Les cartels mexicains et les drones armés d’explosif C-4

17
3036

Le quotidien El Universal, au Mexique, rapporte la découverte de deux drones équipés d’explosif de type C-4. Ils se trouvaient dans des boites placées dans une voiture abandonnée par des membres du Jalisco New Generation Cartel à Tepacatepec, à l’ouest de Mexico. Sur les drones, des Mavic 2 Zoom de DJI, étaient scotchées des boites de type Tupperware.  A l’intérieur se trouvaient des charges de plastic accompagnées par des billes en acier et un détonateur. Le carton dans lequel se trouvaient les drones était maculé de sang : il semblerait que les trafiquants aient été blessés et mis en fuite avant d’avoir pu utiliser leurs appareils. On ne doit pas cette découverte à la police, mais à une milice citoyenne.

C’est inquiétant ?

Evidemment, d’autant que l’on connaît des précédents au Moyen-Orient, avec des Phantom de DJI d’ancienne génération dont le mécanisme de tilt de la caméra était utilisé comme levier actionné à distance pour lâcher des grenades sur des cibles. La pratique semble nouvelle avec des Mavic, mais tout aussi artisanale. Selon la milice qui a mis la main sur les drones, les cartels locaux avaient tenté d’utiliser des ULM pour lancer des attaques aériennes sur leurs adversaires. La police s’est équipée de radars, les trafiquants utilisent désormais des drones pour lancer des attaques. Selon les miliciens, il semblerait que, jusqu’à présent, les résultats des raids de drones n’aient pas été de francs succès : « le cartel n’a pas encore appris à voler et lâcher les explosifs avec suffisamment de précision ».

En France ?

Pas de souci en France car nous, nous avons adopté le signalement électronique à distance. Les trafiquants qui voudraient utiliser des drones de plus de 800 grammes comme le Mavic 2 Zoom doivent avoir suivi une formation en ligne sur FoxAlphaTango, avoir enregistré leur drone sur AlphaTango, installé à bord une balise électronique et collé une petite étiquette avec le numéro d’enregistrement. En effet, en cas d’absence de balise, si les forces de l’ordre sont équipées pour la détecter et si elles ont le temps de le faire et si le drone pèse plus de 800 grammes, le drone est… considéré comme potentiellement malveillant. Ouf, ça rassure, on respire et on remercie la loi dite « drones » de 2016.

Source : El Universal

Edit : au vu des mails que j’ai reçus, il n’a pas été suffisamment clair pour certains que le dernier paragraphe était du second degré. C’est aussi la première fois aussi qu’on me répond “ouais mais y’avait pas de smiley”…

17 COMMENTAIRES

  1. Et oui, pour la France c’est toute l’absurdité de nos dirigeants qui croient vivre dans le monde des Bisousnours.

  2. Merci Fred pour cette article, qui fait quand même froid dans le dos…
    Fait étrange, avant d’avoir parcouru ta conclusion, je me faisait exactement cette réflexion.
    Bon vol de loisir ! Avec les règles de sécurités de bon sens qui s’imposent !

  3. la loi drone c’est simplement le droit juridique, pour les autorités et les forces de l’ordre, de neutraliser un truc volant potentiellement dangereux. Pour cela, on a fait dans le populisme (rappelez vous des solutions simples a des problèmes complexes..)
    on impose a tout ce qui vole un mouchard…
    Si le mouchard n’est pas là alors je suis autorisé a “neutraliser” le truc volant.

    mais revenons dans la vraie vie avec ce problème concret :
    Sur mon super tablette/ordinateur (que l’administration m’a fourni apres son super appel d’offre, qui en est ou au fait ?) je “vois” les signaux de 2 trucs volants qui s’approchent, mais visuellement j’en vois 3 ! lequel je descend ?? lequel est le mechant ? lequel est en regle ?

    oups je regarde vite la fiche alpha tango (car j’ai receptionné avec mon super ordinateur le code identifiant du machin volant) pour tenter de les distinguer ? gros? petit modele ? ailes fixes? rotor ? moteur pas moteur?

