SJCam SJ5000+, le test

36
5072

Dsc_0079-600Dans la série « je voudrais une caméra de type Gopro », voici la SJ5000+ du fabricant SJCam. Le look est fortement inspiré de celui de la caméra leader du marché : même boîtier aux formes carrées, avec un objectif proéminent. Que vaut-elle, face à ses concurrentes ? Notez que cette caméra nous a été donnée par la boutique en ligne Banggood. Dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

La caméra est disponible en plusieurs couleurs, nous l’avons choisie en rouge fluo. Il y a plus discret, certes, mais c’était un choix volontaire : retrouver une caméra tombée dans de hautes herbes est difficile, et compliqué par une couleur passe-partout. Dsc_0082-600La couleur, ceci dit, n’est présente qu’en façade. Il s’agit d’un habillage façon « peau de pêche », une texture douce au toucher. Le reste est en plastique noir. Les dimensions de la SJ5000+ semblent similaires à celles de la Gopro, version 3 ou 4. Mais elle est légèrement plus volumineuse. La Gopro 3 mesure 5,9 x 4,1 cm, la SJ5000+ 6,1 x 4,2 cm. L’épaisseur de la Gopro 3 est de 2,1 cm, ou 2,9 en comptant l’objectif. Celle de la SJ5000+ est de 2,5 cm ou 3,4 en comptant l’objectif – mais la comparaison n’est pas valable puisque la Gopro 3 BE est dépourvue d’écran alors que la SJ5000+ en est équipée. Il faudrait comparer avec la Gopro 4 Silver… que nous n’avons pas sous la main.

Suite du tour

Dsc_0083-600En façade avant, on trouve l’objectif, deux diodes et le bouton d’allumage. Sur le dessus figure une autre diode et le bouton de déclenchement. Sur le côté gauche sont regroupées la trappe destinée à accueillir une carte mémoire de type microSD, la prise microUSB et la prise miniHDMI. Sur le côté droit, un bouton permet d’activer la fonction wifi, deux autres assurent la navigation dans l’interface (et la faculté à couper le micro). En dessous de l’appareil se trouve la trappe de la batterie, amovible, une Lipo 1S 3,7V de 900 mAh dans un format propriétaire. Enfin, sur la façade arrière figurent 2 diodes et un écran couleur non tactile de 1,5 pouce (3,5 cm) de diagonale d’une résolution de 940 x 240 pixels. Le poids ? 70,1 grammes (avec la batterie et la carte mémoire), à comparer aux 77,1 grammes de la Gopro 3 BE (sans écran).

Les accessoires

Dsc_0001-600La boîte de la SJ5000+ est bien remplie ! Les accessoires ne seront pas d’une grande utilité pour un usage sur un multirotor – sauf peut-être les boîtiers de protection. Mais ils permettent d’adopter la caméra pour de nombreux autres usages ! Dans le désordre, on a droit à un câble USB-microUSB, deux adhésifs 3M, un chiffon antistatique, deux fixations pour casque, un boîtier waterproof, un dos pour le boîtier qui laisse passer le son (mais le boîtier perd sa fonction waterproof pour être seulement protégé contre les projections d’eau), un boîtier ouvert et léger (avec un clip pince amovible et deux fixations à pas de vis), une fixation pour vélo, et 7 bases et supports pour les boîtiers. Une très belle dotation ! La caméra placée dans son boîtier waterproof pèse 168,4 grammes. Placée dans le boîtier ouvert, elle pèse 97,2 grammes.

