Survols illégaux…

70
375
Crédit photo : Julian Herzog
Crédit photo : Julian Herzog

Les survols de centrales ont pointé du doigt un usage « inapproprié » des drones (le qualificatif est emprunté à Bill C.) Avec le nombre grandissant d’appareils vendus, les incidents vont se multiplier – c’est mathématique.

Le dernier en date ?

C’est un « near-miss », ce qui signifie « presque un accident », qui implique un drone et un Airbus A320. L’incident a été rapporté par le Sunday Times récemment, mais il date du 22 juillet dernier. Les circonstances ne sont pas très claires, tout au plus sait-on que l’Airbus volait à 700 pieds (210 mètres) lorsque le personnel de bord a vu le drone. On ne connait pas sa description, on ne sait pas où a eu lieu la rencontre. Mais évidemment, la nouvelle fait froid dans le dos. Il est probable que l’incident ait été causé par un pilote amateur suffisamment stupide pour aller voler à proximité d’un aéroport. Une vidéo sur Youtube, qui date du début de l’année 2014, montre un drone en train de filmer un jet à l’atterrissage près de l’aéroport de Vancouver.

Survols de prisons ?

survols-illegaux-01Peut-être avez-vous entendu parler de ce multirotor blanc retrouvé (un Phantom ?) dans un arbre à proximité de la prison de Bois d’Arcy ? Comme d’habitude, les titres sont racoleurs : « Un drone survole la prison de Bois-d’Arcy » indique le Nouvel Obs, « Un drone saisi après avoir survolé la maison d’arrêt de Bois d’Arcy » assure Le Parisien. Sans savoir si le drone a effectivement survolé la prison ! Le Figaro est plus prudent : « Yvelines : un drone saisi près d’une prison ». Mais peu importe, à vrai dire : il est très probable que le but de ce drone ait été un usage à des fins illicites, sans doute pour passer du matériel de l’extérieur vers la prison. Voilà qui est inquiétant.

Survols de centres-villes ?

C’est une vidéo virale que nous n’avons pas reprise sur Helicomicro : elle montrait la Dom Tower d’Utrecht (la tour de la cathédrale) en Hollande filmée depuis les airs, avec un éclairage étonnant provoqué par le soleil couchant au-dessus d’une brume. survols-illegaux-02L’auteur de la vidéo, Jelte Keur, a indiqué qu’il avait attendu 10 mois que la météo lui permette de faire ce vol dans ces conditions d’éclairage, avec son Phantom 2. Le résultat est superbe. Le souci, évidemment – et c’est pour cela que nous ne l’avons pas publiée sur Helicomicro -, c’est que le vol était illégal puisqu’en centre-ville et au–dessus de la population. En Hollande comme en France, la pratique n’est pas autorisée (voler en centre-ville, voler au-dessus de personnes, pénétrer des nuages). L’auteur, qui a fait face à de vives critiques, a expliqué que l’autorisation nécessaire aurait pris plus de 5 semaines, or son vol a été décidé dans l’instant pour profiter des conditions météo. Il a déclaré attendre que les autorités le contactent. Le vendeur du drone, la boutique V-Nix à Groningen, s’est invité dans le débat en assurant qu’il fournirait une assistance juridique à son client et, si nécessaire, l’aiderait à payer son amende… Le résumé de l’histoire se trouve ici (en néerlandais).

Des mesures drastiques ?

survols-illegaux-03Ces vols à risque au-dessus des villes, ces drones utilisés pour survoler des centrales nucléaires, des prisons, ou d’autres lieux sensibles, comment les éviter ? Une solution consisterait à interdire l’usage des drones de loisirs en France sauf dans les clubs prévus à cet effet. Evoquée lors de la récente audition sur « les drones et la sécurité des installations nucléaires » à l’Assemblée Nationale, la mesure pourrait effectivement éviter les survols réalisés par des pilotes inconscients. Mais dans le cas du survol de la prison, elle n’aurait strictement aucun impact : les délinquants ne vont pas s’embarrasser d’une interdiction. Une solution plus définitive serait l’interdiction totale de vente et d’usage de drones. Mais les délinquants ne seraient toujours pas plus gênés pour survoler les endroits interdits ! De nombreux multirotors sont vendus en pièces détachées, depuis l’étranger, impossible à identifier tant qu’ils ne sont pas montés. Là encore, une loi coercitive ne servirait à rien sinon clouer au sol tous les radiomodélistes sans pour autant faire cesser les vols illégaux…

Une réglementation ?

survols-illegaux-04Dans un article publié récemment sur Atlantico, Michel Nesterenko, Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement, affirme qu’une « loi d’encadrement des opérations est tout à fait nécessaire. Il faudra définir des catégories de drones en fonction de leur poids et de leurs performances ainsi que les qualifications des opérateurs en fonction de chaque catégorie. Ce type de réglementation existe déjà pour les avions et autres appareils volant. Cela permettra de laisser une grande liberté aux opérateurs d’aéromodélisme, dans des zones réservées, qui eux ne présentent pas de Danger particulier ». Ce serait oublier que cette réglementation pour les drones (pour les aéronefs télépilotés, pour adopter le langage administratif)… existe déjà !

Un diplôme ?

Le syndicat britannique des pilotes de ligne BALPA, suite à l’événement de Heathrow, a demandé à ce que les drones qui partagent l’espace aérien avec des avions de ligne et de fret soient uniquement pilotés par des personnes ayant une formation équivalente à celle des pilotes. Une requête qui ressemble fort à une interdiction et qui n’aurait malheureusement aucun impact sur des vols volontairement illégaux. survols-illegaux-04Pas plus que ceux qui visent à créer le buzz sur Youtube avec des images hors du commun, et par tous les moyens. Le syndrome Vidéogag v2.0. Peter van Blyenburgh, responsable d’UVS International, a demandé lors de l’audition sur « les drones et la sécurité des installations nucléaires », que les conditions nécessaires pour que les drones civils puissent travailler soient plus draconiennes. Mais là encore, de telles mesures n’ont aucun effet sur les vols volontairement illégaux. Cette initiative aurait pour conséquence une difficulté encore accrue pour les professionnels du drone, qui n’en ont pas vraiment besoin. On imagine d’ailleurs que les drones de loisirs, si on suit cette logique de durcissement des conditions pour décoller, sont condamnés à rester au sol ou à voler en intérieur.