    Mince, le troisième (que je ne sais pas distinguer) faisait moins de 800gr, donc pas de signal…

    Donc par principe de précaution, je neutralise les 3 au cas ou ? et je paye ensuite les dégâts aux propriétaires ?
    Si pendant ce temps ils ne sont pas passés au dessus de ma tete et sont hors de portée…

    réponse simple a problème complexe…

  4. La mise en place du permis de conduire et l’immatriculation des voitures n’a pas réussi non plus à empêcher les fous du volant, les voitures béliers, piégées, suicides, … mais on n’imagine pas aujourd’hui de pouvoir rouler légalement sans permis dans des automobiles non immatriculées.
    On ne pourra évidemment pas non plus tout régler par l’identification des drones et de leurs pilotes, mais ça me semble quand même une base indispensable pour pouvoir avancer sur la sécurité de tous, même si évidemment “le diable est dans les détails” et qu’il faut trouver les bons compromis pour que les utilisations honnêtes et responsables restent raisonnablement accessibles.

  5. @ Kroki : Les voitures sont immatriculées, les motos aussi, mais pas les vélos ni les trottinettes, pour poursuivre l’analogie 🙂 Je doute qu’immatriculer ceux qui ne le sont pas améliore la sécurité routière. Dans le cas des drones, l’immatriculation comme base ne me semble pas pertinente…

  6. @Fred : C’est effectivement une question de seuil : je suis d’accord qu’immatriculer les vélos et les trottinettes ne servirait pas à grand chose pour la sécurité routière, et de même qu’il serait ridicule d’imposer l’identification des “petits” drones, mais le seuil actuel de 800g ne me parait pas déraisonnable. Le seuil européen de 250g est nettement plus contraignant et pose clairement des problèmes d’intégration dans l’état actuel de la technologie, mais il y a quand même aujourd’hui beaucoup de machines entre les deux seuils qui sont loin d’être inoffensives …
    Encore une fois, l’immatriculation ne résoudra pas tout, mais je pense que c’est un outil important qui permet déjà a minima de responsabiliser un peu les utilisateurs.

  7. Fred, quel mauvais esprit. Si un fait similaire se passait en France, nos autorités auraient beau jeu de dire en public, “nous avons félicitons d’avoir mis en place l’arsenal juridique permettant de répondre à cette menace”, nous sommes “pionniers dans cette législation qui va bientôt irradier le monde”. Cette réalité n’est pas très loin de nous, ayant entendu ce type de propos à plusieurs reprises de la part de nos autorités. Enfin cette brève démontre également une chose : le drone est bien un vecteur extrêmement difficile à mettre en oeuvre dans le cadre d’intentions malhonnêtes, bien plus compliqué qu’un couteau de cuisine, d’un camion de location ou d’un tueur à gage mexicain…

  8. A quand le masque anti-drone 😷

    Plus sérieux, quelle charge peut on raisonnablement portée avec un Mavic ? Et dans ce cas est-elle vraiment dangereuse ? Détonateur+ billes en acier+ explosif me semblent déjà bien lourd ? Je demande cela car j’ai pas encore fait d’essai en ce sens 👍

  9. quand les gens auront compris que les législations sont aujourd’hui faites pour protéger l’état et non protéger la population, les mentalités avanceront un peu…

  10. @ fanf : J’ai volé pendant 8 minutes (et ce n’était pas la fin de la batterie, j’ai juste atteint ma destination) avec un poids de 1250 grammes sous un Mavic 2 Pro. Ca permet d’envisager pas mal de choses, surtout qu’on peut mettre plus lourd encore.

  11. @Fred, c’est parce qu’ils sont chargés, qu’ils n’arrivent pas à les piloter de façon précise et efficace 💣💣💣

  12. “Les trafiquants qui voudraient utiliser des drones de plus de 800 grammes comme le Mavic 2 Zoom doivent avoir suivi une formation en ligne sur FoxAlphaTango, avoir enregistré leur drone sur AlphaTango, installé à bord une balise électronique et collé une petite étiquette avec le numéro d’enregistrement”

    La on est carrément dans “Shérif Fais moi peur !”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.