Smart 190, le test

11
3204

DSC_0062-600Voilà une petite machine associée au monde des racers qui peut faire très envie ! Ce qu’elle propose de plus que les autres ? La plupart de ses composants sont assemblés sans soudure, avec des connecteurs simples à manipuler sans outil. De quoi séduire tous ceux, dont je fais partie, qui ne sont pas du tout excités à l’idée de bricoler et souder… Est-ce que ce principe fonctionne avec le Smart 190 ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement…

Tour du propriétaire

DSC_0059-600Non seulement le Smart 190 ne requiert aucune soudure, mais il limite aussi le besoin de bricolage pour le faire décoller. Il est entièrement monté et pré-réglé. Même les hélices sont en place ! Cela dit, il va falloir les ôter. Car l’appareil est dépourvu de récepteur radio. Il va donc falloir intégrer le votre… et pour cela, il est indispensable de retirer les hélices. Comme son nom l’indique, le Smart 190 mesure 19 cm de moteur à moteur, en diagonale. Il est fait de deux plaques centrales en carbone de 1 mm d’épaisseur, solidarisées par des entretoises de 1,5 cm. Sauf à l’avant, relevé pour laisser un peu de place à la caméra FPV. S’y trouve une mini plaque, également de 1 mm d’épaisseur, agrémentée de deux guides et maintenue par des entretoises de 2,5 cm. IMG_2179-600Les bras moteurs se présentent sous la forme de deux pièces, une pour l’avant, une pour l’arrière.

Mécanique et électronique

Les moteurs sont des 1806 de 2400KV. Les ESC ne sont pas visibles, ni sur les bras, ni dessous. A la place, un simple connecteur de type servo. En fait, les ESC, des modèles de 16A compatibles BLheli, se trouvent à l’intérieur de la frame, sur une plaque qui se trouve sous la plaque de distribution. Ces deux plaques sont connectées par des micro prises. La plaque supérieure alimente tous les composants du multirotor avec l’aide de prises à 3 broches, de deux formats différents. Cette PDB héberge aussi un buzzer. Sans oublier le cerveau du Smart 190, le contrôleur de vol, un CC3D Atom. Avec une particularité : les pins d’alimentation sont directement soudées – c’est d’ailleurs ainsi que la PDB et le CC3D sont attachés. Avec le Smart 190 est fourni (et déjà branché) un câble destiné à brancher un récepteur radio de type PWM. IMG_2187-600Dans la boîte se trouve aussi un câble SBUS. Vous aurez par conséquent le choix entre une connexion radio en PWM ou SBUS. Et en PPM ? C’est possible avec le CC3D, mais il faut bidouiller le câble PWM pour remplacer le fil blanc de la prise à 3 fils par celui de la prise 6. Rien de bien compliqué, mais sans cette manipulation, le branchement en PPM ne fonctionne pas.

La taille compte

Plus les multirotors sont petits, plus il est difficile d’y loger les différents composants. Dans le cas du Smart 190, oubliez un récepteur PWM comme le X8R de FrSky, il est trop imposant. J’ai choisi de brancher un RX-F801, qui est un récepteur 2,4 GHz de petite taille (2,4 x 3,2 x 0,9 cm) opérant en PWM, et compatible FrSky. IMG_2194-600L’avantage ? Il s’insère pile poil entre les deux guides à l’avant de l’appareil. Cela dit, j’ai fini par le placer à l’arrière de l’appareil, à l’extérieur. Mais il est préférable d’utiliser un récepteur PPM ou SBUS pour gagner en place. Avec un modèle suffisamment petit – mais il faut qu’il soit vraiment très petit -, il est possible de le glisser derrière la caméra, à l’intérieur de la frame. Attention à bien dégager l’antenne sous peine de tops radios (pertes de connexion) très désagréables. La batterie est prévue pour être placée sur le dessus de la frame, une bande velcro est en place pour la sécuriser. Un autocollant antidérapant est fourni dans la boîte, à coller sur la frame là où est placée la batterie. Malheureusement, il est… tout sauf antidérapant. La taille compte… Et le poids ? La frame nue pèse 179,8 grammes. Elle passe à 188,3 grammes avec les hélices. A 194 grammes avec le récepteur radio RX-F801. Et à 258,4 grammes en ordre de vol, avec sa batterie. Léger, donc.

Un intérieur très propre

IMG_2174-600Si vous devez remplacer le câble PWM, il faut retirer la partie supérieure de la frame du Smart 190. Il suffit de retirer 6 vis pour accéder à la plaque de distribution et au contrôleur de vol. C’est un jeu d’enfant que de retirer la prise PWM pour brancher, juste en face, la prise pour le SBUS. On note au passage que 7 prises d’alimentation sont libres, ce qui permet d’envisager de brancher des LED – le Smart 190 en est dépourvu. Ne sont alimentés, et donc occupent une prise, que la caméra à l’avant et l’émetteur vidéo à l’arrière. Si vous tirez doucement sur la PDB, elle se soulève et laisse apparaître la plaque du dessous, celle qui héberge les ESC. Vous pouvez profiter du remontage de la plaque supérieure pour retirer les guides de la petite plaque avant. Ils ne servent pas à grand chose et, surtout, empêchent de placer une mini caméra HD de type Keychain (808 #16, Mobius, Runcam). Il suffit de retirer des microvis pour que les supports se détachent. Il faut en revanche remettre les mini-entretoises en place pour reconstituer la frame. DSC_0073-600Avant de tout revisser, vous pouvez aussi choisir d’incliner la caméra un peu plus, en plaçant les ergots dans des trous un peu éloignés. Ce qui donne un angle de 20° ou 25° pour la caméra FPV.

