Heathrow : menaces de drones au-dessus de l’aéroport

4
962

L’aéroport de Gatwick près de Londres avait été fermé en raison de survols illégaux de drones. Ou le survol supposé de drones puisque rien ne permet pour le moment d’en être certain. Il s’est en suivi un « chaos » avec des vols annulés, des passagers évidemment très mécontents, et surtout de grosses pertes financières pour certains acteurs de l’aéronautique (voir ici). Il n’en fallait pas moins pour donner de bonnes idées à des activistes. L’aéroport Heathrow avait connu un incident semblable quelques jours plus tard (voir ici). La sécurité passe avant tout dans l’aéronautique ? Cette force qui permet de limiter le risque d’incidents est aussi une faiblesse…

Extension de l’aéroport

Comme de nombreux aéroports, il est prévu que celui de Heathrow soit agrandi pour faire face à une augmentation du trafic aérien. Cette initiative est combattue par les militants de l’association Extinction Rebellion. Devant le manque d’intérêt de leurs revendications par l’état anglais, ils menacent de provoquer la fermeture de l’aéroport avec l’aide de drones. Ce mode opératoire a été révélé suite à la fuite d’un document confidentiel de l’association. Le plan d’action prévoit un vol le 18 juin 2019… ou de simples témoignages décrivant des vols, puisque la suspicion mêlée au principe de précaution suffit à ce que la machine sécuritaire s’emballe. Le communiqué de l’association indique qu’elle est en phase de réflexion quant à la méthode à prévoir.

Plus loin ?

Baroness Vere of Norbiton

Une seconde action est d’ores et déjà prévue si la première devait être sans effet, selon le communiqué de Extinction Rebellion. L’opération serait menée à partir du 1er juillet 2019 et ce pendant 10 jours. De quoi provoquer des réactions fortes de la part des pouvoirs publics anglais sur pression des opérateurs de l’aéronautique. La sous-secrétaire d’état parlementaire au ministère des Transports, la baronne Charlotte Vere, a prévenu que toute activité illégale « serait gérée avec tous les moyens réglementaires possibles ». Un porte-parole de Heathrow a déclaré à la BBC : « c’est une action imprudente qui, si elle était menée à bien, pourrait mettre en danger la vie du public voyageur et de nos collègues ».

Intéressant…

Car en cas d’alerte, les outils technologiques ne permettent de lever le doute que lorequ’il y a un écho positif. Mais dans le cas contraire, le doute reste complet, surtout si le grand public et les réseaux sociaux sont mis à contribution pour diffuser des informations, qu’elles soient vraies ou fausses, écrites ou visuelles. Pas besoin de survol effectif, une simple salve de témoignages suffit à déclencher une panique sécuritaire. Voilà un nouveau challenge pour les autorités anglaises… et probablement bientôt celles du monde entier.

Source : BBC et Extinction Rebellion
Merci à Oliver pour l’info !

4 COMMENTAIRES

  1. Un petit lâché de galinettes cendrée, quelques villageois coopératifs à l’insu de leur plein gré, et hop, un aéroport bloqué…

    …et des aéromodélistes emm***** :/

  2. intéressant : « c’est une action imprudente qui, si elle était menée à bien, pourrait mettre en danger la vie du public voyageur et de nos collègues ».
    Le seul fait de faire courir le bruit que des drones pourraient éventuellement se promener sur les pistes mettrait en danger la vie des voyageurs ? Ah, le retour de la rumeur …
    Surement pas les voyageurs mais le résultat d’exploitation de l’aéroport par contre…
    Tout fait reflechir, les autorités omniscientes et promptes a dégainer de la loi et des arrêtés, qui ne servent qu’a rassurer les ignorants, sont comme des couillons devant des rumeurs de survol…
    Et c’est pas une balise électronique qui résoudra le problème..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.