Sidewinder 2.0, faites-le vous-même !

12
313

Son look est à tomber ! Le Sidewinder 2.0 est un projet mené par Paul Loury pour son plaisir. Ce designer industriel basé dans la région de Grenoble sévit dans la team TaRace. Il a fait ses armes avec un QAV-X Charpu de Lumenier, un J-Mini Cricket d’Aero-Tek. Désormais, il pilote sa propre machine ! Et il nous en fait profiter, puisque qu’il partage son projet avec tout le monde… Il a aussi accepté de répondre aux questions de Helicomicro, merci Paul !

Helicomicro : Le Sidewinder 2.0 habillé aux couleurs de Red Bull a un look d’enfer ! Tu as indiqué qu’il s’agissait d’un prototype… Tu nous en dirais plus ? Que recherchais-tu en imaginant l’appareil ?
Paul Loury : Au début de ce projet, j’avais un tout autre objectif, je voulais concevoir une frame ultralégère, peu onéreuse et fabricable facilement avec des matériaux disponibles dans les grandes surfaces de bricolage, à l’exception des pièces imprimées, et avec un outillage rudimentaire. C’est notamment pour ça que ce prototype n’a pas de bras en carbone, mais des tubes en aluminium de 6mm. Cela présente un autre intérêt, c’est la rapidité et le faible coût de remplacement des bras, puisqu’on trouve la matière première dans tous les magasins de bricolage.

HM : Les bras sont fragiles ?
PL : Oui, s’ils sont parfaitement dimensionnés pour résister à la poussée des moteurs, ils ont de grandes chances d’être détruits au moindre crash. Au fur et à mesure de la conception, j’ai souhaité apporter un peu plus d’aérodynamisme. Le choix du profil des bras, et le positionnement vertical de la batterie découlent de ces recherches. L’ajout d’appendices aérodynamiques comme les ogives sous les moteurs ou la canopy fermée a ajouté quelques dizaines de grammes et a définitivement réorienté le projet vers l’aérodynamisme plutôt que la légèreté à tout prix. J’arrive quand même à un poids de 524 grammes avec la batterie, ce qui n’est pas rien.

HM : Tu as créé cette frame pour le plaisir. Tu n’as pas envisagé de le commercialiser ?
PL : Je suis designer industriel de métier, et je ne suis pas du tout doué pour le commerce ! J’aime concevoir, mais je n’ai aucune envie de me frotter à l’administratif, à la gestion de stocks, au SAV, etc. J’ai eu énormément de demandes sur le tarif et la disponibilité du Sidewinder. Mais sur un marché qui bouge extrêmement vite, le temps de mettre en place une structure de production et de vente, le Sidewinder serait vite obsolète ! C’est pourquoi je propose mes fichiers et des instructions de montage pour ceux qui souhaitent s’en fabriquer un. De plus, pour être le plus compact et le plus intégré possible, j’ai conçu les pièces autour de composants spécifiques. Si on change ce setup, on risque de ne plus pouvoir fermer la canopy. Et enfin, si le design est novateur, l’intérêt des ailettes reste à démontrer ! Proposer cette conception en open-source, c’est aussi un moyen de faire tester le concept au plus grand nombre !

HM : Quand mettras-tu les fichiers 3D à dispo ?
PL : Je viens juste de les mettre sur GrabCad (voir ici) ! Je les complèterais très prochainement par une notice et une vidéo de montage. Je tiens à préciser que c’est un montage assez méticuleux, et qu’il faut avoir accès à une imprimante 3D. Sinon, en plus de l’outillage traditionnel de montage d’un quad, il faut avoir une perceuse sans fil, une scie à métaux, trois forets de 2, 6 et 7mm, une agrafeuse pour fermer l’élastique de la Lipo, un cutter pour ébavurer les pièces imprimées, et un peu d’huile de coude. Pour l’anneau diffuseur du réacteur, il faut également une Dremel.

HM : Les « ailes » permettent d’envisager de beaux habillages… Après Red Bull, tu as d’autres idées ?
PL : Effectivement, elles représentent une belle surface de personnalisation, et je précise que je n’ai aucun lien avec RedBull. C’est une surface idéale pour l’affichage des logos des sponsors ! On peut imaginer beaucoup de designs graphiques aux couleurs des grandes marques, des modèles uniques pour les pilotes renommés, et des modèles « Replica » pour la vente.

HM : Cette superbe diode « réacteur », comment l’as-tu faite ?
PL : C’est un morceau de polycarbonate dépoli placé devant un barre de LEDs circulaire de chez Matek. Dans « l’œil » du réacteur, on a accès au dipswitch qui permet de changer la couleur.

HM : Quelle est ta configuration matérielle pour équiper le Sidewinder 2.0 ?
PL : Voici la liste des courses !

