Monument Valley

22
516

Monument Valley est une autoproduction à 100 % par l’opérateur français Freeway Prod qui sera diffusée bientôt sur France 2. freeway-monument-02Des images rares tournées dans le grand ouest américain, à la frontière entre l’Arizona et l’Utah, en avril 2014. Michael Gisselere de Freeway Prod nous a décrit l’envers du décor !

Helicomicro : L’endroit est-il un parc national ? Vous avez eu du mal à obtenir une autorisation de vol ?

Michael Gisselere : Nous étions là-bas juste avant que les Etats-Unis ne durcissent leur politique en interdisant le survol des parcs nationaux. Mais Monument Valley n’est pas un parc national, l’endroit est administré par les indiens Navajo. Ils perçoivent d’ailleurs un droit d’entrée pour les visiteurs. Nous avons dû nous acquitter d’une taxe de $1500 pour obtenir l’autorisation de tourner sur une journée. Le jour du tournage, la météo s’est déchaînée avec de la pluie, de la neige et un vent très fort.

freeway-monument-03HM : Vous avez été forcés de rester sur place et payer la taxe une seconde fois ?

MG : Il était impossible pour l’équipe de tourner dans ces conditions. Les indiens Navajo ont été très coopératifs et nous ont accordé 24 heures de tournage de plus, sans supplément. La météo du lendemain a été plus clémente, mais il faisait très froid.

HM : Avec quel matériel avez-vous travaillé ?

MG : Nous avons tourné les images avec un S1000 de DJI, équipé de Lightbridge pour le retour vidéo et un Canon 5D Mark III avec une optique de 24 mm. D’ordinaire, le S1000 parait un appareil très grand format. Mais dans Monument Valley, les volumes sont démesurés.

freeway-monument-04HM : Ca se traduit comment ?

MG : Nous avons l’habitude de voler à 150 mètres de hauteur et 100 mètres de distance. Là, il faut tout multiplier par cinq ! Les premiers plans ont été instructifs pour ressentir les distances. Nous voulions filmer un rocher de 200 mètres de haut. On a décollé, on a envoyé le drone à 50, 100, 200, 300 mètres, mais on avait l’impression, à l’image, qu’il ne s’approchait pas du bloc de roches.

HM : On serre les dents sur des vols de ce type ?

MG : Oui, dans certaines situations comme à 2’20, où nous sommes à 300 mètres avec très peu de visibilité et beaucoup de vent. C’est un plan qui parait simple, mais il a été compliqué et risqué à tourner. freeway-monument-06En cas de perte de contrôle, d’erreur de pilotage, le drone restera à jamais sur son rocher, il est impossible d’aller le chercher…

Freeway Prod est le premier opérateur à avoir fait homologuer l’Inspire 1 pour des activités particulières en scénario S1. Si d’ailleurs vous voulez profiter des conseils de Michael Gisselere, sachez qu’il dispense une formation sur l’Inspire 1 de DJI chez FPV4Ever près de Roissy en région parisienne. Les renseignements sur cette formation se trouvent ici.

La vidéo

00’29 : Le S1000 était à plus de 200 mètres de hauteur, avec un gros vent de rafale qui l’attendait juste derrière les rochers.

00’54 : La séquence débute à plus de 250 mètres de hauteur.

01’38 : A cet endroit, il y avait beaucoup de vent. Pour la petite histoire, le S1000 n’a pas eu la puissance suffisante pour revenir… Nous avons dû descendre la machine à 30 mètres de hauteur en FPV pour avoir moins de rafale et le ramener à 20 mètres de hauteur sur une distance de plus de 250 mètres, c’était assez sport !

02’20 : La séquence a été tournée à plus de 300 mètres de hauteur en FPV, sans visibilité une fois au-dessus de la roche où l’on peut apercevoir une micro forêt.

03’52 : Sur ce plan, le S1000 est très près de la roche, dont nous avons voulu montrer les détails. C’est une séquence exclusivement drone, un hélicoptère ne pourrait pas s’approcher autant.

