FPV Racer Tracker

5
1039

neub10Les événements de FPV racing se multiplient partout en France et à l’étranger. La FPV Race 28 de Chartres et le FPV Weekender de Hobbyking ont été les premiers de grande envergure, ils vont être suivi par de nombreuses autres opportunités de se mesurer à des pilotes cet été et à la rentrée.

Compte-tours…

Pour l’heure, les classements sont établis par chronométrage des tours de parcours. Une méthode humaine faillible puisqu’il faut de sérieux réflexes pour déterminer le moment exact où l’appareil coupe la ligne d’arrivée, lancé à 60 km/h ou plus. Pour que les classements puissent être plus précis et limiter les opportunités de contestation, la solution consiste à automatiser le chronométrage. Comment ? Ce n’est pas chose facile puisque les racers sont petits, léger et très rapides. Il faut un matériel embarqué qui soit… petit, léger, et à un prix raisonnable… Nous avons interrogé Andreas Neubauer, qui va bientôt proposer le FPV Racer Tracker, un outil d’automatisation du chronométrage…

Helicomicro : Andreas, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
Andreas Neubauer : Je vis en Autriche, je suis en charge d’une société de développement de jeux opérant à l’international. neub11Mais ma première activité professionnelle a été la construction aéronautique. J’ai par conséquent une connaissance très technique de l’aéromodélisme.

HM : Comment êtes-vous venu au FPV racing ?
AN : Je me suis investi dans le FPV racing immédiatement après avoir visionné les premières vidéos sur YouTube. Je me suis dit que cette discipline allait avoir besoin d’un cadre et d’outils pour que les pilotes puissent organiser les compétitions entre eux et devenir plus professionnels. Mes premières réalisations ont été les premières airgates et les premiers airflags, que l’on peut trouver sur RotorHill. J’ai aussi écrit la première réglementation européenne sur le sujet pour AerialGP, et organisé plusieurs événements de FPV racing.

HM : Comment êtes-vous venus à imaginer un outil de chronométrage des courses ?
AN : Le FPV racing est un sport qui en est à ses débuts. Tout est à faire et ça tombe bien, j’adore développer de nombreux équipements et essayer de nouvelles choses. J’ai de nombreux projets en préparation, mais celui qui m’occupe pour le moment est le FPV Race Tracker. Tout simplement parce que c’est quelque chose dont tous les pilotes de FPV racing ont besoin ! « Le jeu est la forme la plus élevée de la recherche », a dit Einstein, et il avait bien raison…

neub2HM : Vous pouvez nous en dire plus sur la solution FPV Racer Tracker ?
AN : Il s’agit d’un outil logiciel destiné à coordonner les événements et leurs chronométrages. J’ai tenu à ce qu’il fonctionne sur n’importe quelle plateforme, que ce soit Mac OS X, Windows, Linux, connecté à Internet ou pas ! Il prendra la forme d’une app pour Chrome, comme BaseFlight ou CleanFlight pour ceux qui les utilisent.

HM : L’outil logiciel s’accompagne forcément d’un équipement matériel…
AN : Oui ! J’ai réalisé énormément de tests avec différentes solutions comme le RFID (sans contact), des outils optiques, tout cela pour en conclure que l’infrarouge était la meilleure solution pour les besoins des pilotes de racers, en tous cas pour l’instant. neub12J’ai choisi d’établir un partenariat avec I-lap Timing Systems pour leur matériel, qui peut être acheté sur leur site. Ils ont d’ailleurs été choisis par l’organisation de l’énorme événement FPV Nationals aux Etats-Unis. Mais mon logiciel n’en est pas dépendant, il faut utiliser d’autres outils matériels.

HM : La partie matérielle est intrigante. De quoi est-elle composée ?
AN : La dotation de base pour une course de FPV racing est la suivante. Il faut 5 capteurs « Bridge Sensor », un décodeur « Decoder Unit », et un transpondeur par pilote. Le coût total de cette dotation est d’environ $340 ($40×5 + $140), plus $38 par pilote. C’est beaucoup moins cher que des solutions basées sur le RFID ou d’autres technologies.

