Chasing Innovation Dory, le test

8
4391

Mise à l’eau

Vous pouvez déposer délicatement le Dory à la surface de l’eau à la main, ou en le tenant par son câble, ou même le jeter à l’eau sans ménagement – mais pas de trop haut. Il flotte à la surface. D’ailleurs, quand les moteurs sont désarmés et qu’il est en profondeur, il entame une lente remontée. Intéressant dans l’éventualité de perdre le contrôle de l’appareil. Une fois les moteurs armés, bouger les joysticks virtuels permet de contrôler le sous-marin. S’il se trouve sur le dos, il se remet assez rapidement d’aplomb. Il reste à la surface avec un bruit de succion tant que vous ne lui ordonnez pas de plonger. La descente n’est pas très rapide, mais cela constitue une sécurité pour ne pas heurter le fond.

Les joysticks virtuels ?

Je ne suis pas du tout enthousiaste à l’idée de contrôler quoi que ce soit avec des joysticks virtuels. A noter que les réglages permettent de choisir l’affectation des commandes, façon mode 2 ou mode 1. Ces manettes virtuelles fonctionnent, et sont plutôt précises… mais le placement des doigts sur l’écran est un peu hasardeux. On perd vite en précision, voire le contrôle de l’appareil. Il est sans doute possible d’utiliser des accessoires joysticks-ventouses – je n’ai pas essayé. Dans les réglages, il est possible de modifier les courbes de réponse des joysticks, pour des commandes plus dures ou plus souples.

A l’usage ?

Lorsqu’on parvient à maitriser les joysticks virtuels, le pilotage du Dory est agréable, il répond bien aux commandes. On peut avancer et reculer, monter et descendre, faire une rotation vers la droite et vers la gauche. Mais pas de translation (roll)… Il est également possible d’incliner l’appareil vers le bas pour mieux voir le fond et vers le haut pour inspecter une coque. Le logiciel se débrouille pour stabiliser le sous-marin, et y parvient plutôt bien ! Il s’efforce aussi de maintenir la profondeur de plongée. Mais quand on avance et que l’appareil est incliné vers le bas, il a tendance – c’est l’aérodynamisme que le veut – à descendre. Il faut prendre l’habitude de compenser plus ou moins fort selon l’angle et la vitesse, en poussant la manette des gaz. Avec un peu de pratique, on parcourt le fond de l’eau le nez vers le bas, un peu comme un chien sur une piste odorante.

Une radiocommande ?

Le pilotage au smartphone, ça fonctionne, mais j’ai préféré revenir à un outil bien plus efficace : une vraie manette ! Il se trouve que celle du Gladius Mini est compatible avec le Dory ! Il suffit d’avoir activé Bluetooth sur le smartphone. A l’allumage de la radiocommande, l’app Chasing Dory la détecte automatiquement, affiche sa référence et permet de l’associer au smartphone. Pratique et très efficace ! Sachez que la molette gauche de la radiocommande pilote l’intensité des LED phares, et que celle de droite contrôle l’inclinaison du Dory. Je vais être très clair : cette radiocommande est indispensable pour bien profiter du Dory…

Quelques regrets ?

En cas de touchette avec le fond, il est fréquent que les moteurs soulèvent la vase et la projettent en un nuage épais. Les sédiments redescendent trop doucement pour attendre, il est donc recommandé d’avancer pour s’en dégager et retrouver de la visibilité. Car il n’y a pas d’instruments, comme sur le Gladius Mini, pour obtenir une indication de l’orientation. C’est dommage, puisqu’une fois sous l’eau, on ne voit plus le Dory et on perd rapidement le sens de l’orientation. Sur la machine que j’ai testée, la distance avec la bouée était farfelue et je n’ai jamais obtenu un fix de la position satellite. Le bon point ? Le câble flotte et reste en surface. Cela permet d’une part d’avoir une petite indication de la position du Dory, d’autre part d’éviter que le câble ne se prenne dans les herbiers.

Puissance des moteurs

En l’absence de courant, on parvient à contrôler le Dory avec précision. Bien qu’en mode H le Dory file rapidement sous l’eau, ses moteurs ne sont pas aussi puissants que ceux du Gladius Mini. La plupart du temps, ce n’est pas un souci. Mais il arrive que des algues se prennent dans les hélices. Dans ce cas, les hélices se coincent parfois, ce qui se traduit par un contrôle difficile de l’appareil et l’obligation de revenir pour un nettoyage rapide. Il est possible de résister à du courant en mode H, mais il n’y a pas de miracle à attendre des moteurs. 

Un conseil ?

Equipez-vous d’une pince à épiler pour retirer facilement les bouts d’algues, de bois ou les petits cailloux qui viennent bloquer les hélices. Edit : un crochet est fourni dans la boite du Dory, destiné à nettoyer les moteurs ! Le Dory peut-il évoluer en eaux douces comme en eaux salées alors qu’il est dépourvu d’un lest adapté à chaque environnement comme sur le Gladius Mini ? J’ai posé la question à Chasing Innovation, qui m’a répondu ceci : « Le lest est installé dans la coque du Dory. Nos ingénieurs ont ajusté le poids de telle manière à ce que l’appareil puisse être utilisé en eau salée comme en eau douce sans devoir changer de lest ». Je précise à toutes fins utiles que j’ai effectué tous mes tests en eaux douces (parce que Paris Plage n’est ouvert que l’été).

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

8 COMMENTAIRES

  1. En plus, on s’est bien pelé pendant ces essais !!!!!! Fred c’est bon pour la prochaine fois, TheDarkPixel nous offre un voyage dans les iles, bien au chaud, comme ça nous pourrons lui ramener de belles vidéos. LOL…….

  2. Hey Fred, je pense que tu n’avais pas en ta possession un petit accessoire indispensable pour enlever les algues ou autres éléments des moteurs, à savoir un petit crochet très performant pour prolonger le plaisir 😉
    TOP ton test <3

  3. @Fred l’offre de drones sous-marins commence à s’étoffer. Un panorama complet, tu ne nous préparerais pas ?
    La difficulté serait certainement de pouvoir disposer de tous les produits pour un test. Mais bon, on peut rêver !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.