Parrot BEBOP, la prise en main

43
858

parrot BeBop-0075Le français Parrot qui comme vous le savez a initié la tendance des drones grand public nous a présenté aujourd’hui dans le cadre d’un salon professionnel L’UVASI son futur produit. Oui futur, car les Drones BEBOP que nous avons essayés ne sont pas des produits finis, loin de là, se sont des prototypes à un stade de développement moyen. Comprenez par là que le drone vole, mais que toutes ses fonctions ne sont pas activées, et que de nombreux réglages restent à faire et qu’il souffre de bugs normaux à ce stade de développement. Il convient de ne pas fonder votre appréciation sur cette prise en main.

Le tour du propriétaire

parrot BeBop-0011Le Bebop est un multirotor de classe 250, ses dimensions sont de 28x32x3,6 cm. Pour un poids total de 380 g compacts donc. Le châssis s’inspire donc des dernières tendances en la matière, étage de propulsion comprenant les moteurs et d’autres éléments isolés de la platine avec le contrôleur de vol et la caméra et la batterie par des bumpers anti vibrations. Les moteurs sont « enfin » des brushless, qui supportent des hélices qui semble êtes des 6 pouces tripales dotés d’un système de démontage rapide. La batterie d’une capacité 1200mhA lui confère une autonomie d’environs 12min.

parrot BeBop-0022

La principale nouveauté est la caméra de 14 Mpixel dotés d’un objectif à optique de type Fisheye à 180°. Elle enregistre le flux vidéo en 1080P (1920×1080) et retransmet la vidéo pour le pilotage en FPV en 360P. Mais l’innovation liée à cette caméra provient du fait qu’elle utilise un système de stabilisation de l’image logicielle et non mécanique qui est à terme être aussi performant qu’une nacelle traditionnelle.

 

 

 

parrot BeBop-0024Mais nous reviendrons dessus un peu plus tard. La carte de stabilisation est aussi une innovation puisque qu’elle embarque un Processeur ARM CortexA9 double cœur, un processeur graphique pour le trainement de l’image de la caméra, et bien entendu les désormais traditionnels capteurs d’aide au pilotage, accéléromètres et gyroscopes 3 axes, un magnétomètre, un capteur barométrique, et une caméra et un émetteur/récepteur à ultra-son, spécificité de Parrot. Et désormais, le drone embarque un GPS de dernière génération (GNSS) qui associe les données des satellites GLONASS (le système hérité de la technologie Russe) et le système GALILEO Européen de dernière génération (toujours en développement). L’ordinateur, oui, enregistre toutes les données de vol et la vidéo sur une mémoire interne de 8Go. Comme à l’accoutumer le système de commande et de transmission vidéo est assuré par du WiFi 802.11ac, qui utilise cette fois 4 antennes MIMO, 2 en 2,4 GHz et 2 en 5,8 GHz. Voilà pour l’essentiel du drone.

Le Skycontroller

parrot BeBop-0068C’est la bonne surprise qui accompagne le BEBOP. Pour bénéficier à la fois d’une portée étendue et d’organes de contrôles « standard », les équipes d’ingénieurs de Parrot ont développé cette télécommande atypique. L’appareil est autonome, comprenez par la qu’il fonctionne sous androïd, qu’on pourra y installer des applications standard a ce système d’exploitation. Il est donc open source, tout comme la centrale du drone par ailleurs. Pour bénéficier d’une portée étendue, il dispose d’un émetteur WiFi doté lui aussi de 4 antennes MIMO et offre une puissance d’émission importante (1Wet 2W aux USA et 200mw en Europe) ce qui permet d’augmenter la porté théorique à 2 km dans des conditions optimales (sans obstacles d’aucune sorte) le retour vidéo est toujours assuré par un appareil mobile, smartphone , tablette jusqu’à 10 pouces. Il dispose également d’une sortie HDMI permettant d’y connecter n’importe quel dispositif de visionnage, il est par ailleurs compatible avec les lunettes Oculus rift (que nous avons pu essayé), les Zeiss, et Sony qui existent actuellement sur le marché, et bien entendu les futurs modèles comme les fatshark HD. Le Skycontroller nous a été présenté se veut ergonomique. La prise en main est agréable, et il est bien équilibré, il est présenté avec une large sangle offrant maintiens et confort. On peut dès lors piloter avec les pouces ou avec plusieurs doigts sur les manches. Il fonctionne avec la même batterie que le drone ce qui lui confère selon l’ingénieur en charge du développement une autonome de 3 heures. Présenté en orange et noir, des coloris agréables, mais si sont susceptible de changer d’ici la commercialisation.