Les caractéristiques

Dsc_0013-600La SJ5000+ s’appuie sur un processeur Ambarella A7LS75, proche de celui qui équipe la gamme Gopro 3 (et 3+). Il s’agit donc d’une caméra destinée à concurrencer l’ancienne génération de Gopro, la 4 reposant désormais sur l’Ambarella A9 capable de vidéos 4K en 30 images par seconde. Le capteur est un Panasonic MN34120PA de 16 mégapixels. Ce qui ne dit pas grand-chose, sauf peut-être pour les pros de la photo et de la vidéo. De quoi est capable la SJ5000+ ? En photo, elle prend des clichés dans une résolution max de 4608 x 3456 pixels (4000 x 3000 pour la Gopro 3 BE). En vidéo, elle filme en 1080p (1920 x 1080 pixels) à 60 images par seconde, en 720p à 120 fps et en 480p à 240 fps. Ce qu’il faut retenir ? Le mode 60 images par seconde en Full HD garantit en théorie des images très fluides, y compris lors de panoramiques. Pour les passionnés de l’image, la focale de l’optique est F2.8, les valeurs ISO entre 100 et 1600 avec une balance des blancs. En vidéo, le ratio de l’image est le 16/9. En photo, c’est le 4/3.

L’interface

L’allumage de la SJ5000+ prend 7 secondes, après quoi l’image s’affiche à l’écran et la caméra est prête à enregistrer. L’interface indique la date et l’heure, le type d’enregistrement (vidéo, photo), le mode (résolution et fps), ainsi que la capacité restante sur la carte mémoire. Dsc_0092-600Une diode bleue fixe témoigne du fait que la caméra est en attente. L’image affichée à l’écran est presque en temps réel. « Presque » parce qu’on note une très légère latence. Une pression sur le bouton du haut démarre l’enregistrement. Une seconde l’arrête (sauf dans le cas des photos prises une par une). Une pression sur le bouton en façade avant place la caméra en mode appareil photo. Une autre montre les vidéos stockées sur la carte mémoire. Une autre encore montre les photos. Une dernière permet d’accéder aux réglages. Les boutons sur le côté permettent de choisir, le bouton du haut de valider. L’interface est assez agréable, rapide, bien plus efficace que sur un Gopro 3 par exemple. Par défaut, elle est en anglais, mais elle peut être passée en français. Cela dit, la traduction est très médiocre, à tel point qu’on ne comprend pas toujours. Autant la laisser en anglais. Un très bon point en revanche : l’écran est lumineux, suffisamment pour être consultable en plein soleil.

Premiers essais

Dsc_0098-600Les vidéos shootées par la SJ5000+ se révèlent de qualité plus que correcte, rivalisant sans problème avec ce que produit une Gopro 3 ou 3+. Pour vous faire votre propre opinion, jetez un coup d’œil au comparatif vidéo de ce post, ainsi qu’aux extraits vidéo bruts tels que les produit la caméra. L’image affiche le piqué caractéristique des vidéos Gopro, un point très positif. Les 60 images par seconde permettent de fluidifier les vidéos : c’est particulièrement sensible pour les prises de vues à bord d’un multirotor, soumis à des vibrations et des secousses. Le débit vidéo en 1080p/60 est de 25 Mbps environ, un peu moins que les 30 Mbps de la Gopro 3. La SJ5000+ est donc légèrement en retrait par rapport à sa concurrente directe la Gopro 3+, mais il faut un œil attentif pour détecter quelques effets de fringing dus à la compression ou du bruit dans les zones sombres des images. Elle est en revanche bien plus satisfaisante que la plupart des concurrentes de la Gopro 3.

Les photos ?

Dsc_0094-600La qualité, comme pour les vidéos, se révèle très satisfaisante. Les réglages par défaut suffisent pour obtenir une image aux couleurs satisfaisantes, et il est possible d’intervenir manuellement pour les optimiser. On note que l’effet de flous dans les coins de l’image est absent, à la différence de la Gopro 3. La résolution plus élevée n’apporte pas grand-chose, en revanche. Un mode timelapse, qui permet d’automatiser la prise de vues à intervalles réguliers, se révèle bien pratique pour prendre des photos en vol. L’angle en diagonale maximum de la Gopro (149,2°) est manifestement plus grand que l’angle de… 170° (selon la documentation) de la SJ5000+. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Deux zooms sur des photos. A gauche la Gopro 3 BE, à droite la SJam SJ5000+. D’autres photos (plein format) sont consultables à la fin de la chronique.

