FrSky Air Speed Sensor

5
353

frskyairspeed-02Pour déterminer la vitesse d’un appareil, on peut utiliser un bon vieux chronomètre… mais la mesure est imprécise. On peut utiliser un radar à effet Doppler pour de meilleurs résultats, mais les appareils à prix léger ne sont pas très précis non plus. Une solution consiste à s‘appuyer sur les mesures d’un GPS à bord. Là encore, la précision n’est pas formidable, elle dépend de celle du positionnement satellite. Une alternative, c’est de placer une sonde à bord du multirotor. Une sonde Pitot, comme sur les appareils habités !

Pour radios FrSky

frskyairspeed-01Cet accessoire est destiné à être utilisé avec les radiocommandes FrSky, la Taranis par exemple. Il est livré avec la sonde et l’électronique associée, ainsi qu’un câble servo pour la connecter au récepteur. Les données sont envoyées en temps réel à la radiocommande, qui peut – mais il faut un peu de programmation – les afficher, s’en servir pour déclencher des alarmes de vitesse, mémoriser les données de tout un vol. Evidemment, c’est la vitesse relative au vent qui est mesurée, pas la vitesse au sol. S’il n’y a pas un brin de vent, c’est la vraie vitesse (s’entend, par rapport au sol) qui est mesurée, sinon il faut la calculer par rapport à la vitesse du vent et sa direction (avec l’aide d’un anémomètre comme celui-ci). L’accessoire est vendu en deux versions, l’une (ASS 100) capable de mesurer des vitesses jusqu’à 360 km/h, l’autre (ASS 70) jusqu’à 270 km/h « seulement ». Le Air Speed Sensor ASS 70 de FrSky sera vendu un peu plus de 26 € chez Banggood (avec le port mais hors taxes).

5 COMMENTAIRES

  1. A vrai dire c’est intéressant seulement pour les avions pour qui la vitesse air est primordiale. Sur un quad aucun intérêt. Surtout qu’avec les incidences prises, les mesure seront complètement fausses. De plus il y a trop de dépression/surpression près du body du multi pour avoir une mesure vraie. C’est comme poser un baro sous une hélice… Et puis c’est directionnelle comme mesure.
    Donc pour un avion, ça se défend ! (même si GPS only peut fonctionner si on prend de la marge pour la vitesse de décrochage).
    Par contre pour moi sur un multi, à part vraiment la déporter et juste pour une mesure quand on avance, ça n’a strictement aucun sens.

  2. titop il suffi de le placer sur des servos (pan tilt) pour su’il prend la bonne position avec un bon mixage ou a 88° pour un racer250 pour les meilleur (pas moi)
    vidéo julien http://escadrilledessalines.overblog.com/2015/09/video-plerguer.html
    je sais usine a gas mais c’est un capteur que pas tout le monde connais

    que j’ai mis sur un planeur 4m pour éviter le décrochage avec vent dans le dos

    je suis content que Fred nous indique les chose qui on du mal a arriver en France

  3. Comme le dit Titop, il y a le probleme de l’angle pris par le multirotor. Mais il y en a un autre: la sonde doit depasser assez pour que le souffle des helices ne l’affecte pas, et donc en premiere ligne en cas d’impact frontal, sans parler du poids, meme modeste, en porte a faux. Apres c’est clair que pour un avion c’est parfaitement adapte.

  4. Mettre une sonde pitot sur un multirotor n a vraiment aucun intérêt , c est meme stupide a cause des vents générés par les hélices

    cette sonde permet aux avions de savoir a quelle vitesse ils se déplacement dans l air ( et non comme un gps qui projet le drone au sol)
    C est indispensable pour un avion avec autopilote

    ou en RC , cela permet de mettre une alarme pour la vitesse mini a pas franchir sous risque de décrocher
    tres utile !
    ou meme pour le mordu de vitesse , lui informe de ses records…

  5. @ STEF JULIAN : Les sondes Pitot se placent bien sur un multirotor, il suffit de les surélever et de les incliner d’autant que l’accélération maximale anticipée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.