Flytrex Sky

5
279

Les livraisons par drones, depuis que le géant Amazon en a parlé, on les attend de pied ferme. Il y a eu des expérimentations, des essais, des loupés, du lobbying, des fakes pour le buzz. Et puis il y a Flytrex. Cette société basée en Israël commercialise des outils de géolocalisation de multirotors. Nous avions testé le Core V2 ici, par exemple. Le nouveau produit dévoilé par Flytrex passe à la vitesse supérieure. Il ne s’agit plus de simplement mémoriser l’itinéraire d’un appareil volant, mais de le forcer à suivre un parcours.

Le but avoué ?

flytrex-sky-04Etre le premier appareil du commerce capable d’effectuer des travaux de livraisons, pour griller de vitesse Amazon, DHL, Google, La Poste, ou encore Matternet… Le principe est simple : le Sky est un multirotor très classique, auquel Flytrex a ajouté une puce GSM. Sur le même principe que le Flytrex Live (voir ici). Le Flytrex Sky est donc tout le temps connecté à Internet. Une idée un peu stupide ? Pas si sûr. L’appareil est en mesure de recevoir à tout moment un plan de vol pour décoller, suivre un itinéraire, se poser, redécoller et revenir se poser au point de départ. Ou autre part. Le but est évidemment de porter une charge utile d’un point à un autre.

Objections !

flytrex-sky-02Les essais de livraisons en drone n’ont pas été de francs succès. Pourquoi est-ce que cela fonctionnerait plus avec le Sky ? D’abord parce qu’il s’agit d’une solution à prix raisonnable, loin des coûts « professionnels » des projets en cours. Le Flytrex Sky est commercialisé à partir de $549. Ensuite parce Flytrex maîtrise bien la gestion des données avec un module GSM. Ce qui lui permet de proposer une application pour smartphones (iOS et Android) capable de créer des missions sur des cartes, les envoyer « dans le Cloud », c’est-à-dire sur des serveurs spécialisés, puis vers le ou les Sky. Mais l’autonomie des multirotors est ridicule ! Les concepteurs de l’appareil ont prévu le branchement de deux batteries pour atteindre 35 minutes de vol, ce qui est suffisant pour parcourir le fameux « last mile ».

Last mile ?

flytrex-sky-01On peut le traduire comme « le dernier kilomètre ». Dans un transport de marchandises, c’est souvent un poste de dépenses important, en coût mais aussi en temps et en énergie. Les marchandises sont acheminées ensemble jusqu’à proximité de leur point de livraison, puis livrées une par une. C’est la tournée du facteur. En zone urbaine, pas de souci, les livraisons sont rapides. Mais en zone rurale, en zone difficile d’accès parce que connue pour être accidentée ou temporairement sinistrée, tout est plus compliqué. Dans ce cas, un multirotor capable de porter une petite charge sur plusieurs kilomètres peut se révéler salutaire. Petite charge ? Flytrex assure qu’il est possible de porter des charges de l’ordre du kilogramme. Les photos fournies par le constructeur montrent une bouteille de bière en guise de charge. Humour, évidemment.

Autres objections

flytrex-sky-03Les vols automatisés sont voués à l’échec sans outils de détection des obstacles. Le PDG de Flytrex, Yariv Bash, a expliqué que les usages des premières versions du Sky devaient tout simplement tenir compte de ce défaut. L’itinéraire doit par conséquent être pensé pour éviter la présence potentielle d’obstacles. Mais Flytrex travaille à améliorer sa solution : « nous allons offrir des moyens de détection environnementaux à notre drone. Aussi bien pour le milieu naturel que les obstacles créés par l’homme. Il y aura une mise à jour du firmware dans les prochains mois. Elle sera transparente, poussée vers les Sky via la connexion GSM par le Cloud de Flytrex ».

Les tables de la loi

flytrex-sky-06Et la règlementation en vigueur dans chaque pays ? « Nous recommandons évidemment à nos clients de se conformer à la règlementation aérienne de leur pays », glisse Yariv Bash. Mais il ajoute que « comme toujours, les régulations sont à la traîne par rapport à la technologie ». L’appareil est doté d’une fonction RTH pour automatiser le posé ou le retour au point de départ en cas de souci technique. Avec le tracking GSM en temps réel, l’opérateur du Sky est capable de surveiller le vol et d’agir s’il ne se déroule pas comme prévu. En France, la mise en service d’un appareil de ce type est difficile à envisager, à moins de passer beaucoup de temps à obtenir des dérogations…

Le pari est ambitieux, et on ne sait pas grand-chose des composants au cœur du Sky, ni des applications pour le piloter. Ce sont pourtant les éléments qui assureront le succès ou conditionneront l’échec de l’appareil… Produit viable ? Buzz marketing sans suite ? A suivre… Le site officiel du Sky de Flytrex se trouve ici.

Une vidéo officielle

5 COMMENTAIRES

  1. J’l’ai accroché sur mon fond d’écran au boulot , avec plus de 30°C au dehors, ça fait causer 🙂 🙂

  2. j’aime la bière mais fraiche, non secouée et de toute façon pas l’Heineken qui n’a aucun gout 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.