PowerVision PowerEgg, premiers vols

13
2598

Ce multirotor bizarre, on vous en avait parlé ici il y a quelques temps. Pour être très honnête, nous étions un peu circonspects au sujet de ce produit, ne serait-ce qu’en raison de son look. Les concepteurs sont venus nous le présenter à Paris.powerggenvol-1200 Alooooors ?

Ca fonctionne !

Le PowerEgg est un multirotor proche de la finalisation, destiné pour être livré à ses acquéreurs début octobre 2016. Le hardware est donc figé, ne reste qu’à apporter des améliorations du côté logiciel. Parce qu’on ne croit pas à grand chose tant qu’on ne l’a pas vu de nos yeux vu, les concepteurs ont fait voler le PowerEgg. Ca s’est passé en intérieur : non seulement la météo était à la pluie, mais il est évidemment interdit de faire voler quoi que ce soit dans Paris. Le vol, pour des raisons de sécurité, a été court, et sans montrer de quoi est vraiment capable le PowerEgg. Nous pourrons l’essayer nous-même dans quelques semaines…

C’est quoi, le PowerEgg ?

IMG_4192-1200Comme son nom l’indique, c’est un œuf, qui a plus ou moins la même taille d’un ballon de rugby : 27,2 x 17,6 cm, pour un poids de 2,09 kilos, avec les hélices et la batterie, en ordre de vol. Le principe du PowerEgg : les pieds et les bras moteurs font partie de le « coquille » de l’œuf. Pendant le transport, toutes les pièces sont rétractées, et on n’a pas idée de ce qu’est l’objet. Lorsque le PowerEgg est posé sur le sol, ses 4 pieds sont déployés. Lorsqu’il est prêt à voler, les 4 bras moteurs sont écartés et figés. Ils sont suffisamment solides pour prendre l’appareil en main en le tenant par un seul bras. Sous le multirotor se trouve une caméra couplée à une nacelle brushless stabilisée sur 3 axes. Les hélices sont orientées vers le bas, ce sont des modèles de 10,5 pouces en deux parties articulées. Une fois totalement déplié et prêt à décoller, le PowerEgg mesure 27,2 cm x 47,6 cm. Les pieds se relèvent en vol pour ne pas entrer dans le champ de la caméra.

Pour le piloter

IMG_4229-1200PowerVision fournit une radiocommande avec des joysticks qui reviennent au neutre et… dépourvue d’antenne. Comment fonctionne-t-elle ? Elle est reliée par un câble à la « base station », un module qui s’occupe d’établir la liaison radio en 2,4 GHz avec le PowerEgg, ainsi que le retour vidéo en temps réel – la latence, selon PowerVision, est de 200 à 300 millisecondes environ. La visualisation des images passe par un smartphone ou une tablette, via une liaison wifi avec le module. La radiocommande pilote les prises de vues, y compris les mouvements de la caméra.

Le plus de PowerVision ?

IMG_4201-1200C’est un accessoire supplémentaire destiné à piloter l’appareil avec des gestes ! Le Maestro, c’est son nom, ressemble comme deux gouttes d’eau à un Nunchuk de Nintendo… et fonctionne sur le même principe. Le PowerEgg propose des fonctions de vol automatisées. Des points de passage sur une carte avec les « waypoints », par exemple. Ou encore le retour automatisé au point de départ à la demande, lorsque la batterie est faible ou en cas de perte de liaision – qui peut être remplacé par un atterrissage d’urgence sur place, dans les réglages. Le PowerEgg permet aussi de suivre son pilote (tant qu’il appuie sur une gâchette du module Maestro), de tourner autour d’un sujet…

Les chiffres ?

IMG_4214-1200La batterie amovible, qui entre par le haut du PowerEgg, est une Lipo dans un boitier propriétaire 4S de 6400 mAh, qui pèse 580 grammes. Elle assure une autonomie de 23 minutes de vol, selon PowerVision. L’appareil est doté d’un GPS (doublé de Beidou pour la Chine), d’un baromètre altimétrique, d’un sonar pour le positionnement par rapport au sol, d’une caméra optique verticale pour fixer la position, toujours par rapport au sol. Ces capteurs lui permettent de voler en extérieur et en intérieur avec une assistance au pilotage. La portée de la « base station » est de 5 kilomètres dans la version chinoise – la puissance sera limitée en Europe, la portée aussi. La radiocommande offre 20 heures d’autonomie, la « base station » 1h30.

Les images ?

IMG_4220-1200La caméra est une 1/2.3’’ CMOS avec un FOV de 95°, capable de filmer en 4K (3840 x 2160 pixels) à 30 images par seconde. Elle filme aussi en Full HD (1920 x 1080p) en 60 et 120 images par seconde, et en HD Ready (1280 x 720p) en 60, 120 et 240 images par seconde. Sympa pour produire de beaux ralentis ! Les photos sont en 4254 x 3264 pixels, avec la possibilité de shooter en timelapse. Les images sont stockées sur une carte mémoire microSD à bord du PowerEgg. Il est possible de régler l’ISO (entre 100 et 3200), et de shooter avec du bracketing pour réaliser des clichés HDR en post-production.

Ce qu’on en pense ?

