LDLC Touch C1, le test

22
588

Dsc_0016-600Dans la course pour détrôner la gamme de caméras Gopro, les distributeurs passent à l’attaque. Le premier à dégainer est le vendeur hightech LDLC, avec la caméra Touch C1. LDLC nous l’a très aimablement prêté pour l’évaluer. D’ordinaire, nous achetons les produits que nous chroniquons. N’hésitez pas à nous dire si vous pensez que le test est influencé par le fait qu’il s’agisse d’un prêt.

Tour du propriétaire

Cette caméra reprend le look compact et anguleux des Gopro 3, mais elle est habillée d’une livrée blanche au toucher presque caoutchouteux. Un bon point : ce revêtement sera en mesure d’absorber de petits chocs. L’objectif est assez proéminent, il dépasse de 1,1 cm. Les dimensions du boîtier, hors objectif ? 5,6 cm de largeur, 2,5 de profondeur et 4,5 de hauteur. Le poids ? Notre balance indique 79,9 grammes avec la batterie. A l’avant, on trouve l’objectif et deux diodes. Sur le dessus, on retrouve une diode, et 4 boutons pour piloter la caméra. Sur le côté droit figurent le bouton pour allumer la Touch C1, sur le côté gauche se trouvent, protégés par un rabat, un connecteur USB, un connecteur HDMI et une trappe destinée à accueillir une carte mémoire de type microSD. En-dessous de la caméra se trouve un pas de vis pour la fixer sur un support d’appareil photo. La façade arrière est occupée par un bel écran LCD couleur non tactile de 1,9 pouce de diagonale. La trappe de la batterie est bien cachée : il faut retirer la façade avant (une partie, tout du moins) en tirant sur une petite encoche qui se trouve à côté du bouton d’allumage. Dsc_0022-600La batterie est une Lipo de 3,7V 1060 mAh (pour un poids de 19,5 grammes). Bonne nouvelle : la caméra est livrée avec de nombreux accessoires. Tout d’abord une batterie supplémentaire, mais aussi un boîtier étanche (jusqu’à 60 mètres de profondeur) doté d’un support de fixation compatible avec ceux de Gopro. Compatible… enfin, presque. Car les trous des anneaux de fixations sont plus petits que ceux de Gopro. Il est donc impératif d’utiliser la vis de fixation de LDLC. Mais elle n’est pas compatible avec le pas de vis de certains accessoires Gopro. Revenons au boîtier étanche : il est fourni avec une porte arrière totalement hermétique, et une autre ajourée pour éviter la formation de buée (mais pas étanche). Le poids de la caméra avec son boîtier (équipé de la porte étanche) et sa batterie est de 189,7 grammes. Les autres accessoires, comme une pince pour guidon, des supports avec adhésifs double-face (8 exemplaires !), des bandeaux avec Velcro, un bras pivotant, sont également compatibles avec ceux de la caméra leader du marché ! A cela s’ajoute une carte microSD de 8 Go et une télécommande ! La caméra est donc prête à filmer dès sa sortie de la boîte… 8 Go, cela représente environ 1 heure et 30 minutes de vidéo en Full HD 1080p.

