Hubsan Zino, 2e essai

0
8700

La molette d’inclinaison de la caméra ?

Les mises à jour ont corrigé le problème d’inclinaison de la caméra avec la molette, qui refusait parfois de bouger. La vitesse d’inclinaison a également été améliorée, avec une plus grande fluidité dans les mouvements. Dommage qu’il ne soit toujours pas possible de modifier la vitesse d’inclinaison.

La stabilisation des images ?

Elle était très réussie lors de mon premier test, elle l’est toujours après les mises à jour. Même lorsque le Zino est balloté par des rafales de vent, l’image reste bien stable et dépourvue de vibrations parasites (Jello). Les rares vibrations, des bugs de stabilisation qui apparaissaient parfois, semblent avoir disparu.

La nacelle qui penche ?

C’était un bug beaucoup trop visible lors de mon premier test, constaté aussi bien sur les vidéos que sur les photos. Les mises à jour ont beaucoup amélioré la stabilité de la caméra lors d’une rotation de l’appareil sur lui-même. Ce n’est pas encore parfait, mais ce n’est plus aussi gênant.

La nacelle placée à la verticale ?

Lorsque la caméra filme à la verticale vers le bas et que vous stoppez l’avance ou le recul de l’appareil, la stabilisation ne suit pas. L’image saute à plusieurs reprises avant de se remettre d’aplomb. Ce souci n’a pas été corrigé par les mises à jour.

Follow Me ?

Les fonctions automatisées étaient mal ou pas implantées dans le firmware original du Zino et les premières versions de X-Hubsan. Le constructeur a fait des efforts qui ont payé. « Mode de suivi », autrement dit le mode Follow Me, basé sur la reconnaissance des formes, fonctionne plutôt bien. Il reste tout de même assez limité face à des outils d’appareils concurrents, notamment quand le sujet prend un peu de vitesse.

Les autres fonctions automatisées ?

Les fonctions « Mode en cercle » permettent des orbites automatisées autour de la radiocommande ou de la position de l’appareil. « Vidéo créative » donne accès à d’autres fonctions automatisées comme « Voler au ciel » (une élévation) ou « Photographie en Panorama » (un shooting pendant une rotation du Zino sur lui-même).

Vol en intérieur ?

C’est l’un des points faibles du Zino : l’absence de capteurs comme une caméra verticale, un sonar et des capteurs de proximité rend le vol en intérieur un peu périlleux. S’il était parfaitement stable, cela ne poserait pas de problème particulier. Mais puisque le Zino a tendance à bouger beaucoup en vol, il faut être très attentif et corriger ses mouvements, de manière douce puisque les commandes sont assez brusques. Malgré les mises à jour, le Zino n’est définitivement pas un appareil à utiliser en intérieur.

Faut-il l’acheter ?

Les mises à jour proposées par Hubsan ont corrigé plusieurs soucis du Zino, totalement ou partiellement. C’est le cas des fonctions vidéo, du maintien à plat de la nacelle, et des outils de vols automatisés. Mais d’autres problèmes n’ont pas été corrigés, ou pas assez. C’est le cas de la stabilité de l’appareil en vol, qui peine à fixer correctement sa position. Parfois il se lance dans une danse difficile à contrôler : ce n’est pas acceptable pour une caméra volante stabilisée. Certes son prix a beaucoup baissé depuis sa mise sur le marché puisqu’on le trouve désormais à partir de 350 € environ (hors port, hors taxes) sur des boutiques chinoises en ligne. Si le prix est votre critère principal, le Zino peut être intéressant – mais attendez-vous des vols parfois un peu surprenants. Il faut espérer que Hubsan propose d’autres mises à jour, encore, pour améliorer son produit. Dommage, on a tout de même un peu trop l’impression d’être beta-testeur malgré soi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.