Chute d’un drone sur le toit de l’Apple Park

10
1993

Depuis qu’Apple a lancé la construction de son nouveau siège à Santa Clara, les vols de drones s’y sont succédés. Curieuse passion que celle d’aller filmer un chantier, désormais presqu’achevé. Peut-être est-ce l’espoir de tomber sur des prototypes d’iPhone, d’iPad, d’iMac, d’iDrone ? Un vol s’est mal terminé pour son pilote, son Phantom a chuté au-dessus du toit recouvert de panneaux solaires de l’Apple Park. Un autre pilote est venu vérifier où se trouvait l’appareil. Le résultat est une vidéo composée du retour vidéo du premier pilote, et de l’enregistrement du second pilote.

Voler à cet endroit ?

Crédit photo: Kif Leswing/Twitter

L’Apple Park n’est pas considéré comme une Nofly Zone par la Federal Aviation Administration (FAA), ce qui n’a pas empêché Apple de décréter qu’il s’agissait d’une « No Drone Zone » – sans résultat probant, au vu des dizaines de vidéos de survol du bâtiment. La réglementation impose, pour les vols de loisir, une limite de hauteur de 400 pieds (soit 120 mètres), mais pas de distance de sécurité par rapport à un bâtiment. L’Apple Park se trouve à moins de 5 miles (8 km) de l’aéroport de San Jose (voir la carte Know Before You Fly). Les vols ne sont pas interdits à cet endroit, mais la FAA impose de notifier les services aéroportuaires avant le décollage.

Déclaratif

Contrairement à la réglementation française qui interdit totalement ou limite le plafond de vol dans l’emprise d’un aéroport, il s’agit que d’une déclaration d’intention aux Etats-Unis, qui n’est pas sanctionnée par une autorisation. Cela dit, le pilote peut être averti que le vol n’est pas permis. A lui de s’abstenir, sachant qu’il pourra être contrôlé. De son côté, le service GEO de DJI indique au pilote que le vol est pratiqué dans une zone potentiellement dangereuse, mais il n’interdit pas le décollage. En résumé, le vol était-il illégal ? Non, pour peu que le pilote ait pris la précaution de prévenir l’aéroport avant de décoller. Si la chute de l’appareil a causé des dégâts sur les panneaux solaires, en revanche, le pilote sera tenu pour responsable.

La vidéo

10 COMMENTAIRES

  1. Une chance qu’il soit tomber sur le toit et pas sur une personne. C’est les États-Unis.
    Rappel législation française, pas de vols au dessus des habitations et des personnes ou animaux.

  2. @ Fred

    Ce ne serait pas surprenant. Il n’existe pas de système fiable à 100% pour neutraliser les drones. Même les aigles ont leurs limites visiblement (la police néerlandaise ayant abandonné l’expérience).

  3. bonjour tt le monde
    plusieurs de mes drones ont été perturbé lors d approches ou de survols de panneaux solaires. après renseignements puisés auprès d ingénieurs, il semble que la faute a des fréquences issues d un régulateur.
    avez vous déjà connu cela
    bons vols

  4. @Fred ok. Donc si le Drone tombe sur une bête et qu’elle soit blessé, ce sera la responsabilité civile qui sera engagé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.