Cheerson CX-30W, le test

21
2855

Dsc_0002-600Les drones pilotés avec un smartphone, c’est une réalité, c’est d’ailleurs sur ce principe que le constructeur Parrot a basé sa flottille de multirotors. Mais Parrot dispose d’une solide avance sur la concurrence dans sa maîtrise de l’électronique de bord et de l’assistance au pilotage. Je vais être très clair : j’ai beaucoup de mal à piloter avec un smartphone, il me faut une « vraie » radiocommande pour être efficace (et en mode 1, qui plus est). Or le « W » dans le nom du modèle CX-30W de Cheerson signifie « Wifi » : l’appareil se pilote exclusivement avec un smartphone ou une tablette, via le Wifi. Verdict ? Ci-dessous. Notez que l’appareil nous a été donné par la boutique en ligne HobbyGaGa. Dites-nous si vous pensez que la pratique a pu influencer notre jugement…

Tour du propriétaire

Le CX-30W est livré dans une petite boîte noire et carrée, avec un effort évident sur le design, à la différence des produits chinois habituels. Le menu est annoncé sur cette boîte avec les mentions « Wifi » et « Smartphone Controlled » : le contrôle est assuré par un iPhone ou un Android, avec une retransmission en direct depuis la caméra embarquée. Dsc_0037-600La boîte contient le CX-30W prêt à voler, équipé de ses protections d’hélices et de sa caméra. Son look ? Il est, comme beaucoup de ses concurrents, directement inspiré de celui du Phantom de DJI : coque blanche aux formes courbes, qui cachent toute l’électronique. La batterie est chargée : tout est prêt pour le décollage ! Quelques mesures avant de se lancer ? L’appareil avec ses protections mesure 14,7 cm de côté et 4,3 cm de haut. Les hélices sont de classiques modèles de 5,5 cm (1 mm de plus que celles du X4 V2 de Hubsan). L’appareil pèse 41,2 grammes sans sa caméra, 52,3 grammes avec. Il faut encore ajouter la batterie pour obtenir l’appareil en ordre de vol, pour un poids total de 70,3 grammes. La batterie en question est une 3,7V 1S de 700 mAh. Cheerson fournit un chargeur USB pour la recharger. Ce qui prend environ 1 heure et 30 minutes.

Quelques détails qui fâchent ?

Dsc_0040-600Les photos du CX-30W montrent des embouts de couleur, probablement en caoutchouc, fixés sous les patins de chaque cage moteur. Mais sur notre exemplaire, rien n’est prévu pour amortir les chocs des atterrissages, on se pose directement sur le plastique. Le capot de la batterie s’ouvre avec une légère pression et en le faisant basculer. Seulement voilà : il ne s’ouvre pas entièrement à cause de la caméra située en-dessous. La solution ? Retirer ce capot, tout simplement. Facile, il se détache tout seul. Un peu trop facilement ! Une fois la batterie branchée, il suffit de le remettre en place. Oui mais… Une fois la batterie en place et le câble d’alimentation replié, il faut batailler pour refermer la trappe. On s’y essaie une fois, une seconde pour être certain de ne pas y parvenir, et on abandonne au troisième essai. Ce qui n’est à vrai dire pas un véritable problème : la batterie tient bien dans sa trappe, même sans le capot.

Prêt à décoller ?

Il suffit de dégainer son smartphone. Ou presque. En préambule, il faut télécharger un logiciel sur l’AppStore ou Google Play. Une recherche sur « AI-Control » comme l’indiquent la boite et la feuille-manuel ne donne rien. Pour le trouver, il faut cherche « cx-wifiufo ». Ensuite, il faut brancher la batterie du CX-30W. IMG_1326Une fois la caméra alimentée, elle met en place un point d’accès Wifi. Lequel est détecté par le smartphone en quelques secondes. La connexion ne requiert aucun mode de passe de type WEP ou WPA. Pratique, mais ce n’est pas terrible en terme de sécurité puisque tout le monde peut se connecter – il suffit d’être le premier. Après quelques secondes supplémentaires, le réseau est « accroché », il ne reste plus qu’à lancer l’application CX-WIFIUFO. Il n’y a rien de spécial à faire : toucher l’icône Play affiche l’image filmée par la caméra en temps réel. En surimpression apparaissent les icônes destinées au pilotage et aux réglages. Sur le CX-30W, la diode rouge de la caméra s’est éteinte, une petite diode verte clignote rapidement. Enfin, une diode verte fixe s’allume sous le canopy. Amusant : elle laisse entrevoir tous les câblages à l’intérieur de la coque en ombres chinoises. Les deux bras avant sont dotés de diodes rouges, les deux bras arrière s’allument en bleu. Un joli petit arbre de Noël ! Le long de la caméra se trouve l’antenne Wifi, accrochée avec un petit crochet en plastique. Cheerson conseille de décrocher l’antenne et de la laisser pendre vers le bas pendant le vol pour obtenir une réception optimale.

