TBS Tango II, le test

13
5333

La Tango II était attendue depuis longtemps, très longtemps, au point de devenir une arlésienne. Mais elle a finalement été dévoilée par le boss de la Team BlackSheep (TBS) Raphael Pirker, alias Trappy, et proposée à la vente. Au compte-gouttes, dans un premier temps, avec des exemplaires en version Stock, mais très peu en version Pro. La différence entre les deux ? Ce sont les joysticks, fixes pour la première, pliables pour réduire l’encombrement pour la seconde, plus quelques goodies dans la boite. J’ai acheté la version Stock, en me disant que, si je l’adoptais, j’avais la possibilité d’en changer les joysticks pour ceux de la Pro, moyennant quelques dizaines d’euros supplémentaires.

Rupture avec la Tango 1

Si vous n’êtes pas familier avec la Tango 1, c’était une radiocommande format manette de jeux – une énorme manette de jeux, avec un grand écran LCD couleur intégré pour afficher le retour vidéo 5,8 GHz, et un slot pour accueillir un module de réception radio. La Tango II ? Elle conserve le format manette de jeux, mais pour le reste, TBS a fait table rase du passé. Ce modèle est petit, compact, avec un module radio intégré et sans écran de retour vidéo. Ce ne sont pas les seuls changements, les autres sont logiciels…

Tour du propriétaire

La Tango II est un bloc assez compact, large de 17 cm, long de 15,5 cm et épais de 5 cm sans compter les joysticks (6,5 cm en les comptant). Elle est noire mat, avec deux parties arrières grip. Contrairement à une manette de jeux classique, les extrémités ne partent pas vers l’extérieur. Par conséquent, la manette tient en main comme une radiocommande rectangulaire. Un bon point quand on vient d’une radio classique, sans avoir l’habitude des consoles de jeux. Les joysticks sont à effets Hall, donc théoriquement d’une belle précision. La balance indique un poids de 343,2 grammes. A titre de comparaison, une T12 de Jumper psèe environ 470 grammes.

Suite du tour

En façade, on trouve une molette cliquable, 3 boutons notés Page, Menu et Exit. Plus une LED et un pas de vis (vide), destiné à fixer un support de tour de cou en accessoire. Ce n’est qu’un point de détail, mais autant le reste de la radiocommande profite d’une finition propre, autant ce trou semble un oubli, en l’absence de cache. J’ai fini par trouver une vis large à tête plate que j’ai placée là pour combler le trou. Sur la tranche avant figurent le bouton on/off, un jack 3,5 mm pour le son et une prise USB-C destinée à la charge de la batterie. L’antenne, en T solide, est repliée avec une charnière. Il est possible de la relever, et d’aller jusqu’à la placer à la verticale. Dans ce cas, elle fait aussi office de pied ! Selon Trappy, la placer à la verticale optimise la portée, la placer à l’horizontale optimise les vols à proximité et au-dessus.

Fin du tour

Sur la façade arrière sont logés les interrupteurs. A vrai dire, ce ne sont pas des interrupteurs comme ceux des radiocommandes classiques. Il y a 2 interrupteurs à 3 positions de type bascule, et deux boutons à 2 positions qui s’enfoncent et restent enfoncés tant qu’on n’appuie pas une seconde fois. Sous la radiocommande, il y a encore 2 boutons pour de simples pressions, qui ne restent pas enfoncés. Le feeling est très différent de celui des inters habituels, un peu perturbant aussi… L’avantage de cette disposition ? A part l’antenne pliable, il n’y a pas grand-chose qui dépasse de la radiocommande. Pas de risque de casser des inters comme sur une Taranis, et ces inters ne dépassent pas du volume global de la radio. L’inconvénient ? Il n’y en a pas vraiment, il faut simplement s’habituer à ces inters…

A l’intérieur

La Tango II est alimentée par une batterie intégrée, non amovible. C’est une Lipo 1S d’une capacité de 5000 mAh qui assure plusieurs heures de fonctionnement selon Trappy. J’ai dépassé les 3 heures de vol sans que la radiocommande ne se plaigne. A noter, et c’est fort pratique, qu’il est possible d’alimenter la Tango II pendant les vols. Il suffit de la brancher en USB-C à une PowerBank. De quoi ne plus se soucier de l’autonomie. La Tango II dispose aussi d’un module wifi, destiné à accéder aux outils du Tango Cloud. En l’absence de matériel compatible, notamment du module de réception Fusion, je ne m’en suis pas servi.

