Ossia : la société qui prépare la recharge des batteries à distance

4
744

La charge des batteries requiert le branchement de fils ou, pour les systèmes les plus avancés, du sans-contact par induction à très courte distance. La société Ossia, créée en 2008 par Hatem Zeine, travaille sur une technologie de charge à distance. A quelle distance ? A 1 mètre environ dans l’état actuel de la technologie et de la réglementation, assurent les responsables de la marque…

Le principe ?

Des indicateurs de prix alimentés en continu (et renseignés) sans fil par la technologie Cota.

Les explications proposées par Ossia sont les suivantes : « Cota fonctionne de manière très similaire au WiFi, sauf qu’au lieu d’envoyer des données, nous envoyons de l’électricité. Le récepteur d’alimentation Cota, intégré à n’importe quel appareil, initie la « conversation » en envoyant un signal de balise pour trouver un émetteur d’alimentation Cota. L’émetteur renvoie ensuite la puissance par les mêmes chemins. Cette « conversation » entre l’appareil et l’émetteur se produit 100 fois par seconde pour envoyer de l’énergie en toute sécurité aux appareils à distance y compris lorsqu’ils sont en mouvement. Tous vos appareils compatibles Cota seront alimentés simultanément ». Selon Ossia, la réflexion des ondes sur certaines surfaces permet à la recharge de fonctionner même en présence d’obstacles.

Comment ça fonctionne ?

Des piles AA avec un récepteur Cota intégré.

Le système Cota repose sur un récepteur placé sur les appareils à alimenter, sous la forme d’un « petit composant électronique de 3 x 3 mm », suffisamment petit pour être intégré dans une pile AA. De l’autre côté, l’émetteur détecte les récepteurs, et leur envoie simultanément de l’énergie sous forme d’ondes 2,4 ou 5,8 GHz, à concurrence de 2W. L’émetteur est équipé de 256 antennes au moins, plus pour de grosses installations. Les émetteurs 2,4 GHz requièrent une surface plus grande que ceux en 5,8 GHz. Selon Ossia, la technologie permet donc une alimentation en énergie à distance, de plusieurs appareils simultanément, d’appareils en mouvement, d’appareils qui ne sont pas en vue directe de l’émetteur, et avec la possibilité de démarrer et stopper de l’envoi de courant.

Pour quels usages ?

Les premières applications concernent les appareils électroniques que l’on utilise dans une pièce : mobiles, tablettes, ordinateurs portables, écrans peuvent être alimentés en continu, sans fil. Le marché de objets communicants (IoT, Internet of Things) est sans doute la principale cible d’Ossia. Le principe est adapté à l’alimentation de capteurs, d’alarmes, détecteurs de fumée, de caméras de surveillance, etc. Ossia ne commercialise pas de matériel : la société propose sa technologie sous licence à des constructeurs qui se chargent de la réalisation des produits, ou de leur intégration. Ossia a d’ores et déjà noué un partenariat pour inclure la technologie Cota dans les produits du géant industriel français Saint-Gobain (voir ici). 

C’est légal ?

Ossia assure sur son site web avoir obtenu l’autorisation de commercialiser sa technologie Cota par la FCC aux Etats-Unis, et via une certification CE pour l’Europe et le Royaume-Uni. Le communiqué de presse concernant la conformité des caractéristiques de Cota en Europe indique qu’il n’y a pas de limitation de distance. Voilà qui ouvre des possibilités intéressantes pour, par exemple, faire fonctionner des appareils en continu et sans fil. Voire à l’avenir assurer des vols en drone très longue durée sans solution filaire…

C’est sans danger ?

Voilà ce qu’en dit Ossia : « Cota Real Wireless Power fournit une puissance significative aux appareils à distance tout en répondant à toutes les exigences strictes de taux d’absorption spécifique (DAS) de la FCC en matière de sécurité. Les certificats reçus d’un organisme notifié de l’Union Européenne et d’un organisme d’évaluation de la conformité au Royaume-Uni confirment la conformité du système Cota aux normes de sécurité radio, d’émission, d’immunité et de radio fréquences applicables en vertu de la directive européenne sur les équipements radio et du règlement britannique sur les équipements radio ». On apprend donc que la technologie est conforme aux réglementations… mais pas si elle est réellement inoffensive. Un autre document explique que Cota est capable de détecter les obstacles qui absorbent les ondes (comme le corps humain) et ceux qui les réfléchissent, avec l’aide de ses multiples antennes, pour envoyer ou pas de l’énergie.

Et ça fonctionne vraiment ?

Je n’ai pas la réponse, mais je recommande la lecture de cet article très intéressant de Lee Goldberg sur le site Electronic Design. La première vidéo qui accompagne l’article montre les explications théoriques par Hatem Zeine, avec les précisions concernant la réflexion des ondes sur des obstacles. La seconde montre une démonstration opérationnelle de la technologie. Accrochez-vous si comme moi vous n’avez pas un bagage scientifique suffisant pour tout comprendre. 

Et ensuite ?

Ossia organise depuis plusieurs années la Imagine Conference, centrée sur les technologies d’alimentation sans fil. Celle de 2021 sera en ligne uniquement, accessible gratuitement le 20 octobre 2021 (voir ici). Pour voir la technologie réellement à l’oeuvre, il faudra être présent sur le salon CES 2022 qui se tiendra à Las Vegas du 5 au 8 janvier 2022. Ossia y participera pour montrer son savoir-faire. A suivre !

Source : Ossia, via DroneDJ

Les vidéos de Lee Goldberg sur Electronic Design

Electronic Design Interview from Ossia Inc. on Vimeo.

Electronic Design – Cota Demonstration from Ossia Inc. on Vimeo.

4 COMMENTAIRES

  1. Pile sur les fréquences du Wi-Fi, limité a 25mW en france. Je vois pas comment Ossia pourait avoir les autorisation pour augmenter la limite légal par 100…
    De plus, comment le Wi-Fi réagit a des ondes aussi puissante ?

  2. yééééé, balançons de la puissance sur 2.4GHz et 5.8GHz … comme si il n’y avait pas déja assez d’appareil dessus …
    Quand à la question sans danger … A petite dose, non. Sur une dose permanente, l’effet finit par être le même que le micro-onde …
    Par contre pas de retour sur l’efficacité du dispositif ? Sur 1W à l’émetteur, combien arrive dans la batterie à 1m ?

  3. En attente de la commercialisation ,entre la recherche et la commercialisation ,y a un monde ! De ce que j’ai compris ,même Mr Goolberg ne comprend pas tout .Maintenant , pour les gens qui râle par rapport au fréquence Wifi , les fréquences Wifi sont des bandes ISM ,libre de droit, pour n’importe quelle utilisations ,sous réserve du respect de la puissance et de la bande passante . Sachant que le beacon obligatoire sur de l’ISM ,je sais même pas si sa tiens juridiquement après de l’UIT (honnêtement je pense qui oui , mais a voir ,mais par contre ,j’ai le droit de brouiller du Beacon Obligatoire ,juridiquement ,on peut rien me dire ,sous réserve du respect de puisance) . Maintenant les puissances tolérer ne sont pas les même dans différentes régions du monde .

  4. bonsoir,

    si c’est pour charger des appareils aux sols , pourquoi pas … mais en vol l’utilité risque d’être limitée . La batterie d’un drone de 250 g environ 20 Wh , d’un moyen dans les 50 Wh , et un gros dans les 80 Wh . à 2W de puissance il faudrait respectivement 10/25/40 heures pour recharger une batterie qui se vide en 20 minutes .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.