Aerial Production Pulsar 5 pouces, en approche

8
1649

La quête du Graal pour les pilotes de FPV racing ne cesse jamais ! Mais ce Pulsar 5 pouces a sans doute une longueur d’avance. Deux raisons à cela. La première, c’est qu’il est le fruit de plusieurs semaines de tests et de modifications en vol par un pilote d’exception, Laurent Lombard, alias Rotoboy. Ceux qui le pratiquent connaissent son souci du détail, sa volonté de ne rien laisser au hasard et son pilotage « métronome ». La deuxième raison tient à la manière de procéder d’Aerial Production. Le Pulsar 5 pouces est une production 100 % française : son créateur, Mickaël Page, alias Mika FPV, prend en charge la création, la fabrication du carbone (12K et 3K selon les pièces), le découpage à la CNC pour maîtriser l’intégralité de la réalisation.

Solide !

On peut faire confiance à Rotoboy, ses vols sont d’excellentes mises à l’épreuve avec des crashs à haute vitesse. Le Pulsar 5 pouces repose sur des bras étroits « baguettes », mais épais de 3,7 mm environ et enserrés dans une plaque principale de 2 mm d’épaisseur destinée à héberger l’électronique et le pod central. La diagonale est de 19,8 cm. Pour que l’effet de levier exercé sur les bras ne vienne pas disloquer la frame, les bras sont maintenus par une croix de renfort de 2 mm. Le poids de la frame nue avec son pod central en TPU et sa visserie est d’environ 60 grammes.

La configuration recommandée ?

Les montages de Rotoboy rudement mis à l’épreuve permettent de conseiller d’utiliser un contrôleur de vol avec PDB intégrée, des ESC Hobbywing de 30A pour des moteurs brushless XNova Lightning 2206 et des hélices de 5 pouces, une caméra FPV RunCam Swift Mini (un fichier STL d’impression 3D pour d’autres caméras est fourni à la demande) associé à un émetteur vidéo Tramp HV d’ImmersionRC. Le poids de cette configuration est d’environ 250 grammes. La frame Pulsar 5 pouces est fournie avec le carénage en TPU et la visserie titane. Le prix ? Il faut compter environ 110 € pour acquérir cette machine à avaler les airgates. Quand ? Il sera proposé à partir du 15 juin 2017, en exclusivité chez HRC-Lipo

Une vidéo

8 COMMENTAIRES

  1. éLes montages de Rotoboy rudement mis à l’épreuve permettent de conseiller d’utiliser un contrôleur de vol avec PDB intégrée”
    Ca veut dire quoi? 😀

  2. Ouep.. meilleur carbone, tpu, validé par Laurent, très bien.

    Mais je suis désolé, on est ​toujours sur cette conception archaïque et aberrante qui inonde le marché depuis des années. Pinaize… Si j’avais le temps, les fonds, vous le verriez naître le châssis incassable à 75gr….

    Mais ce n’est que partie remise, je désespère pas.

  3. L’idéal, sur des machines inclinées en moyenne entre 60 et 80° au moment des crash, c’est d’orienter l’inertie maximale dans le sens des contraintes maximales, simplement. Certains travaillent dans cette voie, mais c’est pas encore optimum. De plus travailler avec du plat, mécaniquement, c’est aberrant.

    Quand à la matière, si le carbone est relativement simple à travailler et s’il est facile de s’en procurer, avec une très grande résistance à la rupture par rapport à sa masse, son comportement au choc est loin d’être la panacée.

    Bref, j’en dis pas plus. 😉

  4. Tout ce que dit Franck est juste, mais on fait avec les moyens du bord en fonction d’un volume de production qui restera ultra limité…. Donc oui, il y a mieux que le plat, mais le moulé reste inaccessible niveau prix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.