  • Lipo 4S Tattu R-line 1300mAh
  • Esc Racerstar 4-en-1 30A
  • Moteurs Racerstar BR2205 2600kv
  • Kiss FC
  • VTX 200mw 40ch Diatone DF-200L (avec SMA vertical)
  • Antenne bâton 5.8Ghz
  • Récepteur FRSKY XSR
  • Micro-caméra 600TVL 170°
  • Hélices Racekraft 5051 tripale / Gemfan 5152 tripale

Le poids total est de 524 grammes avec la Lipo.

HM : Est-ce qu’il y a matière à faire mieux encore sur l’équipement ?
PL : Bien sûr ! Cet équipement est lié à mes préférences, aux pièces que j’avais en stock et au budget que je m’étais alloué pour l’expérimentation. Il y a certainement des composants plus performants.

HM : Et sur la conception de la frame ? Tu prévois quoi pour la v3.0 ?
PL : Il y a beaucoup de pistes d’amélioration possibles ! Passer en 5S ou 6S, améliorer la facilité d’insertion de la batterie, mettre une antenne plus petite, améliorer l’intégration du fil d’alimentation du réacteur peut-être en utilisant la prise d’équilibrage de la Lipo, améliorer le matériau des ailettes et la finition des pièces imprimées, et enfin, concevoir plusieurs versions de canopy pour le rendre compatible avec un peu grand nombre de composants.

HM : Les fils moteurs sont à l’extérieur des bras ? C’est pertinent de les faire passer dans les tubes des bras ?
PL : Les tubes des bras sont des pièces fusibles. En cas de crash, ce sont les premiers à plier et à casser. Mettre les fils moteurs à l’intérieur rendrait beaucoup plus compliqué le changement des bras. Sur la V2, il suffit de dévisser les supports moteurs qui tiennent par pression sur le tube, et retirer une seule vis pour libérer le tube, et le changer sans dessouder quoique ce soit. De plus, cela nécessiterait un perçage qui fragiliserait trop le bras, ou de faire passer les câbles dans des endroits peu adaptés, en bout de bras et au centre de la frame. Enfin, les bavures de perçage, que ce soit dans l’aluminium ou le carbone, sont très agressives pour les isolants des câbles. C’est un choix qui peut être remis question au titre de l’intégration et de l’aérodynamisme, au détriment de la facilité de réparation et de la tolérance de fabrication.

HM : L’antenne vidéo qui pointe vers l’avant, c’est surprenant, avec un look très agressif – ou très licorne, c’est selon. Pourquoi ce choix ? 
PL : J’avais ce VTX sous la main, et le hasard a fait qu’il avait le SMA vers le haut. C’est un choix d’intégration qui allait bien dans le sens de l’aérodynamisme avec une antenne bâton, et c’est un peu elle qui a donné son nom à ce prototype, en référence au célèbre missile américain. Les antennes cloverleaf ne sont pas un exemple d’aérodynamisme, et ne sont pas indispensables pour du drag-racing dans un grand espace dégagé. Je pense la remplacer prochainement par une mini antenne droite 5.8 GHz, celle avec le bout rouge. Ca sera plus joli et moins fragile.

La vidéo !

Le maiden de la V2…

12 COMMENTAIRES

  1. Ils ont de l’idée nos petits Frenchi !!!
    Bravo pour l’originalité et la démarche Open Source du projet.
    On peu critiquer certains points mais a chaque fois son argument est viable et cela offre matière à évolution, Bravo.

    Je me comprends tout à fait sa logique et conçoit que le temps de le mettre en vente il aurait déjà 12 copies chinoise.

    Good job ! Félicitations.

  2. En voilà une façon de voler tout à fait original ! et un grand merci pour son partage.
    Une chose est sûre c’est qu’il vas y avoir plein de petit les prochain temps …

  3. Bonjour
    à quoi servent les ailes en carton ? Vu la direction de vol du quad, ne font elles pas plus parachute que surface d’appui ?

  4. Ben non, au contraire, sur un quad en mode race, t’es entre 60 et 80° d’inclinaison en permanence. Ces surface sont donc orientées dans le sens de l’avancement, avec 10 ä 30° d’incidence, avec du coup une petite aide à la composante verticale de la poussée.

  5. Tout à fait Franck ! Xavier, regarde la vidéo en plein écran. Tu verras que la quad est quasiment à l’horizontal quand il est en mode “vitesse supersonique”. Ca fait parachute quand tu voles doucement, mais ce quad est prévu pour aller trèèèès vite ! 🙂

  6. Ca serait intéressant que tu montes un de ces petits GPS, pour voir combien il tape, en pointe. Parce qu’entre les 2600kv et la trainée très réduite, tu dois effectivement atteindre une excellente Vmax !

  7. J’adore le système pour la lipo, vraiment top ! C’est dommage qu’il faille virer les ailettes pour le changement.
    En tout cas très belle machine!

  8. Salut.

    Jolie joujoux, j’imagine se petit monstre avec vraies moteurs d’homme car on peut pas dire que les racestar ont une pousser de oufff…lol Parfait pour de la dragrace. A si les francais etait aussi douer dans le commerce que dans la conception…lol. En tous cas jolie projet franck, bien jouee

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.