Les caractéristiques

Dsc_0025-600De quoi est capable la Touch C1 ? Son capteur de 20 mégapixels permet de prendre des clichés de 5152 x 2898 pixels au format 16/9 ou 4384×3288 pixels en 4/3. Le mode 16/9 est indiqué dans la documentation comme 20 mégapixels… Mais rien à faire, en comptant et recomptant, on n’en compte que 14 (5152 x 2989 = 15 399 328). La caméra est capable de prendre des clichés en mode rafale (3 photos en 1 seconde), avec un retardateur, avec un horodatage. Et aussi, beaucoup plus intéressant pour un usage en drone, en mode timelapse. C’est-à-dire en prenant des clichés automatiquement à intervalles réguliers de 1, 3, 5, 10, 30 et 60 secondes. En vidéo, la Touch C1 permet de filmer en 1080p à 25 images par seconde, en 720p à 30 ou 50 images par seconde, en 480p à 100 images par seconde. Notez qu’un mode permet d’obtenir de la Full HD (1080) en 50 images par seconde. Attention, il s’agit d’un mode entrelacé (1080i) qui ne stocke qu’une ligne sur deux. Un mode timelapse permet de produire des vidéos accélérées. La caméra est capable de fonctionner en PAL (multiples de 25 images par seconde) ou en NTSC (multiples de 30 images par seconde). Le son est enregistré par un micro situé sur le dessus, à côté de la diode. L’angle de vision est d’environ 175° (en mode 16/9). C’est pratique pour voir « large », mais cela introduit un effet fish-eye qui déforme l’image. On le voit tout particulièrement sur les lignes verticales et horizontales. Quel modèle de Gopro la Touch C1 veut-elle concurrencer ? Elle offre plus ou moins les mêmes fonctions photo et vidéo que la Gopro 3+ White edition… Mais son truc en plus, c’est son écran !

Ecran et interface

Dsc_0059-600Une pression longue sur le bouton on/off allume la caméra qui affiche brièvement un logo puis l’image filmée par la caméra. Si le Wifi n’est pas activé, vous pouvez directement lancer l’enregistrement d’une vidéo. S’il l’est, il faut attendre que le point d’accès sans fil soit disponible. Cela ne prend que quelques secondes, l’icône Wifi passe en vert quand la caméra est prête. Les deux boutons de droite sur le dessus de la caméra lancent (et arrêtent) la prise de vues et l’enregistrement d’une vidéo, ponctuées d’un bip de confirmation. L’avantage ? Pas besoin de regarder l’écran pour être assuré que l’appareil enregistre. De plus, les deux diodes (frontale et sur le dessus) clignotent pour témoigner du bon fonctionnement. Mais que voit-on à l’écran ? L’image en temps réel, accompagnée de nombreuses icônes qui rappellent les paramètres choisis. Notamment l’état de la batterie et celui de la capacité de la mémoire microSD. L’écran permet aussi de visualiser les vidéos et les photos enregistrées. Bon point : il est très lumineux et se comporte plutôt bien en plein soleil.

Les paramètres

Dsc_0063-600Pour obtenir le menu avec tous les paramètres, il suffit d’une pression longue sur le bouton le plus à gauche. Nous avions essayé la caméra avec le firmware (logiciel interne) 1.07, celui livré de base avec l’appareil. Les menus comportaient bien une version francisée, mais avec des fautes d’orthographe énormes, des phrases coupées, et la caméra a « planté » à plusieurs reprises, s’éteignant sans raison. Depuis, nous avons procédé à la mise à jour du firmware (v1.13). Pour l’effectuer – car ce n’est pas mentionné dans le manuel -, il faut télécharger le firmware depuis la page de LDLC, le placer à la racine de la carte mémoire microSD, accéder aux paramètres, et demander la mise à jour. Cela ne prend que quelques secondes. Lorsque la caméra se rallume avec le firmware 1.13, tout semble avoir changé : les fautes de français ont (presque) toutes disparu, les menus tronqués sont entiers, et les plantages se font très rares. C’est donc un très bon point : le logiciel interne de la caméra de LDLC est mis à jour pour corriger des bugs.

La qualité des photos et de vidéos ?

Le capteur de la Touch C1 se révèle de très bonne qualité, très au-dessus des caméras concurrentes de la Gopro. La compression un peu forte gomme certains détails et les images perdent du contraste.

Photo extraite d'une vidéo Full HD.
Photo extraite d’une vidéo Full HD.

Mais le résultat est très satisfaisant. Attention, en mode photographie, l’option 20 mégapixels qui se révèle en fait du 14 mégapixels en 16/9 « écrase » les sujets. Oubliez ce mode et préférez le 4/3 de 14 « vrais » mégapixels qui, lui, n’inflige pas de distorsion à l’image. Quid des vidéos ? Le résultat est très satisfaisant, avec des images qui restituent bien les couleurs, sans trop souffrir lorsque la caméra pointe rapidement des zones très sombres puis très lumineuses. Elle parvient à bien afficher les nuances dans les nuages, signe que le capteur se débrouille bien. La Touch C1 est dotée d’un stabilisateur numérique qui permet d’atténuer les vibrations. Il fonctionne pour de petites amplitudes, mais n’attendez pas de miracles : les vidéos souffriront du fameux effet Jello si les vibrations sont trop fortes.