parrot BeBop-0063 parrot BeBop-0065

Alors ça vole ?

parrot BeBop-0071Il faut garder en tête que les Bebop que nous avons essayés sont des prototypes « jeunes » et rien n’est représentatif dans cette prise en mains de ce que sera le produit final. Mais alors comme ça vole ? et bien étonnamment bien, le travail effectué par les équipes est impressionnant, les ingénieurs sont de jeunes passionnés, impliqué à 200 % dans le projet et chacun connaît sa partie sur le bout des doigts. Notre premier contact avec la bestiole s’est fait dans des conditions plutôt favorables, malgré quelques rafales de vent. Le premier contact est très différent des prédécesseurs, l’app de contrôle a été revue en profondeur, désormais tous les contrôles sont regroupés sous le pouce gauche, qui permet de contrôler les gaz, et le lacet comme sur une télécommande en mode 2 les ailerons et la profondeur étant contrôlés par l’inclinaison de la tablette ou du Smartphone. L’autre pad virtuel permettant de contrôler l’orientation de la caméra. Les premières sensations sont bonnes, d’emblée on sent l’amélioration de la précision des commandes. L’appareil est stable et réactif. Sans points de contact avec la tablette, l’appareil se stabilise comme en mode Position hold.

parrot BeBop-0072Bien qu’équipé d’un GPS celui n’était pas encore activé et le maintient était assuré par les autres capteurs, et la dérive de position était minime, aussi « performante » qu’un système concurrent a peu de choses près équipées lui d’un GPS. Bref, le premier vol s’est bien déroulé et les performances semblent prometteuses. Le modèle que nous avons essayé souffrait de quelques tremblements notamment sur les phases d’appel de gaz, symptomatique de réglages de PID pas encore optimisés. Le phénomène disparaissant une fois le Bebop en translation. Ces dernières étaient relativement lentes, car les prototypes étaient bridés en angulation à 20° et en vitesse ascensionnelle à 3m/s certainement pour limiter la casse avec des journalistes un peu trop téméraires. Ce qui n’a pas empêché le bris de quelques hélices sans conséquence.

Le pilotage en immersion avec le Skycontroller et les Oculus Rift.

parrot BeBop-0031Une fois la mesure de l’appareil prise avec la tablette nous avons pu essayer la radio commande équipée des Oculus Rift. Parlons un peu de la stabilisation de la caméra et de ses réglages. L’effet de stabilisation est obtenu par la sélection dans l’image à 180° fournis par la caméra, d’un cadre de 1080P, cela revient zoomer dans une image pour en réduire artificiellement les mouvements. Il faut admettre que l’idée est excellente, mais doit être encore optimisé pour arriver au niveau d’une nacelle traditionnelle 3 axes. Toutefois encore une fois nous sommes en présence d’un prototype qui est au bas mot à 8 mois de sa commercialisation, les ingénieurs ont encore largement le temps de corriger les défauts de jeunesse du système. Mais dans l’état actuel, la stabilisation bien qu’effective n’est pas encore aux standards habituels. Une fois les lunettes devant les yeux, l’expérience immersive prend tout à coup une nouvelle dimension. Le head tracker des Oculus permet de contrôler la position de la caméra selon la position de votre tête. Regardez en bas, la caméra pointe vers le sol et c’est ainsi dans toutes les directions. Une fois en l’air le temps d’adaptation est très rapide, il ne faut juste pas oublier de conserver sa tête dans une position neutre. Autre détail, dû à la stabilisation, en l’air il n’y a aucune indication de l’inclinaison réelle du drone, car pour l’instant le drone n’affiche pas les informations de l’OSD qui devient avec ce choix de stabilisation indispensable pour pouvoir piloter avec précision en ayant conscience de la position dans laquelle est effectivement le drone. Les ingénieurs travaillent d’ailleurs à cette option. Malgré ce détail l’expérience est grisante, et indique d’une étape a été franchie dans l’expérience d’immersion qui s’apparente à celle d’un environnement virtuel ! Bluffant. Le seul regret concernera le retour vidéo qui n’est qu’en 360 P alors que les lunettes sont capables de 720P pour le modèle essayé et de full HD pour la version définitive.