Prévention et éducation

Crédit photo : Transports Canada
Crédit photo : Transports Canada

La prévention et l’éducation sont des mesures indispensables pour que les pilotes de multirotors de loisirs soient au courant de la réglementation. La lecture des textes des deux arrêtés d’avril 2012 est particulièrement complexe, inabordable pour le grand public. Les conditions d’insertion dans l’espace aérien sont encore plus complexes, même avec l’aide d’un service en ligne spécialisé. Une notice de vulgarisation pour simplifier l’accès à la réglementation serait la bienvenue – le Canada et l’Australie ont été les plus rapides. C’est chose prévue en France, puisqu’une première réunion à ce sujet a eu lieu la semaine dernière à l’initiative de la DGAC, en présence de la FFAM, de la FPDC, de la CNIL, de constructeurs comme Parrot et DJI. Pour quel résultat ? Cette initiative pourra limiter le nombre de survols illégaux du type de celui d’Utrecht ou de l’aéroport de Heathrow – et c’est une excellente chose puisque le nombre de drones vendus ne va cesser de grimper… Mais dans le cas de survols de prisons ou de centrales, et plus généralement d’actes volontairement illégaux, la notice n’aura aucun effet.

Quelle est la solution ?

survols-illegaux-06aElle passe par deux étapes : la détection des drones puis leur neutralisation. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait assuré sur l’antenne de France Info que la France disposait des moyens pour mener à bien les deux actions. On peut en douter sérieusement dans le cas de petits drones grand public, jusqu’à des classes de 550 (55 cm de rotor à rotor). Concernant la détection, nous avons appris avec étonnement lors de l’audition sur « les drones et la sécurité des installations nucléaires » que des travaux sur la détection acoustique menés par les Arts & Métiers avaient été stoppés dans leur élan par leurs partenaires allemands. Il est urgent de les remettre sur ses rails. Avec ou sans nos associés outre-Rhin…

Les technologies ?

Les radars ne se révèlent pas efficaces dans le cas d’appareils de petite taille, évoluant à très basse hauteur, principalement faits de plastiques et sans surfaces réfléchissantes. La détection des ondes radio est possible, mais il faut être en mesure de surveiller de nombreuses plages : le 2,4 GHz, le 5,8 GHz, le 1,2 GHz et 1,3 GHz, le 800 MHz, le 400 MHz. Et le Wifi en 2,4 et 5 GHz… le même que celui employé par les téléphones mobiles et les tablettes ! flyzone-03Pas simple. Et puis les drones les plus récents ont leur plan de vol embarqué en mémoire, sans besoin de communiquer. La détection des ondes radio n’est pas une solution, en tous cas pas utilisée seule. Il est par ailleurs impossible d’imposer aux drones des outils de signalisation de leur position comme les transpondeurs que l’on trouve dans l’aviation : ils sont encore trop lourds, trop chers, et les délinquants se feront une joie de les ignorer. Les initiatives comme les « fly zones » de DJI, qui consistent à interdire le décollage des drones de loisirs à proximité des aéroports, sont très intéressantes. Elles peuvent en théorie éviter des « near-miss » comme celui de Heathrow. Mais il est impossible d’imposer à tous les constructeurs une telle technologie, d’autant que le GPS n’est pas présent à bord de tous les drones. Il faut donc se tourner vers d’autres outils…

La détection acoustique

survols-illegaux-06L’acoustique, même si elle n’a pas été retenue par les allemands dans le projet mené par les Arts & Métiers, constitue sans doute l’une des pistes les plus intéressantes. On note par exemple le projet Drone Detector, conçu par la société française Orelia, créée en 2007. Leur site indique que le dispositif est capable de détecter tous les types de drones civils dans un rayon de 100 mètres et de déclencher une alarme. Il sera intéressant de connaître l’efficacité de l’appareil avec des drones très différents les uns des autres, des drones modifiés, en présence de vent ou de bruit ambiant. Mais ce dispositif semble très prometteur !

Et ensuite ?

survols-illegaux-07Une fois un drone détecté dans un rayon de 100 mètres, il faut savoir qu’en faire ! Rien et simplement suivre ses évolutions ? Tenter de le neutraliser avec un projectile ? Brouiller sa réception radio ? Perturber le signal GPS dans son périmètre ? Le suivre s’il repart ? En imaginant un drone pas trop pressé, qui vole à 20 km/h, il ne faut que 18 secondes pour parcourir ces 100 mètres. C’est bien peu pour agir sur une petite cible en mouvement. Et comment procéder lorsqu’il n’y a pas un mais plusieurs drones ? Ces questions restent sans réponse, en l’absence d’outils vraiment efficaces et testés sur les drones de loisirs vendus dans le commerce en dehors d’expérimentations. En attendant ? On ne pourra que constater les survols de drones…

survols-illegaux-09En résumé ?

La prévention est indispensable pour que cessent les survols illégaux par ignorance des dangers ou simple bravade des règles. Pour autant, les survols volontairement illégaux sont inévitables. Un durcissement de la réglementation actuelle n’y changera rien, pas plus qu’un moratoire complet sur les drones de loisirs et civils. Par définition, les actes illégaux se moquent bien des règles. Il faut donc développer des outils de détection et de neutralisation pour protéger les zones sensibles. Et le faire rapidement !

70 COMMENTAIRES

  1. Article bizare… Et pour rappel les réacteurs des avions de lignes sont conçu pour encaisser le choc face à des oiseaux 10 fois plus lourds qu’un pauvre “drone” comme vous dites !!!

    Je ne me sent pas concerné vu que je pratique le multirotor

  2. C’est comme si on cherchait à interdire la chasse en France parce qu’un fusil aux mains d’une personne mal intentionnée peut tuer 🙂

  3. Exactement…
    Je me faisais la même réflexion en remplaçant “drone” par “voiture”.
    On aurait entendu dire qu’au mois de juillet dernier (on ne connait ni la date, ni les circonstances, ni le lieu) une voiture aurait été utilisée pour… – MAIS CELA FAIT FROID DANS LE DOS…
    Tout le reste est de cet acabit. Sérieusement ? Cela n’est pas de l’information, mais de la propagande. Vous cherchez un poste dans un ministère ?

    En conclusion, interdisons les voitures en France !