Les photos du making of

freeway-monument-making-01

freeway-monument-making-02

freeway-monument-making-03

freeway-monument-making-04

freeway-monument-making-05

freeway-monument-making-06

freeway-monument-making-07

freeway-monument-making-10

freeway-monument-making-08

freeway-monument-making-09

22 COMMENTAIRES

  1. Y’en a qui on de la chance 🙂 (et les moyens 🙁 ) de nous faire rêver … Belles images en perspective 🙂

    PS: pas besoin d’autorisation pour le survol du public dans de tels endroits …

  2. avec le dollars…. tu peux tout faire… l’indien survolé en drone avec son cheval = 5 dollars… La jeep bleue, elle, elle passait par là ;)… le reste… c’est quand même assez… comme dire… vide.. non ? 😉

  3. “avec le dollars…. tu peux tout faire… ”
    OUAI … surtout pour s’équiper en DjI c’est la première des conditions sine qua non !

  4. sympa, mais un peu long… Je pense que c’est tout le problème de la vidéo prise par Drone, c’est que les 1ere secondes, tu rêves d’y être, et ensuite, ça devient toujours pareil… jolie image néanmoins, mais manque un peu d’adrénaline… 🙂

  5. Superbes vidéos (vidéo de Monument Valley et suivantes). Du grand art. Survoler Monument Valley au plus près des rochers dans des conditions venteuses avec des rafales et des rabattants, alors que l’image est rigoureusement stable, demande une grande maîtrise du vol… et un sens artistique hors du commun. Le matos ne fait pas tout. Et la prise de risque ? N’en parlons même pas ($$) ! Nos pauvres vidéos paraissent bien ternes en comparaison. Même si nous sommes un peu frustrés, vous êtes pardonnés pour nous avoir fait rêver. Mes vols me procurent suffisamment d’adrénaline, je n’ai pas besoin d’en redemander (que Pierre Nantes me pardonne).

  6. 🙂 ! Je pense comme toi, cette vidéo est juste magnifique. Je parlais d’adrénaline par opposition à la conduite d’un Quav 250 sur ce relief… 🙂

  7. Bon je suis partagé,superbes images,mais je trouve la mise en scene incoherente ,on voit le cavalier,puis on le revoit plus tard et encore…sans lien evident…on passe d’un plan a un autre un peu par hasard…,les transitions sont brutales…
    Et puis j’aime pas trop cette musique !
    Bon c’est mon avis,merci de le respecter…
    Phil

  8. Bon ok y’a du vent mais faut pas déconner c’est un drone, un truc hyper assisté! C’est pas à un pilote de drone qu’il faut demander des conseils ou des cours de pilotage mais à un modéliste sachant piloter un helico!

  9. Ben dis donc, ça va sérieusement limiter le nombre d’instructeurs, ton histoire, hmmm 😉
    Je dirais que je fais confiance à un pilote de drone qui a des heures de vols, peu importe sa formation initiale…

  10. D’accord avec toi, AIRVB, piloter un hélico n’est pas à la portée du premier venu. C’est même le summum en matière de pilotage. Mais j’imagine que ce type de pilotage requiert tellement de concentration qu’on a du mal à s’en détacher pour penser à autre chose, comme par exemple rechercher le meilleur cadrage d’une vidéo. Il faut bien reconnaitre que les caméras accrochées à un hélico sont bien moins nombreuses que celles que l’on trouve sous les multirotors. Il doit bien y avoir une raison. Par ailleurs, l’assistance a ses limites et peut même être un piège redoutable en situations exceptionnelles, comme par exemple en atmosphère fortement chahutée. J’en profite pour remercier les initiateurs de ce forum, car on peut croiser des points de vue, ce qui est toujours enrichissant, sans rechercher forcément la contradiction.

  11. Bravo, beau boulot
    Site impressionnant, ça me rappel de bons souvenirs.
    Mais y’a 15 ans, c’était beaucoup moins rouge que ca.
    Vous avez laissez tomber le pot de peinture en post prod ?
    Les photos du making of sont beaucoup plus réalistes niveau couleurs.
    Mais sinon, qu’un mot: good job

  12. Combien es-tu prêt à payer un type “qui a de nombreuses heures de vol” qui va t’expliquer que pour monter faut pousser le le manche de droite, pour avancer sur le manche de gauche et que si tu sais plus où t’en es, tu bascules l’inter ReturnToHome ? Y’a pas beaucoup plus à savoir pour faire illusion sur un terrain, même faire des inversions sans arrêt n’est pas gravissime sur un drone car il suffit de tout lâcher pour revenir à plat !

