Visuo XS812, le test

5
2782

Quand on ne peut pas s’offrir une caméra volante de plus de 300 €, mais que l’envie d’images aériennes est tenace, on est tenté de savoir ce que valent les appareils d’entrée de gamme à prix plus léger. C’est le cas du XS812 de Visuo, un engin qui cultive une ressemblance pas du tout fortuite avec le Mavic Pro de DJI. Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique. Notez que cet appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

Bras repliés, le XS812 mesure 16 x 13 x 5,5 cm. Une fois dépliés, il mesure 26 cm de diagonale de moteur à moteur, avec des dimensions de 21,5 x 21 x 5,5 cm hors hélices. Lesquelles sont des modèles bipales de 14,5 cm. Pour les changer, il faut d’abord retirer le cône de protection avec l’ongle, puis les dévisser. Il n’y a pas de détrompeur, il faut donc être prudent et bien vérifier le sens de rotation. Les moteurs ne sont pas apparents, ce sont des modèles brushed avec un mécanisme d’engrenage. A vrai dire, aucune pièce électronique ni mécanique n’est apparente, puisque le carénage en plastique couvre l’intégralité de l’appareil.

Pour filmer ?

A l’avant, on trouve une caméra montée sur une charnière qui permet de choisir l’angle d’inclinaison. Elle n’est pas motorisée, l’angle est donc à choisir avant de décoller. C’est en fait un bloc caméra qui est embarqué sur le XS812 : il comprend la caméra elle-même, mais aussi un émetteur vidéo wifi trahi par 2 antennes. Le manuel en anglais livré avec l’appareil est avare en détails au sujet de cette caméra. La fiche technique indique la présence d’une trappe pour une carte mémoire microSD… mais elle semble absente même en retournant l’appareil dans tous les sens. L’indice, c’est un composant métallique que l’on aperçoit sous le bloc caméra.

Tirez !

Il faut glisser l’ongle ou un tournevis dans la rainure près du logo « HD 1080p camera » et pousser le bloc vers l’avant en insistant. Le bloc se détache ! On y trouve la fameuse trappe pour une carte mémoire (non livrée). A l’arrière est logée la batterie, un modèle 1S LiHV 3,85V placé de 1800 mAh placé dans un boitier propriétaire. Pour la charger, Visuo livre un adaptateur USB. La prise microUSB pour la charge se trouve sur la tranche de la batterie. Insérer la batterie n’allume pas l’appareil : il faut aussi actionner un bouton on/off qui figure sous le carénage. Le poids total du XS812 est de 201,4 grammes en ordre de vol (avec sa batterie).

La radiocommande

C’est un modèle qui s’inspire de ceux de la gamme Phantom de DJI, avec des courbes et un design plutôt sobre. Elle est imposante, plus que le XS812 replié ! Elle requiert 4 piles AA, et propose un support amovible pour un smartphone. Il est possible d’utiliser la radiocommande sans smartphone, mais ce serait se priver du retour vidéo et de la télémétrie, c’est-à-dire des informations en temps réel. Pour lier la radio et le drone, il suffit d’actionner le joystick des gaz (à gauche) vers le haut puis vers le bas. L’appareil est prêt à décoller, il suffit de croiser les joysticks vers le bas et l’intérieur. Pour couper les moteurs, il faut les croiser vers le bas et l’extérieur. A noter que la touche en façade la plus à gauche permet de couper les moteurs en cas de danger – mais il faut tout de même attendre 2 secondes !

Le logiciel pour smartphone

Le XS812 prend tout son intérêt avec un smartphone. Il faut impérativement que le bloc caméra soit en place pour cela. Il faut télécharger l’application, disponible pour smartphones iOS et Android. Ensuite, à l’allumage de l’appareil, un point d’accès wifi est créé. Il suffit de s’y connecter puis de lancer l’application. L’image du retour vidéo apparaît rapidement, agrémentée des indications de hauteur, distance, vitesses horizontales et verticales, la position GPS et même les valeurs d’inclinaison de l’appareil, plus l’état de la batterie. Des icônes permettent de déclencher des prises de vues, de passer de photo à vidéo et vice-versa, et de lancer des fonctions spéciales.

Premier Décollage

Une fois les moteurs en route, il faut pousser les gaz pour décoller. Le XS812 n’est pas très puissant, mais il monte sans problème, à son rythme. Il réagit plutôt bien aux commandes, et reste stabilisé de manière satisfaisante. En extérieur, lorsqu’il capte les GPS, il maintient automatiquement sa position horizontale, même s’il y a du vent. Pas mal. La position verticale (hauteur) est en revanche assez fluctuante, avec une amplitude d’un bon mètre. Il est possible d’utiliser des débattements plus élevés, avec la touche avant gauche de la radiocommande. Mais le XS812 ne se transforme pas pour autant en bolide, il reste assez lent. C’est plutôt rassurant quand on débute.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

5 COMMENTAIRES

  1. Fred, c’est quand même pas si mal que ça, non . On a toujours en tête plus performant, mais en vue des images que tu as postées et pour 70€, revient un an en arrière, tu aurais envie de pleurer.
    Sinon as tu mieux pour ce prix ? Si oui précises svp quoi 😝

  2. @ FPV 67 : Oui, c’est certain, mais l’apport du GPS dans le cas du Visuo est limité, surtout si on compte sur la promesse du Follow Me…
    Il y en a d’autres dans cette gamme de prix qui arrivent. Bon, pas de surprise à ma connaissance, ils se valent tous.

  3. Merci pour le test au moins c’est clair 🙂
    Look et prix sympa mais comme les autres dans cette gamme de prix l’image est dégueulasse il n’y a pas de miracle ^^
    J’espère beaucoup avec le Xiaomi FIMI A3 certes plus cher mais meilleur marché que du DJI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.