  4. Je ne comprends pas cette réaction non plus. Il n’y a pas que des liners capables “d’encaisser des chocs avec des oiseaux 10 fois plus lourds qu’une drone” qui décollent des aéroports, mais de petits jets, des Cessna, des hélicos. Non, l’anticouple d’un hélico ne permet pas d’encaisser ça, ni la turbine.
    Tu ne te sens pas concerné, parce que tu pratiques le “multirotor” et pas un “drone”, c’est bien ça ? Tant mieux !
    Ce que le post signifiait, c’est qu’il n’y a pas que des pilotes comme toi. Il y a ceux avec des intentions malhonnêtes, et pour eux, ni un durcissement de la loi ni une répression plus forte ne permettront d’arrêter leurs vols.

  5. Je ne sais pas comment a été perçu le post, mais je suis clair, je ne préconise en rien l’interdiction de vols des “ce que vous voulez, drones, UAV, multirotors, RPAS, hélicos, quadris, octos, etc.”, qui n’aurait aucun impact sur les vols à finalité malhonnête. Je dis simplement que sur les lieux sensibles, ce sont d’autres techniques qu’il faut développer pour détecter un truc volant, et d’autres encore si on veut l’arrêter.

  6. Mais le post dit le contraire !!! Je dis qu’il n’y a aucun intérêt à interdire les drones, justement. Mon propos est de dire que sur les endroits où on ne veut pas voir de drones voler, il faut utiliser d’autres techniques que l’interdiction.
    Après savoir ce qui est le plus gênant : survol de centrales, d’aéroports, d’aéroclubs, de prisons, d’écoles, d’installations militaires, de propriétés privées, de foules, je laisse à chacun le soin de juger s’il considère ça comme dangereux ou préjudiciable.

  7. Oui, bien d’accord. Voitures qui elles ne sont bien sur pas utilisées pour des moyens malhonnêtes (reprenons tous les “exemples” donnés ici – en bien pires).
    Et pourtant, personne n’en fait de tapages. Réfléchissez deux secondes enfin.

    C’est peut être un article pour se faire embaucher sur TF1 – ou pour plaire à de nouvelles tranches de lecteurs qui ont besoin d’avoir peur ? Ah la la, quand des rédacteurs ont besoin de surfer sur la vague sensationnalisme pour faire de l’audience…

  8. Ne tirer pas sur le messager!
    Fred e fait que rapporter fidèlement l’état des choses.

    Il est cependant certain:
    1) que des lobbys essaye de contrôler l’aéromodélisme en France.

    2) que la loi ne sera pénalisante que pour ceux qui la respecte, qui ne sont pas par définition les plus dangereux.

  9. A lire vos commentaire sa fais froid dans le dos. Prévention et Education !!! monsieur apprenez le respect des règles et on pourras tous voler en toute quiétude car l aéromodélisme n aura jamais la puissance des lobbys de la chasse ou de l automobile en France ! respectons autrui et nous volerons tranquille , Merde je m excuse mais Merde

  10. Ok, admettons, mais le ton de l’article est franchement tendancieux du début à la fin.
    Je cite :

    ” Le dernier en date ?

    C’est un « near-miss », ce qui signifie « presque un accident », qui implique un drone et un Airbus A320. L’incident a été rapporté par le Sunday Times récemment, mais il date du 22 juillet dernier. Les circonstances ne sont pas très claires, tout au plus sait-on que l’Airbus volait à 700 pieds (210 mètres) lorsque le personnel de bord a vu le drone. On ne connait pas sa description, on ne sait pas où a eu lieu la rencontre. Mais évidemment, la nouvelle fait froid dans le dos.

    Comment faire du bruit à partir de rien ? Exposer une rumeur non vérifiée et s’en servir de base pour construire un argumentaire. Honnêtement, ce n’est pas glorieux quand même…
    Dans la dialectique et les petits manuels de manipulation, cela s’appelle … Bon laissons tomber, de toutes façons cela va être un dialogue de sourds…

    C’est dommage, ce site est bien autrement.
    On regrette juste qu’il n’y ait pas ici la petite phrase habituelle du genre.
    “Nous avons participé récemment à des émissions à la télé et puis aussi à d’autres réunions d’acteurs institutionnels du marché. Si vous pensez que ceci a influencé cet article, n’hésitez pas à nous le faire savoir”.

  11. -la FFAM qui voudrait bien devenir un monopole (administration?) incontournable (genre SACEM de aéromodélisme)
    -les professionnels du drone qui veulent profiter de leur position de premiers arrivés et voient la une bonne occasion de limiter la concurrence future.
    -certain politique qui sont prêt a tous pour faire parler d’eux sur un sujet médiatique et sans risque sur leur électorat.

  12. Avant d’écrire n’importe quoi (désolé, hein…), merci de relire correctement l’article de Fred. Je pense que vous n’avez pas compris du tout ce que Fred a voulu dire (ou pas voulu comprendre?). L’idée sous-jacente de cet article est justement d’éviter que le comportement débile de quelques uns ne rejaillisse négativement sur l’immense majorité des utilisateurs de machins volants (appelez-les comme vous voulez), qui veulent pratiquer librement leur hobby. Je ne vois pas là où serait la main obscure d’un quelconque lobby. Il s’agit juste d’un peu de bon sens et de pragmatisme.

  13. Perso j’ai bien compris l’article 😉 TKt Fred c’est du bon boulot, ceux qui ne se sentent pas concerné sont des personnes puérils et égoïstes vis à vis des aeromodelistes vraiment passionné !

  14. Ellie,
    je ne vois pas le rapport entre le fait que nous sommes invités à prendre la parole dans des émissions, reportages et autres réunions, et tes remarques ?

    Tes sous-entendus sont justes malhonnêtes, l’article n’a pas été écrit dans un but de manipulation c’est juste un état des lieux mais il aurait fallu le lire -et le comprendre- pour t’en rendre compte.
    Je serais également curieux de savoir quelle serait ta réaction si toi et/ou tes proches étaient à bord d’un avion qui ferait un “presque accident” avec un modèle …

  15. Ridicule,

    Nous tu as raison François, il est vrai que la répression routière n’est pas une réalité, les radars, contrôles en tout genre, condamnations diverses, mortalité routière ne sont pas de vrai sujets …

    Réfléchit également avant d’écrire des bêtises.

    Et pour information nous n’avons pas envie de séduire qui que se soit, nous n’avons pas cette prétention.