La partie vidéo

La caméra est un modèle 700TVL CMOS avec un angle de 120°. Elle est fixée sur une plaque de carbone qui la maintient et lui donne son angle. Dommage que la fixation en question soit un simple adhésif épais – il amortit les vibrations, mais ne collera pas très longtemps. La caméra est branchée sur la plaque de distribution, qui transmet le signal à l’émetteur vidéo qui se trouve à l’arrière. Il s’agit d’un modèle 5,8 GHz à 40 canaux, donc compatible Raceband, d’une puissance de 200 mW, le TS5823S. ts5823S-smart190Rappelons que la réglementation française limite l’émission 5,8 GHz à 25 mW. Il est fourni avec une antenne bâton. Comme d’habitude, nous avons mesuré la puissance en sortie de la prise antenne sur les 40 canaux du 5,8 GHz. Le résultat est très uniforme : l’émetteur oscille entre 156 mW et 172 mW, avec une moyenne à 168 mW. A noter que les dips 123 pour la bande D/IRC doivent orientés vers le haut et non pas le bas comme l’indiquent la documentation du TS5823S disponible sur le web (voir ci-contre). Les résultats sont dans ce document.

La partie vidéo (suite)

Un détail important : les dips de changement de fréquences sont quasiment inaccessibles ! Il faut retirer la plaque supérieure pour réussir à les bouger. IMG_2176-600L’appareil est donc condamné à rester sur la même fréquence, à moins que vous ne changiez l’émetteur de place. L’image est de qualité correcte pour un retour 5,8 GHz, avec une latence très faible parfaitement compatible avec des vols de type FPV racing. Elle est rapide pour réagir aux changements de luminosité. Elle parvient à proposer une image (noir et blanc) dans la pénombre, ce qui vous permet d’envisager les vols en parking ou de nuit (ces derniers ne sont autorisés que sur des terrains FFAM habilités).

>>>> La suite de la chronique se trouve ici <<<<

11 COMMENTAIRES

  1. des prises servo pour les moteurs brushless c’est couillu… La première chose à faire pour éviter les ennuis sera de souder tout ça, faut savoir ce qu’on veut!
    Ce type de connecteur n’a jamais été prévu pour passer plusieurs ampères !

  2. Je me suis fait un petit racer : Diatone 160. Pour remplacer mon 250 dans les endroit ou il faut être plus discret. A l’opposé de ce que vous présentez, j’ai tout soudé. Le résultat est juste super. Les sensations au pilotages sont proches du 250, une puissance de dingue, la fiabilité est très bonne…
    N’ayez pas peur des petits racers, ils sont surpuissant et très maniables.

  3. @airvb ;: il t à la théorie et la réalité. J’ai un mini Helipal en 4s plug jst red. Ça fait 6 mois que ça tient des gaz à fond pendant 30 seconde alors que les pros en club m’avaient promis un incendie dans les permier vol.

  4. peut être une config low cost pas trop mal pour débuter à bas prix

    voici un exemple de pack complet fpv:

    Smart 190 arf 150€
    4 lipos Turnigy nano-tech 1000mAh 4S 45~90C par 4 52€
    Turnigy TGY-i6 AFHDS Transmitter and 6CH Receiver 47€
    AOMWAY 5.8G 16€
    quanum V2 59€
    Turnigy nano-tech 1300mAh 3S 45~90C 13,50€
    vrx Aomway RX004 DVR 5.8G 32CH 57€
    antennes AOMWAY 5.8G 3dBi 15€
    iMAX B6: 21€
    Matek rgb LED 12v: 3€

    total: 433€

    à voir si ça marche pas trop mal avec les lipos 4S 45C 1000m

  5. Merci pour le test Fred. J’étais a 2doigts de l’acheter jusqu’au mail de bup hobbyking avec le nouveau outlaw 180 plus petit avec des hélice 5pouces…
    Petite question ? Il vol en 4s le smart 190 ? Sur les esc c’est écrit 2-4s.

  6. J ai reçu ce truc et je peux vous dire qu il aura droit à un test inoubliable. C est honteux de vendre ça. Et je vais le prouver. Attention je ne remets pas le test de Fred n question. Je suis juste dcun autre avis

  7. @Fredouillo : tu vas maintenant publier des tests de machines que tu as vraiment entre les mains. C’est nouveau !!!
    D’habitude tu fais des tests bidons basés uniquement sur ton imagination.
    Si tu pouvais au moins éviter de polluer un site sérieux ce serait sympa.

  8. Super test 🙂 J’ai publié aussi le mien
    Par contre sur mon VTX, je n’ai mesuré que 100mW …. peut être un bug du mien… J’ai pas encore trouvé comment désactivé le buzzer sur Betaflight

  9. Pour le courant de 5A des connecteurs cest en utilisation continue. Quand tu vole tu consomme peut moins etbde tant en tant avec quelque pointe bien au dessus mais ca depznd du pilotage et des moteurs. Mais ca reste pas recommandé. Du moins cest ce que jen pense.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.