Blade 180CFX, le test

8
2940

Dsc_0182-600Amateurs de sensations fortes, cet appareil est fait pour vous ! Le dernier-né de la gamme d’hélicoptères Blade du constructeur Horizon Hobby est un engin à pas variable destiné à la voltige et à la 3D. Un univers que je pratique avec de petits engins qui sont capables de se sortir indemnes d’une erreur de pilotage. Pour ce Blade 180CFX, assez imposant, je n’ai pas dépassé le stade de quelques vols sans passer en idle up (mode voltige). J’ai préféré recueillir les impressions de Fabien, du club de radiomodélisme de Rosny-sous-Bois en région parisienne, un excellent pilote 3D ! Notez que le Blade 180CFX nous a été prêté par la boutique Net-Loisirs. Comme d’habitude, à vous de nous dire si vous pensez que cela a influencé notre test.

Tour du propriétaire

Dsc_0138-600L’appareil mesure 34 cm de la pointe avant du canopy jusqu’à l’arrière (hors hélices), 6 cm de largeur et 12,6 de hauteur. Les pales principales mesurent 15,9 cm de longueur, pour un diamètre total de 36 cm. A l’arrière, les pales mesurent 3,5 cm de longueur pour un diamètre de 9 cm. Sur la balance, avec sa batterie, il s’affiche à 194,5 grammes. Une envergure assez modeste en comparaison avec les quadricoptères du moment. Mais ne vous y trompez pas, l’engin est impressionnant lorsque le rotor principal est déployé, encore plus lorsqu’il tourne à grande vitesse – 4200 ou 5000 tours par minute selon le mode. Le canopy se retire facilement, avec deux points d’attache, des rondelles de caoutchouc.

Le tour, suite

Dsc_0162-600Le châssis est fait pour partie de carbone, sur les flancs, et de plastique. Les supports des servos du rotor principal sont en aluminium, celui du servo de l’anticouple est en plastique. Horizon Hobby a pris le soin de renforcer certaines pièces, sachant que l’appareil est soumis à de fortes contraintes pendant des vols nerveux. Le Blade 180CFX est animé par un unique moteur brushless de 580 Kv qui entraine une couronne et le système d’hélices à pas variable. Le rotor de queue est solidaire de ce moteur, et donc du rotor principal, via un mécanisme à l’intérieur de la poutre de queue. La batterie, une Lipo 3S 11,1V de 450 mAh et 30C, se place à l’avant, penchée et retenue par une sangle à velcro. Exactement comme les hélicos 3D grand format ! Clairement, le Blade 180CFX a tout d’un grand…

Appairage

Nous avons utilisé une radio DX6 nouvelle version pour piloter le Blade 180CFX. Il suffit de télécharger le fichier de configuration correspondant à cet hélicoptère pour qu’il soit prêt à être appairé. Pour cela, Horizon Hobby fournit un jumper qu’il faut brancher sur une prise située sur le flanc de l’appareil le temps d’effectuer la connexion. Dscf2215Le premier décollage donne vite le ton : le Blade 180CFX est un petit monstre de puissance et de nervosité. Et encore, uniquement en mode Normal, c’est-à-dire sans passer en Idle Up. Je me suis cantonné à ce mode pour pratiquer des stationnaires et quelques évolutions simples. La stabilité est exemplaire, mais la nervosité surprend : le moindre écart avec la manette des gaz se traduit par des sauts de cabri. L’autonomie ? En mode Normal et sans pousser l’appareil, on dépasse les 6 minutes. Mais en mode Idle Up, elle descend à 4 minutes, voire moins avec un vol nerveux… Premier constat : le Blade 180CFX est très agréable à piloter, mais il est réservé à des pilotes confirmés. Pour la suite, je laisse Fabien exprimer son retour d’usage…

Les retours par un pilote confirmé

Dsc_0165-600C’est un hélicoptère un peu trop délicat pour des débutants. Que ce soit comme premier hélico tout court, ou comme premier hélico 3D, il est beaucoup moins crashproof que des hélicos plus petits. Il y aura probablement beaucoup plus de casse qu’avec des modèles plus légers comme les Blade mCPX ou Nano CPX.

Le Blade 180CFX n’est pas vraiment plus imposant qu’un 130X, mais contrairement à celui-ci, il faut à mon sens plutôt réserver le 180CFX à un usage extérieur et non indoor. Il offre plus de puissance et plus d’inertie, ce qui fait qu’il requiert plus de place pour évoluer. On est en réalité plus proche du vol d’un T-Rex 250 d’Align que d’un Blade 130X.

Pour des pilotes plus avancés, c’est un hélico avec pas mal de puissance en stock, qui permet de progresser en pilotage 3D. Ceux qui ont atteint les limites du décrochage avec le Blade 130X ou le Blade mCPX en version brushless vont adorer ! Le moteur ne peine pas autant qu’avec des modèles plus petits, et cela grâce à l’alimentation en 3S et l’anticouple qui tient bien dans les manœuvres.

