HMS Queen Elizabeth et le drone

9
1519

Un photographe amateur déchaine les passions outre-Manche. Son nom n’est pas connu, mais il publie des photos sur son compte Facebook « Black Isle Images ». Ce qui l’a rendu célèbre ? Ce ne sont pas les photos de sa région d’Invergordon, en Ecosse près d’Inverness, mais une vidéo du porte-avions HMS Queen Elizabeth et quelques clichés.

Pourquoi ?

Parce que les clichés ont été pris depuis le pont du navire militaire ! Le pilote explique qu’il a décollé de la rive opposée à celle des docks d’Invergordon avec son drone. Il a parcouru le kilomètre que le sépare du navire amarré dans le port de Cromarty Firth pour tourner des images aériennes. Il raconte s’être posé sans souci sur le pont du porte-avions, avoir pris quelques photos, puis avoir redécollé pour revenir à son point de départ. Il n’y avait personne sur le bateau, et il n’a pas été inquiété pendant toutes les évolutions de son appareil. Et ce malgré la présence de petites embarcations de la police, laquelle « faisait des signes au drone » selon ses déclarations au Inverness Courier.

Parrot ou DJI ?

Le quotidien indique qu’il était aux commandes d’un Bebop de Parrot. Pourtant dans son interview, le pilote indique qu’il s’est posé d’une part parce que personne ne l’a empêché de le faire, d’autre part parce que « d’un point de vue plus technique, j’ai reçu un avertissement de vent fort alors que je tournais la vidéo au-dessus du pont, et que le système m’a conseillé d’atterrir ». Mais cette fonction n’existe pas sur le Bebop, c’est une particularité des appareils de DJI ! Notons aussi que le pilote assure, sur sa page Facebook, ne pas se servir de Photoshop. Or toutes ses photos sont à l’évidence retouchées, poussées en contraste et modifiées avec du HDR.

Les réactions

Les commentaires sont partagés entre l’appréciation des images aériennes publiées sur le compte Facebook, et les critiques de pilotes pour ce vol illégal. Etait-il vraiment illégal ? Oui, même si le HMS Queen Elizabeth n’est pas encore opérationnel pour l’armée et s’il lui manque encore son équipement : la réglementation britannique interdit l’approche de navires avec un drone pour les loisirs. Les photos ont été commentées par la presse et certains politiques qui n’ont pas manqué de fustiger l’absence de sécurité autour du HMS Queen Elizabeth.

Les motivations ?

Le photographe amateur a réalisé plusieurs survols du porte-avions, à différentes dates, à chaque fois sans problème. Etait-ce pour offrir de belles images sur Facebook ? Peut-être. Mais ce qu’il a publié sur le réseau social ne présente pas ses intentions de manière très claire. « Nous pensons que nous devons des excuses à nos amis et nos abonnés réguliers et toutes personnes qui partagent des images avec nous. Ces derniers jours ont été assez stressants, certains d’entre vous ont constaté toute l’agitation au sujet de nos photos et de nos vidéos du porte-avions dans le Firth. Nous les avons prises parce qu’il est très intéressant pour beaucoup d’entre nous de voir ce navire près de chez nous. Notre seule intention était de partager avec vous des images et des vidéos très intéressantes d’un navire que nous pensions ne plus jamais revoir ».

« Nous pensons que nous avons accidentellement mis en évidence un trou de sécurité. Nous n’avons rien posté pour embarrasser qui que ce soit, mais en le faisant, nous espérons que la sécurité sera renforcée que le problème sera réglé. Certains pilotes de drones sont mécontents parce qu’ils pensent que cela peut rendre la réglementation plus dure. Eh bien nous pensons que cette réglementation devrait être renforcée, nous n’aurions jamais du pouvoir faire cela. Nous avons contacté la sécurité du navire et nous leur avons donné nos coordonnées. Pouvons-nous désormais revenir à ce que nous apprécions tous, voir les gens, les endroits et les animaux de l’endroit où nous aimons vivre. Désolé encore une fois pour nos amis ».

