renversement de l’image à 180°. C’est-à-dire que si vous placez la caméra à l’envers, sous votre multirotor par exemple, vous n’aurez pas besoin de faire une rotation en post-production de votre vidéo, ou d’indiquer dans les paramètres qu’il vaut retourner l’image à 180° : la caméra le fait tout seule ! Dsc_0406-600Pratique. Et débrayable dans les réglages si vous n’avez pas envie que cette fonction soit automatique. Vous pouvez même régler la sensibilité du « G-sensor », le nom donné par Dimika à ce capteur. L’autre fonction est directement issue de l’usage de la caméra en voiture. Vous savez, cette mode venue de Russie qui consiste à enregistrer les images de la conduite pour prouver sa bonne foi en cas d’accident. Le principe ? La caméra mémorise les quelques secondes qui précèdent un choc. Dans le cas d’un multirotor, ça fonctionne aussi ! Et dans le répertoire « Event » créé automatiquement sur la carte mémoire, vous allez trouver les enregistrements de vos crashs. La fonction est particulièrement amusante dans le cas de vols en low-riding où les crashs (sans gravité) sont nombreux puisque le pilotage est audacieux. Mais attention : dans le cas d’un choc, il faut se souvenir qu’une partie des vidéos est supprimée du répertoire normal pour apparaître dans Event (la partie stockée dans Event n’est pas en double). Autre bonus : le pas de vis sous le boîtier, compatible avec les pieds et trépieds photo, se révèle très pratique.

Les défauts

Dsc_0420-600Nous l’avons vu, la qualité des vidéos en mode 720p est très décevante, au point d’être inutilisable. Notez aussi que la Dimika est plus sensible aux vibrations que la Mobius, ce qui se traduit par un effet Jello disgracieux. A moins de réduire au maximum les vibrations en déployant l’arsenal habituel : équilibrer les hélices, placer de la mousse, isoler la caméra du châssis, etc. Ce qui n’est pas toujours facile. La Dimika chauffe beaucoup lorsqu’elle enregistre. Pas au point de ne plus pouvoir poser la main dessus, mais suffisamment pour que du scotch se détente en quelques secondes. Le pas de vis pour pied photo, sous l’appareil, fait office de diffuseur de chaleur… mais cela ne suffit pas. Est-ce que cela risque de réduire la durée de vie de la caméra ? Difficile à dire, mais c’est probable. La Dimika est-elle capable de diffuser un signal vidéo en temps réel via l’USB comme la Mobius ? Dsc_0426-600Nous n’avons pas pu tester cette fonction en l’absence de câble adéquat (et de compétences pour réaliser le nôtre). Il y a de fortes chances pour que ce soit possible puisque la caméra dispose d’un mode Webcam. Mais cela reste à vérifier. Dommage que le logiciel de réglage de la caméra ne soit pas disponible pour MacOS X. Que vaut-elle par rapport à une caméra Gopro ? Il ne faut pas trop en attendre. Certes la qualité des vidéos s’approche de celles produites par les Gopro (2 et 3), mais le piqué n’est pas aussi impressionnant, et l’angle moins grand. Normal, forcément, puisque la Dimika coûte à peu près… 6 fois moins cher que la Gopro 3 ! Un adaptateur à pas de vis permet de placer la Dimika sur un support de type Gopro. Mais il n’est proposé, malheureusement, que dans un pack avec la caméra et d’autres accessoires.

Faut-il l’acheter ?

Oui ! A moins de vouloir utiliser cette mini caméra exclusivement comme support des vols en immersion, elle se révèle parfaite pour filmer des vols en Full HD avec un minimum de poids embarqué. Aucun souci pour la placer, par exemple, sur un Hoten X de Walkera, un Blade 200QX de Horizon Hobby, et bien sûr les petits gabarits destinés aux évolutions en immersion (avec une caméra dédiée) pour enregistrer les vols, comme le Porket Racer 240. Dsc_0427-600Il va sans dire qu’elle passe inaperçue (en termes de poids) sur un appareil plus puissant comme le Phantom de DJI, le Blade 350QX de Horizon Hobby ou le QR X350 de Walkera. Le prix ? Comptez $69 sur le site de Dimika, ici, soit environ 50 € (hors taxes). Le port est gratuit, mais il faut compter un bon mois pour être livré. Ou ajouter $25 pour la recevoir plus rapidement (mais attention aux éventuelles taxes et amendes douanières si la livraison est opérée par DHL). Notez que notre exemplaire a été livré avec un mini lecteur de cartes mémoire MicroSD en UBS. Il existe un pack complet, appelé Plusbox, comprenant la caméra, une carte mémoire de 8 Go, un mini trépied photo, une housse de protection contre les éclaboussures d’eau, un support compatible Gopro et un support avec un pied collant de type 3M, pour $99 (73 € environ).

Les vidéos

Dimika vs Mobius
1920 x 1080p 30fps et 1280 x 720p 60fps sur un X400 de HobbyGaGa.

Dimika en intérieur, 1920 x 1080p 30fps montée sur un Blade 200QX, puis en extérieur, 1920 x 1080p 30 fps montée sur un DIY low riding. La dernière vidéo a été stockée dans le répertoire Event, dans lequel sont stockées les vidéos avant et après un choc.

Dimika en prise de vues toutes les 5 secondes, résolution minimale. La vidéo assemblée avec Windows Live Movie Maker est en 1920 x 1080p à 30fps.

10 COMMENTAIRES

  1. Effectivement d’après ton test = la Mobius
    l’une mauvais couleur, l’autre mauvais 60 images/sec.

    Merci Fred pour cette excellente analyse. 😉

    Enfin de là a dire acheter, moi je dis NON,
    quand je visionne les vidéos avec qualité max
    télécharger sur mon PC, s’est loin d’être TOP.

  2. Bah t’en que je ne saurais pas un peu plus si sortie vidéo ou non pour les vol en FPV je resterai sur encore sous mobius .. 😉

  3. J’aime bien l’écrou intégré!
    J’aime bien ma mobius!
    Y aura t il une prise en compte des demandes des utilisateurs pour l’évolution des firmware?
    Un petit Francais a demandé à Monsieur mobius la possibilité de pouvoir choisir ou non le mode wdr entre le mode 1 et 2 comme ca se fait pour le choix 1080p/720p
    Tom Franck a repondu oui dans le prochain firmware!

  4. Bonjour, très intéressé par cette caméra que je trouve plus performante que la Mobius au niveau de la rapidité d’adaptation lors d’une brusque transition entre zone sombre et claire, j’ai posé la question à la maison mère pour savoir si elle possède une sortie vidéo compatible avec le FPV. Réponse reçue ce jour : ” Thanks for your enquiry very much. But the DIMIKA doesn’t support live
    video out currently. Any other concern you have, feel free to contact us again. Best regards,Will Zhang”. Affaire réglée !

  5. Bonjour à tous,

    Assez nouveau dans les drones, j’ai fait l’achat récemment d’un 200 qx et je recherche une petite caméra. Je suis assez étonné des défenseurs de la mobius vu la difference de qualité des images avec la dimika… Une raison à cela ? Ou est-ce moi ?

    Merci de vos réponses,

    Fred bravo pour tout ce boulot, je cherche un truc et paffe tu l’as testé ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.