Emax Babyhawk 85, le test

22
7611

Il était très attendu, ce Babyhawk 85 du constructeur Emax. Son look est celui d’un Tinywhoop, avec ses protections d’hélices, mais il est plus imposant et équipé de moteurs brushless. La promesse est un appareil puissant, mais capable aussi de vols de précision. Que vaut-il vraiment ? Notez que cet appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

Le Babyhawk 85 PNP est livré monté, presque prêt à décoller. Presque ? Oui : il faut ajouter un récepteur radio 2,4 GHz et une batterie. Il mesure 8,5 cm de diagonale de moteur à moteur. Avec ses protections d’hélices montées par défaut, il mesure 13,2 x 13,2 x 4,8 cm pour un poids de 65,7 grammes (avec un récepteur radio XM+). Les moteurs sont des modèles brushless 1104 à 5000KV pilotés par 4 ESC de 6A compatibles BLheli_S. Ces ESC sont logés sur les bras des moteurs, protégés par une coque en plastique, avec des évents pour l’aération. Les hélices sont des 2,3 pouces de type propriétaire, avec des trous pour les vis de fixation situés à 9 mm en diagonale. Il y en a 4 par hélice, et donc 4 vis, mais clairement deux seulement sont nécessaires pour la fixation. Dommage, je n’ai pas connaissance d’hélices compatibles avec cette fixation. Les deux protections d’hélices sont fixées sous les moteurs, elles-aussi avec 4 vis. Elles sont en plastique, à la fois solides et flexibles.

Suite du tour

Le contrôleur de vol est un F3 flashé avec Betaflight 3.0.1, accompagné par une PDB et un filtre LC. Un connecteur USB facile d’accès permet d’accéder aux réglages de Betaflight. Le combo caméra 500TVL grand angle associée à un émetteur vidéo 5,8 GHz de 25 mW et 40 canaux. Le changement de fréquence et de plage de fréquences s’appuie sur un bouton un peu difficile d’accès. En effet, la caméra est enfermée dans un boitier en plastique monté sur deux pieds vissés sur le carénage en plastique. L’antenn, de type dipôle, est légèrement pliée vers l’arrière, ce qui lui évitera lâcher au premier crash. Le connecteur d’alimentation est de type JST rouge. Emax préconise une Lipo 2S… Elle est prévue pour être placée sous le Babyhawk 85, maintenue par une sangle à Velcro. Comme souvent, la batterie fait donc office de train d’atterrissage.

Le récepteur radio

Sur la version PnP du Babyhawk 85, il reste à installer un récepteur vidéo 2,4 GHz. J’ai choisi un XM+ de FrSky. Une constatation : il n’y a pas beaucoup de place pour lui à bord de l’appareil. J’ai choisi de le fixer directement sur les 3 pins destinées au branchement d’un récepteur SBUS. Il suffit de les écarter légèrement pour qu’elles passent dans les trouve du XM+, une petite soudure solidifie le montage. L’avantage de cette solution : elle est compacte et facile à mettre en œuvre (même pour le boulet de la soudure que je suis), sans démonter l’appareil. Les inconvénients ? Le montage est assez fragile et les deux fils d’antennes à l’arrière sont très proches des hélices. L’alternative, c’est de fixer le récepteur au dos de la caméra, pour être moins vulnérable. L’inconvénient, c’est qu’il faut souder des fils depuis les 3 pins, et que l’aération de la caméra est perturbée. Pour installer un récepteur autre que SBUS, il faut démonter l’appareil pour accéder à la plaque du contrôleur de vol.

Premier décollage

Après un petit passage dans Betaflight pour gérer l’armement des moteurs et le choix des différents modes de vol, j’ai branché une batterie 2S de 850 mAh. Pas besoin de toucher aux PID, tout est réglé en usine. Décollage en mode stabilisé et à vue. Le Babyhawk 85 est un modèle de stabilité. Il répond avec nervosité aux commandes, peut-être un peu trop pour un pilote débutant. Passage en immersion. L’image envoyée par la caméra est de qualité très correcte, suffisamment sensible pour voler dans des conditions de faible éclairage. On note un léger effet Jello, des vibrations de l’image qui s’accentuent quand on pousse les gaz. La faute, sans doute, au support de la caméra dépourvu d’amortisseurs. Les sensations en vol ne sont pas celles d’un Tinywhoop, elles s’approchent beaucoup plus de celles d’un racer classique.