S0032222Côté solidité, il est clair qu’on est très loin des petits Blade mCPX ou Walkera V120D02 et leurs concurrents. Le Blade 180CFX est lourd, ses pales tournent vite, et le cardan et les servos rotatifs ne pardonnent pas en cas de crash. Il faut nuancer, tout de même : on est aussi très loin d’un gros hélicoptère 3D, car à part ces pignons et cardans, on ne risque pas de casser grand-chose d’autre. Le Blade 180CFX se trouve donc quelque part entre les gros de type T-Rex 450 et plus et les petits hélicos à pas variable. En tout état de cause, il est rare que l’on puisse redécoller immédiatement après un crash, il y a de la pièce à changer. Mais les dégâts restent contenus, évitant les réparations lourdes. De plus, grâces aux améliorations apportées aux servos et au cardan, il n’y aura a priori pas besoin de pratiquer une maintenance récurrente comme avec le Blade 130X.

Comme d’habitude chez Horizon Hobby, on trouve moins cher auprès de la concurrence pour le même type de matériel, et les pièces détachées sont vendues au prix de l’or. Mais on a droit à un produit vraiment efficace, globalement bien pensé et qui vole très bien dès la sortie de sa boite.

En résumé ?

Dsc_0129-600C’est un hélicoptère à recommander à ceux qui ont déjà fait leurs premières armes sur un modèle plus petit et qui cherchent un petit engin destiné aux vols en extérieur pour progresser. Ou bien pour les pilotes expérimentés de gros hélicos 3D qui veulent une machine moins coûteuse au crash et qui permette de voler sur des petits terrains. Mieux vaut ne pas débuter avec ce modèle, même s’il est possible de se former – mais l’aide d’un pilote expérimenté ou d’un club est indispensable pour cela. Pour les débutants qui veulent un appareil de taille 200, le Blade 200 SRX constitue un meilleur choix. Le Blade 180CFX est vendu 239 € en version BNF (sans radiocommande ni chargeur de batterie) chez Net-Loisirs. La radiocommande DX6 nouvelle version est vendue 169 € chez Net-Loisirs, mais sachez que vous pouvez utiliser tout radiocommande compatible Spektrum DSMX de 6 voies avec le Blade 180CFX.

La vidéo

D’autres photos

Dsc_0136-600

Dsc_0142-600

Dsc_0144-600

Dsc_0147-600

Dsc_0148-600

Dsc_0149-600

Dsc_0152-600

Dsc_0155-600

Dsc_0157-600

Dsc_0159-600

Dsc_0160-600

Dsc_0161-600

Dsc_0163-600

Dsc_0167-600

Dsc_0169-600

Dsc_0131-600

Dsc_0171-600

Dsc_0175-600

Dsc_0179-600

S0052231

Dscf2216

Dscf2213

 

8 COMMENTAIRES

  1. Par rapport à un Rex 150 d’Align ? Ca m’a l’air trop vif même pour un débutant en 3D. Je pense que ça s’adresse beaucoup plus à des pilotes confirmés dans ce domaine. Ayant un 600 DFC et un 450, un 450 est plus approprié du à une inertie plus importante. Ce qui permet de le rattraper plus facilement.

  2. Hello,
     
    J’ai également un 150 (et un 450/500).
    Par rapport au 150, le 180 est effectivement très différent, le comportement est plus proche d’un trex 250, c’est a dire d’un 450 miniature
    Le comportement du trex 150, lui, est plutot d’un mcpx survitaminé.
     
    Les avantages du 180CFX vis a vis du T150 ce sont sa taille (bonne visu, plus grande inertie), sa puissance (moins facile d’asseoir le moteur en 3s), et l’anticouple (meilleure tenue, meilleur taux de rotation car pas à moteur)
    Il est cependant plus gros (moins facile de voler en indoor), plus cher, plus fragile au crash (bien que les servos rotatifs du T150 soient logés à la meme enseigne que le 180, ce sont les mêmes…), et plus impressionnant pour un débutant.
     
    Comme dit en conclusion de l’article, c’est à mon sens un très bon hélico de “park-flying” pour un pilote bien dégrossi, mais surement pas pour un débutant (des modeles plus petits/plus legers sont plus adaptés, mcpx, nano cpx, etc etc… meme le T150 est trop nerveux a mon gout pour un débutant), et difficile à exploiter en indoor

  3. Merci pour ses commentaires on ne plus explicite.
    Une question me vient à l’esprit ; c’est quoi le gyro dessus ?

  4. Ahhhh !!!! J’adore mon BeastX sur mon T600 DFC ! Effectivement, j’ai voulu tester le 3GX un jour… J’ai remis mon Beast !
    Ca ira bien avec ma DX8 ça.

  5. J’ai une question pour Fabien, Est-il facile de devenir pilote professionnel ? Que faut-il faire (école d’aéromodélisme, autre…) ?

  6. Alors la je ne serai pas le mieux placé pour répondre, ne pratiquant pas a haut niveau ni à titre pro, ne faisant pas de compétition non plus…
    En général, la plupart des pilotes “pros” commencent par pratiquer en club et participer aux concours nationaux et internationaux (F3C meme si ça n’a plus vraiment le vent en poupe, F3N…) pour pouvoir eventuellement se faire repérer et sponsoriser par un constructeur
    C’est particulierement valable lorsqu’un constructeur veut se faire un nom ou redorer son blason (JR ou SAB en ce moment par exemple, …), c’est aussi surtout valable sur les catégories 600/700 car en indoor pour l’hélico c’est vraiment confidentiel (alors qu’en avion il y a de beaux concours)
    Il y a de toutes facons assez peu d’élus au final, surtout en europe…
    Bref, de l’entrainement et des competitions, et un club avec de nombreux compétiteur 😉 et pour ma part j’en suis bien bien loin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.