MJX Bugs 2 SE, le test

3
3486

La série des Bugs de MJX a plutôt bonne réputation : ce sont des multirotors d’entrée de gamme, à prix léger, mais qui se comportent plutôt bien en vol. Nous avions apprécié le Bugs 3 (voir le test ici) et, dans une moindre mesure, le Bugs 3 Mini (voir le test ici). Le Bugs 2 SE est un appareil assez imposant, puisqu’il mesure 31 cm de diagonale de moteur à moteur. Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique… Notez que le Bugs 2 SE nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

Le Bugs 2 SE est habillé d’une belle structure en plastique argenté. La conception est propre : on ne voit aucun composant électronique, tout est caché à l’intérieur. Les moteurs sont des brushless 1806 à 1800KV animés par des ESC de 8A (que l’on ne voit pas). Les hélices sont des bipales de 18,7 cm de diamètre. Pour les installer et les retirer, MJX fournit une clé. A l’avant se trouve une caméra, légèrement inclinée vers le bas et sans moyen de l’orienter. Une trappe sur le côté permet d’insérer une carte mémoire de type microSD.

Alimentation

Une trappe à l’arrière permet d’insérer la batterie. Il s’agit d’une Lipo 2S 7,4V de 1800 mAh et 25C. Elle est logée dans un boitier, avec une prise XT30 et une prise d’équilibrage de charge à 3 pins. MJX fournit un chargeur à connecter sur un port USB, qui charge la batterie via la prise d’équilibrage. L’usage de l’USB est intéressant, puisque cela permet de charger la batterie sans être à proximité d’une prise de courant, avec une simple Powerbank ou un chargeur sur allume-cigares. L’inconvénient, c’est qu’une pleine charge de la batterie demande… 5 heures ! Un loquet permet de verrouiller la batterie – il n’est pas nécessaire de le fermer, elle tient bien en place. Le poids de l’appareil en ordre de vol, avec la batterie, est de 441,3 grammes. Cette prise XT30 est une bonne nouvelle : vous pouvez utiliser n’importe quelle batterie 2S en XT30, pourvu qu’elle soit de dimensions inférieures à 9 x 3,5 x 2 cm.

La radiocommande

C’est aussi un modèle plutôt grand format, assez sobre. Outre les deux joysticks et le bouton off/on, il y a deux interrupteurs en façade et 4 boutons. Plus deux interrupteurs et une molette factices ! Deux boutons sont placés à l’arrière. Les deux antennes sont dépliables. En façade avant, on trouve aussi un petit écran LCD. MJX fournit un support à fixer sur la radiocommande, qui permet de glisser un smartphone. Il faut penser à télécharger l’application Bugs Go, disponible sur l’AppStore pour iOS et sur Google Play pour Android. L’alimentation de la radiocommande est assurée par 4 piles AA (non fournies).

Avant le décollage

Comme la plupart des logiciels d’aide au pilotage, l’application de MJX ressemble furieusement à DJI GO 4. Même présentation, avec des icônes qui se trouvent à peu près aux mêmes endroits. Pour décoller, il faut tout d’abord lier la radiocommande et le Bugs 2 SE pour le tout premier vol. La méthode est simple : allumer la radiocommande en appuyant simultanément sur le bouton rouge, puis placer la batterie à bord du Bugs 2 SE. Ensuite ? Il est fort probable que l’application Bugs Go vous demande un calibrage de la boussole électronique (compass). Quand il est prêt, les diodes passent au fixe. Il suffit d’appuyer sur le bouton rouge pour démarrer les moteurs.

Premier décollage

Lorsque vous poussez les gaz, le Bugs 2 SE décolle avec facilité. Il se place immédiatement en vol stationnaire, avec l’aide du GPS intégré. A noter qu’il parvient à conserver sa position avec une précision très satisfaisante : il oscille de moins d’1 mètre, même avec un peu de vent. La position verticale est également respectée, sans doute avec une gestion correcte d’un altimètre barométrique. Le pilotage est également agréable, avec des mouvements doux mais qui répondent au quart de tour. A noter que l’écran de la radiocommande indique des informations de télémétrie : la qualité de la liaison radio, le nombre de satellites pris en compte, la hauteur, la distance, l’état de la batterie de la radiocommande et du Bugs 2 SE.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

3 COMMENTAIRES

  1. Salut Fred, j’aime toujours lire ton verdict final (c’est ce que je lis en premier), en te connaissant et en décodant entre les lignes on peut se faire rapidement une idée de la chose. Ce qui serait génial, vue ta connaissance biblique du marché et des machines que tu as essayées (et des autres) : dans tes conclusions serait-il possible de situer la machine que tu testes entre ses deux plus proches compétiteurs afin qu’on puisse mieux orienter notre choix ? Ça se fait dans le domaine des smartphones, des tablettes, des appareils de photo etc.
    Ex: si vous voulez un capteur plus performant alors choisir (X), mais si vous cherchez plus d’autonomie alors choisir (Y), si votre budget le permet prendre (Z) ou un cran en dessous choisir (S)…

    Merci

  2. Ok Fred, pas de soucis, c’est juste une proposition d’amélioration. Merci déjà pour tous ces tests oh combien instructifs. 🏆

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.