  16. Je suis bien d’accord, la FFAM et les professionnels veulent attirer du monde dans leur chapelle. Mais je ne vois pas le rapport de ces deux fédérations avec mon propos qui est de dire : puisqu’interdire les drones de vol est non seulement pénalisant pour le plus grand nombre mais aussi sans intérêt pour les vols à buts malhonnêtes, il faut trouver d’autres parades. Comme la détection.

    Je ne propose certainement pas de rester dans l’enceinte des clubs FFAM, et je ne demande pas non plus une professionnalisation des drones de loisirs.

    Pour la question des politiques, ils sont plutôt calmes, je trouve…

  17. Ellie, j’ai un mail de la CAA qui m’a confirmé l’incident. Ce n’est donc pas une rumeur, à moins bien sûr de considérer la CAA comme porteuse de rumeurs.

    Mais ce qui me gêne dans ta réponse, c’est en quoi j’aurais pu être influencé par des acteurs institutionnels ou des télés pour parvenir à ma conclusion qui est : rien ne sert d’interdire. Ni par une réglementation dure, ni par des diplômes. Pour finir par poser la question : pourquoi la détection est-elle à ce point en retard sur la technologie ? (à laquelle je n’ai pas de réponse)

    Les survols que je cite, aéroports, prisons, centres-villes, centrales, à chacun de juger de leur dangerosité. On peut même affirmer qu’aucun de ces exemples n’est significatif. Mais ce n’est pas ma conviction…

  18. Je pense que beaucoup on interprété l’article dans le genre : Ouai tu as vu hélicomicro ils parlent de la répréssion des drones, salauds ils ont retournés leur vestes…

    Alors que le sujet est justement l’inverse 🙂 Fred nous expliques dans cet article qu’a leur actuel les différentes mesures existantes ou envisagés ne présentes pas une vrai solution, qu’il va falloir que tous les possesseurs de multi pensent à voler intelligement (je sais ici nous sommes tous parfait et personnes n’a jamais “oublié” les règles de sécurités élémentaires avec son joujou).

    Oui la FFAM cherche a recruter du monde, en même temps ils prenent par le même biais quelques part la défenses des dronistes (oui eux ils ne veulent pas que le multi soit interdit a la vente ou à l’usage).
    Oui les pros râlent, en même temps eux doivent avoir un permis, des autorisations, pour faire ce que beaucoup font en toute illégalité et parfois (pas toujours) de manière dangereuse, je serais a leur place je l’aurais mauvaise aussi.

    Après il ne faut pas oublié que si nous lecteurs de HélicoMicro avons appris à volé en bonne intelligence ce n’est pas le cas de tout le monde, pour avoir lu le site Fred et Laurent nous parlent de sécurité sur 90% de leurs articles, et à force ça rentre.

    NB pour l’avion et le quadri, je vous rappel que les lipos ça prend feu aussi (+ l’electronique, + les produit chimique etc), et jusqu’à preuve du contraire un piaf qui passe dans une turbine ne s’enflamme pas et ne contient pas de partie métalique (ou alors on ma menti toutes ces années) 😀

  19. De toute maniere appliquee de maniere rigoureuse on est tous hors la loi me semble t’il ?

    Je possede un 350QX, j’ai voulu “etre honnete” et j’ai passe ma certif ULM (theorique c’est vraiment du pipo).
    Au bilan, il me faudrait un drone homologue, une MAP un certificat auto decerne , bref clairement impossible pour un particulier qui veut voler en loisir.

    Au final je suis toujours dans l’illegalite malgre ma bonne volonte, alors illegal pour illegal je vais voler au dessus des centrales et des aeroports (Quelqu’un saura t’il deceler le second degre ?)

  20. excellent article, argumenté et complet sur les causes et les solutions ! je partage.
    et j’apprécie que, pour une fois, le durcissement de la réglementation n’est pas considéré comme une solution ! la réglementation est déjà bien compliquée pour les professionnels, et à peu près comprise. le problème – quand il y a survol dangereux – vient de ceux qui ne la respectent pas.
    et si c’est vraiment dangereux, il faudra bien trouver une solution, non ?
    sebastien

  21. Je trouve un peu inquiétant qu’un etat des lieux honnête comme celui fait par Fred provoque de telles réactions épidermiques.
    Cela me fait penser aux positions défendues aux USA par le lobby des armes contre toute tentative de régulation de leur possession.
    Décrire une situation, même désagréable, n’est pas une cocondamnation.
    Ne rien dire, ne rien voir, ne rien entendre. La bonne attitude pour les critiques de ce post?

  22. Bien d’accord, d’un point de vue strictement légal, la plupart d’entre nous enfreignons quelque chose, que ce soient les arrêtés de 2012, le code des transports, le code des postes et télécommunications.
    Dans mon post, je tente de donner mon point de vue qui est : ce serait stupide d’en rajouter, des règles ou des interdits, on est déjà bien servis. Pour faire stopper les survols qui posent problème (et je ne parle pas d’utiliser un émetteur vidéo de 400mW au lieu de 25, de voler à 50 mètres de hauteur dans une CTR, mais de choses que j’estime plus sérieuses), il faut autre chose…

  23. Oui une belle regle claire avec des interdictions comprehensible, il me semble que tu avais publie une discussion avec la DGAC ou la gendarmerie et la c’etait clair et acceptable. (genre pas de vol sur la plage aux heures ou il y a du monde mais “autorisation” tot le matin ou tard le soir…

  24. Cet article est très bien fait, objectif, sans parti pris, et ceux qui ne savent pas lire devraient peut-être commencer par apprendre. Il n’est jamais trop tard pour retourner à l’école.

    Bref, inutile de vous énerver, relisez l’article à tête reposée et vous comprendrez sans doute un peu mieux après une deuxième lecture. Si ce n’est pas le cas, alors consultez un spécialiste…

  25. “Je trouve un peu inquiétant qu’un etat des lieux honnête comme celui fait par Fred provoque de telles réactions épidermiques.”

    Parce que nous en avons marre de se faire taper dessus sans arret et montrer du doigt … q

  26. C’est marrant moi je ne sens pas montré du doigt… et personne m’a encore tapé. J’utilise le drone dans le respect des règles et je n’ai pas l’impression que l’on parle de moi lorsque l’on évoque le survol des zones ou sites interdits, le respect de la vie privée, le survol de personnes ou animaux. Je ne trouve pas cela bien compliqué de respecter ces quelques règles… Si vous vous sentez montré du doigt, peut-être avez vous quelque chose à vous reprocher?