Photo prise en 14 mégapixels.
Photo prise en 20 mégapixels (14 en réalité).

Nous l’avons expérimenté avec un quadricoptère Blade 350QX : les vidéos filmées en 50 images par seconde sont beaucoup moins perturbées par les vibrations et par l’effet Jello que celles en 25 images par seconde. En revanche, pas de trace du mode 480p à 120 images par seconde promis dans le manuel. Dommage, il aurait été intéressant pour profiter de beaux ralentis… Bon point : la Touch C1 est capable de prendre des photos pendant qu’une vidéo est en train d’être enregistrée ! Un autre point positif : il est possible de retourner l’image à 180°. Pratique quand on fixe la caméra à l’envers sur un drone…

Sans fil !

L’écran de la Touch C1 est idéal pour visualiser l’image et réussir un cadrage. Mais une fois en vol, l’écran ne sert plus à rien. La botte secrète de la caméra est un module Wifi, prévu pour être utilisé avec un smartphone. Lorsque le Wifi est activé sur la caméra, il met en place un réseau local. Du côté du smartphone, téléchargez l’application sur l’App Store (la version Android est prévue, mais pas encore disponible). Dans les paramètres de l’iPhone (ou de l’iPad), choisissez le réseau Wifi LDLC_Touch. Lancez l’appli, et touchez le rectangle au centre de l’écran : vous obtenez le retour vidéo en temps réel. Ou presque, car on constate un léger temps de latence, d’environ un quart de seconde. Le logiciel permet de prendre une photo et de lancer l’enregistrement d’une vidéo. Il permet aussi de consulter les photos et les vidéos, et de les copier dans les albums de votre appareil mobile. L’appli permet aussi de gérer les paramètres de prise de vues et d’enregistrement des vidéos. Mais pas à tout : il y a moyen de choisir la résolution des vidéos et des photos, leur qualité, la présence de l’horodatage incrusté… et c’est tout. Et avec un multirotor ? Dsc_0064-600La connexion Wifi fonctionne très bien à quelques mètres, mais elle faiblit rapidement avec pour conséquence un débit très ralenti à 15 mètres de distance, et plus de retour vidéo du tout à une trentaine de mètres.

La portée du Wifi est-elle un souci ?

Pas vraiment, le Wifi peine à porter loin, ce n’est pas spécifique à la Touch C1. Et puis de toutes manières, l’usage du Wifi simultanément avec une radiocommande en 2,4 GHz est déconseillé. Horizon Hobby et DJI ont diffusé des avertissements, indiquant qu’il était fortement recommandé de couper toute émission en Wifi à proximité de la radiocommande et du récepteur. LDLC a prévu une alternative bien pratique : une télécommande ! Elle dispose de sa propre batterie intégrée, à recharger avec un socle à connecter en USB. Elle permet de piloter la prise de vues et l’enregistrement de vidéo à distance. Mais difficile de savoir à quelle norme fonctionne cette télécommande ! Est-ce du Wifi ? Du RF ? Une autre norme ? Notre supposition, c’est qu’elle repose sur le Wifi pour ne pas multiplier les puces à l’intérieur de la caméra. Du coup, le principe de précaution reste à privilégier… Le sans fil, c’est bien, mais la caméra permet aussi la connexion avec un câble USB (fourni). Si la caméra est éteinte, la brancher permet la recharge de la batterie. Si elle est allumée (ou si vous l’allumez une fois connectée), elle vous donne le choix : accéder au contenu de la carte mémoire depuis PC ou Mac, ou recharger la batterie.