Etonnant

Le pilote ne semble pas avoir été inquiété par les autorités. Peut-être le sera-t-il par la suite, puisque l’affaire fait grand bruit outre-Manche. Les mêmes commentaires qu’en France à l’époque des survols de l’Ile Longue ont fusé, arguant d’un côté qu’il est indispensable de renforcer la réglementation, de l’autre que la réglementation existe et interdit déjà un tel vol, et qu’un tour de vis supplémentaire n’empêcherait personne de refaire un tel vol… Souhaitons bon courage aux britanniques. Car en France, même si les enquêtes sur les survols de l’Ile Longue ont finalement mis les drones hors de cause, la rédaction de la loi d’octobre 2016 a été accélérée…

Sources : la page Facebook Black Isle Images, l’Inverness Courier
Merci à Pablo !

Une vidéo Facebook

…qui ne montre pas l’atterrissage sur le pont.

(si vous ne les voyez pas avec votre navigateur, cliquez ici).

 

9 COMMENTAIRES

  1. Ca c’est un gros bateau!
    Plus sérieusement, quel est le problème ? Un problème de sécurité nationale, de sécurité des biens ou des personnes ? Pour les personnes, manifestement, il n’y a personne. Pour le bien, ça m’étonnerait que le drone soit capable de faire une rayure sur la peinture.
    Si c’est une question de sécurité nationale, le pb est le type responsable de la sécu de ce navire. Car manifestement, il n’a pas vraiment pris en compte ce risque.
    Il semble plutôt que ce soit un problème d’ego : on met en place des réglementations en se faisant plaisir et on n’a pas les moyens de les faire respecter. Et après, comme on se retrouve ridicule, donc on crie à l’hérétique sur le pauvre garçon qui prenait des images.
    Plus la réglementation sera contraignante et plus ces situations ridicules se reproduiront.

  2. lol, on peut dire qu’il ne manque pas de couill* lui pour allez survolé un navire militaire, c’est vraiment le dernier truc à faire…Encore un blaireau avec son dji qui n’a aucun bon-sens et qui relativise sur son action en plus, c’est terrifiant…Mais comme on dit, la bêtise ne tue pas ?

    Le problème c’est que à cause de lui, la réglementation vas bien durcir. Et si c’est pas la réglementation qui serre un coup, ça sera les contrôles / interventions directes qui seront plus courantes, et là, ça rigole moins.

    FacelVega : C’est un problème de secret d’état. Filmé des bâtiments militaires et les diffusés au monde entier, c’est compromettant, point.
    Surtout quand on sait qui peut visionner ces vidéo (djihadistes, Corée du Nord…Russe ?…).

  3. Le discours est tout de même hypocrite au possible… D’un côté il joue les faux naïf surpris du remue ménage que ses images ont déclenché sur le net (à quoi s’attendait-il, franchement ?), mais d’un autre côté, après coup il s’étonne d’avoir pu tourner de telles images sans être inquiété ?!?

    C’est simplement un type qui a voulu faire son buzz sur la toile, sans se soucier des conséquences.

  4. “ne pas se servir de Photoshop. Or toutes ses photos sont à l’évidence retouchées, poussées en contraste et modifiées avec du HDR”
    L’appli appareil photo de mon smartphone à 120balles, ou même google photo le font tout seul sans rien te demander.

  5. Personnellement, je ne vois aucun exploit à ces prises de vues, aussi “spectaculaires” qu’elle puissent être, avec ou sans PS. La structure survolée, même non active, est militaire. A partir de là, et comme toute autre installation du même genre, leur survol est interdit, sauf autorisation…Google Earth permet déjà de visionner l’objet photographié par cet utilisateur grand public d’un multi rotor : les esprits mal intentionnés n’ont pas forcément besoin de plus pour savoir où il se trouve. Bref, le “excusez-moi, si j’ai commis une telle infraction…” ne suffira sans doute pas à empêcher un renforcement de la réglementation actuelle et à pénaliser par conséquent les utilisateurs responsables de leur objet volant, encore une fois…

  6. Un problème de secret d’état ? vous êtes sérieux les gens ? CES secrets ne sont secrets que pour les populations nationales, quand aux autres états ils ont bien d’autres moyens de mettre la main dessus … surtout concernant les Russes. Quand à l’évocation de la Corée du Nord, c’te bonne blague … faut arrêter BFM TV hein. Les “djihadistes” se foutent bien des secrets militaires, ces mêmes militaires qu’ils affrontent sur leur territoire; ce qu’ils veulent et font malheureusement, ce sont des actions ciblées sur les civils ou tout du moins sur la place publique. Combien de casernes et/ou arsenaux, sur nos territoires,ont subis des attaques djihadistes ? c’est ça, aucune …

    Y a un moment faut arrêter de crier au loup pour si peu de chose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.