Premier décollage !

A l’écran est simulée une radiocommande, avec ses deux joysticks. Les réglages vous permettent de choisir le mode 2 (gaz à gauche) ou le mode 1 (gaz à droite). Pratique. Pour décoller, c’est tout simple, il suffit de pousser la manette des gaz vers le haut. L’appareil décolle de manière un peu vive. Il faut y aller prudemment, avec cette manette des gaz virtuelle, et la doser correctement. Le CX-30W dérive un peu… Dsc_0003-600Qu’à cela ne tienne, le logiciel offre des trims virtuels pour compenser la dérive parasite. Le constat, après quelques secondes de vol, est sans appel pour moi : je ne parviens pas à contrôler grand-chose. Le salut vient de l’icône en forme de toupie : elle permet de confier le contrôle des directions au smartphone : il suffit d’incliner l’appareil pour donner les ordres de vol. Les gaz restent simulés par une manette virtuelle, tout comme la rotation. Le pilotage y gagne beaucoup : les mouvements sont souples et répondent bien. Toucher l’icône 30 % la transforme en icône 60 %, ce qui augmente les débattements et la nervosité du CX-30W. La toucher encore passe à 100 %, pour gagner encore en nervosité. Le pilotage en intérieur, dans ce mode, se révèle intéressant et plutôt agréable. Reste qu’il faut maîtriser la manette virtuelle des gaz… et ce n’est pas facile. A la différence des appareils de Parrot, décoller et atterrir ne sont pas des manœuvres préprogrammées. Peut-on voler en extérieur ? Oui… à conditions qu’il n’y ait pas un souffle de vent ! Le CX-30W est clairement prévu pour des vols en intérieur, à la maison ou dans un gymnase. Notez qu’avec les réglages à 100 %, la rotation est un peu brusque.

Le retour à l’écran

L’image affichée en fond d’écran sur le smartphone se révèle de qualité correcte. Elle peine un peu avec les changements rapides de luminosité et ne s’accommode pas des contrejours, mais elle vibre très peu en vol. Le temps de latence est assez faible (voir la vidéo pour s’en rendre compte). Parfait, donc, pour piloter en immersion, c’est-à-dire en ne se fiant qu’au retour vidéo ? En théorie, oui. D’autant que le CX-30W est muni de protections d’hélices qui permettent de toucher des murs ou des obstacles sans une chute inévitable. Oui mais… A très courte distance, le flux vidéo est correct et la latence très faible. IMG_1286Tenter de voler en ne regardant que l’écran est un vrai challenge, très amusant. Un peu compliqué dans la mesure où on doit poser au moins un doigt sur l’écran (sinon deux). Mais tout ceci ne vaut que lorsque la distance entre l’appareil et le smartphone est très courte. Il faut être dans la même pièce que le CX-30W pour espérer le piloter ! Car passés quelques mètres à peine, la liaison se dégrade rapidement. L’image se fige, rendant le contrôle difficile. Mais il y a plus gênant : la dégradation de la connexion Wifi entraine de sérieuses latences dans le contrôle de l’appareil, pas que de son retour vidéo. Avec deux murs, pourtant fins, on peut se retrouver avec le CX-30W collé au plafond, moteurs hurlants, parce qu’il n’a pas reçu l’ordre de baisser les gaz… Conclusion ? Le retour vidéo est sympa, plutôt réussi, mais à très courte distance. En extérieur, sans obstacle, on ne peut pas dépasser une quinzaine de mètres sans perdre le contrôle de l’appareil. Que se passe-t-il lorsqu’il perd la connexion Wifi ? Il continue à voler pendant 4 secondes, puis les moteurs sont coupés.

