Mise à jour Parrot et DJI pour l’iPhone X

8
1124

Avec son écran différent de celui des précédents modèles, l’iPhone X n’a pas facilité la tâche des développeurs. Les deux principaux constructeurs de drones de loisir ont pris un peu de temps pour adapter leurs logiciels à l’iPhone X. DJI a profité de la mise à jour 4.1.22 de DJI GO 4 pour qu’il soit compatible, en ajoutant des bandes verticales sur les côtés. Chez Parrot, c’est la mise à jour 5.1.0 de Freeflight Pro qui assure la compatibilité avec l’iPhone X avec une autre méthode pour tirer parti de l’écran : le retour vidéo est légèrement plus grand. De nombreux développeurs se sont plaints des caractéristiques de cet écran, assurant qu’elles allaient introduire des délais ainsi que des procédures de recherche de bugs supplémentaires… comme ce qu’ils rencontrent déjà avec la variété des appareils Android.

8 COMMENTAIRES

  1. “comme ce qu’ils rencontrent déjà avec la variété des appareils Android.” et ??? Les dev qui se plaignent de l’écran de l’iPhone sont aussi dev sur Android ?? C’est quoi le sous entendu ?

  2. @ TICAMOI : Il n’y a pas de sous-entendu, les dev qui bossent sous Android se plaignent du nombre de tailles d’écrans à gérer. Pas uniquement, ils râlent aussi sur les différences de composants entre machines. Plus il y a de spécificités, plus il y a de lignes de code à ajouter… L’écran de l’iPhone X, c’est un cas particulier dans la gamme iPhone, ça ajoute du coût de développement.

  3. @ TICAMOI : C’est sûr 🙂 Mais le risque de la démultiplication des versions, toutes à tester fissa avant diffusion évidemment, c’est celui de l’augmentation des bugs, graphiques ou autres…

  4. Pauvres utilisateurs de la marque à la pomme , c’est vrai qu’on irait même jusqu’à les plaindre tellement ils sont malheureux 🙂 🙂 🙂

  5. C’est à mourir de rire ,2 bandes noires sur les côtés.
    En résumé pourquoi posséder un écran plus grand ,chercher l’erreur !!!!!!!
    Du bricolage

  6. @ Ticaze : Le souci, c’est que les durées de développement sont chiffrées pour les développeurs. L’introduction de nouveaux cas particuliers ne poserait pas de problème si les agendas étaient modifiés en conséquence. Mais dans la réalité, les dev doivent simplement en faire plus, et les process de debug sont réduits. Au final, les développeurs râlent, mais ce sont surtout les clients qui trinquent avec des mises à jour bancales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.