Eachine E10W, le test

4
4121

DSC_0005-1200Ce qui est amusant, avec les marques chinoises, c’est qu’elles se copient entre elles autant qu’elles copient les marques étrangères. Le nano quadricoptère CX-10 de Cheerson connaît un grand succès ? Eachine propose son E10W, une version que l’on ne peut pas différencier de l’originale, même en cherchant les points de détail. Le manuel indique d’ailleurs un C-10W au lieu de E10W… Notez que cet appareil nous a été donné par la boutique Banggood. N’hésitez pas à nous dire si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement…

Tour du propriétaire

L’appareil mesure 4,3 cm de côté (hors hélices), pour 2,5 cm de hauteur. Il ne pèse que 16,5 grammes avec sa batterie. Laquelle est protégée par une trappe sous le carénage, malheureusement non amovible. Cela dit, la pleine charge, avec le chargeur USB fourni, ne demande pas plus de 18 minutes. DSC_0016-1200Le look du E10W est le même que tous les appareils de cette catégorie – pas de place pour l’innovation côté design. A l’avant se trouve une caméra. Sur le flanc gauche, on voit une trappe qui semble destinée à accueillir une carte mémoire de type microSD. Mais elle n’est pas utilisable : un fil en sort, il s’agit d’une antenne. Le E10W utilise le même moule pour la partie inférieure du carénage que d’autres engins de Eachine, à l’évidence. A l’arrière figurent un interrupteur et la prise pour la recharge. Les moteurs, des coreless de 6 mm, sont bien protégés par le carénage : on ne les voit pas, pas plus que leurs fils d’alimentation. 4 diodes, deux bleues à l’avant et deux rouges à l’arrière, se trouvent au bout des bras moteurs.

Wifi ou radiocommande ?

DSC_0025-1200Les deux ! Le W de E10W signifie que l’appareil est doté d’une puce wifi. Cette particularité lui permet d’une part d’être piloté depuis un smartphone, d’autre part de proposer un retour vidéo en temps réel de l’image filmée par la caméra à bord. Sur de petits appareils dépourvus d’assistance à la stabilisation, le pilotage depuis un smartphone est difficile. Peu précis, peu réactif, il a le mérite d’être simple… mais c’est tout. Peu importe, puisque le E10W est livré avec une vraie radiocommande en 2,4 GHz, de petite taille mais assez efficace. Elle est surmontée d’un support pour smartphone. Car si vous pilotez avec la radiocommande au lieu du smartphone, vous pouvez tout de même profite du mobile pour visionner le retour vidéo en temps réel !

En vol…

Le pilotage du E10W est classique, avec une stabilisation suffisante pour réussir un stationnaire sans se battre. Il réagit bien aux ordres que vous lui donnez. Avec une pression sur le joystick gauche, vous pouvez passer du mode débutant, au mode avancé, puis au mode expert, qui permettent des évolutions plus rapides. DSC_0098-1200Le yaw est accéléré, ce qui permet de belles évolutions. Il est aussi possible de réaliser des pirouettes, mais on s’en lasse rapidement puisqu’elles sont entièrement automatisées. Le E10W propose aussi un mode Headless et une procédure de retour automatique au point de départ. Comme d’habitude sur ce type d’appareil, ce sont des fonctions sur lesquelles il ne faut pas compter : elles se dérèglent et vous conduisant au crash… Mais globalement, l’appareil est très agréable à piloter. Ce n’est pas indiqué dans le manuel, mais si l’appareil a tendance à dériver sans que les trims n’aident à corriger, faites un calibrage. Poussez la manette de droite en bas à droite. Dans le même temps, laissez la manette des gaz vers le bas et poussez-la doucement vers la droite jusqu’à ce que les LED du E10W clignotent. C’est fait ! L’autonomie est de 4 minutes et 16 secondes. C’est un peu juste…

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

4 COMMENTAIRES

  1. Et de plus il est étanche en extérieur 🙂 🙂

    PS: je vois que même la météo n’empêche pas tes tests Fred … Bravo 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.