PowerEgg family indoor 2-1200PowerEgg nous avait semblé un produit un peu farfelu lorsqu’il avait été présenté il y a quelques mois de cela. Mais à le manipuler, à discuter avec ses responsables et l’un de leurs pilotes, on comprend qu’il s’agit d’un matériel qui entend aller marcher sur les plates-bandes des grands du secteur que sont DJI et Parrot, et qui dispose des bases techniques pour y parvenir. Il est difficile de nous prononcer réellement tant que nous n’avons pas pris en mains le produit nous-même, mais il se révèle particulièrement séduisant. Ce qui l’est moins, en revanche, c’est son prix : le PowerEgg est en précommande à 1499 €. Dommage aussi qu’il ne soit pas fourni avec des protections d’hélices.

Les infos en plus ?

A gauche, Hubert Hu, à droite, Stuart Wells.
A gauche, Huber Hu, à droite, Stuart Wells.

Stuart Wells, le directeur de la communication en Europe et Huber Hu, le responsable européen de PowerVision ont répondu à mes questions…

Helicomicro : Pourquoi donc avoir choisi le look d’un œuf pour ce multirotor ?
Stuart Wells : Chez PowerVision, nous avons l’ambition de créer des produits qui ne ressemblent pas aux autres, il y a déjà tellement de copies des appareils leaders du marché. Le look du PowerEgg est différenciant, mais ce n’est pas la seule raison. C’est aussi parce qu’un œuf, c’est l’idée même de la simplicité, de formes épurées. Et puis un œuf, c’est une structure particulièrement résistante au regard de la finesse de sa coquille ! Le PowerEgg est destiné à être baladé, parfois un peu rudement, sa conception évite les parties exposées et cassantes.

PowerEgg open outdoor 5-1200HM : Mais qui est PowerVision ?
Huber Hu : C’est une importante société chinoise spécialisée dans la robotique et dans les technologies Big Data. Le PowerEgg est notre premier produit grand public, imaginé dans un souci de portabilité et de simplicité d’emploi. D’ailleurs, les clients qui précommandent le PowerEgg avant sa disponibilité se verront offert un sac de transport pour améliorer la portabilité, et un Maestro pour la simplicité d’emploi.

HM : Le PowerEgg est blanc, un peu comme… le Phantom de DJI !
SW : Oui, c’est la couleur la plus passe-partout, mais nous avons organisé un concours de design, les créatifs peuvent soumettre leurs idées d’habillage de la machine sur le site PowerEgg Challenge. Le gagnant empochera $3000 et des royalties sur les ventes du PowerEgg avec son design.

PowerEgg open on table 2-1200HM : A quoi doit-on s’attendre de la part de PowerVision dans les mois à venir ?
HH : Il y aura des annonces importantes à l’occasion du CES de Las Vegas en début d’année prochaine. Ce qui est certain, c’est que nous travaillons déjà sur des produits professionnels, destinés à des applications métiers. Y compris les réalisateurs de films, puisque la demande est forte, nous aurons donc des solutions spécialement pensées pour ce corps de métier.

PowerEgg into backpack 1-1200HM : En concernant le PowerEgg ?
SW : Il est évident que nous cherchons à réduire la taille de l’appareil tout en conservant un niveau de services suffisant. Des fonctions supplémentaires seront ajoutées dans la mesure où elles sont logicielles. Nous n’avons pas prévu d’outils de détection et d’évitement d’obstacles. Pour l’instant, ce que nous avons vu n’est ni satisfaisant ni mature. Il suffit d’une seule déception pour que le client perde confiance dans le produit, il n’est pas question que cela nous arrive. Nous verrons plus tard pour des outils de ce type.

Une vidéo en vol (en intérieur)

13 COMMENTAIRES

  1. J’aime bien la forme et c’est vrai que c’est une très bonne idée pour le transport. Maintenant, le ratio features/prix ne me semble pas bien intéressant mais peut-être réservent-ils des surprises ?

  2. heureusement que le test à bien fonctionné en intérieur car îls étaient pas loin de massacre à la tronçonneuse

  3. ils l’ont fait!! je me souviens de l’article et des commentaires, certains disait que c’était
    pas faisable, a voir la vidéo c’est réussit!!
    le train rentrant , le design, les bras moteurs, tout est original sur cette machine, j’adore le concept et
    le fait qu’il ai aboutis.

    c’est pas un quad que j’achèterais mais je suis impatient de lire la prise en main de Fred et ce qu’il en pense.

  4. @ Guillaume Studer : Non, la version que j’avais eue en test n’était pas suffisamment aboutie pour produire un test, ou même une preview. J’ai vu que la marque déstockait les appareils ces temps-ci, à un prix beaucoup plus léger (bradé, quoi). Ce que je retiens de mes essais, c’est qu’il est correct du côté photos et vidéos, sans plus. Mais surtout que sa mise en route (et son rangement) sont pénibles. La forme d’oeuf et l’automatisation du train ne sont pas des modèles d’ergonomie…

  5. Ok merci pour ta réponse, Après faut dire que la qualité vidéo est top….
    Dans sot budget actuelle de 559€ je doute qu’on puisse trouver un drone
    pour faire juste de la vidéo cinématique, si ? il y à quoi en équivalent ?
    car je suis a la recherche d’un drone pour faire de la vidéo uniquement et de très bonne qualité.

  6. En qualité vidéo il est mieux que dj non a ce prix ? il y eu des soucis sur le modèle oeuf connu ?

  7. Le dji spark est mieux tu pense ? en qualité vidéo ? après je te laisse tranquille avec mes questions ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.