  27. NOUS SOMMES TOUS DANS L’ILLEGALITE…

    à l’heure actuelle ! qui a son permis PPL déjà pour commencer…Hein ! Ah ben non…Nous ne sommes pas des pilotes puisque personne ne veut nous mettre à l’heure actuelle dans cette catégorie même pas la DGAC d’ailleurs…

    la FFAM, 90% de ceux qui font du drone ne volent pas sur un terrain réservé au modélisme.Pourquoi!? Y a rien d’intéressant à filmer sur ce type de terrain (comme je les comprend !)

    et le FPV jusqu’au jour d’aujourd’hui,pour le passionné, reste une pratique tolérée mais pas autorisée…

    C’EST BIEN NOUS LES SANS-PAPIERS dans cette histoire…

    Ceci dit, je ne suis pas sûr que tous ces vols dits ILLEGAUX soient l’œuvre de simples amateurs (comme nous) et c’est là où pas mal de gens sur ce site se sentent agresser par ce post…

    D’ailleurs jusqu’à présent les situations décrites par les autorités restent assez vagues et floues dans les faits constatés que ce soit les centrales ou les aéroports…

    Bref! Il faudra des régularisations comme le dit si bien Fred…Mais avant tout, il va falloir nous accorder un VISA en règle ; et pour l’instant personne ne veut nous accorder ce précieux sésame (Mis à part si tu votes pour ma Paroisse et peut-être que je t’accorderais un poste de consultant dans mon équipe!).

    On ne change pas les mentalités dans ce vaste business…

    Mais l’arrivée du drone pour le particulier depuis deux ans oblige certains à défendre leurs intérêts menacés.
    Et ma foi de belles opportunités de carrière peuvent être très tentantes sur ce nouveau marché pour qui sait les saisir…C’est aussi le jeu de la vie !

    A chacun de choisir sa route…

  28. J’ai bien reçu tes propos 🙂 et ma remarque etait d’ordre tout à fait générale 🙂
    C’est bien d’en debattre… et le sujet est loin d’être clos 🙁

  29. Je me permet de commenté même si je suis d’accord avec ce que tu dis, le FPV en tant que tel est autorisé, par contre certaine contrainte :

    A vu (100M)
    A deux en écolage
    Pas de tx >25mw

    ^_^

  30. Ca éxiste déjà ces armes neutralisantes (tu demanderas à Spoke !)…Mais la vérité n’est jamais très agréable à entendre…Le problème c’est qu’apparemment les dommages collatéraux sont bien réels…Bref, tu pointes ton laser sur le p’tit phantom, tu le loupe et derrière à 10.000 pieds tu as un a321 dans la même direction du rayon…Aïe !!! Tu voies où je veux en venir…(Il n’est jamais bon de jouer au pistolet laser en plein air ???)
    Science-fiction bien sûr !…ou pas.

  31. Moi non plus je me sent pas visé personnellement mais indirectement c’est nous qui paieront les pots cassés et qui seront désigné comme “responsable” par la vindicte populaire … quand au respect stricte de la lois, c’est tout bonnement impossible en l’état.

  32. Pour moi article clair et net comme d’ab. Beau boulot fred !
    pour les grincheux qui ralent sans comprendre ce qu’il lisent, j’ai de la peine pour vous. ..

  33. je voulais dire en solo et avec des composants électroniques dont les fréquences (à la chinoise) ne rentrent pas dans les normes (à la française)…

    Une grosse partie tout de même (ne nous en cachons pas) du parc drone fpv rtf en l’état vendu à l’étranger et qui se retrouve à évoluer sur le sol français…

    Mais sinon, merci pour ce rappel…à l’ordre.

  34. nous sommes d’accord que dans 99% (pour ne pas sire 100) les utilisateurs FPV ne volent pas dans la législation en place.
    La double commande je crois que je n’ai vu personne volé avec à ce jour
    Les 100M oui, à vu non (et pas parcequ’on a oublié ses lunettes ça ne compte pas :D)
    Les TX vidéos n’en parlons pas ^_^

  35. Ne te méprend pas, j’apprécie la manière dont tu nous informes, juste et impartiale et je t’en remercie. Je suis aussi plutôt pour le développement de moyen de détection si cela peut permettre de garder un minimum de liberté.

    la Phrase qui m’a fait réagir sur les lobbys est:

    “Une solution consisterait à interdire l’usage des drones de loisirs (lobby des professionnels?) en France sauf dans les clubs prévus à cet effet (lobby FFAM?). Évoquée lors de la récente audition sur « les drones et la sécurité des installations nucléaires » à l’Assemblée Nationale”

    De plus l’Assemblée Nationale est le terrain de chasse privilégié par les lobbyistes de tous poils.

    « Marchander sa liberté contre de la sécurité, c’est un pacte diabolique. Une fois la transaction signée, on n’a plus ni liberté ni sécurité. »

    — Garry Spence (avocat américain)

  36. Nous sommes d’accord, le respect des lois à 100 % est impossible en l’état. D’ailleurs la DGAC et la GTA ont exprimé des tolérances qui nous permettent de voler (et il y en aura d’autres). Ca me semble important.

    Mais ce n’est pas ce respect des lois qui est visé par le post, je parle de ce qui (à mon avis et je comprends que tout le monde ne soit pas d’accord) constitue des infractions que l’on sait être problématiques. Si on (les pouvoirs publics) ne trouve pas de moyens de prévention suffisamment efficaces pour empêcher un Phantom d’aller livrer de la coke ou un téléphone mobile dans une prison, si on ne peut pas empêcher un drone d’aller se placer sur le chemin d’un Airbus (et je ne parle même pas d’accident, mais simplement de near-miss sans conséquence), si on ne peut pas empêcher un F550 d’aller filmer un concert ou un match de foot au-dessus d’une foule, si on ne peut pas empêcher un activiste d’aller faire exploser deux pétards du 14 juillet dans l’enceinte d’une centrale (là encore, sans conséquence), oui, ça ne fait aucun doute, les machines médiatiques et politiques vont s’emballer à chaque fois et on sera effectivement désignés comme responsables.

