Observatoire Enedis : quel regard les français portent-ils sur les drones ?

3
1116

Harris Interactive a réalisé une enquête pour le compte de l’Observatoire Enedis. Elle a été réalisée en ligne du 9 au 11 mai 2018 sur un échantillon de 1 000 personnes, représentatif des français âgés de 18 ans et plus. La méthode des quotas et un redressement ont été appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé.

Ce qu’il faut en retenir ?

Les drones sont perçus comme « technologiques » à 90 %, « innovants » à 85 %, « tendances » à 80 % – on s’en doutait un peu. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont considérés comme « utiles » à 76 %. La mauvaise, c’est qu’ils sont décrits comme « dangereux » à 59 %, et même « effrayants » à 40 %. La psychose des « survols de centrales nucléaires et bases militaires » est persistante… alors qu’elle a été récemment remise en question. De manière très intéressante, ils sont notés comme « bien réglementés » à 21 % seulement ! Une autre question met l’accent sur cette perception : « l’utilisation de drones devrait être mieux réglementée » à 89 %. Est-ce en raison de l’empilement de textes successifs, notamment ceux autour de la loi d’octobre 2016 et sa mise en application laborieuse, qui illustrent parfaitement le fait qu’effectivement, les drones ne sont pas bien réglementés ?

Non, malheureusement

La réponse des sondés est révélatrice : le grand public suppose que les drones ne sont pas (du tout) réglementés. Pourquoi ? Parce que les règles de base n’ont pas été portées à la connaissance du plus grand nombre, d’une part. Parce que la réglementation est trop complexe d’autre part. Un exemple : peut-on voler chez soi en agglomération ? Les débats sur le sujet sont toujours houleux sur les réseaux sociaux, avec des interprétations très différentes des textes. Parce que, enfin, rares sont les cas de répression de vols illégaux portés à la connaissance du grand public – le vol de Nancy, en… 2014, est la seule affaire vraiment connue.

Et pourtant

Le développement des drones de loisirs est approuvé par 50 % des sondés (63 % des moins de 35 ans), et celui des drones professionnels par 72 % des sondés. Les usages professionnels sont plébiscités face aux loisirs – mais on ne connaît pas la liste complète des propositions établie par Harris Interactive pour Enedis. Une dernière bonne nouvelle ? 41 % des sondés souhaiteraient piloter un drone… Pas mal pour une bestiole dangereuse et effrayante !

Source : Harris Interactive

3 COMMENTAIRES

  1. C’est un peu comme les trains qui empêchaient les vaches d’avoir du lait au début du siècle dernier …..
    Mais tous rêvaient de prendre ce dernier !

  2. Ce qui serait également intéressant, c’est de connaitre les répartitions des réponses selon les strates (age, sexe, naifs vis à vis des “drones”, etc…). On verrait rapidement où il y a du travail et quels moyens mettre en œuvre.

    En outre, certaines formulations de questions sont quand même orientées :
    “S’amuser en organisant des courses[…]” et pourquoi pas “Organiser des courses”,
    S’amuser renvoi vers un jugement de valeurs dans nos sociétés occidentales.

    Et surtout, je ne suis pas sur qu’ils aient soumis une définition de ce qu’est un “drone” aux sondés. Les niveaux d’information sont très très hétérogènes dans la population générale.
    D’ailleurs le questionnaire de la consultation européenne souffrait du même défaut à mon sens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.