Flyability a présenté l’Elios 3, un drone d’inspection équipé d’un LiDAR

5
839

La société suisse Flyability a dévoilé la nouvelle version de son drone d’inspection Elios. Pour mémoire, l’Elios est un drone enfermé dans une cage de protection qui lui permet d’évoluer dans des environnements confinés. Elle lui permet de rebondir sur les obstacles sans interrompre sa mission. L’Elios 3 est principalement destiné à des usages industriels et de secours pour là où des drones conventionnels sont inopérants. 

Ce qui distingue l’Elios 3 ?

C’est l’outil FlyAware, qui combine un LiDAR (laser) et un calculateur graphique de NVidia pour produire des données SLAM (Simultaneous Localization And Mapping). Cette technologie établit une carte en 3D de l’environnement de vol, affichée en temps réel par l’outil de pilotage Cockpit. Elle montre le trajet emprunté par le drone dans une modélisation en nuage de points. FlyAware permet un vol assisté en l’absence de GPS avec un positionnement au centimètre, selon Flyability, et d’y ajouter une compensation automatique des mouvements parasites. Cette assistance permet de rendre des missions complexes accessibles à des pilotes de tous niveaux. 

Exploitation des mesures

Les données de FlyAware sont prises en charge par l’outil Inspector 4.0 de Flyability, disponible sur PC Windows. Il permet de visualiser les données sur une carte 3D, de procéder à l’analyse des points d’intérêt de la mission, de documenter et stocker les informations, et de les partager. Les données de FlyAware peuvent aussi être intégrées dans la suite logicielle GeoSLAM pour une cartographie de qualité topographique avec des mesures de précision.

Les caractéristiques techniques ?

L’Elios 3 pèse 2,35 kg en ordre de vol avec sa batterie, ses caméras, la cage de protection et le LiDAR, pour des dimensions de 48 cm de large et 38 cm de haut. Il est équipé de 4 moteurs brushless pour hélices de 5 pouces, réversibles pour lui permettre de s’extirper de situations complexes et éviter de rester coincé. Flyability promet que l’Elios 3 est capable de se remettre d’aplomb s’il se retrouve à l’envers. L’appareil est d’indice de protection IP44 : il est protégé contre les corps solides supérieurs à 1 mm et contre les projections d’eau dans toutes les directions.

L’autonomie ?

La batterie est une LiHV 6S 4350 mAh amovible. Elle offre une autonomie d’environ 12 minutes par batterie, variable selon l’équipement embarqué (payload). La baie pour payloads comporte deux ports. L’un est occupé par le LiDAR, l’autre pour un payload auxiliaire qui permettra d’ajouter de fonctionnalités à l’Elios 3. Le LiDAR est un Ouster OS0-32, capable de réaliser ses mesures dans des d’environnements difficiles comme la poussière ou les projections d’eau, avec une distance de fonctionnement qui peut atteindre 50 mètres (en conditions optimales).

Les caméras ?

Outre le LiDAR, l’Elios 3 embarque un boitier dans lequel on trouve une caméra 4K/30fps avec un FOV de 180° capable de shooter des photos en 4000 x 3000 pixels. Elle est épaulée par des LED pour un total de 16000 Lumen avec différents angles pour optimiser l’éclairage dans un environnement encombré par les poussières en suspension. A cela s’ajoute une caméra thermique FLIR Lepton 3.5 qui filme en 160 x 120 à 9 fps. Dans ce boitier, on trouve aussi un capteur de distance.

La cage de protection ?

C’est l’outil qui a fait connaitre Flyability, en 2015, lorsque le drone en cage Gimball avait remporté le concours Drone for good à Dubaï (voir ici). Cette cage est en fibre de carbone avec un revêtement souple, des sous-composants modulaires pour faciliter la maintenance, et des suspensions en élastomère thermoplastique. Une ouverture inférieure permet un accès facile à la batterie, une ouverture avant offre un accès facile à la charge utile.

Pilotage ?

L’Elios 3 est piloté avec une radiocommande accueillant une tablette Android et le logiciel Cockpit. Elle fonctionne en 2,4 GHz, avec une portée de 500 mètres en ligne directe. Elle peut être complétée par une seconde radiocommande pour assurer le contrôle de la caméra indépendamment du pilotage. La page officielle de l’Elios 3 se trouve ici, et celle du formulaire pour entrer en contact avec Flyability se trouve là.

Source : Flyability

5 COMMENTAIRES

  1. Ça coute 2 bras …… avec une caméra RGB 12 mpix et un capteur thermique 160×120 à 9fps !!!
    On paye le Lidar en fait ……
    Ca me fait sourire ces offres “sensationnelles” !
    Ceci dit j’ai eu contact, il y quelques semaines, avec un “grand” constructeur Français qui produit des machines géniales (selon lui), qui ont tant d’avantages par rapport aux “Chinois”, etc, etc …… et je découvre dans la doc que la caméra qu’il me propose (à un prix délirant) se trouve être ce qu’il y a de plus bas de gamme sur AliExpress …… et je vous parle pas de l’électronique du drone !!!

  2. @Laurentr2008 non , on paye le prix d’un algorithm de SLAM, le lidar en lui même n’est pas exceptionnel.

    Aprés cracher sur un boite parce qu’elle achete de l’electronique en Asie … disons que vous devez pas beaucoup utiliser d’electronique puisque la majorité est produit labas …

    Si on prend des controleurs de type Cube, qui sont des bonnes références, on reste sur une production majoritaire à Taiwan … donc bon …
    Aprés si le dit constructeur est encore un membre de l’ADIF qui ventent du 100% Français, alors oui il y a un gros problème… mais comme la majorité le fait … On devrait plus les pointer du doigt même si on me le reproche beaucoup

  3. @ Khancyr : en Chine 2 qualités …. médiocre et bonne …… le souci c’est que ce genre de personne essaye de vendre du médiocre au prix du bon …. c’est tout, je ne crache sur aucune boite qui utilise des composants Asiatiques vendus au juste prix qui correspond à leur qualité …..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.