GoFly Scorpion 80 HD, le test

0
3207

Sensations en vol

J’ai tenté quelques vols avec une batterie 2S de 300 mAh. C’est parfait pour des vols en intérieur, mais en outdoor,le manque de puissance est manifeste. Je suis donc passé à des 3S de 300 mAh. Malgré le surpoids de 10 grammes, le Scorpion 80 HD en 3S se comporte de manière très similaire au Scorpion 80 (en 2S), avec de belles accélérations et un pilotage assez précis. Il arrive parfois que l’appareil parte dans une courte glissage incontrôlée quand les gaz sont baissés (avec de l’Airmode, donc pas coupés). A l’issue d’un dive, si vous remettez les gaz suffisamment fort, le Scorpion 80 HD se redresse sans problème.

Viiite !

Comme la caméra est très inclinée, on a naturellement tendance à accélérer et à se lancer dans des vols rapides. L’effet au ras du sol est excitant, d’autant qu’un loupé est sans grande conséquence si vous volez au-dessus d’herbe. Attention, le Scorpion 80 HD est résistant, mais pas au point de supporter de chocs violents sur une surface dure. C’était prévisible : les vols de précision, lents, sont handicapés par le fort angle de la caméra. Idem pour l’atterrissage : il faut se poser en pratiquant des cercles, à la manière des racers pour la course, un peu comme un chien qui cherche à se coucher. Les moteurs chauffent pas mal en 3S, il est recommandé d’y prêter attention et de les laisser se reposer avant de changer de batterie, surtout après un vol un peu engagé.

Mais cet angle de caméra…

Peut-on y remédier et la placer à l’horizontale pour des vols plus lents ? Le Scorpion 80 HD et sa caméra 1080/60 sont, il faut dire, principalement destinés à produire des images sympas. Pas à se tirer la bourre sur un circuit entre airgates et flags. La solution est assez simple : il suffit de découper le plastique autour de l’objectif de la caméra et de retirer la petite barre (plastique aussi) sous la caméra. Cela permet de placer la caméra à l’horizontale pour des vols plus doux, plus axés sur la captation de séquences vidéo.

Le résultat à l’image ?

La RunCam Split Mini 2 filme en 1920 x 1080 pixels à 60 images par seconde avec un débit de 40 Mbps environ, ce qui est suffisant pour produire des images sympas même avec un décor qui bouge rapidement. Il ne faut évidemment pas s’attendre à la qualité d’une GoPro, bien que la caméra soit dotée d’un outil de boost de la dynamique des couleurs – un peu trop présent parfois. Le résultat est plutôt sympa en intérieur, avec très peu de vibrations, même en volant avec une stabilisation Angle. Le Scorpion 80 HD est donc un petit Cinewhoop !

Oui mais…

En extérieur, en revanche, en présence d’une toute petite brise, les séquences souffrent de vibrations, l’effet Jello, de manière assez prononcée. Raboter suffisamment les bords du carénage (pour gérer l’angle de la caméra) permet d’installer un filtre ND8 ou ND16 de Caddx. L’image est un peu améliorée, surtout en présence d’une forte luminosité. On constate moins de vibrations, mais au prix de couleurs plus ternes, d’un peu de flou et de grain si la luminosité est faible – à vous de voir si le jeu en vaut la chandelle.

La portée vidéo

L’émetteur vidéo 5,8 GHz n’est pas formidable. En 25 mW, on atteint rapidement les limites d’un terrain, sous les 100 mètres de distance. En poussant en 100 mW (pas en France sous peine d’être pendu par les orteils avec des pinces à linge électrifiées), on peut aller un peu plus loin, suffisamment pour s’amuser dans un grand espace ou traverser plusieurs murs en intérieur. La plage de fréquences et la fréquence ainsi que la puissance d’émission sont modifiables via SmartAudio depuis la radiocommande avec l’aide de l’OSD.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.