DJI FPV, Mini 2 et Air 2S : Drone-Hacks permet désormais d’outrepasser les NFZ et le plafond de 500 mètres

6
6930

Drone-Hacks, c’est un service qui permet de modifier le firmware de certains drones. Il permet, entre autres bidouilles, de passer en mode FCC (augmenter la puissance de la partie radio), de supprimer les zones interdites GEO de DJI (NFZ), et de supprimer le plafond de hauteur fixé à 500 mètres par DJI. Le tour de passe-passe fonctionne sur DJI FPV, Mavic Mini, Mavic Air 2, Air 2S, Mini 2 (et sur des appareils plus anciens). 

Comment ça fonctionne ?

Il faut jongler selon les modèles avec l’application DroneCompanion sur Android, Birdmap sur PC Windows ou Linux, et un faux certificat pour débloquer des zones dans DJI Fly. La procédure est différente presque pour chaque appareil. Dans certains, par exemple pour débloquer le plafond de vol sur DJI, il faut procéder à la manipulation avant chaque vol ! Certains firmwares ne permettent pas la bidouille, il faut vérifier la version et éventuellement revenir sur un précédent firmware lorsque c’est possible. En cas de dysfonctionnement et par exemple de crash, sachez que DJI s’apercevra avec les journaux de vol d’un dépassement de l’enveloppe de vol autorisée et en tiendra probablement compte pour une demande de remplacement, un échange DJI Care ou un devis de réparation. Il faut s’attendre à ce que DJI réagisse et rende les modifications impossibles avec de prochaines mises à jour. Enfin, la bidouille est payante : le logiciel Birdmap est proposé à 40 € pour un appareil, par rapport à son numéro de série, non transférable sauf en cas de preuve de remplacement gratuit de l’appareil par DJI. C’est lui qui permet d’obtenir le mode FCC et d’appliquer de faux certificats. Le site de Drone-Hacks se trouve ici.

Je vais être clair…

Ces bidouilles existent, mais elle constituent une porte grande ouverte sur des usages illégaux. Selon les avis ? Il s’agit de manipulations stupides destinées à pratiquer des vols dangereux. Ou bien ce sont des outils pour retrouver la liberté de voler sans subir les contraintes de DJI qui ne correspondent pas toujours à la réalité de la réglementation, notamment concernant les NFZ ou la mesure de la hauteur de vol. Fallait-il ne pas en parler et glisser Drone-Hacks sous le tapis ? Non, parce que ne pas savoir est bien pire…

Je vous recommande…

… de ne pas appliquer ce hack, même si vous êtes très curieux, et même si dépasser un plafond de 500 mètres par rapport au point de décollage n’est pas forcément illégal (voir ici). A toutes fins utiles, un rappel des bases de la réglementation se trouve ici. Cette bidouille devra aussi faire réfléchir les organisations en charge de zones sensibles (militaires, aéroports, héliports, industries sensibles, prisons, etc.), puisqu’elle permet aux appareils de DJI hackés de voler partout et sans limite logicielle de hauteur. 

6 COMMENTAIRES

  1. Ce drone-Hacks est assurément représenté par des anti-drones qui veulent voir notre activité bannie d’ici qq années …… continuez comme ça et vous resterez au sol ……
    Après ce sont les mêmes qui gueulent dés qu’on leur enlève un peu de liberté de voler ……. faut pas vous étonner !!

  2. Ne soyons pas totalement négatif: dans le hack il y a/avait aussi de quoi empêcher l’appli mobile et le drone d’échanger avec les serveurs de DJI et d’empêcher les mises à jour forcées.

    Notez aussi que le projet est passé du statut de libre et communautaire (hébergé sur github) à fermé et commercial il y a 2 ans environ. Chacun jugera comme il le voudra.

  3. La dernière fois que j’ai vu un drone modifié avec un truc de ce genre-là, le drone est parti tout seul à l’horizontal, à manqué de décapité deux personnes présentes et a fini par s’exploser contre un rocher.
    C’était un DJI inspire one.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.