DHL : nouveau partenariat pour des livraisons en drones

1
600

Un porte-parole du Deutsche Post Groupe (DHL) avait indiqué au quotidien allemand Die Welt l’abandon du projet de livraison de colis par drones Parcelcopter (voir ici). Il concernait la partie « last mile » d’une logistique de livraison, autrement la dernière et courte partie du trajet. Mais le transport de marchandises par drones n’est pas abandonné pour autant. DHL envisage d’automatiser la partie « middle mile » de certaines livraisons, c’est-à-dire la plus partie la plus longue du trajet des marchandises.

Transport sur de longues distances

Le spécialiste de la logistique a pour cela noué un partenariat avec la société Dronamics, fondée en Bulgarie par Svilen et Konstantin Rangelov. Matthias Heutger, vice-président et responsable mondial de l’innovation et du développement commercial chez DHL, indique « être persuadé que les drones cargo feront partie de la prochaine génération de logistique du transport ». Selon Svilen Rangelov, le CEO de Dronamics, « ce partenariat [avec DHL] a le potentiel pour générer 1,86 milliard d’euros de revenus par an pour Dronamics, avec des projets en cours pour construire et exploiter plus de 4000 drones cargo […] dans les années à venir ».

Petit avion

Dronamics a développé le Black Swan, un appareil à voilure fixe et propulsion basée sur un moteur thermique Rotax. Il mesure 16 mètres d’envergure pour une charge utile de 350 kilos, une vitesse de 200 km/h, un rayon d’action de 2500 km et une altitude de vol de 6700 mètres. Son vol est entièrement automatisé, avec possibilité de prise de contrôle à distance par des opérateurs. Il est capable de décoller et de se poser sur une piste courte et « en herbe ».

L’intérêt de cet appareil ?

Il promet d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2023, et de réduire le coût de transport de 50 % par rapport à un appareil classique, et jusqu’à 80 % dans certains cas, selon Dronamics. Pour accompagner sa solution, la société propose le Black Swan, mais aussi un système d’automatisation des vols et un environnement « droneports ». Ce sont des terrains équipés pour opérer ses appareils avec une piste de 400 mètres, un centre de commande et des hangars.

Réglementation…

Dronamics a indiqué travailler avec l’EASA à la certification de son système pour permettre des vols civils sans pilote à bord dans un espace aérien non ségrégué – c’est-à-dire opérés là où évolue aussi l’aviation habitée. Les premiers services cargo commerciaux sont prévus pour 2022, assure Dronamics. La société est partenaire de l’aéroport de Liège en Belgique, pôle de marchandises en provenance d’Alibaba, de Brescia en Italie pour des services postaux, ainsi que Skövde en Suède, Seinäjoki en Finlande et Osijek en Croatie.

Source : Dronamics
Crédits visuels : Dronamics

1 commentaire

  1. J’avais vu des reportage chinois sur le vol d’avion type pilatus y a quelques années. Pour du point à point entre node ,sa peut-être utile . C’est pas pour tout de suite mais à terme (10-20ans), c’est la réduction du nombre de pilote pro . La disparition des hélicoptères telle qu’on le connaît, et par exemple le passage à 1 pilote sur l’aviation de ligne.A décharge, le max de Boeing a mis un sacré frein à cela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.