Aller plus loin

Avec la batterie Eachine 2S 850 mAh (48,3 grammes), les reprises ne sont pas formidables, mais en revanche l’autonomie dépasse les 6 minutes ! Pas mal. Emax préconise des Lipo 2S de 300 mAh. J’ai donc essayé avec des nano-tech 2S 300 mAh (17 grammes). Le gain en puissance est impressionnant, le Babyhawk est beaucoup plus nerveux. Mais son autonomie chute à 3 minutes 30 secondes. J’ai enfin essayé une batterie Storm 3S 350 mAh 35C (28,4 grammes), bien que ce ne soit pas recommandé par Emax. Le Babyhawk se transforme en petit bolide. Pas besoin de changer les PID, les réglages sont parfaits. Evidemment, l’effet Jello reste présent, mais un peu moins prononcé. Avec ce gain de puissance, l’appareil est capable de passer la plupart des figures de voltige. L’autonomie passe à 4 minutes dans cette configuration. Est-il possible d’utiliser des batteries 4S ? Non, les ESC ne le supporteraient pas. Si l’idée vous démange, suivez ce tuto pour remplacer les ESC…

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

22 COMMENTAIRES

  1. Bonjour m’sieur,
    Une p’tite question…. Sur les photos je trouve que le support de cam semble relativement fragile et pourrait se casser facilement en cas de chute. Qu’en est il ‘en vrai ‘?

  2. @ Boko : Les montants sont assez épais, le pod a tenu tous les crashs sans broncher. A priori, c’est du solide – pas éternel non plus, forcément. Je pense d’ailleurs que c’est la rigidité des montants qui introduit le Jello de l’image…

  3. ok, merci pour ta réponse rapide 🙂
    pas simple de trouver le “bon” nano

    encore une derniere question, vu la taille as tu une idée de ce qui pourrait aller dessus comme récepteur dms/x ?
    je suppose qu’un satellite sera trop grand ?

  4. @boko : le XM+ rentre pile poil entre le FC et la base du pod caméra, il mesure 2,15 x 1,2 x 0,35 cm. Si le récepteur est plus grand, il faut envisager de le placer au dos de la caméra, voire sous le Babyhawk (à mon avis le milleur endroit). Mais il faut sans doute se bricoler un mini support de protection en imp. 3D, puisque la batterie va encore dessous.

  5. je viens de voir sur la vidéo que tu références pour le changement d’esc que le gars a justement fixé un sat au dos de la cam.. peut être qu’en supprimant la coque du sat ça rentrerait…
    merci pour les info sur les dimensions 🙂

  6. En lisant la liste des défauts de l’appareil, il n’est pas très attirant. Mais en voyant la vidéo, j’ai l’impression que tu t’es fait plaisir comme rarement, tant en exploration qu’en freestyle, du coup, ça donne envie d’essayer l’engin.
    Pour réduire le jello, il faudrait peut-être couper les pattes qui tiennent la caméra et la faire tenir avec un morceau de mousse autocollante double-face et un élastique.

  7. Merci pour la review j’attend le mien pour dans quelques jours 🙂
    Pour l’effet jello j’ai vu un type qui mettait des rilsans sur les bras près des moteurs et il disait que ça fonctionnait
    Pour les hélices sur cette vidéo Frequent Flyer RC a l’air très content des Gemfan 2035 2X3.5X4 https://www.youtube.com/watch?v=nuY0BZkfhQY&t

  8. @ Tomppy : Le Babyhawk, pour sa résistance et le fait qu’il se débrouille aussi bien en vols de précision qu’en vols rapides. Mais il faudrait un mix des deux 🙂

  9. Le mien avait des moteurs qui surchauffent et la fc a laché apres 5 vols….
    Les moteurs utilisent des vis M1.4 (et non M2 comme d’habitude) qui sont un peu trop courtes : les moteurs finissent par se detacher apres quelques vols sportifs ( plusieurs youtubers reportent ce problème.

  10. @ Erskine : Ah zut. De mon côté, ça fait 15 jours qu’il vole au quotidien, en 3S, sans ménagement puisque je termine rarement une batterie en me posant normalement… Pas de souci, pas même une hélice cassée !

  11. @ Erskine : Parfois c’est la faute à pas de chance. Je n’ai eu que des expériences malheureuses avec le Makerfire, au point de ne pas pouvoir le tester. Mais je me dis que je suis tombé sur 2 exemplaires pourris, pas de chance, ça arrive…

  12. J’ai enfin recu et fait voler le mien, pour un débutant total en fpv (et en drones tout court) c’est parfait ! Juste a diminuer les rates et à augmenter la force de l’angle mode dans Betaflight et c’est bon ! en 3s quel bonheur… (même si les moteurs ont tendance a chauffer quelqe peu ^^)
    Je recommande

  13. Salut !
    J’ai une petite question… je compte acheter le emax babyhawk en bnf et le piloter avec la radio du elf dys. Je sais qu’elle ne marche que en frsky d8 mais par contre je ne sais pas si le babyhawk est en d8…Est ce que tu pourrais m aider ?

  14. @ Gérain Lucas : Le babyhawk est vendu sans récepteur radio, donc tu peux choisir un modèle petit format compatible D8. Attention, le XM/XM+ recommandé (et facile à placer avec ses pins) est un D16…

  15. @ Gérain Lucas : Oui, tu as raison. Mais je ne sais pas quel récepteur est proposé dans cette version, et il n’y a rien dans la fiche technique qui semble l’indiquer 🙁 Si c’est un XM ou XM+, c’est du FrSky D16.
    Celle que j’ai testée était la PNP.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.