HM : Mais l’infrarouge, ça fonctionne vraiment avec des racers lancés à grande vitesse ?
AN : La plus grande difficulté, quand j’ai mis au point le système, a été de gérer l’identification unique de chaque appareil volant. neub7J’ai procédé à beaucoup de tests par essais-erreurs pour finalement envisager, avec Craig de I-Lap Timing Systems, d’adopter une lentille un peu différente pour le transpondeur. Et aussi de changer sa position sur le quad : il était à l’avant, il est désormais sur le côté. Cela permet de voler vite avec de l’inclinaison sans que le faisceau ne se perde. J’ai dû aussi changer la position des capteurs : ils sont maintenant sur un mât, placés à la verticale. Cette configuration fonctionne très bien avec une alimentation de 5V seulement sur le racer, via le contrôleur de vol ou le récepteur radio.

HM : Ok, « vite », c’est dans quelle mesure ? Avez-vous une idée de la vitesse maximale de passage ? Quel est le poids d’un transpondeur ?
AN : J’ai constaté des temps de réponse très rapides avec l’infrarouge, les tests montrent qu’on peut atteindre 100 km/h et être détecté. Mais il est évident qu’il faudra procéder à d’autres tests encore pour ces grandes vitesses. neub9Le poids du transpondeur est de 5 grammes environ, pas de quoi handicaper le comportement du racer…

HM : Mais l’infrarouge et le soleil, ça ne fait pas bon ménage… Comment avez-vous géré ce problème ? Et à quelle distance faut-il passer des capteurs pour que le passage soit pris en compte ?
AN : C’est vrai, mais j’ai procédé à de nombreux tests avec différentes lentilles infrarouges, ce qui m’a permis de choisir une technologie qui permet une excellente détection même en plein soleil, et avec une alimentation de 5V seulement. Les capteurs fonctionnent à une distance de 10 mètres quand ils sont à l’ombre, de 6 mètres en plein soleil. Mais je conseille de ne pas dépasser 5 mètres.

neub5HM : Le logiciel fait-il simplement office de chronomètre ?
AN : Non ! Tout l’intérêt de la solution logicielle que j’ai développée est de faciliter la tâche des organisateurs. J’ai constaté, à l’occasion des derniers événements FPV racing, que le directeur de course et ses collaborateurs ou bénévoles perdaient un temps fou dans la gestion des feuilles de courses, de pools, le relevé des chronomètres, la gestion des temps. J’ai donc veillé à ce que le logiciel s’occupe de tous ces soucis de logistique. La version actuelle est assez complète, mais je compte ajouter de nouvelles fonctions comme la diffusion des chronomètres en temps réel pour un affichage sur un second écran, la gestion entièrement automatisée des pilotes et de leurs courses, avec un serveur en charge du stockage et de la sauvegarde des données.

neub6HM : Peut-on par exemple ajouter des pénalités de temps pour les pilotes qui échouent au passage d’Airgates ? Ou obtenir une vitesse de vol approximative basée sur la taille du parcours ?
AN : Excellente suggestion. Pour l’instant, ce n’est pas le cas, mais je travaille à l’ajout de fonctions au quotidien, ce sera ajouté par la suite. Pour la vitesse, oui, vous pouvez indiquer au logiciel la longueur du parcours, la vitesse sera affichée sur le moniteur de course et dans l’écran des statistiques. Mon logiciel va évoluer, je profite des retours de pilotes qui utilisent déjà l’outil, ce qui me permet de juger des améliorations à apporter. Mon but est de proposer un outil aussi parfait que possible pour la communauté du FPV racing.

neub3HM : La matériel s’achète auprès de I-Lap Timing Systems, nous l’avons vu. Mais combien coûte le logiciel FPV Race Tracker ? Et quand sera-t-il disponible ?
AN : La sortie est prévue pour le début août, avec une disponibilité sur le Google Store dans un premier temps, puis sur mon propre site web. Ce sera une version gratuite. La version complète sortira plus tard en août, à un prix que je n’ai pas encore fixé. Ce sera probablement un montant faible et au mois. Cela permettra de ne s’en acquitter que lorsqu’on en a besoin pour des courses. Les données des précédentes courses, en revanche, seront toujours accessibles. Il ne sera simplement pas possible de débuter un nouvel événement. Tout sera inclus, sans coûts additionnels y compris pour des mises à jour.

Les vidéos d’Andreas

5 COMMENTAIRES

  1. J’ai utilisé et vu ce système la semaine passée à sacramento, je com firme et validé cette solution, même en plein jour ça a fonctionné! J’imagine même pas une seule seconde comment les organisateurs aurais pu faire sans ce setup, j’ai ramener le transpondeur.
    PILOTES ! pensé maintenant à câbler une sortie 5v en câble servo pour les prochaine compétitions !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.