Covid-19 : le Mavic 2 Enterprise Dual pour évaluer la température corporelle

23
3437

Souvenez-vous, c’était il y a quelques jours, j’avais publié une actualité au sujet d’un coton-tige au secours de la high-tech (voir ici). Il s’agissait d’une méthode pour améliorer les mesures de températures avec un Mavic 2 Enterprise Dual de DJI. En l’absence d’informations sérieuses, il m’était impossible de savoir si elle était valable ou partie des innombrables infos vérolées qui circulent au sujet du Covid-19. Elle m’a valu beaucoup de mails très moqueurs, parfois m’accusant de diffuser des fake news dans des termes assez crus. Et pourtant…

C’était vrai !

La méthode du coton-tige a été imaginée par les ingénieurs de DJI pour réaliser un calibrage assez précis de la caméra infrarouge qui équipe le Mavic 2 Enterprise Dual (voir le test ici). Précis… à quel point ? « On obtient une mesure qui peut différer de 0,5 degré de plus ou de moins que la vraie température », selon DJI. Comment ça fonctionne ? Le coton-tige permet de disposer d’un point de référence à température constante à l’écran, qui sert de base au calcul des autres surfaces filmées. La méthode de calibrage nécessite la mesure de la température d’une personne avec un thermomètre médical, type pistolet de mesure, pour un étalonnage.

Le matériel nécessaire ?

Outre le Mavic 2 Enterprise Dual, il faut un coton-tige d’une taille de 7 à 10 cm et le fixer de telle manière qu’il apparaisse dans le champ de l’image sans gêner. DJI propose le fichier 3D d’une pièce à imprimer en 3D pour faciliter le montage sur la caméra. Il faut aussi une version spéciale de l’application DJI Pilot pour réaliser ce calibrage, disponible dans un premier temps sous forme d’un APK pour les plateformes Android. DJI indique que « l’application n’est pas diffusée au grand public parce qu’elle est en version beta, et que sa compatibilité avec les autres appareils que le Mavic 2 Enterprise Dual n’est pas assurée ». Un guide contenant la procédure pas-à-pas ainsi que les liens vers la pièce 3D et l’APK est proposé par DJI. Pour l’obtenir, les possesseurs de Mavic 2 Enterprise Dual doivent se tourner vers leur revendeur.

Et ça fonctionne ?

Je n’ai pas de Mavic 2 Enterprise Dual pour faire l’essai, mais des membres des forces de l’ordre à qui j’ai posé la question m’ont indiqué avoir obtenu de très bons résultats lors de leurs essais. Ils n’ont pas souhaité être cités en l’absence d’accord de leur hiérarchie. La marge d’erreur annoncée, 1°C, est inférieure à celle d’une augmentation significative de température symptomatique du Covid-19. « Les mesures se rapprochent de très près de celles d’un thermomètre infrarouge », m’a assuré un sous-officier de réserve de la gendarmerie. En ajoutant que, « sachant qu’un thermomètre infrarouge du commerce n’est pas spécialement connu pour sa haute précision, on peut alors supposer que le capteur du drone est plus précis ».

Les avantages de la solution ?

A ma connaissance, il n’y a aucune application opérationnelle de cette technique de mesure de température corporelle, mais elle pourrait être employée en cas de besoin par des unités équipées de Mavic 2 Enterprise Dual. Car elle permet de détecter des cas de température anormalement élevée sans contact, une mesure importante pour faciliter la distanciation avec des patients. Le pilote peut se trouver à l’écart de personnes, suffisamment pour être en sécurité. DJI recommande que le drone se trouve à 2 à 3 mètres d’une personne à tester, à sa hauteur. Le constructeur invite les pilotes à équiper l’appareil de protection d’hélices pour éviter tout incident. « La solution est intéressante pour gagner du temps si nous devions procéder des dépistages préliminaires pour mieux orienter les personnes, mais nous n’avons pas prévu de le faire pour le moment », m’a indiqué un policier télépilote.