En conclusion

On ne peut pas vous dire achetez le, il ne sera pas disponible avant le dernier trimestre de l’année. Le prix non plus n’a pas été annoncé, et nous ne ferons aucun pronostic dessus, espérons juste qu’il sera contenu autour de 300 € pour la version sans le contrôleur et en dessous de 450 € pour le pack complet. Les fonctions implémentées sont très prometteuses, l’approche est bonne et le choix du WiFi n’est plus un frein grâce à une portée enfin décente. L’autonomie de 12 min annoncée nous semble correcte pour du vol en immersion. Il ne reste qu’à ce que l’équipe de développement arrive à améliorer la stabilisation et la colorimétrie de la caméra et finit d’implémenter l’ensemble des fonctions. Nous ne sommes d’ailleurs pas à l’abri de quelques bonnes surprises d’ici la sortie du produit fini.

Les vidéos

Plus de photos !

parrot BeBop-0027 parrot BeBop-0028 parrot BeBop-0025 parrot BeBop-0047 parrot BeBop-0062 parrot BeBop-0063 parrot BeBop-0066 parrot BeBop-0075 parrot BeBop-0074 parrot BeBop-0073 parrot BeBop-0072 parrot BeBop-0071 parrot BeBop-0077 parrot BeBop-0078 parrot BeBop-0080 parrot BeBop-0076003 002 IMG_0009 IMG_0007 001 IMG_0005 IMG_0004 IMG_0003 IMG_0002

43 COMMENTAIRES

  1. Cela doit être dû au jet lag, mais une petite coquille s’est glissée, GLONASS n’est pas le système de positionnement américain traditionnel, mais le système russe. On a donc NAVSTAR américain, GALILEO européen(en cours de développement) et GLONASS hérité de l’URSS.

  2. Ok… Dommage ! On peut donc se dire que c’est une technologie analogique “standard”

    Les sticks de la radio sont de toute beauté, j’imagine bien une option dogfight avec les boutons en dessous

  3. Alors non, pas tout à fait. Le retour vidéo est volontairement bridé pour optimiser la portée avec le Skycontroller. Oui le Skycontroller est très bien finit lui aussi, il intègre un GPS également et d’autres capteurs qui permettrons bien des choses, comme un mode follow me par exemple…. Mais je n’ai rien dit :p

  4. Pas mal, il me fait pensé a la porket

    la seul chose qu’il devrais faire, c’est le faire en version pliable
    ça serai une bonne idée facile a transporter…

  5. Impressionnant! En avance sur Dji?
    J’ai pas tout compris pour les commandes par rapport à une radio classique, mais c’est pas grave, j’ai le temps! 🙂
    Au fait… fabriqué où? France? Chine?
    Merci pour cette prise en main. Fred doit être vert de jalousie! 😉

  6. C’est sympa tout ça
    “Il faut admettre que l’idée est excellente”
    Oui mais vu la qualité moyenne que ça donne (et c’est logique) ils auraient du mettre une petite nacelle 3 axes et innover sur d’autres points 😉

  7. Ah ben oui, je voudrais l’essayer aussi, moi… Mais bon, ça va, j’ai des tas de trucs pour faire joujou, je ne m’ennuie pas 😉

  8. et moi vien dacheter un ar drone 2 power edition avec le modul gps ya 3 mois . tampi
    se serai un plus si il rende leur télécomande compatible avec ar drone 2
    pour le moment jutilise une manette de ps3 avec une tablette , mais c pas pratique , toujour obligé davoir la tablette dans un sac , et de peur de pedre le signal , je vol a a peine 3 ou 4 metre d’altitude lol et 20 m de ma position ( bon sa va j’habite la compagne bien reculé , le seul obstacle et (le sol lol ) merci pour larticle , je vien souvant sur ce site il et trop bien .

  9. Il faut leur laisser le temps, c’est très prometteur. à terme je suis persuadé que cela peut être meilleur qu’un système mécanique

  10. OOOOOhhh sympa ca .
    juste le coup de la caméra sur le pouce droit ca risque d’etre dur de prendre le coup !!
    mais honnetement ca fait envie
    merci pour le test Laurent

  11. la question qui me vient a l esprit:
    qu en est il du temps de latence entre l affichage sur le smartphone et la cam qui film?
    vu la petite taille c est super limite pour en faire en exterieur!
    j imagine que ca sera impossible d utiliser sa propre radio…..les accus propriétaire n est pas top egalement et ca va suremment couter un saucisson
    a part ca,ils sont pas loin de la machine ultime pour le fpv..si en plus il existe un systeme de dogfight ca risque d etre excellent!
    je suis curieux de voir ce que va donner les fonctions gps en terme de precision/stabiliter car apparemment les waypoints sont prevu!