  37. Que ce soit bien clair, ce n’est certainement pas moi qui demande à ce que l’usage des drones de loisirs soit restreint, je ne fais que rapporter des propos que j’ai entendu durant cette audition. J’espère que tout le monde a bien compris ça…
    Ce qui est plutôt rassurant, c’est que le député Jean-Yves Le Déaut a balayé cette idée pendant les débats. Il faut simplement savoir qu’elle risque de revenir sur le tapis à chaque incident, réel ou imaginaire. Il n’y qu’à constater la couverture médiatique de cette audition : les discussions intéressantes (notamment sur les travaux du CNAM) sur les manières de faire cesser les vols illégaux/dangereux ont été totalement occultées par des commentaires alarmistes sur le rapport commandé en Angleterre par Greenpeace (qui a réussi son coup médiatique).

    Et oui, tu as raison l’Assemblée Nationale est effectivement l’endroit où les lobbies travaillent. Mais puisque personne n’a à ce jour levé une armée de modélistes de loisirs non fédérés, “notre” voix n’est pas entendue. Ca, c’est de “notre” faute.

    Avec Laurent, on a essayé de montrer sur des reportages TV, web ou presse écrite, l’innocuité des vols FPV en sous-bois, les gars d’Airgonay ont fait de même, et des vols “bon sens” plus généralement. J’espère juste que ces initiatives ne vont pas nous faire taxer de collusion avec les grands médias, ce serait frustrant. A vrai dire les remarques “se faire embaucher par TF1” sont particulièrement gavantes. Sachant qu’en plus on a refusé des reportages qui nous semblaient anglés dans la mauvaise direction.

    “Je suis aussi plutôt pour le développement de moyen de détection si cela peut permettre de garder un minimum de liberté.” Voilà, c’est exactement le message que je voulais faire passer. Mais à l’évidence, je n’y suis pas parvenu 😉

  38. en fait l’article est un peu trop long pour un format web. donc à mon avis il est survolé (légalement !!) le plus souvent. donc mal compris.

  39. Je pense que les gens n’ont pas lu l’article jusqu’au bout (comme souvent en ces temps de twitter où 160 caractères pour une info c’est déjà trop).
    En plus je trouve que le sujet est bien couvert, des mesures de sanctions à la sensibilisation, rien que de lire les titres de paragraphe on voit où tu veux en venir.

    La conclusion résume très bien les propos que n’ont visiblement pas compris les “pas content”.. Dommage

    PS : Sans vouloir faire de discrimination, vu que ton site est de plus en plus visité, tu risque de faire face à beaucoup de commentaires à la “Kevindu54” qui extrait un passage pour le sortir de son contexte et tirer dessus.

  40. “Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt” 😉 J’explique : le drone qui survole la centrale peut être le doigt qui attire l’attention sur un problème bien particulier. Lequel ? Le fait que le 19 aout de cette année, nous avons consommé tout ce que la planète est capable de produire sur une année et que depuis cette date nous vivons à crédit http://www.demotivateur.fr/article-buzz/-jour-du-d-passement-l-humanit-vit-cr-dit-depuis-hier-915 😉

  41. Si sabotage ou acte terroriste il y a, ce serait surtout, à mon sens, pour ralentir la consommation (par la force des choses) afin de préserver les dernières ressources de la planète. Il faut espérer qu’il n’y ait pas un nouveau Tchernobyl dans le but de laisser une chance à la nature de pouvoir se régénérer en s’étant au préalable débarrassé de toutes activités humaines 😉 Il est donc peut-être temps de vous demander si faire voler un drone (de manière illégale) dans ces conditions est ce qu’il y a de plus utile à l’heure actuelle (en sachant que cela requiert beaucoup de moyens de la part des autorités, ce qui ne fait qu’aggraver la situation en termes de surconsommation). Maintenant, faites comme vous voulez mais sachez que vous êtes en train de scier la branche sur laquelle vous êtes assis 😉

  42. Article très clair Fred, et un bon état des lieux des risques et des solutions à trouver pour l’utilisation abusive des multi-rotors.

  43. Sinon je propose une autre solution pour erradiquer les drones en zone interdite : une tapette à mouche géante 🙂

  44. tirer à boulets rouges sur un des rares sites à expliquer clairement la législation, son évolution, la comparaison avec d’autres pays… je pige pas.
    je passe ici tous les jours maintenant, c’est pas pour rien 🙂
    merci.

  45. J’ai déjà remarqué, au boulot, si un mail aborde 3 sujets, seuls 2 (au mieux) obtiennent une réponse… Alors, cet article, bien sur… 😉

  46. En effet belle synthèse de la question. Le niveau d’agressivité ambiant me parait aussi injustifié que difficile à comprendre.

    Pour les zones interdites, au diable la hi-tech : je propose le bon vieux fusil de chasse contre les récalcitrants (enfin contre leurs multijoujoux !) : petit plomb à grives pour les micros et H107, plomb de 6 pour les DJI, chevrotines si plus gros ou trop haut… Peu de risque secondaire pour l’aviation civile… On devrait même pouvoir trouver des bénévoles dans les clubs de ball-trap. PUUUULLL ! ;-))

  47. A mon humble avis, cet article de Fred est une fois de plus très bien rédigé et bienvenu dans ces temps troubles où il est dit tout et n’importe quoi sur tous les médias…Merci Fred, d’avoir initié ce débat (y) … J’ai l’impression que nombre de personnes n’ont pas lu cet article jusqu’au bout et c’est bien dommage… “keep up the good work” Fred, comme disent les rosbifs 😉 🙂

  48. En tant que pilote amateur d’avion de tourisme (DR400 essentiellement), je ne peux que confirmer tes dires: je me suis deja fait peur avec un simple rapace (qui ne savait meme pas qu’il est interdit de voler sans contact radio dans le circuit d’un AD controlé 🙂 )
    Alors la mode actuelle de l’aeromodelisme (multi, helicos, ou autres) m’inquiete forcement et ce bien que j’en sois un adepte. En tant que passioné de tout ce qui vole, ca fait forcement plusieurs années que j’y pense.
    Un objet quel qu’il soit, meme de quelques centaines de grammes, fera tres mal a un petit coucou d’autant plus si celui ci est en toile (ce qui est le cas de beaucoup contrairement a la croyance populaire).