Les défauts

La caméra chauffe beaucoup… C’est en fait la batterie qui est responsable. Qui dit chaleur dit perte d’énergie. L’autonomie de la caméra est annoncée à 1 heure par LDLC. Dans la pratique, le pari est tenu puisque la batterie tient 62 minutes sans le Wifi activé ! Ce n’est pas mal, mais on apprécie qu’une deuxième batterie soit fournie. La recharge prend environ 4 heures sur le port USB d’un ordinateur. C’est assez long, d’autant qu’il faut sortir la batterie de la caméra pour insérer la seconde et la recharger elle-aussi. Dommage que le bloc chargeur de la télécommande ne soit pas en mesure de charger la seconde batterie, ça aurait été si pratique… Edit : LDLC propose un chargeur double batterie, pour moins de 20 € (ici). Pratique ! Même avec le dernier firmware en date (v1.1.3), la caméra est parfois capricieuse. Dsc_0043-600Elle reste parfois en veille au lieu de s’éteindre, et la batterie se décharge à vitesse grand V. Lorsque la caméra est allumée et branchée en USB, elle vous propose soit l’accès à la carte mémoire pour récupérer les fichiers photos et vidéos qui s’y trouvent, soit la recharge de la batterie. La première option fonctionne parfaitement, mais la seconde ne permet pas la recharge complète, même en la laissant toute une nuit. Pour que la charge fonctionne, il faut impérativement que la caméra soit éteinte. La télécommande est elle aussi capricieuse : elle peine parfois de se connecter à la caméra, pour une raison inconnue. Elle a d’ailleurs refusé de fonctionner après avoir appliqué la dernière mise à jour. Idem pour l’application, qui s’est comportée correctement… jusqu’à ce que nous procédions à la mise à jour. Après cela, elle s’est mise à dérailler : les icônes ont disparu, remplacées par des carrés bleus, la caméra s’est figée à plusieurs reprises, sans qu’il soit possible de reprendre la main. La seule solution pour s’en sortir : retirer et remettre la batterie. Voilà des problèmes de jeunesse qui rappellent les déboires des caméras Gopro 3 ! Ils devraient en toute logique être corrigés par de futures mises à jour. Regrettons aussi que le mode super ralenti (120 images par seconde en NTSC, 100 en PAL) ne soit finalement pas disponible sur la Touch C1. Le port USB ne diffuse pas la vidéo, comme sur une Gopro. Dommage, la caméra n’est pas conséquent pas adaptée pour les vols en immersion – à moins d’utiliser un module convertisseur de HDMI vers Analogique, une solution réservée à des multirotors de grande taille en raison de la consommation d’un tel dispositif.

Faut-il l’acheter ?

Dsc_0014-600Le prix de la Touch C1 de LDLC est de 219,95 €. Souvenez-vous, sa concurrente directe est la Gopro 3 White Edition, que l’on trouve à environ 220 €. Soit un prix équivalent. Mais par rapport à la Gopro, la Touch C1 offre un écran LCD et une télécommande, ainsi qu’une seconde batterie, et plusieurs accessoires comme la pince pour vélo, le bras pivotant, les 8 adhésifs… La qualité de l’image est légèrement inférieure à celle de la Gopro, principalement pour le piqué, mais vous le verrez sur la vidéo comparative avec une Gopro 2 (proche de la Gopro 3 White), il est assez difficile de faire la différence. Faut-il l’acheter ? Pour des vols en immersion, non. Pour le reste, oui, parce qu’elle constitue une bonne alternative à une Gopro 3 White Edition, surtout si vous comptez l’utiliser pour filmer des activités sportives, ses accessoires fournis faisant la différence… La caméra « nue » est un tout petit peu plus lourde que sa concurrente (de 6 grammes) – autant dire rien du tout. Mais attention tout de même : équipée de son boîtier étanche, elle accuse un surpoids de presque 54 grammes…

Les vidéos

Un vol avec la présence simultanée d’une camera LDLC Touch C1 et d’une Gopro Hero 2 à bord d’un X400 de Walkera, sans dispositif anti vibration.