La partie radio

Dans la Tango II se trouve un module de réception Crossfire Micro TX, intégré et non amovible. Il permet d’émettre avec une puissance entre 25 mW et 250 mW. En France, dans la bande des 868 MHz, la plage de fréquences du Crossfire, la puissance est limitée à 25 mW. A vous de respecter la réglementation, puisque vous pouvez régler la puissance à votre guise. Quelle portée peut-être espérer avec 25 mW ? Tout dépend de l’environnement, bien sûr, mais disons que cette puissance permet de maintenir une liaison solide bien au-delà de la vue directe, requise en France et dans la plupart des pays européens. Avec 100 mW, vous pouvez dépasser les 2 km en environnement dégagé, sans problème… TBS évoque une portée qui peut atteindre 30 km en 250 mW – ce n’est pas donné à tout le monde d’aller à cette distance. En intérieur ? La pénétration est excellente. Même en 25 mW, je n’ai jamais perdu la liaison, la vidéo (analogique ou numérique) a toujours lâché avant… Il existe une manipulation pour passer le module Crossfire en 500 mW si vous aimez les vols extrêmes. Elle se trouve ici, documentée par Livyu FPV. Mais la méthode est extrême, elle-aussi : vous devez maîtriser l’art de retirer des micro composants sur une carte mère.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

13 COMMENTAIRES

  1. Merci Fred pour ce test détaillé qui confirme que le buzz fait par la sortie de cette radio n’est pour moi pas justifié.
    Une grande partie des modélistes ne sont pas prêt à investir plus de 600€ pour une vingtaine de rx Crossfire.
    Ce qui est cool c’est que l’on trouve désormais des Taranis X9D à la pelle en occase dans les 100€ et des rx frsky à vil prix.

  2. mouis les materiaux et lecran on lair un peu moisi je trouve … le format est chouette mais cest helas tout
    jai limpression quil vaut mieux une xlite avec un module fr sky que la tango2

  3. Je reste avec ma T8sg v2 + qui n’est pas si grande après tout… et est compatible avec +/- tout… de plus venant de deviation TX et ayant essayé open TX, rien à faire, j’ai beaucoup de mal à m’habituer…

  4. Fidèle à ma Taranus X9D+ car upgradée gimbals et également avec du R9M .
    Certes l’écran est assez rédhibitoire et pas encore sous open TX… Mais vraiment tenté un jour… sur la génération 2.1 voir 2.2 😉
    Merci Fred pour ce test, toujours aussi qualitatif !
    Bon vol !

  5. Le Crossfire est bien mais il y a aussi le r9m côté frsky qui fonctionne tout aussi bien. La x-lite me permet d’avoir des rx xm+ pour la plupart de mes drones et le module r9m pour du mid/long range, le tout en alliant compacité/confort etc… là il faut avoir que du crossfire…

  6. Merci pour ton test ! Cependant il reste une question en suspens pour mon utilisation, en plus des racer j’ai aussi une aile et avions, a tu vue un réglage qui laisse a pensé qu’il est possible de les piloté ?

  7. @ Yannick : Oui, tu peux créer des profils avions, ailes, drones, ou même utiliser des profils existants importés d’une autre radio OpenTX, avec un minimum de modifs.

  8. Fred tu conseillerais quoi comme radio aujourd’hui ? Une sur laquelle investir et qui permette d’exploiter le range du système dji fpv ?

    Je revends ma radio
    Au final devoir régler que via les lunettes et donc avoir tout le système alimente et aussi ne pas pouvoir avoir de rx pour faire du vol à vue aura eu raison de mon achat de cette radio

    je voudrais investir convenablement.

    Merci.

  9. Punaise j’ai la loose…

    Tango neuve et elle refuse de s’allumer et quand je la branche sur un ordi ou un chargeur pas de led qui s’allume.

    T_T

  10. @ Bol2riz : Damn. Si tu as de quoi retirer les 6 vis à l’arrière, vérifie que le connecteur de la batterie est bien branché. Il semble que certains exemplaires soient sortis d’usine connecteur non branché…

  11. Oui c’est exactement ce qu’il y avait, je te remercie.

    Pour info, mis à part ce déboire (pour le moment) je trouvais que la radio faisait toc mais en vrai finalement elle ne fait pas jouet chinois du tout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.