    Moi ce qui m’inquiete ce ne sont pas les malhonnêtes, car ceux ci trouveront toujours un moyen de faire ce qu’ils veulent faire. Non, ce sont plutot les ignorants, sans connotation du terme: ceux qui ne savent pas, simplement. Ou pire, ceux qui croient savoir en pensant que c’et pas grave vu que “les reacteurs sont testés pour fonctionner avec des poulets congelés”… outre le fait qu’il n’y a pas que des liners en l’air, cette croyance populaire la aussi est juste fausse: les aubes des reacteurs sont défoncées avec un truc pareil.

    Donc merci pour les articles comme celui ci et les autres qui sensibilisent les utilisateurs aux dangers induits par leurs activités (je ne parle pas de reglementation, celle ci n’etant pas toujours adaptée)

    PS: merci pour les conseils precedents sur le X4. Recu et et bientot testé 🙂

  49. slt

    Utilisant depuis peu un Syma X5c, j’espere ne pas avoir dans l’avenir,a cause de quelques bas du frond, besoin d’etre encadré par deux flics a chaque vol de mon drone

    j’espere aussi ne pas etre regardé comme si je partais en Syrie a chaque fois que je sors le drone du coffre de la voiture

    il est vrai qu’armé d’un petard (type mamouth) mon Syma est une vraie arme de destruction massive

  50. Je me rallie à la majorité d’entre vous quand à l’appréciation que vous faites des talentueux articles de Fred and Co.
    Ca prouve bien que ce loisir entre gens sérieux a aussi ses codes strict et indéniablement.. du bon sens !

    @Jacques: le plomb de 4 sera effectivement parfait à partir des “classe 450”. hi, hi….

  51. Il hors de question, pour moi, de minimiser les risques bien réels que peuvent faire courir nos « chers » multicoptères. Bien au contraire. Mais je voudrais en rajouter une couche, même si le propos de Fred est très clair : il me parait essentiel de bien faire la distinction entre d’une part, les pratiquants isolés inconscients qui ne savent pas trop ce qu’ils font et qu’on pourra sans doute raisonner, espérons-le, car ils se feront rapidement piéger un jour ou l’autre (s’ils ne détruisent pas accidentellement leur joujou auparavant), et d’autre part, les groupes d’individus qui n’en ont rien à faire de toute les règlementations coercitives que l’on pourra imaginer, car pour eux le jeu (médiatique ou pas) en vaut largement la chandelle. Et les occasions ne vont pas manquer à ces groupes d’exercer leur talent. On atteint alors un point de non retour qui va conduire les pouvoirs publics à dégainer la grosse artillerie en mettant en œuvre des moyens disproportionnés, à plusieurs centaines de milliers d’euros par site sensible, pour essayer de contrer un malheureux multi-rotor acheté à la boutique du coin et bricolé pour une poignée de tunes. Contrer, avez-vous dit ? Repérer peut-être, mais neutraliser, là c’est une autre histoire. Quoique… Si l’enjeu devient planétaire, alors on peut être quasiment sûr que le prix ne sera pas un problème. Alors se posera (elle se pose déjà !) la question de savoir qui paiera l’addition d’une façon ou d’une autre. Mais j’imagine que vous avez la réponse. Ainsi va la vie …
    https://www.youtube.com/watch?v=gBuiPZm6hK4

  52. moi j’ai une petite question

    pourquoi tous simplement ne pas brouillé le signale dans les zone et proximité des lieu a risque ?

    des brouilleur sa existe depuis bien longtemps pourtant ….

    et comme ça personne ne pourrai survolé une central (par exemple si elle est équipé de brouilleur dans son périmètre

  53. Question déjà posée : certains drones sont autonomes (waypoints) et ne sont plus assujettis à un quelconque système de radiocommande.

  54. Bon allez, je retourne ma veste – si cela vous fait plaisir ;-).

    Je pense que l’on ne s’est pas bien compris : tant qu’à alerter les populations sur les risques, pourquoi parler d’un incident d’on ne sait pas grand chose ni ou ni comment.
    En voici une liste un peu plus récente et circonstanciée (ce n’est qu’une liste parmi de bien plus grandes) :
    ————-
    November 19
    Pottsville, Pa.
    A Life Flight V helicopter is descending to the Schuylkill County airport at 2,400 feet when a flight nurse sees a drone flying toward the aircraft “at a high rate of closure.” Pilot made an evasive right bank turn, missing drone by 50 to 100 feet.

    November 18
    New York
    Jet Blue Flight 1572, an Airbus 319 inbound to LaGuardia Airport, reports that a suspected small drone flew “under the nose of the aircraft” while between 1,500 and 2,000 feet.

    November 16
    New York
    Delta Airlines Flight 838, a Boeing 737 arriving from San Diego, and Virgin Atlantic Flight 9, a Boeing 747 from London, report a drone or possible large balloon with anti-collision white lights while descending toward John F. Kennedy International Airport. The Delta pilot reports that the drone came within 10 feet of his left wing.

    November 13
    Phoenix
    Air Canada Rouge Flight 1837, an Airbus 319 arriving from Toronto, reports a “disk-like” drone passing within 20 to 40 feet of the aircraft while at 3,000 feet, 10 miles northwest of Phoenix.

    November 2
    Orlando
    A Cessna 172 reports a drone passing 100 feet below the aircraft at an altitude of 1,000 feet near Orlando-Sanford International Airport.

    October 17
    Norfolk
    US Airways Flight 5180, operated by PSA Airlines, a regional carrier, reports a drone passing 200 feet below the aircraft while three miles southeast of Norfolk International Airport. The incident occurred while the Bombardier CRJ 200 was at an altitude of 3,000 feet.

    October 12
    Tinker Air Force Base, Okla.
    Oklahoma City air traffic control tower reports an unspecified aircraft “taking evasive action” to avoid a small drone at 4,800 feet. The pilot said the two-foot-wide black drone, with a camera attached to the bottom, passed within 10 to 20 feet of the aircraft.

    September 30
    New York
    Air traffic controllers report that a red, black and yellow drone “almost hit” Republic Airlines Flight 6230 while inbound to LaGuardia Airport at an altitude of 4,000 feet, about two miles north of the Verrazano-Narrows Bridge.

    September 22
    Medford, Ore.
    Cirrus SR-22 pilot reports a small drone passing about 100 feet underneath while at an altitude of 4,000 feet. “Some idiot out there with a drone,” the pilot, Kyle Fortune, said in an interview.