 

 

Les différents modes vidéo de la caméra LDLC Touch C1 filmés à bord d’un Hoten-X de Walkera, puis d’un Blade 350QX de Horizon Hobby. Les deux sont fixées sans dispositif anti vibration.

 

Quelques vols filmés par une caméra LDLC Touch C1 placée à bord d’un Phantom de DJI, sans dispositif anti vibration.

D’autres photos

Dsc_0069-600

Dsc_0068-600

Dsc_0038-600

Dsc_0036-600Dsc_0033-600

Dsc_0030-600

Dsc_0060-600

Dsc_0061-600

Dsc_0062-600

Dsc_0063-600

Dsc_0064-600

Dsc_0065-600

22 COMMENTAIRES

  1. Très intéressant en tout cas comme produit je pence suivre son évolution surtout côté mise a jour voirsi un mode fpv comme la gopro serat disponible.
    Merci Fred

  2. Elle ressemble fort à la CamOne Infinity, pont de vue :
    – lentille qui dépasse fort ed l’ensemble
    – position de la conectiue
    – pas de vis ous l’appareil
    – lay-out des menus
    – forme de la batterie et endroit où la brancher

  3. Très juste, il est probable que ce soit un sourcing chez les fabricants de la CamOne Infinity (j’ai déjà vu passer quelques autres designs, toujours très proches).

  4. Bonjour ^^

    Je suis le seul à trouvé sa anormal qu’un objet qui vos 220 euro (accessoire compris)???

    Firmware non à jour ! Caractéristique non respecté ! Fonctionnent caractérielle …
    Pas de possibilité de l’utilisé en mode webcam (donc pas de fpv) …

    On trouves de petit APN low-cost qui font la même chose pour la moitié du prix …

    Egalement client de chez LDLC, je me demande si des fois ils testent le matériels ?! surtout quand le matériel en question porte leurs nom …

    Les images sont belles, mais à se tarif la, dommage de commercialisé un appareil dans sa version “Béta” …

    Bien amicalement

  5. Le firmware pas à jour, je positive en argumentant qu’il y a des mises à jour, et que c’est bon signe ! 🙂 D’autres caméras sont figées en l’état… et c’est bien dommage.
    Pour les 100 fps, je n’ai peut-être pas été clair. Le manuel les mentionne, mais pas la fiche technique sur le site de LDLC. Il n’y a donc pas tromperie sur les critères d’achat, simplement une déception à la lecture du manuel…
    Pour le FPV, oui, c’est dommage… Il faudra attendre que sortent des convertisseurs HDMI->analogique qui puissent être embarqués et alimentés facilement.
    Pour les APN low cost : l’image est tout de même bien meilleure avec la Touch C1.

  6. Très bon test, complet et bien détailler. Par contre le NTSC c’est 30fps et non 25 non ?
    En tout cas bravo pour la précision sur le firmware, jusqu’à présent c’est le premier article à en parler et surtout à donnée la procédure MAJ !
    De nouveaux accessoires sont dispo sur LDLC notamment un chargeur*(2 batteries) http://www.ldlc.com/fiche/PB00157045.html cela permet de moins galéré mais reste à savoir si c’est plus rapide*(normalement oui) 🙂 par contre je me demande si la télécommande est étanche…

  7. Merci merci 🙂

    Et oups, j’avais mis le PAL et le NTSC à 25 fps tous les deux… Merci pour avoir relevé l’erreur, j’ai fait la correction ! 🙂

    Merci aussi pour le lien vers le chargeur deux batteries, c’est top, je vais rajouter dans la chronique !

  8. salut,
    bien conscient que tu ne peux pas tester toute les cameras existantes …, pourrait tu me donner ton avis sur celle là ?

    http://www.helipal.com/product_info.php?currency=EUR&products_id=10790&osCsid=rusoi9pj0hql10l8i9484hn6e3

    Peut-être, pourrait tu nous faire un tuto sur comment bien choisir sa caméra en fonction de son modèle, son utilisation et de son budget….c’est sûr, c’est encore du boulot, mais que veux tu, quand on est habitué à l’excellence, on en demande toujours plus 😉
    en tout cas, encore MERCI pour tout ce que tu fais !