Photos et vidéos

1022175914La caméra placée sous l’appareil est amovible, reliée au CX-30W par un câble à 3 fils via une petite prise facile à brancher et à retirer. Mais privé de sa caméra, le CX-30W est inopérant. Pas moyen de l’associer avec les radiocommandes d’autres modèles de Cheerson, comme le CX-10 ou le CX-205 (l’œuf qui se déplie). Dommage ! D’autant qu’il semble que certaines versions du CX-30W sont dotées à la fois du récepteur Wifi et du récepteur 2,4 GHz classique. Puisque la présence de la caméra est indispensable pour décoller, il convient de la décrire plus en détails. Son objectif est monté sur une charnière qui permet de la laisser à l’horizontale, de l’incliner vers le haut de quelques degrés (ce qui ne sert à rien) ou vers le bas presque jusqu’à la verticale. Pas de trappe pour une carte mémoire : c’est normal, la caméra n’enregistre rien. Mais alors, comment filmer et photographier ? En fait, les images sont stockées par le smartphone. La résolution des vidéos est unique : c’est du VGA, soit 640 x 480 pixels à 30 images par seconde. Les photos sont stockées à la même résolution. Ne vous attendez pas à une superbe qualité, les images souffrent de couleurs qui tendent vers le rose.

Récupérer les images

C’est bien beau de filmer et de photographier, mais comment récupérer les images sur un ordinateur ou les envoyer par email ? Problème : ni les photos ni les vidéos n’apparaissent dans la galerie du smartphone. Et l’application n’offre aucun bouton de partage, de transfert ou de copie dans la galerie du smartphone. Comment faire ? iexplore-02Réponse : il faut s’armer d’un logiciel spécialisé capable d’aller fouiller dans les répertoires de l’iPhone (nus n’avons pas essayé avec Android). Notre choix s’est porté sur iExplorer 3, disponible en version de démo fonctionnelle librement téléchargeable. Une fois l’iPhone branché avec son câble USB, il est possible de se balader dans les répertoires. Il faut aller dans le répertoire Apps, puis CX-WiFiUFO, Documents, et enfin dans Image ou Video. Là se trouvent les photos au format JPG et les vidéos en AVI. Il faut sélectionner les fichiers que vous voulez extraire de l’iPhone, faire un clic droit, choisir Export to Folder, et enfin choisir un répertoire. Un conseil ? Ne vous embarrassez pas de sélectionner les fichiers un par un, cliquez sur le répertoire Documents pour l’exporter dans son intégralité en une seule fois. Il y a plus simple, c’est certain, mais ça fonctionne. Que valent les images ? Elles sont correctes… pour une résolution VGA. Sans plus. Notez que les vidéos sont parfois accélérées parce que certaines trames ne sont pas enregistrées, elles se perdent dans le flux Wifi entre le CX-30W et le smartphone.

On a aimé…

Dsc_0011-600Notons que le CX-30W se distingue de ses concurrents qui fonctionnent à l’aide d’un smartphone : son logiciel iOS se révèle particulièrement stable. Dans le cas de ses petits camarades Wifi, perdre la connexion signifie à coup sûr devoir fermer l’application (pas seulement la quitter), parfois relancer complètement l’appareil. Des manipulations pénibles qui sont épargnées par ce modèle. L’application (version iOS) n’a jamais « planté » pendant nos tests. La perte de Wifi se résout en quelques secondes. Un bémol tout de même : la version Android du logiciel est percluse de dysfonctionnements, notamment des mouvements d’une lenteur inacceptable. Il faut espérer que l’application sur Google Play soit rapidement mise à jour. Et côté solidité ? La structure en plastique a résisté à de beaux crashs sans broncher. Seules les hélices ont souffert, malgré leurs protections. Il faut dire que ces dernières sont très flexibles. Suffisamment pour qu’elles ne rompent pas à cause d’un choc, mais assez pour que la rotation des hélices soit interrompue si le choc est violent.

Faut-il l’acheter ?

