Le business du FPV Racing : Drone Racing League lève 1 million de dollars auprès de RSE

8
423

Stephen RossCe nom vous est probablement complètement inconnu, Stephen Ross est au travers de sa société d’investissement RSE, un gros investisseur dans le milieu du sport aux USA. Il est surtout connu pour posséder l’équipe de football NFL locale les «Miami Dolphins» qui est son investissement le plus visible du grand publique outre-Atlantique. Mais dans la grande tradition entreprenariale américaine, il a fondé RSE Ventures pour «investir dans des sociétés qui repoussent les frontières sur des marchés d’avenir». Et c’est exactement ce qu’il vient de faire en investissant 1million de Dollars dans une start-up new-yorkaise (Drone racing league) pour qu’elle organise cet hiver sa première course de drones. Cette dernière compte gagner de l’argent en vendant des billets, au travers des médias (au pay per view) et à la publicité. La société vise un public nombreux, les joueurs de jeu vidéo en leur proposant un spectacle axé sur la technologie, comme il y en eu au Madison square Garden ces derniers temps.

Quid de la France?

De ce côté-ci de l’atlantique, où il faut le rappeler, tout a commencé. Nous avons certes organisé les premières véritables courses (la FPV RACE 28 de Chartres, Le FPV weekender au Planet). Toutefois, comme souvent la réalisation et le passage à l’étape suivante, c’est-à-dire l’organisation d’un événement réellement grand public, populaire et spectaculaire et surtout retransmis convenablement manque toujours à l’appel.

Pourquoi, car en France nous manquons d’un soutien indispensable d’une société capable de voir les enjeux et l’intérêt d’investir dans l’organisation d’un circuit. Les structures officielles telles la FFAM se penchent avec un intérêt croissant sur le sujet, mais ne conservent hélas qu’une approche fédérale et amateur. Même ci ce dernier est important et constitue un vivier solide de pilotes, on l’a bien vu sur les événements précités, et de détecter des talents, elle ne permet pas à la discipline de se développer avec l’intégralité du potentiel qu’elle dispose.

Trouvons le RSE Français

we-need-you-super-dupontLa France est contre toute attente le pays leader dans le milieu du FPV racing, les Américains se sont inspirés de notre expérience pour organiser leur événement ( Drone Nationals) en venant voir comment se déroulaient les courses chez nous. Alors qu’attendons-nous ?

Le FPV racing vu par un pilote européen

Article précédentLumenier QAV 180, et un mini de plus
Article suivantPorket SP prototype, la nouvelle porket en approche

8 COMMENTAIRES

  1. Ce qu’on oublie ici c’est que les américains sont avant tout de grands enfants et que 1M$ c’est de l’ordre du ticket pour la foire du Trône pour ce genre de personnage 🙂

    C’est bien connu aussi: ici on n’a pas les sous mais on a les idées 🙁

  2. Ils existent des mécènes en France capable de déposer une telle somme sur la table, ou tout au moins une somme pour organiser un événement précurseur.
    Ce qu’il faut peut être c’est leur montrer un dossier solide, apparement c’est le cas, mais surtout avoir leur numéro de téléphone ou leur mail pour pouvoir les contacter.
    Et être suffisamment visible pour attirer leur attention.

    Mais si en France nous avons les pilotes et le matériel avons nous vraiment le public et de plus prés à payer ?

    Et pourquoi ne pas lancer un projet avec le financement via internet, je ne me souviens plus du nom de ce genre de site.

  3. Studio sport, FlashRC et consorts…. c’est aussi à vous de sortir du bois, d’installer vos stands et de proposer un spot et une compet.

    Les australiens d’HobbyKing (oui, australiens et pas chinois ou autres asiat…) sont passés par chez nous pour le faire.

    Frenchies… montrez l’exemple. Faites du marketing sur place et pas que sur vos plateformes de ventes web !

  4. Y a aussi qu’en France on est assez frileux sur ce genre de nouveauté (l’exception culturelle française comme disait fred dans une de ses reviews). On est toujours pas mis en avant dans cette catégorie ni dans les autres avancées technologique (c’est pas demain que les étrangers arrêteront de nous prendre pour des hommes préhistorique) -_-‘

  5. N’empéches que pour faire un événement qui fonctionne et attire du mode il faut tenir compte de la diversité culturelle de chaque pays.
    Pour faire un événement qui attire du monde et que celui ci soit prés à payer et dépenser des sous il vas falloir lui vendre autres choses que de la course racer et greffer autour d’autres événement.
    Les italiens avec leur défilé de mode est un bon exemple.
    Faisons une compet indoor, avec plusieurs mode de vol en même temps qu’un salon du vin et du fromage, on sera en plein dans l’esprit culturel français ;o))))

    Le Bourget serait une bonne vitrine ou alors pendant les motocross qui ont lieu à Paris et autres villes, intercaller entre des sessions de fpv racer avec des gates sur le parcours, vu les bosses et autres ça devrait être chiader ;o))))

  6. La competition de drone nationals le mois dernier a Sacramento etait un attroupement de sponsors, c’etait pas fun, les societe se battaient pour avoir leurs banieres en premiere ligne tandis que les organisateurs ont pressure les participants pour obtenir plus d’argent quand ils ont realise que l’evenement prenait de l’ampleur.
    Au final pas pas mal de gens sont alles dans des parcs pour s’amuser en dehors de ce raout commercial.

    Perso je resterai le plus loin possible de ce phénomène de league, federation et autre Fifa du FPV. C’est normal de payer pour courvir les frais mais si ca devient un business avec une rechercher de rentabilite a 400%, tres peu pour moi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.