Cheerson CX-31, le test

19
1248

Dsc_0211-600C’est un look de soucoupe volante qu’adopte le CX-31, dernier-né du constructeur Cheerson. L’habillage est inhabituel, l’effort de camouflage est plutôt réussi avec des hélices qui ressemblent à des rotors de turbine. Notez que le CX-31 nous a été donné par la boutique HobbyGaGa. Comme d’habitude, n’hésitez pas à nous dire si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

La soucoupe mesure 12 cm de diamètre, pour 5 de hauteur. Elle pèse 41 grammes, auxquels viennent s’ajouter 13,5 grammes pour la batterie, soit un poids total au décollage de 54,5 grammes. Ce qui se révèle finalement assez léger, sachant que l’habillage soucoupe est assez imposant, avec une ribambelle de diodes sur son pourtour extérieur (8 en tout). Dsc_0207-600Les 4 hélices sont logées dans des ouvertures circulaires. Leurs 3 pales sont courtes (1,8 cm) mais larges pour assurer la portance. Elles sont animées par des moteurs brushed classiques. Ils sont bien protégés dans des supports en plastique solidaires de la soucoupe. Les fils d’alimentation sont cachés et à l’abri. Des amortisseurs en caoutchouc rouge sont placés sous les cages des moteurs. Une trappe se trouve sous l’appareil, fermée par un petit loquet en plastique. A l’intérieur, placée sur la tranche, vient s’installer la batterie.

Avant de décoller

Dsc_0198-600Il convient d’allumer d’abord la radiocommande. Elle est de grande taille, plutôt agréable en mains et en mode 2 (gaz à gauche), en 2,4 GHz. Il faut 4 piles AA pour l’alimenter, non fournies. Ensuite, il faut charger la batterie, une Lipo 1S 3,7V de 500 mAh. Cheerson fournit pour cela un câble USB. La durée de charge est de 1 heure et 15 minutes. Placer la batterie dans la trappe est facile, mais le branchement de la prise l’est moins. Il faut prendre le coup… Dès que l’appareil est alimenté, il est prêt à décoller, il suffit de pousser les gaz.

Premier décollage

Pas de surprise, le CX-31 décolle franchement, avec un tout petit peu de dérive qu’il est facile de corriger via les trims de la radiocommande. L’appareil répond bien aux ordres, même si les réactions sont très douces. Les débutants apprécieront son comportement « pépère » qui permet une prise en mains sans stress. Dsc_0269-600La rotation sur lui-même, le yaw, se révèle assez lent. Pour gagner un peu en nervosité, il faut appuyer sur le bouton de droite indiqué… H/L. C’est-à-dire « headless ». Ne cherchez pas l’astuce, il s’agit d’une erreur de label sur la radiocommande. Une pression produit 2 bips, signe que l’appareil est en « media-speed mode ». Les commandes sont un peu plus nerveuses, mais le yaw reste inchangé. Encore une pression sur le bouton H/L produit 3 bips : c’est le « high-speed mode ». Le CX-31 gagne encore en nervosité. Mais ne vous attendez pas non plus à un bolide, il reste très docile. Le yaw ne bouge pas d’un poil : c’est le même que dans le mode par défaut, le « low-speed mode ». Dommage.

Les autres commandes

A côté de la touche H/L (qui donc sert en fait à changer le débattement des commandes), se trouve celle qui pilote les pirouettes. Comme avec tous les appareils concurrents, il suffit d’appuyer puis de donner une direction pour que le CX-31 se lance dans un rapide tonneau ou looping. Dsc_0303-600Il faut simplement pousser suffisamment les gaz pour anticiper la petite perte d’altitude en fin de figure. Du côté gauche se trouve un bouton avec une icône qui évoque un compteur de vitesse. Vous vous en doutez probablement, c’est la véritable touche H/L qui permet d’enclencher le mode « headless ». Dès que vous appuyez dessus, la soucoupe se lance dans une rotation lente que vous ne pouvez pas contrôler. Les commandes sont en revanche indépendantes de l’orientation, ce qui permet de continuer à piloter l’appareil facilement. Mais au bout de quelques minutes, le calibrage semble décrocher et le CX-31 répond bizarrement. Dans ce cas, il faut le poser et le recalibrer, en poussant les deux joysticks vers le bas gauche. L’appareil clignote, signe que l’ordre a été pris en compte. Un autre bouton se trouve à côté de la (vraie) commande H/L. Il bippe quand on l’active, mais rien ne se passe et la documentation ne le mentionne pas. Sert-il à quelque chose ? Mystère.

>>>> La suite de la chronique du Cheerson CX-31 se trouve ici.

19 COMMENTAIRES

  1. Merci pour ce test Fred.
    C’est un modèle bien sympathique avec son look très inhabituel de soucoupe volante.
    Je trouve le tarif est un peu élevé cependant.
    Un bon point pour la batterie amovible.

  2. Ce ke tu peut dire comme anerie Onclefly j’ai acheté un cx31 a mon fils de 6 ans il adore il est quasi incassable. Dans le vent c’est vrai mais j”oblige mon fils à piloter en intérieur cet appareil n’estbpas prévu pour dehors ! Il est parfait pour les débutant je suis totalement d”accord avec fred!

  3. Moi je lai pris pour son look ,et ne le regrette pas et je suis pas debutant.
    Jai deja perdu 2 helices,pour le coup cest vrai elle sautent pour pas grand chose.

  4. Bonjour Fred,
    Bravo pour votre site, mais celui-ci n’affiche pas correctement avec Internet Explorer 11 notamment. C’est du à l’utilisation de la balise :
    Cette balise force IE en version 7 qui ne supporte pas correctement les styles css.
    Vous pouvez enlever cette balise.
    Cordialement.

  5. Si à 6 ans ton fils pilote, cela veut tout dire et puis un avis s’est mieux que celui qui Anise les coms.

  6. Oncefly sa fait 6ans que je pilote des helicos et mnt des drone j ai jamais pété un truc j ai deux hélicos qui ont 7ans s est pas pck t es petit que tu peu pas piloté mais après je veu bien que t ai un avis pessimiste sa il y a pas de problème.

  7. Merci à poppychou, maintenant je peux lire tous les commentaires et naviguer normalement sur le site. Super

  8. Je suis sur un clavier anglais et je tape pendant les intercours donc j ai pas trop le temps mais je suis premier de classe en français dans la 4ème meilleur école donc je m en fiche quand c est pas noté.

  9. Vous me faites bien rire, 🙂

    Piloter un engin s’en assistance = piloter d’accord
    Piloter un engin avec assistance = ne pas savoir piloter mais ce débrouiller pour voler.

    La le Cx-31 tient tout seul en l’air, va a droite, à gauche, grâce à l’électronique.

    Donc pour le CX-31 une vidéo potable avec prouvera vos dire.

  10. Pour vous vendre des merdes il y a plein de lien sur le net.

    Le net regorge de tester qui disent tous, bon produit, car ils ont les produits gratuit et ce sent obliger.

    Une fois déçu, t’en pi pour vous…

    Les commentaires sont constructif, libre de ne pas les lire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.