Amis radiomodélistes passionnés de pilotage, passez votre chemin. Le CX-30W n’est pas un appareil qui permet de progresser pour acquérir de bons réflexes ou pour passer à un engin plus imposant. Sans aucun intérêt, du coup, cet multirotor ? Détrompez-vous. Dsc_0156-600Autant il n’est pas en mesure de séduire les amateurs de pilotage, autant placé dans les mains d’un jeune, l’engin devient un appareil excitant pour s’amuser en intérieur. Voilà donc la finalité du CX-30W: c’est un jouet à confier à un enfant – sous la surveillance d’un adulte, cela va sans dire –. Nous l’avons mis dans les mains de deux jeunes de 7 et 10 ans : ils ont adoré l’expérience. Leur plus grand plaisir a été d’aller filmer les endroits auxquels ils n’ont jamais accès comme les dessus des armoires, et de réussir des passages de précision entre des barreaux de chaises. Combien coûte-t-il ? Il est vendu 39 € sur la boutique HobbyGaGa (port compris, mais hors taxes), avec les protections d’hélices, la batterie et son chargeur, 4 hélices de rechange et un manuel en anglais. Une idée cadeau de Noël parfaite si vous voulez offrir un jouet volant, avec une caméra, sans radiocommande. Bien moins cher qu’un appareil de chez Parrot. Beaucoup moins sympa aussi, évidemment.

Une vidéo

Vols en intérieur du CX-30W, y compris filmés depuis l’appareil avec sa caméra Wifi.

D’autres photos

Dsc_0005-600

Dsc_0007-600

Dsc_0009-600

Dsc_0010-600

Dsc_0013-600

Dsc_0014-600

Dsc_0017-600

Dsc_0018-600

Dsc_0019-600

Dsc_0020-600

Dsc_0022-600Dsc_0023-600

Dsc_0026-600

Dsc_0028-600

Dsc_0029-600

Dsc_0036-600

Dsc_0044-600

Dsc_0047-600

Dsc_0049-600

Dsc_0051-600

Dsc_0160-600

Dsc_0174-600Dsc_0006-600

Dsc_0008-600

Dsc_0021-600

Dsc_0041-600

Dsc_0058-600

Dsc_0053-600

iexplore-02

 

 

21 COMMENTAIRES

  1. Fred : on n’a toujours pas la réponse…!!!!
    le gougouille te demande : Ta taille et diamètre !
    parce que : pour les moteurs …. il ne sait pas lire non plus…!
    donc : taille et diamètre !
    – la gente féminine va enfin s’intéresser au site !!….(nouossi)
    ——————
    -va falloir le shooter …le drôle .!
    lol-lol-lol.

  2. Je suis au regret d’annoncer que le CX-30W est parti loin très loin sans me demander mon avis. Je suis décidément mauvais-issime en pilotage avec un smartphone. La mesure de la taille et du diamètre s’en trouve par conséquent fort compromise… 🙁

  3. Oui, c’est ce que je laissais entendre dans le post, la version Banggood est livrée avec une radio et le récepteur qui va à l’intérieur du CX-30W…

  4. C’est pas grave, regret pour ton quad tout de même, je finirai par le savoir sur le net car là rien trouvé.

    Le CHOUCAS —> tu n’as rien a faire de mieux… 🙁

  5. C est un cadeau sympa pour des adosce petit quad.

    Dis donc Fred c est super bien range chez toi, si je faisais une video chez moi ce serait plus difficil a diffuser.

  6. franchement pas mal pour un premier vient de me l offrir a 61euro sur le marché avec sa telecommande je met mon tel au dessus j enlve les bouton de controle afficher pour mieux y voir et c est parti genial

  7. Absolument impossible à contrôler. Part dans toutes les directions des le décollage. Jouer sur les trims ne règlent rien. Très chère pour un jouet qui ne marche même pas 1 mn

  8. pour la version avec la télécommande , es que l’on est obliger de mettre son tel dessus ?
    et es que l’ on peut mettre sa tablette (la mienne est polaroid mais fonctionne comme avec le système androïde) ?
    donc , es que l’on peut piloter seulement avec la télécommande ?

  9. @anonyme : Non, sur la version avec radiocommande, tu te passes du smartphone. Autant que je sache (mais je ne suis pas catégorique puisque je n’ai pas eu la version radiocommande en mains), tu n’as pas de module wifi, donc pas de connexion possible avec un smartphone ou une tablette…

  10. Bonjour,

    pas possible de voler correctement avec il part un arrière même le trim à fond vers l’avant et je confirma pour la trappe inutilisable.

    quelqu’un sais t’il comment faire un reset

    Cordialement

  11. Bonjour,
    J’ai l’un des petits servo-moteurs ne fonctionne plus. J’aimerais bien avoir la référence pour acheter un. Merci beaucoup pour votre aide.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.