  9. Hmm, je suis désolé, je ne la connais pas. Je ne veux pas m’avance sur un produit que je n’ai pas eu entre les mains. Elle a l’air sympa, ceci dit…

    Pour le tuto, tu veux dire un guide d’achat ? Oui, excellente idée. Bon, celle-ci risque de me prendre un peu de temps. Et il faudrait que je puisse récupérer plus de modèles – pas facile ! 😎

  10. toujours au top !
    oui guide d’achat mais c’est clair que ça doit pas être évident…
    heu, rien a voir mais comment faire pour s’abonner au fil rss d’helicomicro pour être au courant et des nouveaux articles et aussi des nouveaux commentaires ?

  11. mdr , je l’avais vu mais j’avais pas de lecteur de flux dans mon navigateur chrome….c’est chose fait, ça va faciliter les recherche

  12. Salut,

    Très bon test, elle a l’air intéressante.
    Par contre, j’ai rechercher le test de la magicam SD19 AEE mais je ne l’ai pas trouver.

    Se serait super un test sur cette caméra.

    Bye !

  13. Non, je ne l’ai pas chroniquée… Il faudrait que je trouve qui gère son importation pour obtenir un prêt (ça revient un peu cher de les acheter 😎 )

  14. Je viens de recevoir le matos*(cam, chargeur et Harnais de fixation poitrine) au début j’ai un peut stresser car niveau finition c’est limite… Pour l’instant je peux juste dire que ça bug malheureusement de temps à autres, surtout le wifi. Par chance j’ai une prise mural pour câble USB donc pour le chargeur ça semble une alternative obligatoire. Vue que c’est le premier produit du genre c’est un peut normal que tout ne soit pas parfait. Mais il faut aussi dire que depuis début Octobre LDLC a fait un gros effort sur le prix et les accessoires donc je pense que d’ici quelques mois et quelques mises à jours on aura un très bon appareil. Pour la télécommande elle n’est absolument pas étanche et supporte tout juste la pluie*(vue la finition) et c’est dommage. Par contre pour la vidéo entre le moment ou j’appuis sur le boutton et le lancement de l’enregistrement il y a une latence de 3 à 5 secs, c’est aussi le cas pour tout le monde ou je suis le seul ?

  15. Oui, il arrive que ça bugue. Mais toutes les caméras avec du Wifi (Gopro y compris) sont logées à la même enseigne… Pour la télécommande, je ne m’y suis pas trop intéressé vu que je préfère ne pas l’utiliser avec un appareil en vol… Mais il me semble que le déclenchement était beaucoup plus rapide que ça…

  16. En fait pour l’enregistrement je doit faire un double clique pour un lancement direct. Sinon en cas de clique simple l’enregistrement démarre 5sec plus tard. (sans la télécommande) Apres plusieurs tests je viens de comprendre que c’est le détecteur de mouvement qui retard le lancement de l’enregistrement.

  17. merci pour ce test complet,
    pour ma part je trouve beaucoup d’inconvénients à cette caméra sportive (surchauffe, cartes SD 64 Go non supportées, appli LDLC Touch pour Android très limite…)
    et le lowcost n’excuse pas tout !

    Heureusement que le kit d’accessoires est aussi bien fourni. C’est ce qui sauve la LDLC Touch C1.

    Pour ma part, j’ai écrit un billet sur mes tests de l’application LDLC Touch pour Android : http://blog.developpez.com/cyberzoide/p12412/informatique/test-de-lapplication-ldlc-touch-pour-la-camera-sportive-ldlc-touch-c1

  18. Les vidéos sont en mode privé 🙁
    Mais super test de cette LDLC Touch C1, moi j’attends la mienne. 😀

  19. Je suis désolé, une bonne partie des vidéos du site a été temporairement retirée suite aux ennuis qu’on connu des pilotes de multirotors…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.