Des nano caméras installées sur des insectes

1
951

L’université de Washington a publié un article intitulé « Une GoPro pour les insectes ». Il s’appuie sur une étude publiée par Science Robotics au sujet de travaux menés sur la miniaturisation de caméras capables de diffuser un flux vidéo à distance. Le prototype de caméra pèse 0,248 gramme, il filme en 160 x 120 pixels en monochrome et envoie les images avec un débit de 1 à 5 images par seconde. Le flux est à visualiser sur un smartphone via une liaison Bluetooth, avec une portée qui dépasse 100 mètres. L’objectif de la caméra est monté sur un bras capable de pivoter sur 60° sur une impulsion électrique – il revient sur sa position de départ tout seul.

Pour quoi faire ?

Le but est de démontrer que la vision, pour un insecte de très petite taille, accapare une bonne partie de son énergie – 10 à 20 % selon les chercheurs. Plutôt qu’une vision avec un grand angle et une haute définition, ils tentent de montrer qu’il est plus efficace de choisir un angle réduit mais avec une caméra capable d’être orientée dans la bonne direction. Un accéléromètre permet de ne déclencher la caméra qu’en cas de mouvement, pour une autonomie qui peut atteindre 6 heures.

Les cobayes ?

Le prototype de caméra a été monté sur deux insectes, un coléoptère Pinacate et un dendoctrone du désert. Les chercheurs indiquent que le surpoids de la caméra ne les a pas dérangés dans leurs déplacements, y compris sur des surfaces à la verticale. Ces insectes sont semble-t-il connus pour être capables de porter des charges de 0,5 gramme. Ils ont ajouté que les insectes ont vécu un an après l’expérience. L’équipe espère que ces expérimentations pourront aider à mieux comprendre comment les insectes réagissent à des stimulations, et comment elles parviennent à parcourir de grandes distances dans des environnements encombrés. Le but pourrait être d’améliorer le comportement de robots par bio mimétisme avec les insectes. Elle a pour cela développé son propre nano robot…

Version robot

L’équipe a choisi de créer un nano robot pour l’équiper de son prototype de caméra. De la taille d’un insecte, il se déplace en générant des vibrations. Ce mode de locomotion n’est pas compatible avec des prises de vues en continu : les images sont déformées par les vibrations. La solution a consisté à stopper le robot le temps d’une prise de vue et de reprendre le déplacement. La technique permet au robot d’atteindre une vitesse de 2 à 3 cm par seconde, avec une autonomie de 90 minutes.

Vie privée ?

Une caméra miniaturisée, tôt ou tard, pose la question de la vie privée. Peu importe que les applications soient réelles ou fantasmées, l’équipe de scientifiques explique avoir pris en compte ce risque. « En tant que chercheurs, nous sommes persuadés qu’il est vraiment important de verser nos travaux dans le domaine public de telle manière à ce que tout le monde puisse connaître les risques, et que des solutions puissent être trouvées pour les réduire », a déclaré Shyam Gollakota, professeur à l’université de Washington.

Source : University of Washington News
Crédits photos : Mark Stone/University of Washington
Merci à Oliver pour l’info !

1 commentaire

  1. Cool, la DGAC va devoir investir dans des microscopes pour repérer les caméras volantes et vu le poids pas besoin d’inscription sur Alpha Tango ni même d’immatriculation. Bravo aux artistes de la miniaturisation 🙊

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.