DYS Elf, le test

10
3546

Ce petit multirotor brushless n’est pas nouveau, il est sorti à l’été 2017. Est-il encore intéressant de l’adopter, plusieurs mois après sa sortie ? Est-il plus agréable en vol qu’une machine basée sur des moteurs brushed ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil nous a été donné par la boutique Gearbest. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le DYS Elf ressemble comme deux gouttes d’eau à un Tiny Whoop : des hélices protégées par des carénages de type turbine et un format nano. Il mesure 11 x 11 cm pour 5,4 cm d’épaisseur et une diagonale de moteur à moteur de 8,3 cm. Les moteurs, justement, sont des modèles brushless 1102 à 10000KV qui entrainent des hélices à 5 pales de 4,3 cm de diamètre (1735). L’appareil repose sur une frame en carbone de 2 mm. Le dôme qui cache l’électronique et maintient la caméra FPV est fixé avec 5 vis. La caméra est figée, sans possibilité de changer son orientation. Le petit récepteur radio AC800, compatible FrSky D8, est collé sous le dôme, avec sa courte antenne.

Suite du tour

Le carénage en plastique est indépendant, mais il faut avoir retiré les 5 vis du dôme avant d’ôter encore 8 vis supplémentaires. Il faut aussi débrancher les moteurs. Rien de bien compliqué : il suffit de retirer un connecteur pour chaque moteur. Ceci laisse supposer que le remplacement de moteurs endommagés sera facile, et sans besoin de dégainer le fer à souder. Le carénage englobe les protections d’hélices. Sous chaque moteur se trouve un support en plastique transparent. Les 4 font office de train d’atterrissage. Le contrôleur de vol est un SP Racing F3 flashé avec Betaflight 3.1.5 avec un connecteur microUSB pour les réglages. Il est associé à un ESC 4 en 1 de 10A – pas mal pour une petite machine.

Sous l’appareil ?

En dessous de la carte, on trouve un connecteur à 2 broches pour l’alimentation, un bouton pour lancer l’association radio, un bouton pour choisir la plage de fréquences et la fréquence de l’émetteur vidéo, et un autre connecteur qui sert à régler l’OSD. Sous l’appareil se trouve aussi un arceau destiné à maintenir la batterie. DYS livre une Lipo 2S 7,4V de 600 mAh et 25C. C’est un modèle avec une prise d’équilibrage à 3 broches pour la recharge, et une prise à 2 broches (JST-XH 2 pins) pour alimenter le drone – il s’agit clairement un connecteur inhabituel. Un chargeur secteur est fourni avec l’appareil. Le DYS Elf pèse 58,4 grammes, et passe à 89,1 grammes en ordre de vol avec sa batterie de 30,7 grammes.

Avant de décoller

L’association du Elf avec une radiocommande FrSky est simple et rapide, il suffit d’alimenter l’appareil en maintenant la pression sur le bouton situé sous l’avant de l’appareil. Pour finaliser les réglages, il faut brancher l’appareil avec un câble microUSB – le connecteur est facilement accessible – et utiliser Betaflight Configurator. Rien de compliqué si vous connaissez la méthode, il faudra un peu plus de temps si vous n’êtes pas familier avec Betaflight. Notez la présence d’un buzzer à bord, activable à distance. Une bonne nouvelle pour retrouver l’appareil dans de hautes herbes.

Premier vol

Le premier décollage est effectué à vue et en mode stabilisé, pour évaluer le comportement de l’appareil. Les couples moteurs et hélices produisent un bruit assez strident. Est-ce que cela indique un mauvais rendement de la motorisation ? Peut-être, pourtant le DYS Elf grimpe vite quand on pousse les gaz ! Si vous êtes habitué aux Tiny Whoop à moteurs brushed, celui-ci assure une sensation de puissance très agréable. L’appareil répond bien aux commandes, sans trop de nervosité. La stabilité est remarquable, ce qui laisse envisager des vols en intérieur sans aucun souci.

Vols en immersion

Le contrôle du DYS Elf est aussi agréable en mode Acro, sans stabilisation automatique, qu’en modes Horizon et Angle, et l’appareil se comporte bien y compris en présence d’obstacles. La caméra à bord du DYS Elf est une 800TVL avec un FOV de 170°. L’image est très correcte, toutes proportions gardées puisqu’il s’agit tout de même d’un retour 5,8 GHz qui dégrade fortement la qualité vidéo. Notez que d’une part le DYS Elf ne vibre pas, d’autre part que la caméra s’accommode bien d’une faible luminosité. Même dans l’obscurité, non seulement elle assure la vision, mais elle ne passe pas en noir et blanc et limite le grain. On ne peut pas modifier l’inclinaison de la caméra, mais ce n’est pas un souci majeur dans la mesure où son angle est suffisamment large.

> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

10 COMMENTAIRES

  1. tiens dis donc,
    grosse discussion sur FB pour dépanner un pilote qui vole avec : quand la lipo passe à 6.6v, l’écran se couvre de caractère, genre l’OSD est à la rue. tu n’as pas eu ça ? ou toi tu ne vas pas jusqu’aux 3.3v par cellule peut-être… ça a été difficile de bien comprendre que c’est un OSD “séparé”, et ensuite on lui a conseillé de modifier la mesure du vbat.
    https://www.facebook.com/groups/650187248425297/permalink/1432216570222357/

  2. @ estya : Non, je n’ai clairement pas ce souci, je descend à 6,5V. En-dessous il ne veut plus rien savoir, mais l’écran reste ok. Bizarre, ça…

    DYS elf 6,5V

  3. Hello merci estya oui probablement un problème d’écriture ont ma dit Je me demande si c’est accessible depuis réglage mwosd du fpv tu pourrais me contacter par Facebook Fred estya à laisser un lien via mon problème merci d’avance s.lièvre

  4. Pareil, j’ai apprécié vraiment le Elf (hormis quand j’ai plugué la batterie à l’envers quand j’étais pas réveillé et bim la fc) et j’attends le shark mako avec un peu d’impatience!
    En blanc comme dans ton test il est presque “beau” pour un multirotor.

  5. Hello,
    Quelqu’un a-t-il essayé la version avec la mini radio? Et est-elle compatible avec n’importe quel récepteur D8?

  6. Hello Fred je voudrait passer en 200mw d’origine j’ai un gros point de soudure qui relis 2 petit composants je suis déjà en 200mw je voudrait confirmation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here