Drone Challenge Arena, le samedi 7 avril sur France 4, à 20h55

13
2517

HM : Il y a une équipe de militaires, c’est assez inhabituel !
RdL : Absolument. Nous sommes contents de les avoir, ils apportent une légitimité au programme.

HM : Avez-vous un accord avec Parrot pour l’usage des Bebop 2 ?
AH : Non, aucun. Nous avons discuté avec eux, mais ils n’étaient pas plus intéressés que ça. Nous avons simplement acheté les machines directement chez eux avec de bonnes conditions, il n’y a ni gratuité des produits ni partenariat.

HM : Comment avez-vous rendu les Bebop 2 compatibles avec un plateau TV ?
AH : C’est Pablo Sotes qui s’est occupé de la modification des machines, il y a passé du temps.

HM : Vous avez fait des essais en amont, avec plusieurs machines simultanément ?
AH : Oui, et ça n’a pas été toujours facile. Par exemple nous avons répété la veille de la compétition une épreuve de port de charge qui avait parfaitement fonctionné pendant les essais. Mais impossible de la reproduire correctement, il a fallu imaginer une nouvelle épreuve pour contourner le problème.

HM : Les pilotes chevronnés sont-ils ceux qui s’en sortent le mieux ?
RdL : Notre but était de rendre la compétition accessible à tous, pilotes de haut niveau comme jeunes pilotes, avec la possibilité d’avoir des surprises. Dans ces épreuves, tous les pilotes sont logés à la même enseigne, à la différence des courses de drones, puisque les machines sont toutes les mêmes. Ca nous semblait important de ne pas aller vers des notions trop techniques pour que le programme reste accessible.

HM : Il y a eu des précédents à la télévision ?
RdL : C’est une création française, nous avons pour ambition de réussir cette première, et nous avons mis toutes les chances de notre côté pour qu’elle soit duplicable. Car elle pourrait avoir une résonance à l’international.
AH : Il y a eu d’autres émissions sur le thème des drones, mais celles dont j’ai connaissance étaient très orientées enfants ou courses de FPV racing dans un entrepôt. Le souci avec le FPV racing, c’est que ça produit de super clips de 3 minutes, à effet whaoh. Mais ça ne fait pas un programme télévisé ! Nous avions proposé une compétition de SMS il y a quelques temps, avec la même problématique, rendre les épreuves très visuelles. Nous nous sommes servis de cette expérience pour les drones. Il faut tout simplement qu’un public qui n’est pas intéressé par les drones puisse être captivé par la seule compétition !

HM : Avez-vous envisagé une compétition en extérieur ?
AH : Oui, nous nous sommes posés la question. Nous ne sommes pas allés dans cette direction, pour des problèmes de logistique et de météo.
RdL : Je suis persuadé que le tournage sur un plateau permet d’identifier très rapidement le programme, avec l’aide de codes couleur et de gradins avec du public. On le comprend vite, c’est un jeu, et c’est très grand public. C’est important sachant qu’il s’agit d’un prototypage, de déceler des tendances. On essaie d’installer quelque chose, on vient avec des propositions pour le public, que l’on espère suffisamment claires et attractives, avec du suspens, pour qu’il adhère.

HM : Que gagnent les lauréats ?
AH : Il a de beaux cadeaux pour les gagnants de chaque grande manche. Pour les super gagnants aussi, mais je ne vous en dis pas plus. On a tenu à ce qu’il y ait aussi des coupes, parce qu’il s’agit d’une compétition qu’il fallait matérialiser. Le public qui sera resté fidèle aux deux émissions pourra assister à l’affrontement entre les deux gagnants…

HM : Un dernier mot ?
AH : Je tiens à souligner que France 4 a joué le jeu. Il est rare qu’un diffuseur prenne le risque de défricher une nouvelle tendance, un nouveau format. En tant que producteur, c’est très encourageant.
RdL : Il faut aussi noter la force du producteur qui est venu avec une proposition bien défendue, qui permet de se démarquer des chaines de la TNT qui ont tendance à faire du neuf avec du vieux.

Merci à Laure et Sabine chez France Télévisions.
Vous trouverez plus de renseignement sur l’émission sur le site de France 4.

D’autres photos

13 COMMENTAIRES

  1. Belle initiative, si cela peut dé-diaboliser l’image du méchant vilain drone ce serait top.
    Maintenant la bande annonce ne m’a clairement pas emballée, et dans mon entourage (non pratiquant) c’est pas beaucoup mieux.

    Bref restons optimiste, c’est une formidable occasion de faire connaitre notre passion au grand public ^^

  2. Merci pour cette piqure de rappel agenda Fred!
    C’est toujours bon ce genre d’initiatives, surtout lorsqu’elles sont rares…
    ( l’occasion aussi de justifier ma redevance tv pour les rares fois que je regarde une chaine du groupe F.TV)
    Tous à vos postes donc, pour remercier ces pilotes et staff que nous connaissons bien maintenant 🙂

  3. Je salue l’initiative, c’est toujours bon de montrer ça sous un jour positif, mais je ne pense pas que le monde du loisir multi soit la cible.
    Ca fait très jeu pour pré-ados Gulli, même – et particulièrement – dans le visuel. J’ai un énorme ressenti jouet plutôt que sport mécanique voire même loisir.
    => Pas de FPV d’ailleurs ?

