La Poste Suisse : nouveau crash d’un drone de transport à Zürich

10
2672

Après le crash d’un drone de livraison d’échantillons sanguins en janvier 2019, dans le lac de Zürich (voir ici), la Poste Suisse avait interrompu son expérimentation. Une fois le drone repêché (voir ici), les causes ont pu être déterminées, et les vols avaient repris (voir là) après un avis favorable de l’Office Fédéral de l’Aviation Civile (OFAC). Mais nouveau coup dur pour la Poste Suisse et son prestataire américain Matternet : un autre drone s’est écrasé jeudi 9 mai 2019, vers 11h du matin.

Enquête en cours

L’appareil, qui a chuté dans une forêt, a été récupéré. Il s’agit d’un appareil de 10 kilos qui ne portait pas de charge. Il effectuait, selon l’agence ats/nxp, une liaison entre l’université de Zürich et l’hôpital universitaire. Les vols d’expérimentation ont à nouveau été interrompus à Zürich, mais aussi à Lugano, dans l’attente des conclusions de l’enquête menée par le Service Suisse d’Enquête et de Sécurité (SESE).

Source : La Tribune de Genève
Crédit photo : Stadtpolizei Zürich

10 COMMENTAIRES

  1. Coup dur effectivement,
    mais le tout est de savoir combien de vols ont été effectués au total pour exprimer un quelconque risque.

  2. Y aura-t-il harmonisation de la tolérance aux pannes entre l’aéronautique classique habitée et les drones commerciaux à vols autonomes ?

  3. Malheureusement comme toute nouvelle techno un pépin est toujours un gros point négatif même face a des milliers de réussite. Je me souviens d’une new sur la Google Car autonome qui après je sais pas combien de millier de kilomètre sans soucis avait eu un accrochage qui n’était même pas sa faute, tout le monde s’était jeté dessus en mode “vous voyez, ce système n’est pas au point” alors que l’humain continue de se manger des platanes le weekend. Pour les drones autonomes ce sera pareil, le moindre crash aura de grosse répercussion, même si à côté des réussites ça reste anecdotique.

  4. Fred, pour ça, il faudrait appliquer les mêmes contraintes de développement que l’aéronautique civile en terme de certification. C’est évident que ça viendra, pour l’instant, on en est aux phases d’expérimentations sous dérogation et confinées à des zones bien précises. Par contre, le jour ou il faudra certifier un drone au même niveau qu’un A320, le nombre d’acteurs en mesure de répondre à ces contraintes va sacrément se réduire!

  5. Je corrige, “contraintes de l’aéronautique commerciale”. Pas le même niveau entre un DR400 et un Airbus… ni un Rafale d’ailleurs!

  6. Ce n’est pas clair d’après la photo si le parachute a été déployé ou non. Si la cause est une défaillance moteur/esc/hélice, je ne comprends pas pourquoi ils n’optent pas pour un hexa ou octo pour avoir une certaine redondance.

  7. Moi j’ai fait 400 vols depuis 4ans, avec phantom4, mavic 1 et 2, sous toutes les conditions, meme avec un peu de pluie, par -20c, rafalles a 60km/h, etc. J’ai jamais eu un seul crash. Comment il peuvent crasher des drones a 10000$ bordel ??

  8. Et pendant ce temps, nous sommes de plus en plus contraints à rester aux planchers des vaches avec des lois faites pour les futurs livreurs, encore un marché à conquérir, non d’un drone! tanpis pour les gueux. On va leur faire un permis, ils prendront cela pour une liberté..
    Bientôt toutes sortes de drones qui voleront au dessus de nos têtes (avec les risques que cela encourent, et à moins de 150 m),
    il nous restera que notre radiocommande pour nous rappeler du bon vieux temps ^^….. et nos drones poussiéreux.
    On aura une pensée pour la FFAM.

    Ceci n’est qu’ hypothétique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.