    September 21
    New Orleans
    United Airlines Flight 315, an Airbus 319 bound for Houston, reports a helicopter drone about 100 feet off the right side of the aircraft during takeoff.

    September 20
    Portland, Ore.
    Piper Archer II reports a small red drone passing 50 to 100 feet away at an altitude of 3,000 feet while on descent to Portland International Airport. “The thing flashed by, just off my left wingtip,” said the pilot, Gary Dawson.

    September 17
    Leesburg, Va.
    Pilot of a Cessna 172 reports a drone with two red lights passing 200 feet overhead while at an altitude of 1,800 feet. “It came out of seemingly nowhere,” the pilot, Mike Gilbert, a flight instructor, said in an interview. For general-aviation aircraft, “if one of those things hits us, we’re coming down,” he added.

    September 17
    New York
    Police helicopter reports a drone at an altitude of 800 feet, flying circles around the police aircraft and coming as close as 50 feet. Police officers on the ground apprehend the suspected drone operator.

    September 14
    Portsmouth, N.H.
    Pilot of a Piper PA-31 Navajo reports a lime-green, four-rotor drone coming within 200 feet of his aircraft while at an altitude of about 2,000 feet. “I did a double take,” the pilot, Danny Hughes, said in an interview. “There’s a lot of bad things that could happen if it hits you.”

    September 8
    New York
    Three regional airliners — Express Jet Flight 5346, Pinnacle Airlines Flight 4166 and Chautauqua Airlines Flight 6119 – consecutively report “a very close call” with a drone while approaching LaGuardia Airport at an altitude of about 2,000 feet.

    August 25
    Purcellville, Va.
    Pilot of a Cessna 172 reports that a small drone came within 20 feet of the aircraft while at 1,500 feet near Dulles International Airport. Drone described as three feet tall and with a two-foot-wide rotor on top.

    July 29
    New York
    US Airways Flight 2192, arriving from Washington, reports a yellow drone with a four-foot wingspan passing within 50 feet of the aircraft at an altitude of 4,000 feet while descending toward LaGuardia Airport.

    July 20
    Newark
    Express Jet Flight 4388, arriving at Newark International Airport from Jacksonville, Fla., reported a traffic-collision alert system warning after coming within 500 to 1,000 feet of a drone while on final approach for landing.

    July 18
    Charlotte
    Pilot of US Airways Flight 4797, arriving from Greenville, N.C., reports “we were nearly hit by a drone” while approaching Charlotte-Douglas International Airport at 3,100 feet. Pilot estimates that the drone passed 100 feet underneath.

    July 11
    Cleveland
    Pilot of a Schweizer helicopter reports that a red quadcopter drone passes about 50 yards off his left side at an altitude of 1,700 feet.

    July 11
    New Orleans
    Medical-transport helicopter reports a drone with red-and-white lights passing within 100 feet while en route from Baton Rouge to New Orleans at an altitude of 2,800 feet.

    June 29
    Dulles International Airport
    Pilot of Porter Airlines Flight 725, arriving from Toronto, reports that a black-and-silver drone passes within 50 feet while on descent to Dulles at an altitude of 2,800 feet.

    June 26
    Scottsdale, Ariz.
    Cessna 510 pilot reports a quadcopter passing 50 feet off his wing at an altitude of 1,000 feet while descending to land at Scottsdale.

    June 25
    Teterboro, N.J.
    Pilot of a Dassault Falcon corporate jet belonging to Duke Energy reports a silver helicopter drone passing 50 feet beneath his right wing while on final approach to the Teterboro airport at an altitude of 800 feet.

    June 1
    Dulles International Airport
    United Airlines Flight 967 reports a gold-bronze helicopter drone with four rotors passing 100 feet below the Boeing 767 at an altitude of 1,800 feet, about five miles north of Dulles.
    ————-
    Sources pour cette liste (il y en a bien d’autres) :
    * http://www.washingtonpost.com/wp-srv/special/national/faa-drones/
    * http://www.washingtonpost.com/world/national-security/near-collisions-between-drones-airliners-surge-new-faa-reports-show/2014/11/26/9a8c1716-758c-11e4-bd1b-03009bd3e984_story.html

    Traduisez le dernier article, je pense qu’il est vraiment très intéressant et vraiment circonstancié avec des cas précis.

    Bon, qu’est ce qu’on fait maintenant ? On met la DCA en route ?

  55. Pas besoin de retourner ta veste, tous les avis y compris à l’opposé du mien me vont tant qu’ils sont argumentés et courtois 🙂
    Mais qu’au final tu poses les mêmes questions que moi dans le post (ok, de manière un peu ironique de ton côté 🙂 ), ça me va comme retournement de veste !

    Le cas de l’Airbus de Heathrow n’est pas le mieux documenté, mais il ne faut pas non plus oublier qu’il y a enquête en cours. C’est comme en France, il n’y a pas beaucoup d’infos qui vont filtrer à moins de fuites.

  56. La plupart des radios sont en 2.4ghz, mais il en existe aussi en 5.8, en 433mhz, ou les vieilles 41Mhz, sans parler du wifi, etc… Bref il faudrait brouiller beaucoup de choses 🙁

  57. y commence à me gonfler avec leur phobie des drones, sérieux juste pour prendre des hélico rc y en a combien qui volent ? sans parler des avions etc. et ça fait pas deux ans, là ils ont trouvé une nouvelle tirelire

  58. D’habitude je ne participe pas à ce genre de discussion tant les avis sont arrêté mais là quand même, faut pas abuser, en quoi l’article, bien écrit, clair et ouvert d’esprit remet en cause l’utilisation de “quads” (c’est mon mot 😉 ) de loisirs ? Vraiment je vois pas !
    D’ailleurs si c’était le cas HELICOMICRO serait vouer à disparaître ce que ces auteurs et assidues lecteurs ne veulent surtout pas…..en tout cas j’espère 😉

    Par contre, l’article et surtout les commentaires me font réfléchir sur le fait de diffuser, relayer les vols dangereux !

    Perso, je pense que non et que plus on parlera des “drone de loisirs” en ne montrant QUE l’aspect dangereux, illégale et plus on stigmatisera des amateurs qui prennent plaisirs à envoyer en l’air un objet, ce qui est finalement assez puéril mais qu’est ce que c’est bon 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.