  12. Techniquement, très en avance oui.
    pour la radio, en fait elle est open source, son logiciel c’est un système Android de téléphone portable.
    fabriqué en chine mais entièrement conçu en France à Paris (intramuros) au siège.

  13. la latence est très faible, merci le WIFI MIMO.
    Pout la taille bien au contraire, c’est la taille parfaite tant pour l’extérieur que pour l’intérieur.
    Les accus sont certes propriétaires, mais le connecteur est lui “courant” de type “Tamiya”. donc potentiellement tu peux te faire des batteries adaptables avec un peu d’astuce.
    Et oui les way point sont au programme, le vol en autonomie complète aussi. Il y aura beaucoup de fonctions implémentés dans le modèle définitif qui n’était encore prêtes ici, mais il est techniquement très avancé et aura plus de possibilités au moins sur le papier que des modèles très haut de gamme de la concurrence.

  14. Mais pourquoi QUE 12min de vol ?? 🙁
    alors que toute la concurrence est entrain de faire exploser les temps de vol vers les 25-30min ….

    c’est vraiment le seul truc que je trouve dommage, surtout si vous dites que la latence lié au Wifi est tres minime pour pouvoir voler en immersion reelement, sans se rendre compte 5s apres que le drone est au sol :p

  15. C’est vrai que l’autonomie fait peur. Surtout qu’on se doute qu’elle sera en fait de 9 minutes plutôt 😀

    Par contre j’attends de voir en ce qui concerne la latence. Parce que sur le v2, le vol en immersion est… déroutant: J’actionnes une commande, je vois le résultat 1 seconde après sur la vidéo.
    Dernier point, et pas des moindres, le comportement en vol… Avec du vent il m’est arrivé de devoir poser le drone en chemin de retour puisqu’il partait en pirouette tous les 10m, usant ainsi son autonomie pour des cabrioles qui rendent les vidéos inexploitables. Même un petit hubsan X4 fpv se comporte mieux face au vent. Donc esperons que ce problème sera résolu.

  16. “espérons juste qu’il sera contenu autour de 300 € ”

    mais faut pas rêver !!!

    Quand on voit le prix du AR drone 2 (plus ou moins 250 €) et la qualité supérieur que semble annoncé parrot pour le bebop avec l’électronique, gps, optique, etc… espérez espérez…

  17. “cela revient zoomer dans une image pour en réduire artificiellement les mouvements. Il faut admettre que l’idée est excellente”
    Idée oui, idée excellente, il ne faut pas pousser non plus, je vois plus ca comme une pirouette marketing très grand public.
    La perte de qualité sera importante vidéo, ce qui est dommageable pour un quad clairement orienté prise de vue.
    Evidement, ce type de stabilisation logicielle par cropping (qui existe depuis des années d’ailleurs) est beaucoup moins couteuse à mettre en place qu’une stabilisation de fond (stab optique, réduction des vibrations, et autres gimbals).
    Hormis ce point l’appareil est tres prometteur ! Bravo à Parrot et merci pour cet article

  18. Alors, le drone n’est pas encore commercialisé, donc l’app n’est pas encore disponible.
    Celles que tu trouves sont celles des AR DRONE 2.0 et celle des mini-drones.
    Pour le BEBOP il te faudra patienter encore un peu.

  19. ^^ allez, faut qu’on insiste encore un petit peu, il va céder… XD
    Merci pour l’info en tout cas Fred, ça sera peut-être mon tout premier quad. c’est un bon choix pour commencer? j’ai cru comprendre ( en lisant un article d’ici même il me semble) que le petit x4 d’hubsan est pas mal pour apprendre à maitriser le vol.

  20. Bonjour,

    Pouvez-vous m’indiquer le mode de pilotage retenu sur le Drone Parrot Bebop équipé de son Skycontroller ( Mode 1 ou bien 2 ) et enfin peut-on l’intervertir?

    Merci d’avance pour vos réponses
    Bien à vous

  21. Pour les tarifs ca fera 499€ le drone seul et 899€ avec la télécommande skycontroler.

    A bon entendeur, on repasseras pour les prix pas trop prohibitifs……

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.