Les limites du système

Le calibrage ne fonctionne correctement que si le coton-tige ne change pas de température. Le principe est que sa pointe se trouve suffisamment éloignée pour ne pas être perturbée par le souffle des hélices. DJI recommande un usage en intérieur, ou en extérieur en l’absence d’éléments perturbateur : le vent, le soleil et les variations de température. DJI indique que les mesures peuvent être faussées par la transpiration. Le calibrage n’est pas nécessaire entre deux vols, après changement de batterie, si la pointe du coton-tige n’a pas changé de température. DJI compte-t-il commercialiser l’accessoire de montage sur la caméra ? « Pas pour le moment, la demande pour ce type d’accessoire n’est pas suffisante, et la méthode que nous proposons nous semble opérationnelle avec très peu de moyens supplémentaires à engager ». A suivre !

Edit : Non, on ne peut pas remplacer le coton-tige par un thermomètre. Cette idée, c’est uniquement dans la vidéo humoristique de Groland (voir ici).

23 COMMENTAIRES

  1. Géniale, ça, faut espérer que ce soit inclut dans les machines de série à l’avenir.

    En toys cas ça montre qu’il. Y a plein de grands spécialistes avec une expérience de 2 heures sur le sujet, c’est comme pour le covid je n’ai jamais croisé autan de virologues et d’épidémiologiste de haut niveau que ces derniers temps.

  2. Sinon à la place du coton tige on peut mettre un thermomètre à mercure.
    Mais j’aimerais pas être à la place du télépilote.

  3. Ben écoute Fred, je possède un Mavic Ent Dual et d’ici demain ou après demain je te fais un test et retour sur ce billet ……

  4. @ Laurent : Good ! J’en suis à une dizaine de retours d’expériences plutôt positives, la plupart sans lien avec le Covid…

  5. Il serait intéressant à plus d’un titre ! d’utiliser un capteur 4 fois plus performant (définition/précision/options) comme la XT2 640×512 30hz sur un autre porteur évidemment comme le matrice 210 par exemple.
    (Son emploi peut s’avérer plus utile que ce que l’on voit aujourd’hui avec l’utilisation d’un haut-parleur sur un drone au lieu d’un mégaphone puissant, le bon sens paysan…😉)

  6. @ LLAVE : Sans doute, oui. Mais dans le cas du M2ED, le but est sans doute d’utiliser un outil déjà acquis par l’administration pour marquer les esprits dans le cas du haut-parleur, pour tirer le maximum de ce que peut donner un Lepton dans le cas de la température.
    Passer à la gamme supérieure représente un coût beaucoup plus important, trop je suppose…

  7. En parlant de Mavic : une mise à jour vient de sortir pour l’appli DJI Fly du Mavic Mini sous Android, v1.0.8.
    Rien de majeur et Firmware appareil inchangé.

  8. Fred, Le capteur IR du Mavic ne peut être précis en valeur absolue, car l’environnement,la température de l’air, l’humidité, la distance influent sur la prise de température, au mieux il pourrait donner une différence de température entre deux individus.

    De plus pour avoir une température absolue correcte Il serait nécessaire de calibrer le capteur avant chaque série de mesure.

    Autre problème la distance de prise de température, 3m maximum annoncé.
    FLIR a réalisé des tests de prise de température corporelle (pour les aéroports) à l’aide de capteurs plus performants et la mesure devait se faire entre 1m et 1,50m maximum.
    Sachant que la mesure doit se faire sur le visage (aux niveau des yeux, du front) la prise de mesure est plutôt dangereuse.
    Il existe des capteurs IR à main qui seront plus précis et moins dangereux.

  9. @ LLAVE : Je n’ai pas de Mavic 2 Enterprise Dual pour faire les essais moi-même, je ne fais que rapporter ce que me disent ceux qui me disent en avoir fait. Alors oui, évidemment, un thermomètre IR à main sera plus approprié pour des mesures plus justes, et cette solution ne peut pas se substituer à un outil médical et prévu comme tel.