Gopro 3 BE SJcam SJ5000+

Le module wifi

Dsc_0088-600Un composant wifi est inclus dans la caméra, éteint par défaut. Pour le réveiller, il suffit de pratiquer une pression longue sur le bouton qui se trouve sur le côté droit de la caméra. Inconvénient : la caméra redémarre. Bon point : il est possible, dans les réglages, de demander à ce que le wifi soit toujours activé à l’allumage de la caméra. Elle crée un « hotspot » wifi en 2,4 GHz. Le principe est de s’y connecter depuis un smartphone ou une tablette pour profiter de l’image en temps réel et de gérer les réglages depuis le grand écran d’un appareil mobile. Avant de tenter l’accès en wifi, il faut télécharger l’application LinkinEyes sur l’AppStore ou sur Google Play.

>>>>La suite de la chronique se trouve ici.

36 COMMENTAIRES

  1. Test bien mené, comme d’habitude. Merci 🙂
    Pour moi la qualité est quasi équivalente à une gopro hero 3. Mais la couleur semble plus ‘chaude’. Et la dessus je préfère la gopro.

  2. Comme à l’habitude, un test fouillé et complet qu’on ne peut trouver qu’ici. Pour un dimanche matin, juste avant la messe…Chapeau !

  3. merci pour le test, mais quid de la comparaison avec la xiaomi testé il y a peu? Je l’ai depuis, et je la trouve vraiment top ( elle n’a pas d’écran mais vaut presque la moitié du prix )

  4. AAaaaah la sortie des WC, toujours compliquée !!! 😀
    (commentaire relatif à la vidéo avec le mini racer 250 pour ceux qui ne suivraient pas ! :))

  5. Yes, mais la caméra permet de modifier la balance des blancs, ce qui permet de corriger la température des couleurs… Avec le réglages automatique, en revanche, oui, c’est plus chaud…

  6. Tiens, j’en profite pour vous demander si vous connaissez une Gimbal 2 ou 3 axes qui s’adapte sur un harnais de poitrine ?

  7. Il y a l’air d’avoir du mieux depuis la SJ4000 ;-), fraudai nous faire des vidéos extérieures, pour voir.
    Sur le racer, à 60 images par seconde cela commence à être bien quand on vole vite.

  8. J’ai sa “petite soeur” la SJ4000 dont le format d’enregistrement vidéo est exclusivement le .mov (Quicktime).
    Est-ce la même chose sur celle-ci ?
    Merci

  9. “la focale de l’optique est F2.8”
    >> hérétique! 🙂 c’est l’ouverture ca monsieur! :p (pas que ca change grand chose d’ailleurs puiqu’il faut aussi prendre en compte la taille du capteur, mais bon…)

  10. J’ai placé un extrait sans retouche d’une vidéo, dispo à télécharger juste après la vidéo de présentation. Ca permet de mesurer le débit, et d’en apprendre un peu plus sur les codecs avec GSpot ou d’autres outils pour ceux qui ont besoin d’infos plus pointues…

  11. Yes, mais c’est une caméra plus ancienne, en fait, avec un processeur de la génération précédente malgré son nom, elle se borne à du 1080/30.

  12. Voila je possede une sj5000+et suis étonne par sa qualite, qui de accord dans le contre jours un peu plus lente que la gopro et dans les blancs aussi exemple la neige mais pour le reste rien a envier a une gopro belle image video et belles fotos et puis ne oublions pas une chose que ont oublie le prix moitie prix que un gopro3+, et la sj vient avec tous les accessoires et gopro rien, exemple je ai pris le cadre pour la ceinture pour la fixer a ma petite grinbal 2axes de walkera a 28 € pour 176 € camera complette pour le multi est que on a besoin de plus?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.