HQProp quadripales

18
1045

hqprop-quadri1Le fabricant d’hélices HQProp fait le buzz avec de nouvelles hélices, des modèles quadripales 5040. Oui, on oublie les bipales, on passe la génération tripales ! Mais l’usage de telles hélices sur un multirotor de type racer pose de nombreuses questions. Peut-on espérer une meilleure poussée ? Peut-on penser qu’un quadri équipé sera plus silencieux ? Doit-on craindre une consommation supérieure et donc une autonomie réduite ? Un rendement plus faible ?

Et puis…

Doit-on supposer que les turbulences générées par 4 pales sont supérieures à celles produites par des hélices à 2 ou 3 pales ? Peut-on aussi envisager une meilleure portance pour des figures acrobatiques plus « planantes » ? Ce sera à vérifier, notamment pour savoir quelle motorisation utiliser pour obtenir les meilleures performances… Ces hélices surprenantes seront disponibles à la fin du mois de janvier 2016. Elles sont déjà dans les mains d’un pilote français, David, de la Team Mistral (que vous trouverez sur Facebook ici et sur YouTube là), à qui l’on doit les photos qui illustrent ce post… Son quadri est un Speed Addict 210-R, commercialisé par Catalyst Machineworks. Merci David !

Un court teaser vidéo

D’autres photos

hqprop-quadri3

hqprop-quadri2

hqprop-quadri5

18 COMMENTAIRES

  1. ah enfin !
    moins de bruit !
    plus de poussée !

    par contre j’estime a vue de pif que les batteries dureront 40 a 50 % de leur durée initiale.

    sans carénage point de salut !

    et celles la ressemble a de vrai hélice! pas a des battoirs de moissoneuse comme les tripale pour les hubsan !

  2. Attention ! tout de même au phénomène de cavitation avec ce type d’équipement. Je m’explique:
    Chaque pale de l’hélice passe dans l’air turbulent brassé par la pale qui la précède. Plus il y a de pales, plus elles se suivent de près, et plus le moteur tourne vite, plus les pales se suivent vite et moins l’air (entre le passage de deux pales successives) retrouve son calme.
    Vous suivez ? 🙂
    Si donc, nos moteurs tournent vite, avec 4*pales en plus, l’air “fendu” par une pale peut ne pas se “refermer” avant le passage de la pale suivante qui alors ne fend plus l’air (ne crée plus de portance) mais s’engouffre dans le trou ouvert par la précédente 🙁
    On dit alors que l’hélice cavite et son rendement chute très vite ..

    Principe à valider sur nos machines en pratique ou au banc.

    PS: de plus perso, je préfère casser deux pales plutôt que 4* cela est plus économique 🙂 🙂

  3. Passer une quadripale en bipale… Attention à l’équilibrage. 😮

    Augmenter le nombre de pales permet d’augmenter la puissance transmissible pour un diamètre fixé.

    Cela a pour effet de diminuer la charge alaire par pale et donc d’augmenter la solidité.
    Si la charge alaire diminue, il y a moins de turbulences et donc cela fait moins de bruit à poussée égale.

    Par contre, en augmentant le nombre de pales on diminue le rendement propulsif global de l’hélice puisqu’on cumule les pertes pour chaque pale (traînée induite et traînée de frottement pour les principales pertes)

    En gros, il faut diminuer le nombre de pales au maximum pour augmenter le rendement, et c’est pas forcément ce qu’on cherche dans le cas d’un racer puisqu’on recherche de la puissance.
    Et donc augmenter la solidité des hélices en augmentant la surface des pales (solidité) pour transmettre un maximum de puissance pour un diamètre imposé.

    Si ça continue, on va finir par voir apparaître des hélices avec des cordes plus importantes (type slowfly), et les racer ressembleront de plus en plus à des ventilateurs.

    L’autre paramètre mécanique qui rentre en jeu, c’est l’inertie de l’hélice, à augmenter le nombre de pales, le couple demandé au moteur sera également augmenté et donc la réaction de l’hélice sera diminuée…
    Mais bon, faut bien pousser les machines… Comme dans tout sport. 🙂

  4. Augmenter le nombre dhelices veut pas dire aumenter la poussé mais ca fait moins de bruit et ca prend moins de place mais cest moins stable. Mais bon il faut tester pour un racer ca peut le faire.

  5. Le pas ne sert qu’à générer plus de vitesse et de débit d’air, donc de poussée.

    Mais il y a un autre problème, c’est qu’un profil aérodynamique peut décrocher et donc la portance peut disparaître.
    Si on augmente le pas, on se risque donc à des soucis de décrochage surtout lorsque l’hélice voit de l’air qui commence à venir par l’arrière (vitesse descendante).

    Et si il n’y a pas assez de pas, ça se traîne car on aura beau mettre les gaz à fonds, la vitesse sera limité par le pas de l’hélice, en dehors des autres traînées.

    Donc encore une histoire de compromis..

    Les hélicoptères ont tout inventé pour contrer ces soucis, avec la variation de pas…

  6. “”Les hélicoptères ont tout inventé pour contrer ces soucis, avec la variation de pas…””

    Je parie que cela viendra aussi 🙂

  7. @FPV_67, le pas variable existe depuis bien longtemps sur le Stingray de Curtis Youngblood. Mais bon, il est vrai que le but n’est pas le rendement.

    Quand à la poussée, les anciens du vol circulaire de vitesse ont répondu à la question depuis bien longtemps, ils volent en monopale…. Plus il y a de pales, moins il y a de rendement.

  8. @ ROTOBOY 🙂 YES .. 🙂
    Je pense comme toi qu’il y plus sérieux pour optimiser les performances, mais bon à chacun de se faire une idée et d’essayer, c’est en cela que notre loisir reste passionnant et inventif, les compétions feront le tri sélectif naturellement 🙂
    Bon WE

  9. Bonjour et bonne annee a tous…
    Pour ma part je pense que l’avenir est aux turbines qui auront l’avantage d’eviter les blessures.
    Phil

  10. @Rotoboy

    Cela commence à arriver sur les racers avion aussi, avec d’excellents résultats.
    Le problème sur les quadri reste par contre la place disponible pour les hélices… D’où les bullnose, les tripales, etc… Qui n’offrent pas des rendements terribles, mais permettent de gagner probablement en poussée au pris d’une conso qui explose.

  11. Le problème de l’hélice monopale, c’est qu’autant il est possible d’équilibrer statiquement l’hélice avec l’aide d’un contrepoids, autant il semble difficile de lutter contre le déséquilibre dynamique.
    La poussée ne se faisant que sur une seule pale, il s’en suit un effort en moment du fait de la poussée dissymétrique.
    Du coup, ça occasionne un effort sur l’arbre et les paliers (fatigue des matériaux) et un désaxe de la poussée..

    Mais bon, le rendement semble tout de même surpasser ces derniers soucis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.