    En revanche, il semble pertinent en cas d’urgence ou de gestion de la surcharge. Après un webinar organisé par DJI sur le sujet regroupant une cinquantaine d’utilisateurs un peu partout sur la planète (pompiers, forces de l’ordre et leurs prestataires), j’ai pu discuter avec certains d’entre eux. Ils m’ont dit qu’après des essais concluants ils envisageaient très sérieusement l’outil pour préorienter des patients. Le but est de travailler sur les longues queues extérieures de personnes qui se présentent en centre de dépistage, pour détecter en amont les anomalies de température et pouvoir réduire le temps d’attente des personnes qui ont besoin d’une prise en charge rapide. La solution volante permet aux testeurs de ne pas s’approcher des malades, et ça semble une motivation très importante. Ils m’ont affirmé que la solution permettait de détecter ces anomalies de température avec très peu d’erreurs. En mode Tripod, l’appareil ne bouge pas.
    Concernant le calibrage, je n’ai posé la question qu’à un seul testeur, lui le fait à chaque changement de batterie, mais ça prend moins de 20 secondes pour une session de 20 minutes.

  10. Pour avoir un Mavic 2 enterprise dual j’ai un doute sur la fiabilité d’autant que les paramètres sont trop importants : changements de température extérieure sur coton liée aux vents / soleil / temps / vitesse du drone.
    Des études ont déjà démontrées que la prise de température avec des thermomètres médicaux calibrés dans les aéroports par exemple n’étaient pas fiables…
    Je ne me vois pas proposer cette “fonction” avec mon Mavic enterprise dual, ne serait ce parce-que je suis pro et incapable de prouver la fiabilité d’un tel système.

  11. si c est pour etre à 3 metres des gens pour etre efficace, autant acheter une camera FLIR C3 à 700$:
    – pas de danger pour les gens
    – moins encombrant.
    – 4 camera C3 pour le prix d’un seul drone.
    – pas besoins de telepilote.
    – pas besoin d’autorisation NFZ
    – exactement le meme capteur rikiki de 80X60 pix
    donc entre survoler des gens avec 1 seul drone bruyant et ou avoir 4 agents au sol discrets ….
    aucun intérêt si ce n’est pour faire mumuse et cramer la tune du contribuable.
    car pour 3800 balle , vous avez une camera thermique très performante.

  12. @ flex : Le but n’est pas d’acheter quoi que ce soit, c’est d’utiliser du matériel existant, déjà présent dans le parc ! En vol ou pas, d’ailleurs…

  13. @ Fred : +1 avec Josserand-Jaillet Ivanohé …….. pas grand chose à rajouter après avoir fait mes propres essais !!!
    Pour être tout à fait franc, je ne sais pas précisément ce que ça apporte, mais de toute façon et en l’absence de l’application spécifique, les résultats ne sont pas flagrants ……
    A voir peut-être avec la fameuse application ??

  14. @ Laurent : Je n’ai plus de doute sur la précision de la mesure désormais, j’ai vu l’outil à l’oeuvre. J”ai en revanche des doutes sur sa pertinence en situation réelle, à moins d’avoir un très grand nombre de personnes à contrôler (et qui acceptent de l’être).

  15. Fred : J’ai refait qq tests avec le nouvelle appli et en comparant avec un thermo IR très précis …….. je reviens sur ce que j’ai dit et je te confirme que la précision est là !
    En effet, j’obtiens, en moyenne, moins de 0,5° d’écart sur plusieurs mesures.
    Toutefois, je pose 2 limites (et pas des moindres) :
    La première (déjà évoquée mais je confirme) …… la précision se dégrade exponentiellement avec la distance au sujet, grosso modo c’est fiable jusqu’à 2,5 m après ça perd très vite ….
    La deuxième : les valeurs ne sont valables que dans un contexte bien défin avec une température d’ambiance peu variable et sans rayonnement solaire …

  16. @ Laurent : Très intéressant. Pour les limites, oui, elles figurent dans les recommandations d’usage de DJI. C’est évidemment handicapant dans de nombreuses situations…

  17. Je crois que je vais l’équipe façon “Groland”, je vais changer le coton tige par quelque chose de plus résistant ….. :)) et ainsi je pourrais lever les doutes sur les prises de températures par IR :)) :))

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.