EMAV : la première course de « drones » avec pilotes à bord ?

14
2407

Il questionne, le titre de la vidéo publiée par Kyxz Mendiola, alias Flying Kyxz… « La première course de drones au monde avec un pilote à bord ». La définition communément admise d’un drone est « un appareil sans pilote à bord » (unmanned en anglais). Un drone avec un pilote à bord, ce n’est par conséquent plus un drone.

Peu importe, à vrai dire…

L’engin imaginé depuis plusieurs années par Flying Kyxz s’appelle le EMAV (Electric Manned Aerial Vehicle). C’est une déclinaison de son projet Koncepto Millenya (« le concept du millénaire » en espéranto), un multirotor destiné à prendre part à des courses. Grandeur nature, puisque l’appareil est conçu pour un pilote humain, installé à bord. L’inventeur, basé dans la province de Battan aux Philippines, a réussi à séduire un industriel spécialisé dans l’énergie solaire, Star8 Green. Cette société a débuté en Australie, mais elle doit son expansion aux marchés asiatiques.

Du FPV racing avec des humains à bord ?

C’est, rappelez-vous, la promesse de la société Alauda avec ses Airspeeder (voir ici). La vidéo de Flying Kyxz montre deux EMAV en vol simultané, pilotés en « vraie » vue à la première personne (FPV), c’est-à-dire une personne à bord sans le truchement d’un équipement de liaison vidéo. C’est une course… en mode très prudent. Mais ils semblent déjà loin, les premiers vols d’un appareil où Flying Kyxz est assis à bord (voir ici) – c’était en 2017.

Sont-ils fiables ?

Il reste à connaitre les mesures de sécurité mises en oeuvre pour les EMAV. Que se passe-t-il en cas de touchette avec un obstacle ou un autre appareil. En cas de dysfonctionnement menant à un flyaway, qu’est-il prévu ? Est-ce que vous assisteriez à une compétition entre EMAV ? Et est-ce que vous monteriez à bord ?

 

14 COMMENTAIRES

  1. je pensais que le mot drone était uniquement télécommandé et non habité. c’est un appareil type ulm

  2. Et si on appelait ça juste un Multicoptère, vu que le mot existe ?
    Sinon ils ont l’air à peine stables les engins… Mais oui je prendrais bien les manches d’un tel joujou !

  3. Le problème a ces hauteurs de vol très basses, c’est le phénomène d’effet de sol . Pour un peu plus de stabilité et de prise de vitesse ils devraient essayer des vols à plus de 10 m de hauteur et sur des espaces très dégagés ( pas comme ici où cela ne donne pas grand chose ) . Mais bon la discipline commence et tout est à faire . Les aéronefs types quadricoptères ou hexaptères pilotés, la formation des pilotes, le pilotage , la manière de faire des courses etc . Pas simple.

  4. Je voulais dire hexacoptère car l’hexaptère c’est ??… Une créature volante préhistorique ? Ou je ne sais pas quoi qui n’existe certainement pas. 🙂

  5. Moi qui cherchais un Petit Gros pour la saison prochaine, c’est trouvé 😜
    Fred : t’as le prix du joujoux ?

  6. @ Geoffroy : Et dire que le sujet avait déjà été abordé ici en… 2013. Ce qui ne me rajeunit pas. Alain Rey n’est plus là, Walkera plus vraiment, et Horizon Hobby ne fait plus grand-chose dans le domaine. Ancien combattant, quoi 🙂

  7. @fred, tu as oublié de mentionner en qu’elle catégorie ils sont et qu’ils leur faut leur identification drone avec enregistrement sur AlphaTango en France ;-P

  8. @Geoffroy Hexaptère est correct, et c’est en fait le mot quadricoptère qui poserait problème.
    À l’origine il y a le mot hélicoptère qui date de, et tenez-vous bien, 1861. Inventé par Gustave Ponton d’ Amécourt pour désigner un appareil à voilure tournante de son invention, il emploie les mots grecs hélix, hélikos « hélice, vrille » et pterón « aile ». Hexaptère signifie donc «six ailes ».
    Quant à quadricoptère c’est une petite horreur qui non seulement emploie le suffixe «-coptère» qui strictement parlant n’existe pas, mais en plus va l’allier à un mot latin! Rien que d’y penser j’ai des tremblements.
    Nous autres puristes employons évidemment le mot tétraptère pour designer ces engins et je vous recommande vivement de faire la même chose!

    À bon entendeur etc..

    PS: ptéranodon et ptérosaure pour les bêtes volantes.

  9. C’est bien tout cela mais le phénomène d’effet de sol que semble subir ces pilotes d’aéronefs quadri ou hexa ? Pilotes courageux mais qui s’acharnent, me semble t il, à essayer de voler comme des drones racers. Non ? En volant plus haut c’est pas mieux 🙂 . Après ma fameuse coquille d’hexaptère au lieu d’hexacoptère et bien la définition c’est : qui est muni de six appendices aux angles . Donc oui cela le fait aussi mais personnellement je préfère hexacoptère car hexa c’est 6 donc c’est un peu pareil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.