    Sinon, grosse incompréhension sur la bande annonce :
    Montage serré, mais on ne table pas sur la vitesse
    “Un terrain de jeu démesuré” … ?
    “des crash de folie”, et 2 bebop qui se rencontrent à la vitesse d’un escargot siphyllique et tombent de moins d’un mètre
    et le pompon : les images de freestyle outdoor à la fin….

    bref grosse dichotomie entre le teaser France 4 et l’interview des personnes de la production.
    Pour moi ça n’augure rien de bon.

    En face il y aura “the voice”, “X File” et même “super girl” qui vont drainer pas mal de public cible. Est ce que le samedi sera la bonne case?

  4. Moi je trouve ça très bien. Le seul truc que je reproche c’est de présenter les concurrents comme de jeunes attardés. Je me demande aussi pourquoi ce sons principalement des pilote de racing et freestyle parmi les meilleur alors que la compétition est dur des be-bop ou des concurrent grand public à auraient sans doute fait aussi bien.
    Mais c’est bien simpa vivement samedi. !

  5. Il n’y a pas que des champions de FPV racing parmi les candidats. Il y a aussi des gens qui n’ont jamais piloté un drone. Le casting est varié, et c’est très bien ainsi. Les candidats qui sont dans le domaine du drone apportent de la légitimité au programme, et permettent de faire découvrir toutes les facettes du drone au grand public.

  6. J’enregistre par réflexe les 2 émissions pour mes 2 zozos et j’ai fais du relais social media.

    Un peu marre de lire sur le web depuis mi-mars des semblants de critiques avant l’heure sur…. le format présupposé de l’émission, le choix initial des pilotes engagés dans l’aventure, le choix de la marque et des machines customisées, les scénarios de jeux envisagés ou le ciblage de l’émission vers telles ou telles catégories de téléspectateurs…

    Je préfère voir… et juger ensuite.

  7. J’ai regardé mais pas tout c’etait Vraiment vous trop chiant, rop lent, trop It’s a knockout (je ne sait pas le n om en France), trop enfantin, trop cheap. Après Ont peut dire quel je n’es suis pas la cible. Oui mais mais ma femme Et mes deux enfant ont lâcher prise aussi; Plus vite que moi.
    On verra l’audience mais à mon avis le publique vise est parti chez Sébastien et thé voice.
    Je redis ce que j’ais déjà dis, je ne comprend toujours pas pourquoi c’est principalement des pilotes de folie de FPV racing et freestyle alors que les épreuves sont faites pour des gosses qui feraient sans doute mieux
    Moi je pense que c’est un fail et que ça va plomber les drones pour un certain temps à la tv français… j’espère je me trompe !

  8. J’ai regardé la 1ère partie avec mes 2 zozos (ados, 13 et 15 ans).

    Partant du principe que leur père tente de leur passer parfois les commandes d’un quad pour piloter sur ses spots favoris, que le papa a tendance à les saouler tous les jours verbalement avec sa passion, qu’il pilote aussi indoor pendant qu’ils font leurs devoirs (j’aime bien prendre un whoop pour aller voir parfois s’ils bossent vraiment dans leur chambre).

    … et bien j’ai vu mes 2 gamins captivés par l’émission, jusqu’à hurler dans le salon sur des situations cocasses.

    C’était du genre : “Oh mais il est con lui… il est parti trop vite le jaune” (…) Mais quel boulet le père en bleu, il aurait du laisser son tour à son fils (…) Ah ah ah… ben tu vois, je t’avais dis que les Aviat allaient arriver en premier (…) Ben t’as vu papa, le gars que tu connais au milieu, il a crashé ce boulet”.

    Etc Etc.

    Donc la cible ados France 4, dans le mille.

  9. Il faut dire ce qui est… l’emission était totalement nulle, sans intérêt et ennuyante pour le téléspectateur. Les participants ont peut etre dû s’amuser quand même, mais ca ne vaut pas un bon événement de fpv racing… tout comme Sergio je pense que je n’etais pas la cible du programme, et que la cible se situait plus sur la tranche d age 6-16ans. Les organisateurs ne doivent pas pour autant regretter leur programmation, ils ont le merite d avoir proposé quelque chose… il faudrait juste faire monter le niveau d’intérêt en proposant autre chose que du pilotage de bebop . .. un evenement en exterieur avec des challenges en drone racer serait bcp plus spectaculaire et intéressant… pas forcément des courses.

  10. Les chiffres me donne raison 😉
    1,1%, soit 240 000 spectateurs. C’est moins que ARTE, que colombo, que’ les simpsons.
    Big fail, what else.

  11. dunkan est surement un tres bon pilote fpv mais le temps que j’ai regardé (surtout 2 eme partie) il n’a pas décroché 1 mot…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.