    Celui qui sait piloter un avion ou un hélico a plus à apprendre à un débutant qu’un “pousse manche” !

  13. Je ne suis pas tout à fait d’accord, ne serait-que parce que celui qui sait piloter un avion ou un hélico n’a souvent aucune notion de cadrage. Encore moins du jonglage entre le vol en vue directe et le FPV sur écran.

    Mais je comprends ce que tu veux dire, évidemment, tu parles des pilotes et des instructeurs qui se fient au GPS, parfois même à l’IOC pour s’affranchir du pilotage. Et qui ne se posent qu’en RTH, parce que c’est si facile, il suffit d’éteindre la radio. J’ose espérer qu’il y a un dieu Viking qui s’est intéressé aux drones et qui les punira tôt ou tard, histoire qu’ils comprennent.
    …Ou un formateur avec de nombreuses heures de vol 😉

  14. Mais on respecte, si ce n’est que pour la mise en scène, je ne suis pas sur que les réalisateurs aient cherché à raconter une histoire avec de la “cohérente”…
    C’est plus un documentaire sur un des plus beaux sites de notre planète, dans lequel en se sent minuscule une fois sur place…

    et pour l’avoir survolé en hélicoptère, je trouve que l’immensité du site en bien retranscrite.

    Pour la musique tu a le droit d’avoir tes (mauvais 😉 gouts, mais je trouve comme cyril au contraire qu’elle se marie parfaitement aux images et souligne le coté grandiose et magistral du lieu présenté.
    Comme quoi.

  15. Bonjour, les autorités de l’aviation civile americaine sont elles aussi a contacter pour ce genre de prise de vue ? Il me semble que la pratique commerciale de la prise de vue aerienne aux USA est aussi reglementée qu’en France. Quel est votre experience la dessus ? Sont ils aussi protectionnistes dans ce domaine ?

    J’ai lu les documents de la FAA, mais tout cela me semble assez complexe pour obtenir des autorisations de vol ?

    Je serais vraiment tres interressé par votre experience la dessus 🙂

    Merci

  16. fév
    13
    J

    Bonjour, les autorités de l’aviation civile americaine sont elles aussi a contacter pour ce genre de prise de vue ? Il me semble que la pratique commerciale de la prise de vue aerienne aux USA est aussi reglementée qu’en France. Quel est votre experience la dessus ? Sont ils aussi protectionnistes dans ce domaine ?

    J’ai lu les documents de la FAA, mais tout cela me semble assez complexe pour obtenir des autorisations de vol ?

    Je serais vraiment tres interressé par votre experience la dessus 🙂

    Merci

  17. J… Ici M 😉

    Nous avons tourné cette vidéo en Avril 2014. La FAA commençait à mettre en place leur législation et l’interdiction de survol des Parcs américains n’était pas encore officialisée, même si Monument Valley n’est pas un Parc National. Le site appartient aux Indiens Navajos qui ont la gérance du lieux et c’est à eux en direct que nous nous sommes adressés. Nous avons quand même envoyé un mail à la FAA pour les avertir que nous allions évoluer à tel endroit et à telle altitude, ils n’ont pas vu d’objection, d’autant plus qu’on avait une autorisation écrite du Navajo Film Bureau Office. Il est difficile aujourd’hui d’obtenir des autorisations de survol aux USA, d’autant plus quand c’est une société Française qui les demande. Mais bien entendu tout peut se régler à coup de dollars, nous avons rencontré un avocat américain lors du New York Drone Film Festival qui nous a certifié qu’il pouvait nous obtenir les autorisations nécessaires pour survoler, oui mais combien y-a-t-il de zéros sur le chèque ? Je pense qu’ils vont devenir très protectionnistes et qu’ils vont certainement nous obliger à travailler avec des pilotes référencés FAA sur place, comme ça se fait déjà dans la production ciné et TV, où les syndicats sont très puissants et obligent les productions françaises à faire travailler la main d’oeuvre américaine.

  18. Merci pour la reponse ! Je ne l’avais pas vue. Effectivement le protectionnisme americain est assez connu dans les productions cine et tv. Lorsque j’ai demandé a la FAA comment il etait possible d’obtenir des autorisations de voler, ils m’ont tout de suite dirigé vers le protocole classique (exemption etc …), donc autant dire qu’il faut s’y prendre plusieurs années a l’avance…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.